Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 20:57

affiche-fa-gn.JPGRendez-vous pour les manifestations (10 h) :


Vannes : La Rabine
Lorient : Boulevard Cosmao-Dumanoir
Pontivy : La Plaine

Ploërmel : Mairie

Belle-île :Embarcadère Le Palais

Groix : Les halles


 

IL FAUT SAVOIR COMMENCER UNE GREVE ! *

 

Ça pousse ! Appel à la mobilisation des organisations étudiantes et lycéennes que Chatel est chargé par Sarko de suivre de très près pour la désamorcer ; appels à la grève reconductible à EDF, GDF-Suez, RATP, SNCF, transports en commun de nombreuses villes de France, Total, et d’autres encore, toujours plus nombreux, qui viennent de la base, et qui font l’effet d’une traînée de poudre…

 

A l’approche de la journée du 12 octobre, des fissures apparaissent dans le bel ordonnancement de la pseudo-lutte contre le plan Sarkozy-Fillon-Woerth dans lequel les bureaucraties syndicales voudraient bien nous engluer à coup de journées d’action où des cortèges fournis masquent le nombre réel de grévistes.

 

Depuis le 23 septembre, l’exigence du retrait s’exprime de plus en plus clairement dans les prises de position à la base, et il devient de moins en moins tabou de le faire, y compris contre les appareils syndicaux . Car la ficelle commençait à devenir trop grosse : une manifestation un samedi et un vide de près de trois semaines alors que la question sur toutes les lèvres le 23 septembre était : qu’est-ce qu’on fait le 24 au matin ? Cette fois, ça ne passe plus, et la base s’affranchit, c’est donc maintenant ou jamais qu’il faut y aller, sans quoi la défaite est au bout du chemin, avec son cortège de nouveaux coups durs encore plus nocifs que les précédents. Le gouvernement de ce pays n’a d’ailleurs pas attendu une éventuelle victoire sur le dossier des retraites pour annoncer des méfaits supplémentaires :

- déremboursements aggravés de médicaments,

- gel du point d’indice pour les fonctionnaires jusqu’en 2013, au lieu de 2011,

- emploi désormais décomplexé du terme de « rigueur » en matière budgétaire, on peut penser sans risque d’erreur que ce n’est qu’un début…

 

Face à cette montée de la colère, l’attitude des leaders syndicaux constitue un réel problème pour leurs mandants : quand ils ne s’opposent pas clairement à la généralisation du conflit, comme en témoigne la dernière déclaration de Bernard Thibaut le 7 octobre sur RTL : "Cela

(NDLR : la grève générale, précisons que cet amnésique pourrait se pencher sur l’Histoire de la CGT du début du 20ème siècle pour s’apercevoir de l’énorme contre-vérité qu’il profère…) n'a jamais été pratiqué dans l'Histoire sociale de notre pays (...) C'est un slogan pour moi tout à fait abstrait, abscons. Cela ne correspond pas aux pratiques par lesquelles on parvient à élever le niveau du rapport de forces", quand ils ne freinent pas des quatre fers, empêtrés qu’ils sont dans leurs compromissions avec le pouvoir, ils se cantonnent dans le silence ! Leur devoir et leur honneur seraient pourtant de relayer sans état d’âme le mouvement impulsé par les fédérations et les syndicats de base, mais d’honneur, il n’en ont jamais eu, et ils s’assoient depuis tellement longtemps sur leurs mandats qu’ils n’ont pas davantage le sens des comptes qu’ils doivent rendre à ceux qui les ont mis en place !

 

Pourtant, jamais la grève générale n’a autant été à l’ordre du jour, en France, en Espagne, en Grèce, jamais elle n’a été aussi cruciale, jamais elle n’a été reliée aussi étroitement à la nécessité de sortir de toute urgence du capitalisme par une révolution sociale. Alors, s’il faut savoir commencer une grève, il faut aussi savoir commencer une révolution !

 

Fédération anarchiste.

 

* "Il faut savoir terminer une grève (…) ". Maurice Thorez, Secrétaire Général du PCF en 1936, repris par Nicolas Sarkozy en 2007.

Construire les perspectives

 

C’est le 23 mars 2010 que la première journée de protestations contre une nouvelle réforme des retraites fut initiée par les centrales syndicales. Plus ou moins réussies au début (800 000 manifestants en mars), ces manifestations deviennent massives malgré l’été, pour aboutir au 7 puis au 23 septembre avec ses millions de manifestants et de grévistes. Comment expliquer cette progression tellement étalée dans le temps ?


La réussite de la mobilisation tient d’abord au fait que cette réforme est ressentie comme génératrice d’injustices notamment pour les femmes, et comme une menace contre tous et chacun d’entre nous. Elle est aussi l’expression d’un ressenti contre le travail, qui prend trop de place dans nos vies ; et d’un rejet des lois du profit qui nous font travailler plus et plus longtemps, pour des objectifs à la fois inégalitaires et incertains. Ajoutons à cela que le contexte mondial (crise économique, renflouement par les États des groupes capitalistes défaillants, etc.) et national (une exaspération diffuse mais nette de la politique gouvernementale et présidentielle : voir les protestations du 4 septembre contre le racisme) jouent un rôle décisif dans la montée du mécontentement.

 

Des signes encourageants laissent penser qu’une nouvelle politisation est en cours. D’autre part, les centrales syndicales qui s’engagent dans l’unité, même si elle est fragile et de façade, encouragent par là l’enracinement de la mobilisation populaire et sa reconnaissance par l’opinion publique.


Toutefois, il faut relever que les manifestations ont du mal à exprimer des exaspérations suffisamment fortes pour aboutir à des mots d’ordre ou des réactions plus offensifs. Mais c’est compréhensible. Ce sont les syndicats majoritaires qui sont à l’origine du mouvement et ils ne demandent pas le retrait, mais à être pris en compte par le gouvernement. À partir de ces constats, nous percevons bien les limites de la protestation sociale en cours, dans un pays où le taux de syndicalisation est faible (8 % des travailleurs). La masse des gens pouvant participer au mouvement est donc mobilisée par des organisations syndicales affaiblies, prêtes à arrêter la mobilisation pour négocier, et qui n’impactent que le monde du travail.


Par ailleurs, parmi les opposants revendiqués de la réforme, FO se refuse à employer le mot de « grève générale », selon son secrétaire général, car c’est « un terme teinté d’insurrection » ; quant à SUD Solidaires, et à la CNT dans une bien moindre mesure, leurs capacités à mobiliser les cantonnent de fait dans une fonction protestataire et sans moyens suffisants pour faire pencher la balance.


Ces constats, qu’ils nous plaisent ou non, servent à anticiper raisonnablement sur les faits ; et c’est de là que découlera notre intervention, et donc, à notre échelle, notre apport à une radicalisation de ce mouvement social.

 

À ce jour, l’opinion se répand selon laquelle une journée d’action de temps à autre relève de la perte de temps et d’argent, pour un résultat faible. Il y a donc une possibilité – impossible à évaluer – que des sections syndicales, avec le durcissement, décident de pousser leurs fédérations ou unions territoriales à radicaliser le conflit. Ou à le quitter ! Ce qui serait pire, et générerait de la frustration et la sensation que se battre ne sert à rien.


Les limites intrinsèques de ce mouvement social en cours – auquel il est nécessaire de participer – nous amènent à réfléchir à l’intérêt d’aller chercher des ressources supplémentaires hors du monde du travail plus ou moins drainé par les syndicats. Des ressources qui seraient à la fois des appuis précieux et complémentaires au mouvement syndical, et qui seraient une opportunité pour des gens, souvent exclus du monde du travail, de prendre une part à cette lutte qui les concerne sans que, pourtant, on ne s’adresse à eux.

 

Du point de vue tactique, il faut se placer déjà dans une phase de la protestation qui doit s’élargir pour vaincre. Pour cela, nous pouvons favoriser la rencontre (tractages, réunions publiques post-mouvement en cours…) avec les gens non organisés ou non travailleurs, faire et organiser l’agitation en marge des défilés syndicaux tout en participant à ceux-ci, proposer des modalités individuelles et/ou collectives pour participer au mouvement sans être forcément syndiqué ou même travailleur actif, activer nos réseaux sociaux et associatifs pour donner une ouverture à ce mouvement du refus, mailler nos territoires de structures sociales qu’il conviendrait de rapprocher entre elles… Ce sont des pistes sérieuses, dont l’objectif est l’organisation sociale des gens dans l’autogestion.

 

Il est inutile et nuisible de compter sur les organisations politiques de gauche et d’extrême gauche qui promettent à nouveau aux protestataires de raser gratis aux prochaines élections, si on vote pour eux, bien sûr. En plus, le seul candidat susceptible de fédérer cette gauche serait l’actuel président du FMI…


La tâche est donc à facettes multiples, et sans oppositions éventuelles entre syndicalisme et travail politique, avec une réelle complémentarité valorisable dans nos groupes anarchistes, attachés au pluralisme des idées et des pratiques. Nous pouvons viser dès aujourd’hui l’élargissement de la mobilisation sociale en cours, dans la convergence des luttes et le pluralisme des modes d’interventions, l’acquisition de l’autonomie par l’autogestion et l’action directe collective, et la tenue d’assemblées populaires dans et hors le monde du travail. Objectifs : nous organiser maintenant et nous projeter dans des perspectives crédibles et réalistes.

 

Extrait du Monde libertaire 1606 paru le 30 septembre 2010

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er jeudi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog. Nous vous recommandons de télécharger adblock qui les neutralisera. Adblock, logiciel gratuit, fonctionne pour Mozilla, Internet explorer, etc...

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
 

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 10 juin - Vannes - 10h30 Rassemblement en mémoire de Clément Méric, antifasciste, tué par des néo-nazis. Clément, Brestois d’origine, militant anti-fasciste, anti-capitaliste et de la cause animale, a été assassiné le 5 juin 2013 par des néo-nazis à Paris. L’actualité nous confirme que ses combats sont toujours nécessaires. Programme : lecture publique de textes et chants de lutte, puis pique-nique. Le Kiosque, esplanade du port, la Rabine. Proposé par le groupe libertaire René Lochu

--------------------------------------------------------------------------

Dimanche 11 juin - Augan (56), café Le champ commun - 17h : 150 années de luttes à travers les chants italiens avec "Le chant des grenouilles", "Senti le rane che cantano…" Dans ce spectacle mêlant récits, chants et musique, nous vous ferons entendre d’autres voix : celles, orgueilleuses et enragées, des brigands méridionaux et de leur guerre désespérée contre le nouvel État ; celles des paysans et des ouvriers agricoles, dont les luttes pour une existence meilleures seront sans relâche ; celles des travailleurs des carrières de marbre de Toscane, des mineurs de soufre de Sicile ; les voix fières et impertinentes des mondines ; celles des émigrés qui, après des décennies de défaites, allaient poursuivre leur rêve de justice dans d’autres terres. Entrée libre. Petite restauration sur place

--------------------------------------------------------------------------

Mardi 13 juin - Inzinzac-Lochrist (56), cinéma le Vulcain - 20h30 Projection de "Bienvenus", comédie sur un centre d'accueil pour réfugié-e-s en Norvège. Débat avec Amnesty international

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 8 juillet - Hennebont (56) - 12h Pique-nique végétarien et végétalien. Chacun-e apporte un plat et on partage. Table de presse : droit des animaux, impacts sanitaires, sociaux, éthiques, écologiques de l'alimentation, de la production / consommation carnée et ovo lactée. Rdv à la bergerie, le long du Blavet sur le halage. Organisé par le collectif veg@net-c.fr

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 8 et dimanche 9 juillet - Notre-dame-des-landes (44) - De nos terres à la Terre : Résister, agir, vivre... Rassemblement annuel organisé par la Coordination des opposant-e-s. Plus d'infos : http://notredamedeslandes2017.org

--------------------------------------------------------------------------

 

Concerts

Autres événements