Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 20:33

 

 

Les attaques dirigées contre l'aspect hyperconsumériste du capitalisme concernent le plus souvent les biens de consommation eux-mêmes : les rayons débordants des supermarchés, la valse des caddies, l'acharnement publicitaire qui provoque cette boulimie. Mais tout aussi essentiels, sinon plus, au fonctionnement du système sont les « grands projets » (ou « travaux »), liés en grande partie à la consommation (approvisionnement en matières premières, fourniture d'énergie, transport...). Mais pas seulement.

 

Une planète en chantier


Dès le lendemain de la seconde guerre mondiale, dans plusieurs pays (selon des modalités et des rythmes différents), de nombreux projets sont imposés aux populations souvent déracinées (c'est-à-dire avec des simulacres de concertation – débats, enquêtes – aujourd'hui dans le cadre d'une « démocratie participative »). Des populations ainsi non seulement privées de toute initiative mais dépossédées de tout contrôle. La planète devient un chantier permanent, au nom de l' « aménagement du territoire », du « progrès », du « développement », de la production infinie de richesses. En effet, le capitalisme exige des structures gigantesques parce que les autres ne sont pas rentables. S'acharner à croître ou se résigner à disparaître. Autoroutes, tunnels, aéroports, infrastructures ferroviaires (TGV puis lignes à grande vitesse), plate-formes pétrolières, gazoducs, projets immobiliers, installations nucléaires, lignes à haute tension, exploitations minières, grands barrages, incinérateurs, stades surdimensionnés (auxquels on peut rajouter Le Concorde, les abattoirs de la Villette, le complexe sidérurgique de Fos, le procédé SECAM et autres cathédrales industrielles dont les « abus », les « excès », les négligences, les fraudes sont régulièrement dénoncés par une Cour des comptes qui n'a jamais servi à rien.)... contribuent depuis un demi-siècle au gaspillage de milliards d'argent public au détriment d'investissements plus utiles, dans les domaines de la santé, de l'éducation, de la culture notamment, et sans que soient mis en cause les « responsables » de cette gestion calamiteuse. Le cancer bureaucratique a largement favorisé la dilapidation des deniers publics.

 

On peut d'ailleurs aussi classer dans cette même logique la production massive d'un habitat standard à travers l'idéal pavillonnaire fondé sur l'individualisme et la propriété privée. Impulsée au 19e siècle, la maîtrise de l'espace urbain se poursuit aujourd'hui à une autre échelle : démonstration de puissance mais aussi volonté d'encadrer, de contrôler les « classes dangereuses », de « pacifier le prolétariat ». Avec tout ce qui accompagne la politique de la ville : l'affairisme des promoteurs, des géomètres, des notables, la corruption des grandes entreprises qui confisquent la distribution et l'assainissement de l'eau, le marché juteux de la vidéosurveillance et des alarmes, les rocades, voies rapides et autoroutes urbaines qui accélèrent le gaspillage des matières premières et des énergies fossiles...

 

Des conséquences écologiques et humaines désastreuses


Longtemps les sphères de l'écologisme et de la radicalité sociale sont demeurées hermétiques. Fort heureusement, des militants & militantes, des mouvements, des associations, des collectifs de plus en plus nombreux intègrent, dans leur combat, à la fois la dimension sociale et la question écologique. Comment ne pas voir en effet que le capitalisme broie dans un même mouvement l'homme et la nature, deux inestimables sources de profits ?

 

La construction de barrages colossaux constitue sans doute la caricature de ce type de projets (on compte aujourd'hui plus de 50 000 « grands barrages » dans le monde). Or les conséquences écologiques et sociales de ces ouvrages gigantesques sont dramatiques. Outre les milliards de tonnes de béton utilisées, ils contribuent à submerger des surfaces considérables de terres cultivées ou de forêts, à bouleverser le fonctionnement des cours d'eau et des écosystèmes. Par ailleurs, entre 40 et 80 millions de personnes auraient été déplacées à cause de ces barrages au cours du siècle dernier. La spoliation des terres s'accompagne souvent de la destruction des milieux naturels. Le bien-être des habitants n'est qu'un prétexte, puisque dans beaucoup de pays (Congo, Ouganda...), un faible pourcentage de la population est connectée au réseau, et le prix de l'électricité la rend souvent inabordable. Si ces barrages sont si nombreux, c'est parce qu'ils sont massivement subventionnés par les banques, ce qui permet d'ouvrir des marchés juteux pour les grandes entreprises du type EDF et d'offrir de l'électricité bon marché pour l'industrie exportatrice.

 

Les exploitations minières s'inscrivent dans le même schéma. Les poussières des sites miniers (dynamitage), les produits toxiques et les émissions des machineries et centrales utilisées dans le cadre des activités engendrent une diminution de la qualité de l'air, de l'eau et des sols par contamination, et donc de graves problèmes de santé pour les populations environnantes. L'opposition aux projets contribue le plus souvent à diviser les communautés et occasionne de nombreuses violations des droits. Cependant, malgré les risques encourus (violence, menaces, assassinats, viols...) par les communautés concernées, la mobilisation citoyenne s'intensifie et parvient à faire échouer un nombre croissant de projets par la puissance du refus et de l'action collective.

 

Autogestion ou déliquescence


Aujourd'hui réalisés dans le contexte d'un « partenariat public-privé », ces lourds investissements servent, bien entendu, les intérêts des banques et des entreprises privées. Mais la situation chaotique de l'économie mondiale modifie aujourd'hui la donne : il ne s'agit plus seulement d'accroître les profits dans une dynamique ascendante, mais de maintenir sous perfusion un système à l'agonie, de « créer des emplois » (on en connaît les conditions), d'assurer la « relance économique » pour éviter la révolte sociale. Par exemple d'envisager un aéroport international « éco-labellisé » (avec son cortège de nuisances sonores et surtout de drames : destruction d'exploitations agricoles, expropriation de nombreux habitants, anéantissement d'une mémoire collective et d'histoires de vie), alors que l'aviation civile aura peut-être disparu dans dix ou quinze ans. De fantasmer sur un projet de « Silicon Valley » à la française sur le plateau de Saclay pour « faire émerger un écosystème de l'innovation de rayonnement mondial » , un « supermarché scientifique » dans un pays où l'échec scolaire prend des proportions dramatiques !! Ou de construire une autoroute entre Moscou et Saint-Pétersbourg en utilisant des milices fascistes pour anéantir les opposants. Ou de rêver d'un TGV au Maroc dont le coût serait l'équivalent de 25 000 écoles dans le monde rural ou 25 centres universitaires hospitaliers, quand on sait que ce pays est classé 130e selon l'indice mondial de développement humain. A l'heure où les plans d'austérité se multiplient un peu partout, de tels projets ne peuvent que constituer des pièges financiers pour les collectivités locales et les contribuables à qui on imposera continuellement de rembourser les dettes.

 

Certains revendiquent une gouvernance mondiale parce qu'ils n'ont pas la volonté d'affronter les problèmes là où ils se posent. Il est donc fondamental de lutter sur le terrain contre les institutions, et la plus grande force réside dans le nombre de présents. Cependant, faire avorter tel ou tel projet par de fortes mobilisations ne suffira pas à éliminer la coalition entre l'Etat centralisateur et technocratique et le capitalisme flambeur (on retrouve d'ailleurs le même schéma « étatique » avec le régionalisme que l'on peut souvent assimiler dans ses logiques et fonctionnements à un micro-Etat avec ses potentats locaux). Tel l'hydre de Lerne, la mort d'un projet signera la naissance d'un autre. Il ne faut pas confondre la cause et le symptôme.

 

Le prestige national et la folie des grandeurs, la volonté de puissance et le désir de paraître, les projets pharaoniques au bénéfice d'une minorité, le pouvoir décisionnel confisqué par une caste d' « experts », la corruption et le cynisme des Vinci, Eiffage, Bouygues et consorts, la mégalomanie des politiciens, la marchandisation de la nature et de ses ressources, la confiance aveugle dans un modèle d'ores et déjà à la dérive, la monstrueuse froideur de ceux qui ne voient dans un lambeau de forêt qu'un lamentable anachronisme, CA SUFFIT !! Qu'il s'agisse d'alimentation, de santé, de culture ou d'urbanisme, l'avenir passe par la reprise en main par les « citoyens » des choix qui les concernent, c'est-à-dire effectués collectivement, horizontalement, à échelle humaine. Le refus de l'autogestion se paiera toujours d'une exploitation. Qui pourrait se compléter par un désastre écologique si la réaction tardait trop.

 

Merci à Jean-Pierre Tertrais pour cette contribution !

 

------------------------------------------------------------------

 

2ème Forum contre les Grands Projets Inutiles Imposés à La Paquelais (44)
fresque2012-5beb7.jpg
 
Ce matin, dimanche 8 juillet, une nouvelle grande fresque humaine, composée de 3000 personnes a écrit sur le bocage de Notre-Dame-des-Landes un message à portée internationale :
SAVE THE PLANET
GPII STOP !
GPII, pour Grands Projets Inutiles Imposés, sigle qui devrait rester comme un label pour qualifier tous ces projets d’infrastructure pharaoniques et destructeurs.
(Avec de (très) bonnes lunettes, vous pourrez discerner des membres du groupe Lochu dans ces lettres !!)
Lire ici le communiqué intégral de la Coordination des opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Partager cet article

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er jeudi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog. Nous vous recommandons de télécharger adblock qui les neutralisera. Adblock, logiciel gratuit, fonctionne pour Mozilla, Internet explorer, etc...

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
 

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 10 juin - Vannes - 10h30 Rassemblement en mémoire de Clément Méric, antifasciste, tué par des néo-nazis. Clément, Brestois d’origine, militant anti-fasciste, anti-capitaliste et de la cause animale, a été assassiné le 5 juin 2013 par des néo-nazis à Paris. L’actualité nous confirme que ses combats sont toujours nécessaires. Programme : lecture publique de textes et chants de lutte, puis pique-nique. Le Kiosque, esplanade du port, la Rabine. Proposé par le groupe libertaire René Lochu

--------------------------------------------------------------------------

Dimanche 11 juin - Augan (56), café Le champ commun - 17h : 150 années de luttes à travers les chants italiens avec "Le chant des grenouilles", "Senti le rane che cantano…" Dans ce spectacle mêlant récits, chants et musique, nous vous ferons entendre d’autres voix : celles, orgueilleuses et enragées, des brigands méridionaux et de leur guerre désespérée contre le nouvel État ; celles des paysans et des ouvriers agricoles, dont les luttes pour une existence meilleures seront sans relâche ; celles des travailleurs des carrières de marbre de Toscane, des mineurs de soufre de Sicile ; les voix fières et impertinentes des mondines ; celles des émigrés qui, après des décennies de défaites, allaient poursuivre leur rêve de justice dans d’autres terres. Entrée libre. Petite restauration sur place

--------------------------------------------------------------------------

Mardi 13 juin - Inzinzac-Lochrist (56), cinéma le Vulcain - 20h30 Projection de "Bienvenus", comédie sur un centre d'accueil pour réfugié-e-s en Norvège. Débat avec Amnesty international

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 8 juillet - Hennebont (56) - 12h Pique-nique végétarien et végétalien. Chacun-e apporte un plat et on partage. Table de presse : droit des animaux, impacts sanitaires, sociaux, éthiques, écologiques de l'alimentation, de la production / consommation carnée et ovo lactée. Rdv à la bergerie, le long du Blavet sur le halage. Organisé par le collectif veg@net-c.fr

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 8 et dimanche 9 juillet - Notre-dame-des-landes (44) - De nos terres à la Terre : Résister, agir, vivre... Rassemblement annuel organisé par la Coordination des opposant-e-s. Plus d'infos : http://notredamedeslandes2017.org

--------------------------------------------------------------------------

 

Concerts

Autres événements