Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 22:11

Ce dimanche 7 décembre après-midi, le collectif vannetais anti-aéroport à Notre-Dame-Des-Landes a déployé des banderoles sur deux ponts surplombant la voie express, sur laquelle circulent plusieurs milliers de voitures par heure. Cette action, pour rappeler aux bons souvenirs des sinistres qui nous gouvernent que nous ne lâcherons rien, s'inscrivait dans le cadre d'une campagne plus large de l'ACIPA, intitulée "Tous sur les ponts contre les GPII : Contre les Projets inutiles et Imposés, les 6 et 7 décembre".
Les deux équipes du collectif ont eu chacune le droit à un contrôle d'identité, avec toutefois un traitement différent : l'une par la police nationale qui nous a contraints à retirer les banderoles alors qu'il n'a rien été demandé de tel à l'autre groupe, contrôlé par la gendarmerie.
Des membres du groupe Lochu ont été aperçus dans ce déploiement de banderoles...

Repost 0
Published by anars56
commenter cet article
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 23:58

"Un appel était lancé à bloquer l’usine Nobelsport mercredi 3 décembre.

Une personne présente sur place a écrit un compte-rendu des événements de la journée que nous publions ici.


Environ 200 personnes présentes à la manif, à noter la présence de pas mal de personnes de Rennes et de Notre-dame-des-landes.

 

Nous nous sommes tout d’abord tous retrouvés au bourg de Pont-de-Buis (29), avant de partir en cortège avec le camion sono vers le site de Nobelsport. Pendant la marche, nous n’avons croisé que deux ou trois personnes de Pont-de-Buis.
Arrivés devant la grande porte, des clôtures du site ont été ouvertes, et un groupe a pu entrer sur un petit périmètre du site. Les gendarmes étaient là, une vingtaine peut-être, surtout des jeunes, certainement encore en formation à Châteaulin.
D’autres clôtures ont sauté, laissant plusieurs ouvertures sur le site, et obligeant les gendarmes à se répartir sur les différentes brèches.
Les banderoles ont été installées, des inscriptions peintes.

Puis la cantine s’est installée pour servir à manger aux personnes, réparties entre les ouvertures du site, les différents gendarmes et la cantine. Temps convivial donc, temps de discussion en petits groupes, avec feu et musique.
Vers 14h30-15h, nous nous sommes regroupés pour discuter de l’action, faire un bref retour sur comment la journée avait été organisée, et sur les suites à donner.

Beaucoup d’idées ont été proposées, ce qu’il en ressort je trouve c’est la motivation et la détermination des personnes : un prochain rendez-vous a été fixé au week-end du 9-10 janvier à Brest pour organiser une autre action, et entre temps, une invitation à multiplier ce genre d’actions sur ces cibles.

Lors de l’assemblée générale a été adoptée l’idée de “désécuriser” le site lors de la marche retour vers bourg.
Nous sommes donc repartis en musique et les différents portails du site ont été forcés, et des clôtures ont de nouveau sauté, faisant courir les flics sur le site d’une porte à l’autre.

Retour au bourg vers 17h, sans soucis, et avec beaucoup de sourires aux lèvres."

 

 

 

 

 

Selon Ouest-France : Rémi Fraisse. Une manif devant l'usine de munitions militaires


Repost 0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 22:04

Appel du Collectif 29 contre les répressions policières


Contre la violence d’État, son INjustice, sa police et ses armes :

bloquons l'usine Nobelsport (fabricant d'armement de répression)


PONT-DE-BUIS (FINISTERE) - MERCREDI 3 DÉCEMBRE

 

Dsarmons-la-police-medium
 

Le 26 octobre dernier, Rémi Fraisse, étudiant de 21 ans est décédé sur le site de Sivens dans le Tarn lors de la manifestation qui a rassemblé plusieurs milliers d’opposant-es au barrage. Il a été tué par l’explosion d’une grenade offensive de la gendarmerie. 


Ce drame n’est pas un accident, il est le résultat de plusieurs mois de violences policières croissantes envers les opposant-es pour imposer un projet inutile dont la pertinence est aujourd’hui même remise en cause par un rapport d’experts : trop coûteux, pas adapté aux besoins réels, entraînant des dégradations et destructions environnementales sans réelle prise en compte des solutions alternatives possibles et existantes... 


Loin d'être une exception, la mort de Rémi Fraisse s'ajoute à la liste déjà longue des victimes de la répression policière. Malik Oussekine tué lors d'une manifestation en 1986, Wissam El Yamni tabassé à mort par des policiers le 9 janvier 2012, Amine Bentounsi tué d'une balle dans le dos à Noisy-Le-Sec, Abdelhak Goradia tué lors d'une reconduite à la frontière en août 2014... 


La répression à laquelle ont dû faire face les opposant-es au barrage de Sivens n’est pas isolée. De nombreux-ses manifestant-es sont gravement blessés et mutilés par les forces de l’ordre dans le cadre de luttes légitimes, des dizaines de syndicalistes sont poursuivis suite à des grèves.  


C’est par peur de voir se multiplier les résistances et les alternatives que le gouvernement crée un climat de violences et de criminalisation des mouvements sociaux et écologiques. Un jeune de 21 ans est mort, tué par la police, tandis que médias et gouvernement nous font croire que ce sont les manifestant-es qui sont violents.


Cette violence répressive qui ne vise qu’à défendre la loi du profit ne doit pas rester sans réaction. Partout en France exigeons :

 

- l'arrêt immédiat de toutes les poursuites judiciaires à l'encontre des personnes ayant participé aux manifestations des dernières semaines, mais aussi aux manifestations de soutien aux ZAD de Notre Dame des Landes et du Testet.

- l'amnistie pour toutes les personnes condamnées.

- la libération des camarades emprisonnés, notamment Enguerrand, en grève de la faim et maintenu arbitrairement en détention par le procureur de Nantes. 

 

Partout en France organisons-nous pour lutter contre toutes les violences policières, dans les villes, les quartiers, les facs, les ZAD ! 

Partout en France, bloquons les usines qui fabriquent les armes qui blessent, mutilent et tuent. Ces usines sont complices et actrices de la violence d’État. 

 

A Pont-de-Buis dans le Finistère, l'usine Nobelsport fabrique des grenades, lacrymogènes et flash-balls qu'elle vend à l'armée et à la police. 

 

Alors, mercredi 3 décembre, rendez-vous à Pont-de-Buis, à partir de 10h devant l’espace François Mitterrand pour une manif et un blocage de l’usine Nobelsport.

 

Exigeons :

L’interdiction des armes soi-disant non létales utilisées par le bras armé de l'État (grenades, flash-ball, Taser...)

 Le désarmement de la police

La fin des violences policières et judiciaires.

Repost 0
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 22:40

Photo-pleine-page-001-copie-1.jpg

 

Manif contre les violences policières à Nantes le 22/11/2014. Action pacifiste. Jugement à Rennes le 7 janvier 2015. Kamyapoil.free.fr

Repost 0
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 10:29

Depuis début novembre, notre groupe a été présent publiquement dans la rue à deux reprises.
Samedi 8 novembre, sous la pluie froide, parmi une quarantaine de personnes, nous nous sommes retrouvés sur l'esplanade du port de Vannes en hommage à Rémi Fraisse et plus largement pour dénoncer les violences policières (et le marché international du "maintien de l'ordre" qui leur est associé : techniques de contrôle des foules et commerce de matériels de répression et de surveillance)... ainsi que la société productiviste que l'appareil d’État soutient.


Nous nous sommes ensuite abrités sous le kiosque à musique où des prises de paroles spontanées ont pu avoir lieu : lecture de notre tract, témoignage sur les poursuites toujours en cours que "Camille à barbe" subit depuis qu'il s'était mis nu avec une amie devant un cordon de flics, au plus chaud de la lutte contre le projet d'aéroport de NDDL en 2012, action pacifique qui leur vaut un procès pour "outrage", informations de l'AFPS 56 (France Palestine Solidarité) sur la féroce répression des Palestinien-ne-s par les troupes de l’État d'Israël mais aussi sur les résistances là-bas, etc...


Le compte-rendu du Télégramme nous apprend que le chef du FN vannetais avait demandé à la Préfecture l'interdiction de notre rassemblement... craignant des "anarchistes libertaires radicalisés". S'il a bien raison de nous craindre pour les idées nauséabondes qu'il véhicule, ce nationaliste serait bien inspiré d'étudier à nouveau la langue de son pays : il verrait alors qu'accoler "anarchistes et libertaires" est un pléonasme... Nous acceptons volontiers le terme de "radicaux" dans son sens étymologique, car nous nous attaquons effectivement aux problèmes à leur racine : les rapports de pouvoir, de domination entre les individus et les groupes. Mais notre cher frontiste voulait sans doute dire "extrémistes". Eh bien, nous lui retournons volontiers le qualificatif !

 

Mardi 18 novembre, à partir de 18h00, à l'appel de la Fédération antinucléaire de Bretagne dont nous sommes membres, nous nous sommes rassemblés avec une vingtaine de personnes, devant la Préfecture en soutien à l'Observatoire du nucléaire. Lequel est en procès face à Areva qui le poursuit pour une prétendue diffamation après sa révélation d'une possible corruption du Président du Niger par le groupe nucléaire. Areva a fait un "curieux don" à ce dernier de 32 millions d'euros pour l'achat d'un avion. Le Niger est l'un des grands fournisseurs d'uranium...
Banderoles et pancartes avec pour slogans : "Areva + État = mafia nucléaire", "Areva ne fera la loi, ni en Bretagne, ni en France, ni au Niger, ni ailleurs !" Diffusion de tracts pour informer les passant-e-s.
Cette action s'est déroulée simultanément à Lorient et à Quimper.


Même si on n'est pas super nombreuses et nombreux à se mobiliser, chaque action de solidarité est un bien pour celles et ceux qui luttent et un grain de sable dans les rouages de la machine capitaliste.

Si vous avez envie de donner corps à votre révolte et que vous habitez à Vannes ou alentour, que les idées libertaires vous stimulent, n'hésitez pas à nous rejoindre. Chaque voix compte !

Ce samedi, certain-e-s d'entre nous seront à la manifestation nantaise contre les violences d’État et la criminalisation du mouvement social.

Repost 0
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 18:46

Voici l'appel du comité d'organisation :

 

 

Face au déchainement de la répression étatique et des violences policières qui cherchent à museler la résistance et le droit de manifester dans un espace public, nous appelons à reprendre la rue le 22 novembre.

 

Cette initiative, lancée depuis l'automne, par des comités locaux anti-aéroport, suite aux incessants procès de participantEs à la manifestation nantaise du 22 février, résonne singulièrement avec l'actualité de ces derniers jours et le drame du Testet.

 

Nous voulons, par cette initiative, dénoncer deux choses. D'abord l'usage d'armes mutilantes et mortelles par la police dans le cadre des manifestations, dans des villes mises en état de siège par des arsenaux comme canons à eau, rues bloquées par des grilles, vidéo-surveillance des cortèges, etc... Ensuite l'acharnement des tribunaux via une justice d'abattage qui condamne les opposantEs, en appuyant les convictions des juges sur les fichiers de la DGSI, police chargée de surveiller les mouvements politiques d'opposition.

 

Le déroulement de cette manifestation consistera à déposer des lettres d'auto-dénonciation qui seront remises au procureur pour exprimer notre solidarité avec les personnes condamnées et refuser ainsi la stigmatisation des opposantEs aux décisions de l'Etat.

 

22fev-medium
 

22fev_nantesrevoltee-medium
 

 

SOYONS CRÉATIFS ET CRÉATIVES POUR MONTRER NOTRE DÉTERMINATION !

 

Le collectif d'organisation de la manif du 22.11 considère qu'il y a un enjeu très fort à reprendre la rue en masse, à ne pas la laisser à la police. Et cela passe par le fait de vaincre la peur collective qui s'est installée ces derniers jours, suite à l'accumulation de blessures, mutilations, incarcérations et tabassage médiatique.

 

Nous ne condamnons pas les expressions de colère, surtout suite au meurtre de Rémi, mais nous considérons que les affrontements avec la police et la casse participent à faire monter la tension de telle façon que tout un tas de gens ne se sentent pas à l'aise pour retourner manifester, ou bien n'en voient plus l'intérêt stratégique.

 

Nous proposons donc à toutEs les participantEs à la manif d'apporter des idées nouvelles pour instaurer un climat de confiance, et donc de considérer comme un enjeu de s'abstenir de répondre aux provocations des flics ou s'en prendre aux biens matériels.


Il ne s'agit pas là de porter une critique idéologique sur ces actes mais bien d'une volonté stratégique de reprendre la rue en masse à cette occasion.

 

Le collectif d'organisation de la manifestation, composé des membres de comités locaux contre le projet d'aéroport, de collectifs anti répression, de membres de différentes associations et d'individuEs

Repost 0
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 22:57

Du vendredi 21 au dimanche 23 novembre - Café de la Pente à Rochefort en Terre (56) - A nous la terre ! Rencontres autour de l'accès au foncier, proposées par le réseau Ramène ta fourche et la Bibliothèque de la Terre aux pavés.
- Vendredi 21 : un carnet de voyage conté à la rencontre des paysans du monde
- Samedi 22 : une discussion autour de la situation des luttes pour la terre au Mexique
- Dimanche 23 : On fait quoi maintenant ? une journée de discussions autour de l'accès au foncier dans nos coins, des actions à mener pour soutenir les copain-ine-s qui ont des problèmes, ...

 

de-la-pente-aux-paves_0-001.jpg

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 21:30

Mediapart a révélé hier dans une enquête que, contrairement à ce qu'ils ont laissé entendre, gendarmes et gouvernement, ont su immédiatement que Rémi F. avait bien été tué par une grenade offensive...

 

Lire l'article de Mediapart : Sivens : la faute des gendarmes, le mensonge de l'Etat

 

Lire aussi l'article de Yannis Youlountas (que nous avions reçu à Vannes l'an passé pour son film "Ne vivons plus comme des esclaves !"), paru dans Siné Mensuel : "Qui a peur du grand méchant casseur ?"

 

 

Voici le texte qui sera diffusé demain après-midi par le groupe Lochu au rassemblement de Vannes en mémoire de Rémi Fraisse, opposant au barrage de Sivens (Tarn), contre les violences policières, pour la liberté de manifester et contre la société productiviste.

 

BAM ! T’es faiblement mort !

Rémi, 21 ans, est décédé sur la ZAD du Testet, soufflé par une des armes faiblement létales utilisées couramment par les forces de l’ordre chargées de protéger le peuple les intérêts de ceux pour qui le peuple est un obstacle.

 

Pendant longtemps, les marchands de douleur ont fait la promotion d’armes non létales avant de corriger en faiblement létales, le nombre croissant « d’accidents » révélés ne permettant plus de poursuivre un mensonge aussi obscène.

 

Chaque fois qu’un flic brandit son taser, pointe son flashball ou dégoupille une grenade, il a normalement pleinement conscience qu’il peut faiblement tuer.  Je n’oserais me prononcer sur le fait qu’il l’oublie faiblement ou qu’il l’espère un peu, vu l’emploi décomplexé, massif, violent et systématisé de ces armes dans toutes les répressions de manifestation, et plus largement à la moindre occasion.

 

Est ce que le très faible assassin de Rémi dort bien ? A t-il de faibles remords ?

 

Le gouvernement (enfin, une partie du gouvernement) a, très faiblement et avec quelque retard, exprimé ses condoléances, du bout des lèvres et en les nuançant par d’habiles ajouts de périphrases insinuant qu’après tout, les militants casseurs l’avaient bien cherché.

 

Ça n’a pas duré longtemps : le gouvernement (tout entier, cette fois) est vite retourné pleurer très fortement et sans retenue ni nuances quelqu’un qui le méritait vraiment, lui : un de ces très riches et respectables super-patrons pour la protection desquels il équipe sa police d’armes faiblement létales, ordonne à sa police de s’en servir pour frapper et écraser fortement, permet à sa police de blesser, absout sa police quand elle tue.

 

Est ce que les très faibles assassins de Rémi dorment bien ? Ont-ils de faibles remords ?

 

Toutes nos pensées et notre soutien vont à tous les Zadistes, « casseurs » ou pas : unis dans un même combat, la différence entre les uns et les autres n’est qu’une affaire de degré d’exaspération face à la faiblesse des élites envers l’argent, la faiblesse du pouvoir envers les élites, et la très faible retenue de leurs chiens de garde quant il s’agit d’aller faire taire l’indignation.

 

Tous nos regrets et nos excuses vont à la famille et aux amis de Rémi, nous sommes aujourd’hui plus que jamais tristes et désolés de n’avoir pas encore réussi à changer ce monde où les assassins sont les maîtres.

 

Rest in Fight.

 

Texte repris du Blog "Le noir gAzier" du groupe Béthune-Arras (62) de la Fédération anarchiste

 

 

Repost 0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 11:49

maudite soit la guerre liber terre-001

 

maudite soit la guerre liber terre-002

Repost 0
Published by anars56 - dans antimilitarisme
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 20:38

Affiche 081114 2

 

Communiqué de presse :

- Répression des mouvements sociaux et interventions policières dans les quartiers, causant de nombreux blessés, parfois mutilés à vie, et même des morts.
- Interdiction de manifester à Paris pour dénoncer ces violences de l'État, générant des arrestations massives.
- Interdiction de se rassembler à Nantes en solidarité avec les Kurdes de Kobané en lutte contre les troupes du mouvement "Etat islamique" au prétexte qu'il y a une autre manifestation "à risques" au même moment en solidarité avec Rémi Fraisse.
- Vidéosurveillance dans les rues et espionnage des échanges internet...

 

La société capitaliste, via son État, ses polices et gendarmes, affirme son véritable visage : celui du contrôle de la population et de sa soumission à son ordre. Les méthodes de "maintien de l'ordre" constituent en elles-mêmes un marché, une offre de services monnayables auprès d'autres États (Michèle Alliot Marie, alors Ministre de l'Intérieur, avait démarché Ben Ali, dictateur de Tunisie, pour mater les révoltes populaires). Le matériel utilisé (armes, engins...) est lui aussi un marché expérimenté en direct sur le terrain - urbain et rural - pour être ensuite mieux exporté.

 

Derrière la façade libérale et démocratique, la réalité est là : on ne peut manifester que si on ne remet plus rien en cause. Les inégalités dans la société se creusent, générant des souffrances pour une majorité, notre santé est remise en cause par les pollutions des industries capitalistes, il est un devoir de se soulever, de créer une société libre et autogérée, sans racisme, sans classes, ni patriarcat, ni État.

 

"Ceux qui ne bougent pas ne sentent pas le poids de leurs chaînes."

 

Pour le dire haut et fort, rassemblons-nous à Vannes la Rabine, esplanade du port, rive droite, samedi 8 novembre à partir de 14h30

Groupe libertaire Lochu (Vannes)

 

081114.jpg

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er lundi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été. Pas de permanence lundi 2 octobre 2017.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
Notre prochaine soirée publique :
 
 
 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tout novembre (du 1er au 30 !) - Le mois du documentaire 2017, 17ème édition. 113 séances en Bretagne

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 2 novembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "La question démographique et ses implications politiques", avec Jean-Pierre Tertrais, par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 10 novembre - Vannes - Soirée débat du groupe Lochu. Nous accueillons Alain Leduc pour son ouvrage "Octave Mirbeau, le gentleman-vitrioleur"

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 7 décembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "Migrants. Témoignage de sympathisants sur leur expérience à Calais en soutien à la lutte des migrants", par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements