Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 13:15

 

Celui qui a failli devenir prêtre vient de décéder à 85 ans, lundi 17 septembre 2012, dans son manoir...

leclerc caddie
Les deux grands quotidiens régionaux, Ouest-France et Le Télégramme, n'ont pas tari d'éloges pour le fondateur du groupe Leclerc. Il est vrai que la vie de leur journal doit beaucoup à cet annonceur qui n'hésite pas à dépenser des sommes folles en publicité. Si nous n'avons pas les chiffres des recettes publicitaires perçues par Ouest-France, en revanche ceux du Télégramme sont connus : 800 000 euros  annuels y sont dépensés par Leclerc (infos de 2009) !

 

Ca vaut bien une chouette nécro !

 

Déjà, lorsque le chef de l'Etat français, N. Sarkozy, a décoré "l'épicier de Landerneau" de la Légion d’horreur (pardon d'honneur !) fin 2009, les deux patrons des quotidiens régionaux, F-R. Hutin et H. Coudurier, étaient présents et ont pu japper à qui mieux-mieux.

 

Notons que cette décoration s'est faite contre l'avis du Préfet du Finistère. Comme tout le monde dans le coin, ce dernier était au courant du passé trouble d'Edouard durant l'Occupation. L’attribution de la rosette a bien fait jaser dans le landerneau (c'est le cas de le dire !) des résistants et de leurs familles. C'est que l'Edouard aurait un peu collaboré et livré quelques noms aux nazis. On n'est pas très sérieux quand on a 17 ans ! Un procès en diffamation est en cours contre le journaliste d'investigation Bertrand Gobin qui a remis l'affaire au goût du jour mais il a, semble-t-il, bétonné son dossier de preuves accablantes (consultez son site : http://www.bertrandgobin.fr/ et cet article de l'Express du 08/08/2012 :
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-passe-trouble-d-edouard-leclerc_886250.html). Il s’agit d’une pratique courante de la classe dominante pour décourager les critiques car elle sait que l’intégralité des frais de procès ne sera pas remboursée à son détracteur même s’il gagne… ainsi est faite la justice bourgeoise, laquelle est appelée à trancher en février 2013.

 

Bizarrement, ni Ouest-France, ni Le Télégramme n'ont fait allusion à cette ombre dans le parcours du "visionnaire", du "pionnier" ! Il est vrai que Michel-Edouard (le fils) "a su maîtriser les médias" avoue Ouest-France dans son édition du 18 septembre...


Mais s'il n'y avait "que" ce passé lointain... or, le bâtisseur de "l'empire" Leclerc est présenté comme celui qui a "baissé les prix" pour en faire "profiter les consommateurs". Et la recette serait simple : il était une sorte de grossiste faisant de la vente directe, en supprimant les intermédiaires et en n'ayant "pas d'actionnaires à servir".


Si OF reconnaît que "la contrepartie des prix bas, c'est une politique très dure à l'égard des fournisseurs, parfois étranglés par l'enseigne devenue leur principal client", nos journalistes ne diront rien des marges arrières... à cause desquelles le groupe Leclerc a été condamné à restituer 23 millions d'euros à certains fournisseurs en 2009.

 

Ils tairont complètement la politique salariale au rabais pratiquée dans la grande distribution au sens large (pas seulement chez Leclerc) et son corollaire une forme de répression anti syndicale, les temps partiels imposés, les conditions de travail et les horaires (tôt le matin et assez tard le soir), avec parfois des coupures assez longues en milieu de journée, les ouvertures certains dimanches (avec l’aval de la Préfecture ou des mairies)... En plus, les patrons sont encouragés à maintenir les salaires bas depuis plusieurs années, car, « au nom de l’emploi », les gouvernements ont réduit ou exonéré certaines cotisations sociales pour les salaires jusqu'à 1,6 fois le Smic : la sécurité Sociale est ainsi privée de recettes mais les marges de profits des hypermarchés s'en trouvent grandies... 


Les principaux emplois de la grande distribution sont ceux d'hôtesses et d'hôtes de caisse mais les caisses automatiques se substituent de plus en plus au personnel humain (et il se trouve des cons-sots-mateurs, qui se croient "autonomes" en passant par ces caisses automatiques alors que cela revient à travailler gratuitement pour les patrons des supers et hypermarchés !).


Il ne nous sera pas dit non plus que la pratique des prix bas implique pour les fournisseurs et les petits producteurs de renier sur la qualité, entre autres sur les denrées alimentaires... mais pas seulement. Ainsi, l'industrialisation de l'agriculture avec tous ses dégâts sociaux, écologiques et sanitaires, la désertification rurale, doit beaucoup à nos grands distributeurs.


Dans une interview donnée à "l'éconovateur" en mars 2012, l'expert-comptable Christian Jacquiau, auteur de "les coulisses de la grande distribution", nous permet d'appréhender plus largement l’illusion des prix bas :


"Au prix d'achat initial, le consommateur doit rajouter, sans qu'il s'en rende vraiment compte :
    – les prélèvements sur impôts (aides agricoles, frais d'infrastructures routières…),
    – les dégâts sociaux (chômage, dévitalisation des quartiers et zones rurales),
    – l'atteinte à l'environnement (faire ses courses près de chez soi engendre quatre fois moins de pollution et de nuisances qu'acheter les mêmes provisions dans un hypermarché de périphérie),
    – le gaspillage énergétique (la production locale n'étant pas privilégiée, faire venir des marchandises des quatre coins du monde est coûteux en énergie),
    – déresponsabilisation internationale (qui contrôle l'impact socio-économique des produits fabriqués dans les pays émergents ?), etc.

La liste est longue…"


Leclec-le-temple.jpgLes grandes surfaces prétendent créer de l'emploi mais passent sous silence ceux qui sont détruits pour faire face à leurs exigences : dans le commerce, dans l'industrie, dans la paysannerie (Cf. l'article Comment des hypers détruisent des milliers d'emplois  de février 2005)


On ne dira rien de l'enlaidissement de la périphérie des villes et des banlieues et même des bourgs parfois, avec leurs zones commerciales qui se ressemblent toutes... l'hypermarché occupant une place centrale en la matière, n'étant pas le dernier à les défigurer... C’est tout l’aménagement de l’espace qui est structuré en leur faveur.


La presse régionale, enchaînée par la publicité qu'elle perçoit, rampe et flatte ses généreux annonceurs… Peut-être est-ce pour cette raison que des anarchistes la qualifient de "presse bourgeoise et régionaliste" ?


Mais, les politiciens "roses" (on ne peut quand même pas dire "socialistes" !!), rivalisent dans le léchage de bottes... jusqu'au plus haut niveau de l'Etat. Nous vous laissons savourer leurs flatteries (extraites du Télégramme du 18 septembre 2012) :


"François Hollande, président de la République.

Le chef de l'État a rendu hommage à un chef d'entreprise «qui a rénové la grande distribution française, tout en faisant de la défense des consommateurs et d'une certaine éthique commerciale un combat incessant». (Note anars 56 : on goûtera particulièrement le terme "éthique"...)

Jean-Marc Ayrault, Premier ministre.

Le chef du gouvernement a salué «une réussite économique incontestable».


Pierre Moscovici, ministre de l'Économie et des Finances.

«Initiateur de la distribution à bas prix, il fit de la défense du consommateur l'un des piliers de sa stratégie commerciale. Son esprit visionnaire était unanimement reconnu. Le parcours de M.Leclerc (...) témoigne de son ambition et de sa détermination.»


Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.

«Édouard Leclerc était un visionnaire qui avait fait le choix, osé à cette époque, de vendre à prix de gros les produits de la vie courante. Il restera incontestablement cet entrepreneur breton devenu le père de la grande distribution française.»


Pierrick Massiot, président du Conseil régional de Bretagne

«Sa capacité d'innovation et son esprit pionnier forcent l'admiration. C'est un des plus grands entrepreneurs bretons qui nous a quittés aujourd'hui et je tiens à lui rendre hommage.» "

 

Pierre Maille, président du Conseil général du Finistère.

«Avec Edouard Leclerc disparaît une personnalité économique remarquable du Finistère. (...) Son action à la tête du mouvement Leclerc a été à l'origine de la création de milliers d'emplois.»

Le représentant local de l’UMP ne pouvait faire moins que ses comparses « roses » :

 

Jacques Le Guen, conseiller régional de Bretagne.

«Je me souviens qu'il y a près de 50 ans, alors Landernéen, mes parents allaient faire des achats dans le premier magasin d'Edouard Leclerc à Landerneau, lorsque les fins de mois étaient difficiles. Edouard Leclerc défendait un certain nombre de valeurs humaines et chrétiennes qu'il a essayé de mettre en oeuvre dans l'intérêt des consommateurs.»


Et les anarchistes, qui considèrent que l'Etat, son gouvernement et ses collectivités locales sont au service du Capital, exagéreraient ?


En tout cas, ce début de semaine, nos mouchoirs n'ont pas été envahis par les larmes...

Et même si c'est tout un système qui est à détruire et un autre circuit de production-distribution-consommation qui est à concevoir, sur une base d'entraide et d'autogestion, ce lundi 17 décembre, en découvrant les infos, il a été difficile de ne pas s'exclamer "Un de moins !"

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse suivante : groupe.lochu(a)riseup.net

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Réunion publique ANNULÉE pour cause de couvre-feu étatique : Mardi 27 Octobre - Rennes - 20h. Réunion publique : « Les résistances paysannes : une autre conception du progrès » avec Silvia Pérez-Vitoria (universitaire, auteure de « La riposte des paysans » et « Manifeste pour un XXIème siècle paysan », elle collabore aux revues « L’Ecologiste » et « Nature et Progrès »…). - Salle 12 Maison des associations 6 Cours des Alliés. Par le groupe la Sociale de la Fédération anarchiste

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Soirée ANNULÉE : Vendredi 30 octobre - Lorient, cité Allende (12 rue Colbert) - 20h Conférence-débat par Pinar SELEK, à propos de l'article de Voltairine de Cleyre « Le mariage est une mauvaise action ». Organisée par les Ami.e.s de Voltairine

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lundi 2 novembre - Rennes - 19h Causerie Populaire : Croissance économique & décroissance globale : de quoi parle-t-on ? Avec François Graner, biophysicien directeur de recherche au CNRS de l’Université de Paris – Diderot. Débat animé par Jean-Pierre Tertrais, auteur d’une centaine d’articles dans le Monde Libertaire, des brochures et livres sur la décroissance. au local la commune, 17 rue de Châteaudun, Rennes. Par le groupe la Sociale de la Fédération anarchiste

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 5 novembre - Vannes - 14h30 Mobilisation des salarié.e.s du social et du médico-social public et privé "en solde et en grève" contre l'imposture du "Segur" (- 183 euros), à l'appel de la CGT 56 "Santé et action sociale". Rdv Place de la mairie

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lundi 9 novembre - Questembert, cinéma Iris - 20h30 Ciné-débat "Un pays qui se tient sage" de David Dufresnes (sur les violences policières), en présence du réalisateur. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 12 novembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h45 Ciné-débat "La cravate" (sur le parcours d'un militant d'extrême-droite), en présence du co-réalisateur Etienne Chaillou. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 14 novembre - Belle-Ile, Le Palais, salle Arletty - 20h30 Ciné-débat "Delphine et Carole, insoumuses" (Ce voyage au cœur du « féminisme enchanté » des années 1970 relate la rencontre entre la comédienne Delphine Seyrig et la vidéaste Carole Roussopoulos. Derrière leurs combats menés caméra au poing, surgit un ton empreint d’humour et d’insolence. Réalisé par la petite-fille de Carole). Rencontre avec Josiane Zardoya, monteuse du film.  

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 19 novembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Mon pays fabrique des armes" (sidérante enquête sur les ventes d'armes françaises), d'Anne POIRET. En partenariat avec Amnesty International, avec Jean Froidefond de la commission "armes" d'Amnesty et Armand Paquereau de la campagne "Silence ! On arme". Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 27 novembre - Lorient, cité Allende (12 rue Colbert) - 20h Conférence-débat « La contraception masculine » par l’association Thomas Bouaoù – avec lectures de textes du livre d’André MOREL « Le Zoïde ». Organisée par les Ami.e.s de Voltairine

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dimanche 29 novembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 18h Ciné-débat "LIP. L'imagination au pouvoir" (sur une entreprise reprise en autogestion par ses employé.e.s au cours d'une grève). Suivi d'une rencontre avec l'équipe de l'Usine Invisible, structure solidaire développée dans le Morbihan dans un souci de juste reconnaissance et rémunération des couturièr.e.s mobilisé.e.s par la crise sanitaire

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 10 décembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Autonomes" (documentaire de François Bégaudeau), en présence de Benjamin Constant, présent dans le film. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements

Au cinéma Ti Hanok à Auray Dim 29 nov