Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 22:43

Extrait du Monde libertaire 1624

 

Esprit critique en acier pour gens en taule ? Tentatives d’ateliers critiques en prison

Guillemette Reviron est mathématicienne, Richard Monvoisin, didacticien des sciences. Ils enseignent tous les deux l’esprit critique et l’autodéfense intellectuelle au sein du Cortecs. Tous deux défendent une lecture rationnelle et libertaire du monde.

Devise commune : l’esprit critique est une arme sociale qui ne s’use que si l’on ne s’en sert pas.
Constat commun : cette arme sociale n’est pas équitablement distribuée.
Solution parmi d’autres : outiller ceux qu’on n’outille pas.

  L’histoire se passe dans le Sud-Est pour l’une, ailleurs pour l’autre, dans l’une de ces villes où il ne fait pas (encore) bon dire qu’on y développe la lecture critique destinée aux détenus.


À l’origine, un dilemme d’enseignants : faut-il accepter d’entrer dans une institution comme la prison et de la légitimer en y tenant une fonction, même pédagogique ? Faut-il au contraire refuser de contribuer de quelque manière que ce soit à cette mécanique qui brise les os des condamnés ? La question est permanente, vicelarde et aussi tenace qu’un scrupule, aussi fallut-il, pour la trancher, admettre ceci : quand bien même attaquer les prisons à coups de burin serait la posture la plus défendable, elle est de toute façon hors de notre portée, par manque de contexte, de forces vives, d’organisation, ou simplement de courage physique.


Alors autant ne pas rester les bras ballants. L’historien Howard Zinn disait qu’il est impossible de se permettre d’être neutre dans un train en marche. Si le dilemme est vraiment épais, et qu’entre faire et non-faire, notre cœur balance, alors il nous semble plus moral de faire. Mais faire quoi ? Si on ne se sent pas prêts à dynamiter les cachots, que peuvent faire des enseignants pour les vider ? À part un plan des égouts ou une lime cachée dans un pain d’épices, que peut offrir un intellectuel à un détenu qui permettrait à ce dernier sinon de sortir plus vite, du moins de ne plus se faire incarcérer ? Nous avions deux types de réponse possibles : enseigner le droit – mais nous sommes incompétents – ou enseigner l’analyse critique.


Or ça, c’était dans nos cordes, car c’est justement l’objet de notre collectif de recherche, le Cortecs 1 : transmettre de l’esprit critique en donnant des outils d’analyse de type scientifique, tirés de la mathématique, de la psychologie, de la sociologie, de l’histoire, etc.


Précisons bien : nous utilisons la science. Non point le groupe social des experts en blouse blanche, ni la technopolitique qui va décider à notre place sur quels programmes de recherches et quels modèles de société sera investi notre argent. Non, il s’agit bien de la science comme démarche visant à dire des choses plus vraies que fausses sur le monde. Tout simplement parce que si on souhaite le changer, encore faut-il le connaître. Et en ce sens, et en ce sens seulement, la science est éminemment subversive. C’est cette démarche qui démontre que le racisme n’a pas de fondement, que le sexisme repose sur un ramassis de sornettes, que certaines lois économiques ne sont que billevesées, que l’amiante était démontré toxique depuis quatre-vingts ans, que les contenus d’enseignement de l’histoire gomment la plupart des mouvements sociaux et des horreurs perpétrées par les gouvernements, que le créationnisme est un scénario idéologique sans preuve et que Déluge, saignées, humeurs, phlogistique, théorie sexuelle freudienne des névroses, infériorité intellectuelle de la femme et influence de la musique sur les plantes sont à ranger dans les rayonnages empoussiérés de la cave des connaissances fausses. Etc.


C’est également la science comme démarche qui fait la preuve que la pensée de Ségolène Royal relève de la droite chrétienne, que Dominique Strauss-Kahn colle à un modèle économique ultralibéral et que Nicolas Sarkozy est le « président des riches 2 ». C’est la science comme démarche qui montre que les populations carcérales sont issues des couches sociales pauvres et que ce n’est pas le paramètre « arabe » ou « noir » qui est pertinent, mais bien celui de capital, qu’il soit financier ou symbolique.


C’est la démarche scientifique qui permet de démontrer que créer des conditions carcérales n’a jamais freiné les actes criminels, réduit la récidive ou aidé quelque personne que ce soit, victime ou fautif, à se reconstruire, ni même à réparer quoi que ce soit.


Et si un jour la science démontrait quelque chose qui nous heurte ? Tout l’art de l’éthique humaine résidera dans la manière d’appréhender cette réalité, même déplaisante. Oui, il semble qu’il n’y ait pas de lien causal entre les pesticides et la « disparition » des abeilles : nous aurions préféré qu’il y en ait un pour mieux dénoncer l’emploi de ces produits, mais dans l’état des connaissances actuelles, c’est ainsi. Alors cela n’empêchera pas de dénoncer cette industrie, mais sur des faits solides – et il y en a assez – et non des fantasmes. En attendant, l’objectif est de trouver ce qui arrive aux abeilles, et se contenter d’une fausse explication ne les aidera pas.


Oui, il y a des gens qui, par exemple, aiment tuer, violer, commander, torturer. Reste à savoir quoi élaborer politiquement pour ces gens, et c’est compliqué. Mais pour le faire, encore faut-il connaître les mécanismes qui les conduisent à ça. Possible que ce que l’on découvre ne nous plaise guère, mais… le monde n’est pas « fait » pour nous plaire.


Pour revenir à la question de la prison, et pour plagier Confucius et son poisson : quand un individu est en prison, mieux vaut lui donner les outils intellectuels et juridiques pour s’en tirer le plus vite possible et faire en sorte de ne pas y retourner que de lui donner une pelle ou une échelle.
Nous savions transmettre des éléments d’esprit critique aux étudiants : analyse des faits, lecture critique des médias, étude scientifique des pseudosciences, zététique 3, psychologie de la manipulation, mensonges politiques, etc. Mais les étudiants sont en majorité des filles et fils d’étudiants, des enfants de bac plus quelque chose. Et s’il est un endroit où l’on est quasi certain de trouver une frange de population qui n’usera jamais son froc sur les bancs des amphithéâtres, c’est bien dans les geôles.


Il fallait une manière d’entrer dans les murs. Pour l’une d’entre nous, la solution indirecte fut le soutien scolaire. Faire beaucoup de maths, puis laisser se décaler les discussions, un peu moins de maths, un peu plus d’analyse critique, de discussions sur les médias, d’analyses de livres.


Pour l’autre, ce fut un atelier « Médias & esprit critique », avec l’ambition de venir projeter des extraits de journaux télévisés, des analyses de « désentubages » cathodiques 4, des bouts d’émission, et de décortiquer la fabrication de l’opinion, le choix des mots, des scénarisations, la manipulation des chiffres et des statistiques. Il faut néanmoins savoir que cet atelier a mis pratiquement deux ans à être accepté par l’administration pénitentiaire : enquête de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur), difficultés concernant le matériel informatique pour projeter les documents, etc. Il fallut toute l’opiniâtreté de certains responsables du Service pénitentiaire d’insertion et de probation pour parvenir à démarrer l’atelier en septembre 2010, soit un « cycle de dix interventions hebdomadaires sous forme d’ateliers-débats, à partir de documents vidéo ou papier tirés essentiellement des médias télévisés ou des journaux afin d’élaborer avec le public présent des outils d’analyse critique de l’information ».


Chomsky a écrit que si nous avions un vrai système d’éducation, on y donnerait des cours d’autodéfense intellectuelle. L’accès à une éducation n’étant obligatoire que jusqu’à 16 ans, rendons l’éducation critique optionnelle, omniprésente et séduisante, à partir de 16 ans et demi. Certains sont moins outillés que d’autres et se font broyer par le système ? Alors dénonçons ce qui ressemble à de l’abus de faiblesse. Et puisqu’on trouve dans le Code de la consommation, livre I titre II, chapitre II section IV, l’article L122-8 dénonçant l’abus de faiblesse dans les démarchages commerciaux, il suffirait de créer un article de plus, le 122-16, qui n’existe pas, et qui serait l’abus de faiblesse critique : « Art. L.122-16 – Quiconque aura abusé de la faiblesse ou de l’ignorance d’une personne, ou n’aura pas mis tout en œuvre pour lui fournir une autodéfense intellectuelle suffisante pour lui laisser faire ses choix en pleine connaissance de cause, sera puni par un cours d’esprit critique d’un nombre d’heures à définir, ainsi que par lecture de la bibliographie complète du Cortecs, lorsque les circonstances montrent que cette personne n’était pas en mesure d’apprécier la portée des engagements qu’elle prenait ou de déceler les ruses ou artifices déployés pour la convaincre à y souscrire, ou font apparaître qu’elle a été soumise à une contrainte. »
Luttons pour faire naître de l’autodéfense intellectuelle partout où elle pourra germer.
Même à l’ombre.

Guillemette Reviron
Richard Monvoisin




1. Collectif de recherche transdisciplinaire esprit critique & sciences : www.cortecs.org
2. Titre du dernier ouvrage des sociologues M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot, Le Président des riches, Zones, 2010.
3. Ou art du doute (scepticisme scientifique). Étude rationnelle des phénomènes présentés comme paranormaux, des pseudosciences et des « thérapies » antiscientifiques. (Ndlr.)
4. Le désentubage cathodique est un art critique poussé au summum sur Zalea TV et par les Mutins de Pangée. Voir www.lesmutins.org/Desentubages-Cathodiques.html

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse suivante : groupe.lochu(a)riseup.net

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Réunion publique ANNULÉE pour cause de couvre-feu étatique : Mardi 27 Octobre - Rennes - 20h. Réunion publique : « Les résistances paysannes : une autre conception du progrès » avec Silvia Pérez-Vitoria (universitaire, auteure de « La riposte des paysans » et « Manifeste pour un XXIème siècle paysan », elle collabore aux revues « L’Ecologiste » et « Nature et Progrès »…). - Salle 12 Maison des associations 6 Cours des Alliés. Par le groupe la Sociale de la Fédération anarchiste

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Soirée ANNULÉE : Vendredi 30 octobre - Lorient, cité Allende (12 rue Colbert) - 20h Conférence-débat par Pinar SELEK, à propos de l'article de Voltairine de Cleyre « Le mariage est une mauvaise action ». Organisée par les Ami.e.s de Voltairine

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lundi 2 novembre - Rennes - 19h Causerie Populaire : Croissance économique & décroissance globale : de quoi parle-t-on ? Avec François Graner, biophysicien directeur de recherche au CNRS de l’Université de Paris – Diderot. Débat animé par Jean-Pierre Tertrais, auteur d’une centaine d’articles dans le Monde Libertaire, des brochures et livres sur la décroissance. au local la commune, 17 rue de Châteaudun, Rennes. Par le groupe la Sociale de la Fédération anarchiste

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 5 novembre - Vannes - 14h30 Mobilisation des salarié.e.s du social et du médico-social public et privé "en solde et en grève" contre l'imposture du "Segur" (- 183 euros), à l'appel de la CGT 56 "Santé et action sociale". Rdv Place de la mairie

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lundi 9 novembre - Questembert, cinéma Iris - 20h30 Ciné-débat "Un pays qui se tient sage" de David Dufresnes (sur les violences policières), en présence du réalisateur. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 12 novembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h45 Ciné-débat "La cravate" (sur le parcours d'un militant d'extrême-droite), en présence du co-réalisateur Etienne Chaillou. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 14 novembre - Belle-Ile, Le Palais, salle Arletty - 20h30 Ciné-débat "Delphine et Carole, insoumuses" (Ce voyage au cœur du « féminisme enchanté » des années 1970 relate la rencontre entre la comédienne Delphine Seyrig et la vidéaste Carole Roussopoulos. Derrière leurs combats menés caméra au poing, surgit un ton empreint d’humour et d’insolence. Réalisé par la petite-fille de Carole). Rencontre avec Josiane Zardoya, monteuse du film.  

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 19 novembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Mon pays fabrique des armes" (sidérante enquête sur les ventes d'armes françaises), d'Anne POIRET. En partenariat avec Amnesty International, avec Jean Froidefond de la commission "armes" d'Amnesty et Armand Paquereau de la campagne "Silence ! On arme". Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 27 novembre - Lorient, cité Allende (12 rue Colbert) - 20h Conférence-débat « La contraception masculine » par l’association Thomas Bouaoù – avec lectures de textes du livre d’André MOREL « Le Zoïde ». Organisée par les Ami.e.s de Voltairine

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dimanche 29 novembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 18h Ciné-débat "LIP. L'imagination au pouvoir" (sur une entreprise reprise en autogestion par ses employé.e.s au cours d'une grève). Suivi d'une rencontre avec l'équipe de l'Usine Invisible, structure solidaire développée dans le Morbihan dans un souci de juste reconnaissance et rémunération des couturièr.e.s mobilisé.e.s par la crise sanitaire

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 10 décembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Autonomes" (documentaire de François Bégaudeau), en présence de Benjamin Constant, présent dans le film. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements

Au cinéma Ti Hanok à Auray Dim 29 nov