Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2018 1 29 /10 /octobre /2018 20:14

 

Déclaration commune des participant.e.s au 12e Salon du livre anarchiste des Balkans à Novi Sad

 

Du 28 au 30 septembre 2018, de nombreux individus et collectifs du mouvement anarchiste et anti-autoritaire des Balkans et alentours se sont retrouvés à Novi Sad pour le 12e Salon du livre anarchiste des Balkans. Venu.e.s des quatre coins de la région, nous parlons de nombreuses langues différentes : serbo-croate, hongrois, roumain, slovène, macédonien, bulgare, albanais, grec, et d'autres encore. Compte tenu de nos origines hétérogènes, notre rassemblement a confirmé que le langage que nous partageons toutes et tous est celui de la lutte et de la solidarité.

 

Durant ces jours passés ensemble, nous avons partagé de nombreuses expériences de lutte, mis à jour et à l'épreuve nos analyses, et formulé des propositions concrètes pour le futur de nos luttes. Ainsi faisant, nous avons pu mettre en lumière des points récurrents dans les stratégies politiques de la classe dominante partout dans la région. Une fois encore, le nationalisme est utilisé pour créer des divisions, facilitant les attaques contre les opprimé.e.s. En même temps, le nationalisme crée un opposant "homme de paille" sous la forme du nationalisme populiste, qui prétend s'opposer aux conséquences destructrices de l'offensive capitaliste, alors qu'il offre en réalité au capital international des opportunités en or pour sa restructuration.

 

Comme d'habitude, le nationalisme est combiné au militarisme, au retour de l'obscurantisme religieux et au patriarcat. Tout cela est clairement présent dans la nouvelle vague de tensions entre diverses forces étatiques ainsi que dans la montée des nationalismes populaires (p. ex. entre le Kosovo et la Serbie, entre la Macédoine et la Grèce, en Bosnie-Herzégovine, en Croatie, etc.). En réponse à ces efforts de division venant de la classe dominante, des actions coordonnées sont urgemment nécessaires, ainsi qu'une campagne commune à tous les Balkans contre le nationalisme, le militarisme et toute forme de division entre les opprimé.e.s. Ceci peut se concrétiser uniquement par une mobilisation conjointe des forces sociales. Une des prochaines occasions d'agir concrètement dans ce but va être la mobilisation contre la "marche de Lukov" à Sofia (ndt : rencontre annuelle néo-fasciste qui attire des groupes de divers pays) en février 2019. Les participant.e.s du Salon du livre anarchiste des Balkans expriment leur soutien inconditionnel à la contre-manifestation et appellent chacun.e à lancer des mobilisations locales antinationalistes, et si possible, à venir à Sofia. Nous soulignons aussi bien notre engagement à protéger nos structures des attaques fascistes que la nécessité de riposter.

 

En parallèle à cela, nous reconnaissons que l'expansion du capitalisme global est limité par la finitude de notre planète. Pour compenser ces limitations, le capitalisme emploie volontiers des méthodes meurtrières de pillage et d'exploitation, le plus fréquemment sous la forme d'attaques continuelles contre les droits des travailleurs & travailleuses et de l'environnement. Ce n'est pas une coïncidence si les Balkans ont vu naître ces dernières années de nombreuses luttes contre l'appropriation capitaliste de la nature : les mines d'or de Chalkidiki et de Roșia Montană ; de grands projets hydroélectriques sur des rivières balkaniques, notamment Stara Planina en Serbie, Mura en Slovénie et Valbona en Albanie ; la fracturation hydraulique en Roumanie et Bulgarie ; l'extraction de carburants fossiles à travers toute la Grèce et dans les "zones économiques exclusives", par des entreprises locales et des géants de l'énergie tels que Repsol, Total, ExxonMobil, Edison, pour en citer quelques uns. Ce sont autant d'exemples de comment le secteur économique de l'extraction, dans les mains de quelques sociétés mondiales, couvertes par la loi et l'appareil répressif de l’État, s'approprie les territoires des Balkans, offrant en contrepartie pollution, destruction des communautés et des droits des travailleuses et travailleurs.

 

À la périphérie du système capitaliste mondial, le pillage et la guerre transforment de larges segments de la population, qui deviennent migrants et réfugiés. Pour nous autres dans les Balkans, ce processus n'est pas seulement un problème théorique mais également une expérience vécue. Lorsque la population, diverse et hétérogène, recherche un endroit pour s'installer et reconstruire leurs vies, ils sont la cible du capital et de ses structures politiques : le premier les intègre directement dans l'économie capitaliste en tant que force de travail bon marché, tandis que les deuxièmes les utilisent comme boucs émissaires pour justifier l'augmentation du contrôle social généralisé. Nous sommes témoins d'une augmentation de la surveillance et de la répression des milieux contestataires de la société, de l'attisement de la droite populaire et du minage de la solidarité entre les opprimé.e.s.

 

Trois ans après la panne temporaire de la machinerie de la forteresse Europe, des gens se font incarcérer car ils et elles ont osé résister au régime de déshumanisation auquel elles et ils sont soumis. Les cas de Harmanli en Bulgarie, Moria en Grèce et Röszke en Hongrie ne sont que les plus connus d'un vaste programme de répression et de criminalisation. Par ce biais, ce ne sont pas les seul.e.s migrant.e.s qui sont visé.e.s mais l'idée même de solidarité politique transnationale et toutes ses formes concrètes. Maintenant que les États des Balkans ont largement regagné le contrôle de leurs frontières, les outils de criminalisation et de racisme plus discrets mais encore plus meurtriers sont utilisés pour pousser les gens à bout, les soumettant souvent à l'illégalité et aux formes d'exploitation les plus vulgaires. Nous reconnaissons qu'il est nécessaire de casser l'état d'exclusion imposé aux migrant.e.s et réfugié.e.s et de démanteler le déshumanisant régime européen de frontières et de camps de concentration. Nous soutenons toutes les actions de solidarité contre les centres de détention, les points chauds, et la criminalisation des migrant.e.s.

 

Le Salon du livre de cette année a également accueilli une rencontre des initiatives syndicalistes radicales des Balkans, par qui nous avons eu la chance d'être informé.e.s sur les récentes luttes des travailleurs des chantiers navals de Pula et Rijeka (Croatie), des travailleuses du secteur de l'hygiène au Kosovo, des employé.e.s de supermarchés et chaînes de cafés en Grèce, du secteur de la logistique en Bulgarie, et ainsi de suite. En voyant comme ces luttes se ressemblent, et d'autant plus en prenant en considération l'interconnexion du capital dans les Balkans, nous étions tou.te.s d'accord pour un renforcement du support mutuel et du partage d'informations. Nous avons mis en place une plateforme commune de partage d'informations, et quelques autres pas concrets ont été faits pour faciliter la solidarité des travailleurs & travailleuses à travers les Balkans. De nouveaux canaux de communication faciliteront la solidarité et permettront la coordination efficace d'actions directes à travers la région. Suite à cela, les organisations anarcho-syndicalistes et syndicalistes radicales présentes ont confirmé leur position, à savoir de se concentrer sur l'organisation de luttes sur les lieux de travail, en aidant les travailleuses et travailleurs à s'auto-organiser, et sur le développement d'une lutte de classe internationale dans les Balkans.

 

Enfin, nous avons décidé de nous retrouver l'an prochain à Sofia (Bulgarie) pour le 13e Salon du livre anarchiste des Balkans. Le mouvement anti-autoritaire et anarchiste balkanique s'y rassemblera pour fournir un espace pour la continuation de nos luttes, et aussi pour honorer le 100e anniversaire de la fondation de la fédération anarchiste de Bulgarie.

 

Contre le nationalisme et le capitalisme !

Pour des Balkans de lutte et de solidarité !

Aucun nom ne nous divise, aucune nation ne nous unit !

 

Les participant.e.s au 12e Salon du livre anarchiste des Balkans.

Novi Sad, le 30 septembre 2018

 

Traduit de l'anglais par Aurélien (Groupe ici et maintenant - FA). Liège, le 26 octobre 2018

 

Site web (2018) : https://bask2018.noblogs.org/statement-of-the-12th-balkan-anarchist-bookfair

 

Facebook : https://www.facebook.com/BalkanAnarchistBookfair/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse suivante : groupe.lochu(a)riseup.net

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 17 septembre - Partout en France - Mobilisation sociale et intersyndicale (grève et manifestations...) pour les salaires, la réduction du temps de travail, pour une autre production de biens et services, etc...Appel de syndicats et d'organisations étudiantes et lycéennes. Vannes (10h30 Rond-point Le Poulfanc), Pontivy (10h30, la Plaine), Lorient (10h30 Place Glottin), Belle-Ile (11h port Le Palais)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 17 septembre - Rochefort en Terre, Café de la Pente - 19h30 Théâtre clownesque, poésie dénonciatrice "Punctum Diaboli" par la Compagnie des Oubliettes. Pot pourri historique sur la persécution des femmes. Prix libre, durée : 1h30

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 19 septembre - Port-Louis - 20h : rencontre avec Isabelle Attard autour de son essai "Comment je suis devenue anarchiste", animée par Roger Le Vilain. Entrée libre mais réservation indispensable. "La Dame Blanche" Librairie, Café, Salon de thé

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dimanche 20 septembre - Concarneau - 15h Appel de la CNT Quimper à un cordon libertaire "REFUSONS CE MONDE, PRENONS NOS VIES EN MAIN". Sur les quais entre la ville close et le port de plaisance

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dimanche 20 septembre - Etel, cinéma la Rivière - 17h Projection-débat "Plogoff, des pierres contre des fusils". Plogoff, février 1980. Toute une population refuse l’installation d’une centrale nucléaire à deux pas de la Pointe du Raz, en Bretagne. Six semaines de luttes quotidiennes menées par les femmes, les enfants, les pêcheurs, les paysans de cette terre finistérienne, désireux de conserver leur âme. Six semaines de drames et de joies, de violences et de tendresse:  le témoignage d’une lutte devenue historique. Projection suivie d’un débat avec la réalisatrice Nicole Le Garrec ainsi que l’association Les Lucioles - Ria en  transition. Sur Erdeven a eu lieu en 1975 une bataille moins violente contre un projet de centrale nucléaire. Et maintenant quelle est notre capacité à être autonome énergétiquement ?

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 23 septembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h45 Projection de "Plogoff. Des pierres contre des fusils" en présence d'Erwan Moalic, président des "ami.e.s de Nicole et Félix Le Garrec"

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 25 septembre - Concarneau - Rassemblement festif et populaire ouvert à tous pour dénoncer le modèle des chalutiers géants, scandaleux sur le plan social et environnemental, à l'occasion du baptême d'un nouveau chalutier de pêche industrielle (le SCOMBRUS). A l'appel de l'association Pleine Mer (pêcheurs-artisans...). 11h, face au bureau de France Pélagique, dans la zone du Moros

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 3 octobre - Auray, cinéma Ti Hanok - 19h Ciné-débat "Numéro 387" de Madeleine Royer suivi d'un échange avec SOS Méditerranée

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lundi 12 octobre - Angers - 9h Rassemblement de soutien à Vincenzo devant la Cour d'appel. Pour sa totale liberté

------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Concerts

Autres événements

Ciné concert "Rock against racism" au Ti Hanok à Auray

 

 

 

Ciné débat "Plogoff. Des pierres contre les fusils"