Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 19:14


DICHAMP, Pierre « RIGUIDEL »
Né dans le Morbihan - mort en 1977
Terrassier - CGT – Paris – Vannes (Morbihan)


Terrassier originaire du Morbihan, Pierre Dichamp Riguidel dirigea par la suite une équipe coopérative. Délégué à la propagande du syndicat CGT des terrassiers, puisatiers, mineurs, tubistes, poseurs de rails de la Seine et Seine-et-Oise, Dichamp prit la parole au meeting du 1er Mai à la Bourse du Travail de Paris. Le 28 juin 1931, il intervint à la conférence nationale des partisans de l’unité syndicale. Dichamp était secrétaire de son syndicat en 1932. Riguidel a collaboré au Libertaire et à La Révolution Prolétarienne. Il a été également le secrétaire de la Fédération autonome du bâtiment.

Il se confond vraisemblablement avec P. Dichamp, secrétaire en 1939 du « Cercle industriel du Bâtiment », organisation syndicaliste révolutionnaire très hostile au Parti communiste.

Dans les années 1950-1960 il collaborait épisodiquement au Monde Libertaire organe de la Fédération Anarchiste ainsi qu’aux travaux de la Commisssion Internationale de Liaison Ouvrière (CILO) animée par Louis Mercier Vega.

Retiré à Vannes (Morbihan), Dichamp mourut en 1977.

OEUVRE : Est-ce que le Bâtiment va ? (Ed. de la CILO, 1958. 32 p.)

 

Sources :
Arch. PPo. Ba/1686, année 1932. — Le Travailleur parisien, avril-juin 1930. — Le Cri du Peuple, 1er juillet 1931. — Le Réveil syndicaliste, 22 mai 1939. — La Révolution Prolétarienne, janvier 1978 = Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier…, op. cit. // R. Bianco « Un siècle de presse… », op. cit. //


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


BARBÉ, Alphonse, Joseph « Lefrançois », « Peckers »
Né à Vannes (Morbihan) le 17 décembre 1885 - mort le 21 novembre 1983
Meunier ; marin ; triporteur ; forain - Paris – Caen & Falaise (Calvados)

Aîné d’une famille de six enfants, Barbé, après avoir obtenu son CEP, dut gagner sa vie. Il travailla au côté de son père comme ouvrier meunier et son salaire aida à faire vivre la famille. À dix huit ans, il s’engagea dans les Équipages de la Flotte, et, après son service militaire qu’il termina à Alger, il revint en Bretagne où il reprit un temps son ancien métier ; puis il trouva à Cancale un emploi de représentant pour la vente à crédit. À l’occasion d’une grève, dans cette ville, des pêcheurs de morues, il entra en relation avec les milieux syndicalistes de Saint-Malo dont la fréquentation décida de son destin.

En 1912, il alla à Paris et obtint une place de triporteur pour le compte d’un magasin. Après avoir assisté à une conférence de Sébastien Faure, il adhéra au mouvement libertaire. Il se lia d’amitié avec l’anarchiste Émile Poulain ; tous les deux se firent marchands forains, mais l’entreprise n’eut pas le succès escompté. Barbé osa alors avec l’un de ses frères une nouvelle tentative qui cette fois réussit ; les deux frères se fixèrent à Caen. Mais la guerre approchait. En compagnie d’Eugène Jacquemin militant anarchiste, A. Barbé partit pour Paris, persuadé que l’insurrection des ouvriers empêcherait la mobilisation. Déçu dans ses espérances, il rejoignit à Vannes son centre mobilisateur. Il fut blessé sur le front de Champagne en septembre 1915 puis fut affecté au 116e Régiment d’infanterie. Il déserta le 18 septembre 1916, vint à Paris et y vécut pendant un an sous un nom d’emprunt. Accusés d’avoir fait paraître le 15 juin 1917 un numéro clandestin du Libertaire, Barbé ainsi que Bertho Lepetit, Content, Ruff, Le Meillour, Grossin et Klauss, imprimeur, comparurent du 4 au 11 octobre devant le tribunal correctionnel de Paris et furent condamnés, Bertho Lepetit à deux ans de prison, Barbé, Content et Ruff à quinze mois de la même peine, Le Meillour à un an, Grossin à quatre mois, Klauss à 3.000 F d’amende. Barbé qui avait été condamné « pour propos alarmistes et usurpation d’état civil » vit sa peine portée à trois ans de prison le 3 décembre 1917 par la cour d’appel de Paris ; il resta un an à la Santé puis un an à Clairvaux, fut amnistié mais transféré le 23 octobre 1919 à Nantes pour y répondre de sa désertion ; il fut alors condamné à un an de prison.

À sa libération, il retourna à Caen où vivait sa compagne et reprit son métier de forain. Le 23 janvier 1921 le congrès fédéral communiste du Calvados le désigna comme membre de la commission de propagande. Durant l’année 1921 il écrit plusieurs articles où il montrait ses réticences par rapport à la Russie soviétique. Administrateur du Populaire normand en novembre 1921, il semble avoir quitté rapidement le PC et en 1924 il collaborait au journal L’Idée Anarchiste (Paris, 13 numéros du 13 mars au 15 novembre) publié par Lucien Haussard.

C’est à Caen d’abord, à Falaise ensuite où il résida à partir de 1927 (et où il se maria en 1933 et en 1953), qu’il fit paraître Le Semeur de Normandie, organe de libre discussion et de culture individuelle puis de défense des objecteurs de conscience, dont le premier numéro sortit le 15 octobre 1923 et le dernier, le n° 281, le 28 novembre 1936 (à partir de novembre 1925, le titre devint Le Semeur contre tous les tyrans) dont les principaux gérants furent outre Barbé, Emile Poulain, E. Grégoire, Lucien Bernizet et Emile Beauchet. Il collaborait à la même époque à Germinal (Amiens, 1919-1933, puis 1938) de Georges Bastien, à l’organe libre penseur Germinal (Toulon, 1930-1932) et aux organes pacifistes La Patrie Humaine (Paris, 1931-1939) et Le Réfractaire (Paris, 1927-1932).

Après l’incendie du Reichstag (28 février 1933), Alphonse Barbé fut à l’origine de la campagne menée en France pour la Défense de Marinus van der Lubbe, publiant de nombreux articles dans son journal Le Semeur (et particulièremnt le numéro spécial 236) et contribuant à éditer deux brochures : "Marinus van der Lubbe prolétaire ou provocateur ?" et "Le Carnet de route d’un Sans-patrie", journal de voyage en Europe du jeune militant, publié après sa mort sous l’égide du Comité international Van der Lubbe (France) dont H. Cadiou était secrétaire.

En décembre 1936, Barbé se rendit à Perpignan et y assuma, non sans difficultés, pendant six mois, le secrétariat général des Espagnols réfugiés en France. En 1937-1938, il publia Lu dans la presse libertaire-syndicaliste espagnole (Falaise, au moins 4 numéros du 15 novembre 1937 au 15 février 1938) qui reproduisait des textes parus dans les journaux révolutionnaires en Espagne et les communiqués de la CNT et du mouvement libertaire espagnol. Dans le n°4, A. Barbé précisait « j’ai fait le service du bulletin à un millier de lecteurs et sympathisants aux idées libertaires-syndicalistes. En réponse à ces envois, j’ai eu de nombreuses lettres de sympathie et d’encouragement…en revanche, peu d’abonnements me sont parvenus… ». Un numéro 5, entièrement consacré au Plenum économique de la CNT était annoncé pour le 15 mars, mais nous n’avons pu le retrouver. Au début 1938 Le Semeur avait fusionné avec L’Espagne antifasciste (Bordeaux) pour permettre de poursuivre l’édition du journal L’Espagne Nouvelle (Nîmes, 69 numéros de février 1937 à septembre 1939) dont Barbé devenait alors membre du Comité de rédaction aux cotés de J. Dautry, Aristide et Paul Lapeyre et André Prudhommeaux.

Alphonse Barbé collabora après guerre à diverses publications anarchistes et pacifistes dont Les Cahiers du Pacifisme (Paris, avril 1946- 1963) organe de la Ligue d’action pacifiste et sociale et section frnaçaise de l’Internationale des Résistants à la Guerre (IRG), Ce Qu’il Faut Dire (Paris, 1944-1948) publié par Louis Louvet, Défense de l’Homme (1947-1963) de Louis lecoin et Louis Dorlet, L’Unique (n° 1, juin 1945), Le Monde libertaire (n° 1, octobre 1954), Pensée et Action (Bruxelles, 1945-1952) publié par Hem Day, Les Nouvelles Pacifistes (Paris, 1949-1950) organe de la Confédération Générale Pacifiste, Le Rebelle (Epinay-sur Seine, 1945) publié par Le Bot.

Alphonse Barbé est mort à Falaise le 21 novembre 1983.

A . Barbé fit paraître une dizaine de brochures. Citons les dernières : Le Problème démographique et la paix, broch. ronéotée, 1946, L’Art de vieillir, « conseils pratiques pour atteindre le grand âge », 34 p., s.d ; (1975).

Sources :
Arch. Nat. F7/13091, F7/13606, rapport du 28 décembre 1919. — Le Libertaire, revue de synthèse anarchiste, n°43, janvier 1984 — Renseignements fournis par Alphonse Barbé lui-même.= J. Maitron in "Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier...", op. cit. (Dans la notice il y a une erreur : un certain CHAUFFEUR est cité parmi les inculpés de l’affaire du Libertaire clandestin ; il s’agit en fait de la profession de Grossin)/ R. Bianco "un siècle de presse…", op. cit. //


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


PERCHERON, Auguste
Né en 1837 – mort le 21 février 1896
Revendeur d’étoffes ; chansonnier


Militant libertaire, Auguste Percheron était dans les années 1890 revendeur d’étoffes et « écrivain public ». Chansonnier libertaire il collaborait entre autres à L’Antipatriote (Paris, 2 numéros, du 12 et 26 juillet 1891) édité par Louis Perrault, à L’Attaque (Paris, 66 numéros du 20 juin 1888 au 26 avril 1890) édité par Ernest Gegout et à Vendémiaire (Vannes, 5 numéros de juillet à septembre 1891) dont le gérant était Henri Cholin. Il fut l’auteur de la chanson Les briseurs d’images publiée pour la première fois dans Le Père Peinard en 1892. Cette chanson traditionnelle dans les milieux libertaires fut notemment rééditée dans le Libertaire n°11 (janvier 1896) et en 1922 dans l’un des recueils Nos Chansons publiés par La Muse Rouge ; en voici deux strophes :

« Autorité, lois et pouvoir/Dont nous portons les lourdes chaînes/ Craignez pour les luttes prochaines/ Vous serez brisés sans espoir/ Vous nous menez des anciens âges/ Et continuez leurs exploits/ Quand nous ne voulons plus de lois/ Nous sommes les briseurs d’images/

Patrie et famille, des mots/ Qu’ont inventé les égoïstes/ Que nous ont doré les sophistes/ et dont se sont épris les sots/ Nous leur laissons les avantages/ S’une double maternité/ Nous nous aimons l’Humanité/ Nous sommes des briseurs d’images ».

Lors de la vague d’attentats en 1894 , Auguste Percheron fut arrêté et emprisonné de longues semaines au cours desquelles sa santé se dégrada. Auguste Percheron est décédé le 21 février 1896 à l’âge de 59 ans.


Sources :Libertaire, 25 janvier & 27 février 1896 // R. Bianco « Un siècle de presse anarchiste.. », op. cit. // Notes D. Dupuy // R. Brécy « Autour de la Muse Rouge… », op. cit. //


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


José BALLAGUER avait 17 ans en 1936 à Barcelone lors de la révolution espagnole, libertaire et autogestionnaire. Cet anarchiste espagnol était un ami de René Lochu et militait avec lui à Vannes. Il a été interviewé le 7 octobre 2006 sur sa vie au quotidien en 1936 et sa perception de la guerre civile espagnole. La vidéo de cet entretien de 34 minutes est disponible sur dailymotion ici : link

Partager cet article

Repost 0
Published by anars56 - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er jeudi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog. Nous vous recommandons de télécharger adblock qui les neutralisera. Adblock, logiciel gratuit, fonctionne pour Mozilla, Internet explorer, etc...

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
 

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 10 juin - Vannes - 10h30 Rassemblement en mémoire de Clément Méric, antifasciste, tué par des néo-nazis. Clément, Brestois d’origine, militant anti-fasciste, anti-capitaliste et de la cause animale, a été assassiné le 5 juin 2013 par des néo-nazis à Paris. L’actualité nous confirme que ses combats sont toujours nécessaires. Programme : lecture publique de textes et chants de lutte, puis pique-nique. Le Kiosque, esplanade du port, la Rabine. Proposé par le groupe libertaire René Lochu

--------------------------------------------------------------------------

Dimanche 11 juin - Augan (56), café Le champ commun - 17h : 150 années de luttes à travers les chants italiens avec "Le chant des grenouilles", "Senti le rane che cantano…" Dans ce spectacle mêlant récits, chants et musique, nous vous ferons entendre d’autres voix : celles, orgueilleuses et enragées, des brigands méridionaux et de leur guerre désespérée contre le nouvel État ; celles des paysans et des ouvriers agricoles, dont les luttes pour une existence meilleures seront sans relâche ; celles des travailleurs des carrières de marbre de Toscane, des mineurs de soufre de Sicile ; les voix fières et impertinentes des mondines ; celles des émigrés qui, après des décennies de défaites, allaient poursuivre leur rêve de justice dans d’autres terres. Entrée libre. Petite restauration sur place

--------------------------------------------------------------------------

Mardi 13 juin - Inzinzac-Lochrist (56), cinéma le Vulcain - 20h30 Projection de "Bienvenus", comédie sur un centre d'accueil pour réfugié-e-s en Norvège. Débat avec Amnesty international

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 8 juillet - Hennebont (56) - 12h Pique-nique végétarien et végétalien. Chacun-e apporte un plat et on partage. Table de presse : droit des animaux, impacts sanitaires, sociaux, éthiques, écologiques de l'alimentation, de la production / consommation carnée et ovo lactée. Rdv à la bergerie, le long du Blavet sur le halage. Organisé par le collectif veg@net-c.fr

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 8 et dimanche 9 juillet - Notre-dame-des-landes (44) - De nos terres à la Terre : Résister, agir, vivre... Rassemblement annuel organisé par la Coordination des opposant-e-s. Plus d'infos : http://notredamedeslandes2017.org

--------------------------------------------------------------------------

 

Concerts

Autres événements