Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 23:32
Nous devons ces informations soit au dictionnaire international des militants anarchistes soit à l'éphéméride anarchiste. Nous remercions grandement ces deux sites qui nous épargnent un rude labeur de recherches !


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


BASSAL, Denis
Lorient (Morbihan)

Anarchiste de Lorient (Morbihan), Denis Bassal recevait en 1920 une correspondance volumineuse et distribuait chaque semaine à la porte de l’Arsenal le journal Le Libertaire.

Sources :
Arch. Dép. Morbihan, série M = Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier..., op. cit.//


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


FOUYER, Charles, Marcel
Né en 1881 - mort fin 1969 ou janvier 1970

FA - CGT - Lorient (Morbihan) & Villeneuve s/Lot (Lot-et-Garonne)

Militant anarcho syndicaliste de Lorient (Morbihan) Charles Fouyer était un actif propagandiste dans les années 1920 : il recevait régulièrement 35 exemplaires de La Vie Ouvriere ainsi que plusieurs exemplaires de Le Reveil Anarchiste Communiste ( Genève). Comme il entretenait une correspondance avec les internés russes de l’ile de Groix, auxquels il adressait des secours, on le soupçonna d’avoir favorisé la fuite de l’un d’eux dans la nuit du 1 au 2 mai 1920. C’était également un fervent espérantiste et un végétarien qui avait appartenu à la colonie libertaire de Bascons.

Après guerre il militait à la Fédération Anarchiste (FA). Dans les années 1960 il se trouvait à Villeneuve sur Lot où il continuait d’être un ardent propagandiste végétarien, espérantiste, pacifiste et libertaire. Charles Fouyer est mort en décembre 1969 ou en janvier 1970.

Œuvre : - Réflexions sur le monde nouveau (Cahiers de Terre Libre, n°11, 1936)

Sources :
ADMorbihan série M. = Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier..., op. cit. // Liberté, n°165, 1 février 1970 (nécro. de A. Lapeyre) // Espoir, n°418, 25 janvier 1970// // Monde Libertaire, n°158, février 1970// R. Bianco « Un siècle de presse… », op. cit. //


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


LE LEVE, Jean « François »
Né à Locmiquélic-en-Riantec (Morbihan) le 13 novembre 1882 – mort au retour de déportation le 20 juin 1945
Ouvrier chaudronnier - CGT – Lorient (Morbihan)


François Le Levé qui était entré à l’Arsenal de Lorient vers 1900 et avait effectué son service militaire en 1901, devint au début des années 1910 le secrétaire adjoint du syndicat CGT des travailleurs réunis du port de Lorient. Membre du conseil d’administration de la Bourse du Travail, il était également l’animateur du groupe local des Temps nouveaux. Il collaborait à cette époque au journal de Jean Grave Les Temps Nouveaux (Paris, 1895-1914) qui le mit en rapport avec Emile Masson et son journal en breton et français Brug (Lorient, 19 numéros de janvier 1913 à juillet 1914) auquel il collabora et dont il fut le gérant. Inscrit au Carnet B, Il fut élu en 1913 secrétaire adjoint de l’union départementale CGT.

Au moment de la première guerre mondiale, il fit partie du groupe de militants anarchistes qui se rallièrent à « l’union sacrée » et fit l’un des signataires en mars 1916 du Manifeste dit des seize (Cornelissen, H. Fuss, J. Grave, J. Guérin, P. Kropotkine, A. Laisant, C. Malato, J. Moineau, A. Orfila, M. Pierrot, P. Reclus, P. Richard, S. Ichikawa et W. Tcherkesoff), exprimant ce ralliement. Pendant la guerre il collabora à La Libre Fédération (Lausanne, 41 numéros d’octobre 1915 au 15 février 1919) publiée par le docteur Jean Wintsch ainsi qu’au quotidien syndicaliste La Bataille (Paris, 1915-1920). Il collabora sans doute également aux Lettres aux abonnés des Temps Nouveaux (Paris, 3 lettres de kjanvier 1916 à février 1917) qui, comme les titres précédents, défendait le ralliement.

Après guerre, et bien qu’ayant été marginalisé par le mouvement libertaire suite à sa position de 1916, il resta très lié au militant de Brest Jules Le Gall et poursuivit sa collaboration à la nouvelle série de la revue Les Temps Nouveaux (Paris, 24 numéros du 15 juillet 1919 à juin-juillet 1921) publiée par le docteur Marc Pierrot puis Jacques Reclus.

Secrétaire général du syndicat des travailleurs du port de Lorient (1918-1919, puis 1922-1935) et secrétaire de l’UD jusqu’en 1929 où il en fut nommé secrétaire général (jusqu’en 1939), il se heurta vivement à la CGTU. En 1929 il avait refusé le poste de secrétaire de la Bourse du travail, préférant garder celui de secrétaire du syndicat de l’Arsenal. Retraité en 1935 de l’Arsenal, il continua d’exercer ses responsabilités syndicales et notemment comme conseiller à la CGT réunifiée.

Dans les années 30, à la Bourse de Travail de Lorient, François Le Levé avait aussi organisé des cours d'esperanto.

Pendant l’occupation allemande, François Le Levé, qui semble-t-il n’avait plus d’activités spécifiquement libertaires, fut à Vannes le représentant du mouvement syndical au Comité départemental de libération. Arrêté par les allemands le 18 mars 1944, il fut déporté le 31 juillet au camp de concentration de Neuengamme (matricule 39879). C’est au cours de son rapatriement vers la France qu’il mourut d’épuisement le 20 juin 1945 (voir sa notice complète dans le Maitron). Selon une autre source, ce serait dans le camp de Neuengamme qu'il serait mort et non sur le chemin du retour.

 

Sources :
Arch. Nat. F7/13567, 13608, 13641 et 13637. — Arch. Dép. Morbihan, série M. — Le Rappel du MorbihanLe Prolétaire breton, 1912 et 1932. — L’Action syndicale, 1935-1939. — La CGT, op. cit. — Le Rappel, journal de la Fédération socialiste du Morbihan, 14 et 21 décembre 1978. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, 1978, édité par Joseph Floch à Mayenne. — R. Bianco, Un siècle de presse anarchiste, op. cit. — R. Lochu, Libertaires, mes compagnons de Brest ou d’ailleurs, Quimperlé, La Digitale. — Témoignage de Madame Aubry, secrétaire de l’Amicale des Déportés du Camp de Neuengamme. — Témoignages de militants syndicalistes, compagnons de F. Le Levé, recueillis par Louis Bonnel. — État-civil de Locmiquélic-en-Riantec = Notice de J. Maitron & C. Geslin in « Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier… », op. cit. //

Autre présentation de François LE LEVÉ : (Ephéméride Anarchiste)

 

Le 13 novembre 1882, naissance de François LE LEVE, dans le Morbihan.
Militant anarchiste et syndicaliste breton.
En 1900, il entre comme apprenti à l'Arsenal de Lorient, puis effectue son service militaire. Il est ensuite un actif militant du syndicat des travailleurs du port, l'animateur du groupe libertaire des "Temps Nouveaux" et l'administrateur de la Bourse du Travail. En 1913, il est secrétaire adjoint de l'Union départementale des syndicats; en contact avec Emile Masson, il collabore à la revue d'éducation paysanne bilingue (français-breton) "Brug" Bruyères.
Fiché au "Carnet B" des antimilitaristes, il se rallie pourtant à "l'Union sacrée" lors de la déclaration de guerre (1914) et, en accord avec Jean Grave et de Pierre Kropotkine, signe en mars 1916 le Manifeste (dit des Seize) favorables à l'intervention armée. Après guerre, il poursuit son militantisme syndical; il est de 1929 à 1939 secrétaire général de l'Union départementale CGT. En 1936, il participe aux comités du "Front populaire" et gére "L'Action syndicaliste", organe du syndicat de l'Arsenal. Durant la seconde guerre mondiale et l'occupation allemande, il est administrateur de la "Caisse régionale des Assurances sociales" mais en janvier 1943, il est contraint de quitter Lorient pour Vannes en raison des bombardements sur la ville, il y retrouve René Lochu. Il prend part ensuite au comité départemental de la Résistance. Arrêté par la police allemande en mars 1944, il est finalement déporté en juillet au camp de Neuengamme près de Hambourg (Allemagne). Libéré, il meurt d'épuisement le 20 juin 1945, durant le voyage de retour en France.




--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


LE GOFF, Ferdinand
Mort en 1935
Lorient (Morbihan)

Ferdinand Le Goff, qui avait été en 1912 le correspondant à Lorient du journal Le Réfractaire (non répertorié par Bianco), est décédé en 1935 dans cette ville.

Sources :
L’En-Dehors, année 1935 //


Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse suivante : groupe.lochu(a)riseup.net

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Réunion publique ANNULÉE pour cause de couvre-feu étatique : Mardi 27 Octobre - Rennes - 20h. Réunion publique : « Les résistances paysannes : une autre conception du progrès » avec Silvia Pérez-Vitoria (universitaire, auteure de « La riposte des paysans » et « Manifeste pour un XXIème siècle paysan », elle collabore aux revues « L’Ecologiste » et « Nature et Progrès »…). - Salle 12 Maison des associations 6 Cours des Alliés. Par le groupe la Sociale de la Fédération anarchiste

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Soirée ANNULÉE : Vendredi 30 octobre - Lorient, cité Allende (12 rue Colbert) - 20h Conférence-débat par Pinar SELEK, à propos de l'article de Voltairine de Cleyre « Le mariage est une mauvaise action ». Organisée par les Ami.e.s de Voltairine

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lundi 2 novembre - Rennes - 19h Causerie Populaire : Croissance économique & décroissance globale : de quoi parle-t-on ? Avec François Graner, biophysicien directeur de recherche au CNRS de l’Université de Paris – Diderot. Débat animé par Jean-Pierre Tertrais, auteur d’une centaine d’articles dans le Monde Libertaire, des brochures et livres sur la décroissance. au local la commune, 17 rue de Châteaudun, Rennes. Par le groupe la Sociale de la Fédération anarchiste

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 5 novembre - Vannes - 14h30 Mobilisation des salarié.e.s du social et du médico-social public et privé "en solde et en grève" contre l'imposture du "Segur" (- 183 euros), à l'appel de la CGT 56 "Santé et action sociale". Rdv Place de la mairie

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lundi 9 novembre - Questembert, cinéma Iris - 20h30 Ciné-débat "Un pays qui se tient sage" de David Dufresnes (sur les violences policières), en présence du réalisateur. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 12 novembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h45 Ciné-débat "La cravate" (sur le parcours d'un militant d'extrême-droite), en présence du co-réalisateur Etienne Chaillou. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 14 novembre - Belle-Ile, Le Palais, salle Arletty - 20h30 Ciné-débat "Delphine et Carole, insoumuses" (Ce voyage au cœur du « féminisme enchanté » des années 1970 relate la rencontre entre la comédienne Delphine Seyrig et la vidéaste Carole Roussopoulos. Derrière leurs combats menés caméra au poing, surgit un ton empreint d’humour et d’insolence. Réalisé par la petite-fille de Carole). Rencontre avec Josiane Zardoya, monteuse du film.  

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 19 novembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Mon pays fabrique des armes" (sidérante enquête sur les ventes d'armes françaises), d'Anne POIRET. En partenariat avec Amnesty International, avec Jean Froidefond de la commission "armes" d'Amnesty et Armand Paquereau de la campagne "Silence ! On arme". Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 27 novembre - Lorient, cité Allende (12 rue Colbert) - 20h Conférence-débat « La contraception masculine » par l’association Thomas Bouaoù – avec lectures de textes du livre d’André MOREL « Le Zoïde ». Organisée par les Ami.e.s de Voltairine

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dimanche 29 novembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 18h Ciné-débat "LIP. L'imagination au pouvoir" (sur une entreprise reprise en autogestion par ses employé.e.s au cours d'une grève). Suivi d'une rencontre avec l'équipe de l'Usine Invisible, structure solidaire développée dans le Morbihan dans un souci de juste reconnaissance et rémunération des couturièr.e.s mobilisé.e.s par la crise sanitaire

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 10 décembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Autonomes" (documentaire de François Bégaudeau), en présence de Benjamin Constant, présent dans le film. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements

Au cinéma Ti Hanok à Auray Dim 29 nov