Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 21:17

Saint-Yves, financement public de lieux de culte et drôle de député.

Ouest-France du 19 mai 2013 nous apprend :

 

"A l’issue de deux ans de travaux, l’église de Saint-Yves-des-Bretons de Rome a été rouverte à la faveur de la célébration du pardon de Saint-Yves, patron des Bretons et des hommes de loi." (...) Ont pris part à cette cérémonie "l'ambassadeur de France près du Saint-Siège, le recteur de l’église Saint-Yves-des-Bretons et Marc Le Fur, député des Côtes-d’Armor." (...)

"Les travaux ont été financés dans le cadre de la convention entre les Pieux Établissements et le ministère français de la Culture et de la Communication prévoyant un programme de restauration des cinq églises françaises de Rome. Le Conseil Régional de Bretagne, la Fondation du patrimoine et un donateur anonyme ont également apporté une importante contribution à la prise en charge du coût des travaux. L’église de Saint-Yves-des-Bretons fut attribuée par le Vatican, en 1513, à l’importante colonie bretonne vivant à Rome au XVe siècle (...)."

Si on peut imaginer que la colonie bretonne à Rome au XVème siècle était pieuse, force est de reconnaître que même en Bretagne la croyance en une divinité heureusement recule. Il semble que des élus (de droite et de gauche) oublient un peu la Loi dont ils sont censés être les garants : par exemple, celle de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat, dont l'article 2 prévoit que « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte [...] ». Mais, prétextant soutenir la culture (ajoutons "de l'obscurantisme"), nos chers élus dilapident les deniers publics au profit d'une religion...

Penchons-nous un peu sur le cas de ce député UMP des Côtes d'Armor, Marc Le Fur qui était présent. Qu'il y aille en son nom propre cela le regarde, mais en tant que représentant du "peuple" d'une République encore (un peu) laïque, cela pose problème. Or c'est bien le député qui a fait le déplacement et a assisté à la cérémonie religieuse...

Il prétend beaucoup aimer la Bretagne et oeuvrer pour cette cause. En ce sens, il a déposé un amendement visant à sa réunification. Soit. Même si on s'en fout un peu, pourquoi pas ? Toujours est-il que s'il s'est déplacé à Rome pour la cérémonie religieuse à l'occasion du pardon de Saint-Yves, c'est sans doute en s'imaginant représentant des Bretons. Mais quels Bretons et quelles Bretonnes peut-il représenter ? Pour le comprendre, regardons une partie de ses actions des 3 dernières années. Début 2013, il a proposé d'autoriser la célébration de mariages religieux sans qu'ils soient précédés de mariages civils. Il participe également aux manifestations des opposant-e-s homophobes au mariage pour tous.
Devant l'Assemblée nationale, lors d'une de ces manifestations réactionnaires, il a même fait un geste brusque et volontaire à l'encontre d'un gendarme projetant son calot à terre. Pas de poursuites judiciaires. Il a aussi participé à la bousculade violente à l'Assemblée nationale le 18 avril 2013 lors de la discussion de la Loi sur le mariage pour tous. A ce titre, il a juste eu un "rappel à l'ordre" (sans incidence financière) par ses pairs député-e-s, soit la plus petite sanction... On est magnanime dans le monde de l'élite.
Bref, c'est un activiste pro-religieux qui nous prépare une Bretagne de curés.


affiche-fne.jpgMais, il a d'autres cordes à son chapelet. En février 2011, il a dénoncé publiquement une "affiche anti bretonne". Quelle était l'offense ? Il s'agissait de la campagne d'affichage de l'association écologiste France nature environnement (FNE) qui mettait à l'index l'élevage industriel à l'origine des algues vertes. Il ne fut pas le seul dans cette entreprise de déni, puisque le Conseil régional de Bretagne (à l'époque piloté par le très catholique (et PS) J-Y Le Drian, devenu depuis Ministre de la guerre) a porté plainte contre FNE avant de la retirer un peu plus tard, la veille du procès, devant les évidences.


Auparavant, notre bon député avait réussi à faire adopter en juin 2010 par le Parlement, un amendement permettant le relèvement des seuils d’autorisation pour les élevages porcins et de volailles. Il est ainsi devenu plus facile de créer ou d'accroître un élevage industriel... avec toutes les conséquences écologiques, sanitaires, sociales et de souffrances animales que cela génère. Ce ne fut pas sans réaction : le 26 juin 2010, des militant-e-s écologistes ont déposé des algues vertes devant sa permanence de député, à Lamballe.
 

Ainsi, en plus de baigner dans l'eau bénite, la Bretagne du député Marc Le Fur sera verte... verte d'algues, mais aussi sombre pour ces millions d'animaux enfermés. Un amour étrange et envahissant, mais bien peu excitant, que ce député (agent de lobbies dont il partage la vision du monde) porte aux habitants et habitantes de ce coin de Terre.

De notre part, il n'y a pas réciprocité...

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 11:12

Relaxe totale pour Christian
Non à la criminalisation des opposants à Notre Dame des Landes


Le mardi 21 mai un camarade paysan est convoqué au tribunal de Saint Nazaire à 14h pour y répondre des inculpations de refus d'obtempérer et refus d'ADN. En effet le soir de la journée d'action «Sème ta zad», alors qu'il rentrait chez lui en tracteur, il ne se serait pas arrêté à un contrôle de police. Alors qu'il avait reçu une convocation classique  qui a suscité un appel à rassemblement, il a été arrêté chez lui (donc son identité était bien connue !) avec un déploiement de forces policières incroyable  -dix cars de gardes mobiles – , placé en garde à vue au nord est du département comme pour le mettre hors d'atteinte de toute solidarité venant de celles et ceux avec qui il vit et lutte, et enfin  après une nuit de cellule il a été retransporté à l'ouest du département à toute allure sous escorte pour y être inculpé ! Cela n'a pas stoppé la solidarité puisque nous avons tenu un rassemblement déterminé et joyeux devant la gendarmerie de Châteaubriand toute la journée jusqu'au milieu de la nuit avec musique et messages de solidarité pour contrer la manœuvre d'isolement tentée par la préfecture contre l'un des nôtres.

Ce procès constitue une preuve de plus du déploiement de tout l'arsenal juridico-policier et de la politique de harcèlement menée actuellement par les autorités contre les militants  et militantes qui osent s'exprimer et s'opposer à la politique d'aménagement du territoire de NDDL et qui sont quasi automatiquement mis hors la loi par l'acharnement de la police et des tribunaux.
Depuis le début de la lutte les contrôles d'identité se multiplient accompagnés d'arrestations et de gardes à vue. Ce sont environ 200 interpellations recensées par l'Equipe Légale depuis octobre 2012 avec pas moins de 46 procès dont 1/3 en comparutions immédiates. Il en va de même pour les contrôles routiers sur la ZAD et alentour, véritables harcèlements répétés des flics qui agissent sur ordre préfectoral contre la population avec pour résultat des amendes diverses et variées et la tentative de fichage généralisé.

Il s'agit de faire peur, de dissuader tous ceux et celles qui expriment une opinion opposée aux pouvoirs politiques en place. Il s'agit de criminaliser les individus qui osent dire non à ceux qui trônent dans les palais de la république et de la région, du département ou de la métropole !!! Plus largement, le nombre des prisonniers et prisonnières en France est passé de 35 000 au début des années 80 à 65 000 aujourd'hui. Ce sont les classes populaires qui sont frappées par cette logique du tout répressif.

Alors que les lois sécuritaires s'étendent de plus en plus au nom de l'anti terrorisme pour endiguer la révolte face à ce monde où règne le profit pour les uns et la misère pour les autres, tout mouvement social se heurte à une répression implacable de la part des fondés de pouvoir de la classe dominante. Un appareil répressif monstrueux se développe, depuis le sur- armement des policiers et le développement de brigades préposées à la provocation jusqu'aux fichages multipliés par le nombre de services policiers, sociaux, fiscaux ,médicaux, financiers, militaires et de plus en plus privés au service des multinationales. Si à l'origine, les criminels sexuels étaient la justification du fichage ADN, aujourd'hui il s'étend à tous les militantEs. Le nombre de personnes fichées augmente de manière exponentielle : au total il y avait 717 000 personnes fichées en 2008, nous en sommes à près de 3 millions à l 'heure actuelle. Il est possible de refuser le prélèvement ADN : d'après la loi sur l'inviolabilité du corps, le consentement de la personne est nécessaire. Mais ce droit est aussi un délit et un délit infini, car après une condamnation pour avoir refusé le prélèvement ADN la police peut vous redemander de nouveau de vous soumettre au prélèvement, et si vous refusez encore une fois vous êtes en situation de récidive, ce qui aggrave vos peines, et ainsi de suite tant qu'il y a refus.

Le champ juridique est un espace de lutte qu'il faut donc réinvestir. Aujourd'hui de nombreuses personnes se laissent condamner sans même chercher à contrecarrer ce dispositif de répression qui ne dit pas son nom... La justice rendue au nom de la république sert en fait les puissants et légitime leurs intérêts. Dans la lutte contre le projet d'aéroport, cette justice qui prétend défendre l'égalité, la liberté et la fraternité, sert systématiquement Vinci, Ayrault et autres politiciens nantais, à coups de condamnations, d'expulsions et d'expropriations. Ce n'est qu'au prix d'une mobilisation collective que la population réussira à inverser cette instrumentalisation des tribunaux. A la fois sur le terrain, en résistant pied à pied aux pelleteuses protégées par les flics, mais aussi en investissant l'anti-repression comme un aspect incontournable de la lutte.

Par notre mobilisation la plus massive possible en faveur de Christian aujourd'hui et des prochains inculpéEs de nos luttes demain, réaffirmons la légitimité de notre combat ! Ne laissons pas les camarades seulEs face aux juges et à l'empilement des lois plus répressives les unes que les autres !


Faisons nous entendre !

Solidarité avec Christian ! 
Solidarité avec les inculpéEs de Notre Dames des Landes et avec tous les résistantEs d'ici et d'ailleurs !

Soyons nombreux-ses au tribunal de Saint-Nazaire

Mardi 21 mai 2013 - 14H00

Comité Anti Répression Issue de la Lutte Anti Aéroport

Partager cet article
Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 16:17


« Heureusement que le peuple ne comprend pas notre système monétaire et bancaire, car s’il le comprenait, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin.» Henry Ford

Pour trouver le Monde libertaire hebdo près de chez vous, cliquer ici.


ML-1705-recto.jpgActualité

La presse crucifiée, par R. Pino, page 3

L’amnistie trahie, par J.-M. Destruhaut, page 5

La météo syndicale, de J.-P. Germain, page 6

Les PSA sont encore debout, par S. Larios, page 7

La Chronique néphrétique de Rodkol, page 8

L’usure programmée sur la sellette, par J.-P. Tertrais, p 9

Arguments

Tromperies et manipulations mondiales, par J. Langlois, p 11

Espionnage économique, par N. Potkine, page 14
ML-1705-verso.jpg
International

Pour un syndicalisme de rupture, appel, page 15

Festival ciné à Barcelone, p 16

Histoire

La Commune et la Banque de France, par C. Fréjaville, p 17

La Commune s’en est sortie, par C. A., page 19

Expressions
Paraire et Onfray, par F. Mintz, page 20

Mouvement

La radio et la vie du mouvement, page 22

L’agenda noir et rouge, p 23

Illustrations
Aurelio, Kalem, Krokaga, Manolo Prolo, Nemo

Partager cet article
Repost0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 17:09

ZAD enchaînée ?

 

Nous sommes ici pour la lutte contre l’aéroport et son monde mais nous ne participons pas à la chaîne humaine.

Grand rassemblement de solidarité et d’affirmation du refus de l’aéroport, cette chaîne n’échappe pourtant pas à la politique du spectacle et du coup ne tranche pas d’avec la société qui a conçu cet aéroport : celle du toujours plus.

 

Toujours plus de monde certes ! Mais qui, pour exister, doivent passer à la télé. D’où la location de l’hélicoptère à destination des grands médias, moyen de transport le moins écologique qui existe. Outre le problème éthique et le coût de location de cet appareil, deux questions se posent quant à ce choix :

1.   Choix fixé lors d’une assemblée inter-comités, alors que cette question n’était pas à l’ordre du jour. Impossible dans ce cas de mandater nos délégué-e-s. Impossible ensuite d’invalider ce choix. La base est de fait exclue du pouvoir de décision. Quelle forme de démocratie est alors défendue ?

2.  Pourquoi payer aux grands médias (ceux dont les images pourront êtres vues par la grande masse de la population) quelque chose qu’ils ont les moyens de s’offrir ? Sans garantie en plus que les images ne soient validées par les directions des chaînes.

Il a été argumenté qu’il n’existait pas d’images pour la chaîne humaine antinucléaire de 1997 contre un projet de centrale au Carnet (44). Certes, cela n’a pourtant pas empêché la victoire !

Comme si nous n’existions plus sans les médias, comme si nous n’étions plus faits de chair, d’os et de sang, comme si nos mémoires et témoignages (oraux et écrits, avec nos propres photos) ne valaient plus rien…

Toujours plus de fric aussi : 80 000 euros estimés. Pourquoi avoir acheté tant de matériels neufs pour la confection des panneaux… alors que l’esprit insufflé depuis la grande manifestation du 17 novembre, c’est la résistance à partir de produits de récupération, pour entretenir le moins possible la société de consommation capitaliste ?

 

Sans négliger le travail patient et constant des institutionnels de la lutte (associations, syndicats, partis…), notamment, sur le plan juridique, mais aussi sur l’argumentaire ;

sans idéaliser non plus la Zad, composée de groupes et individus très divers ;

ce qui a séduit dans la résistance à la répression policière est clairement l’expérimentation sociale, en autogestion à la Zad. Evidemment, compte tenu du contexte d’occupation policière et militaire durant plusieurs mois, ce choix de vie autogestionnaire n’a rien d’évident… d’autant que les individus qui la vivent sont, comme nous, les produits formatés par la société capitaliste et hiérarchique actuelle, et son esprit de consommation. Mais au-delà du mode de vie, qui n’est pas que l’autogestion de la misère, il montre aussi la volonté d’une société plus frugale, prenant en compte l’ensemble des êtres qui vivent sur Terre, dans laquelle l’individu s’affranchit et s’épanouit, par l’effacement des hiérarchies et par sa contribution volontaire à la collectivité. Ainsi, dans la tête et dans le corps, s’effacent les oppresseurs et exploiteurs : l’Etat et le Capital.


 Que la ZAD soit partout ! Autogestion maintenant !

 

Groupe libertaire Lochu, 6 rue Tannerie, 56000 Vannes

groupe.lochu@riseup.net   http://anars56.over-blog.org/

Partager cet article
Repost0
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 10:39

Cliquer sur l'affiche pour les détails.

affiche-chateigne20130511-web-1.jpg

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 18:16

Depuis une dizaine de jours, il nous était annoncé que l'Etat français, en particulier son chef, comptait bien montrer ses muscles avec un nouveau tir expérimental de missile atomique, le M51, au large de Penmarc'h (29). Confirmant s'il en était besoin que "l'Etat est le plus froid des monstres froids." (Nietsche)

C'est que la fRance fait partie des 9 Etats détenteurs de la bombe atomique, aux côtés des USA, GB, Russie, Chine, Inde, Pakistan, Israël et Corée.

La Fédération anti-nucléaire de Bretagne (dont nous sommes membres) avait dénoncé dans un communiqué la violation du Traité de non prolifération.

Prétendûment arme de dissuasion, le perfectionnement de tels engins de guerre ne fait qu'entretenir la course mondiale aux armements, prive les populations de milliards d'euros qui pourraient être bien plus utiles et entretient un climat mondial d'insécurité avec cette menace de destruction massive.

Le programme global M51 est en effet estimé à 31 milliards d'euros, soit l'équivalent de 18 000 postes d'infirmier-e-s durant 20 ans. En ces temps de recherches de milliards et de chômage de masse, il était sans doute très urgent de procéder à cet essai.

M51.jpgAinsi, dimanche matin, le SNLE (sous-marin nucléaire lanceur d'engins) "le Vigilant" a propulsé ce missile (12 mètres de haut, 56 tonnes, d'un coût de 120 millions d'euros... et d'une puissance de "60 fois Hiroshima" !) qui devait traverser l'atlantique. Il a explosé en vol au bout d'une minute ! Heureusement qu'il n'était pas porteur d'une ogive nucléaire : la Bretagne n'existerait plus et nous ne serions pas là pour nous "gausser" !

56 tonnes de débris (métaux, matériels composites divers) sont donc à chercher au large de la côte finistérienne sur une surface de 900 km2 jusqu'à une profondeur de 100 mètres. Plusieurs navires de la marine nationale sont déjà sur les lieux. Hop encore un paquet d'euros jetés par dessus bord et un surplus de pollution !

Questions :

Et si ce missile avait explosé au moment où il sortait du tube, que seraient devenus les marins ?

En cas de conflit nucléaire, si le missile projeté dévie et frappe un autre pays que celui visé, que se passe-t-il ?

 

Les gouvernements changent, la politique reste la même. La farce continue.

Constatons avec le biologiste Jean Rostand : "La préparation d'un crime est... un crime".

 

Le 9 juin, le mouvement de la Paix organise un festival pour l'abolition des armes nucléaires à Crozon (29), près de la base de sous-marins nucléaires de l'Ile Longue. Programme.

 

Lire aussi :


Le communiqué de l'Observatoire du nucléaire :  le missile M51 tombe à l'eau, la France atomique dans le pastis !

 

Articles du Télégramme :

Tir de M51. Le missile explose en vol (6 mai 2013)

Penmarc'h. La Marine en quête des débris du missile (7 mai 2013)

 

Articles de Ouest-France :

Partager cet article
Repost0
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 14:10

Ci-dessous un message de Yannis Youlountas, qui sera à Vannes, vendredi 7 juin, à notre invitation. A ne pas manquer !

- - -

Après divers supports, à commencer par des livres, j'ai le plaisir de vous annoncer la sortie mon premier long-métrage :
NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES



Un film sur la résistance grecque et les alternatives
dont voici
LA BANDE-ANNONCE :
http://nevivonspluscommedesesclaves.net
Quelques photos :
http://nevivonspluscommedesesclaves.net/spip.php?article17
L'affiche :
http://nevivonspluscommedesesclaves.net/spip.php?article21
Pourquoi un film gratuit ?
http://nevivonspluscommedesesclaves.net/spip.php?rubrique2

« NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES » :
UN
SLOGAN QUE LA RÉSISTANCE GRECQUE NOUS INVITE À REPRENDRE
Le titre du film et sa chanson éponyme sont inspirés de la principale devise qu'on trouve aujourd'hui sur les murs, sur les panneaux publicitaires vides et dans les médias alternatifs en Grèce.
Le plus souvent associée à des dessins très significatifs :
http://nevivonspluscommedesesclaves.net/spip.php?article22

« NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES » :
UNE
CHANSON DE LUTTE À PARTAGER EN SOLIDARITÉ AVEC LA RÉSISTANCE GRECQUE
Nous vous invitons à découvrir, à télécharger gratuitement et à partager autour de vous cette chanson de lutte en solidarité avec la résistance grecque, don du groupe de rébétiko Ta Limania Xena.
http://nevivonspluscommedesesclaves.net/spip.php?article12

Prochaines occasions de nous rencontrer (Dédale, FST...) :
29/04 PARIS - 30/04 VILLEJUIF - 03/05 ST-OUEN-L'AUMÔNE - 25&26/05 GRAULHET - 30/05 CASTRES - 02/06 GAILLAC - 04/06 TOULOUSE - 07/06 VANNES - 08/06 ST-NAZAIRE
Tous les détails :
http://youlountas.net/spip.php?article401

Avec les intervenants grecs (qui vous saluent à la fin de la bande-annonce), l'équipe du film et les musiciens (Ta Limania Xena, Serge Utgé-Royo, Jean-François Brient, Cyril Gontier : tous bénévoles), on a fait notre maximum dans un esprit de rapprochement et de convergence des luttes. Maintenant, tout dépend du bouche à oreille !
On compte sur vous pour passer le mot !
Leurs mots.
Salut et... Banzaï !

Yannis
blog : http://youlountas.net
Partager cet article
Repost0
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 18:03

Communiqué de la Fédération Anti-nucléaire Bretagne

 

"Nouveau tir de missile nucléaire au large de la Bretagne !


Un nouveau tir de missile M51 devrait avoir lieu le 4 mai 2013 (*), entre 6h 20 et 9h 40, à partir d’un sous-marin nucléaire au large de Penmarc’h (cf carte ci-dessous). Le dernier tir remonte au 27 janvier 2010 (4ème essai) et beaucoup de bigoudens, et notamment les marins-pêcheurs langoustiniers, avaient entendu et suivi le décollage du missile.

Alors que la Corée du Nord continue d’exercer un chantage à l’arme nucléaire et de procéder à des essais de missiles, ce nouvel essai d’un missile français est une véritable provocation et marque la volonté de François Hollande de relancer l’armement nucléaire, et ce dans la droite ligne de ses prédécesseurs Sarkozy, Chirac,

 

En violation caractérisée du TNP (Traité de Non Prolifération), la France développe le missile nucléaire M51. Sous couvert d'une prétendue "modernisation" de l'arsenal existant, c'est à une véritable relance de l'armement nucléaire que l'on assiste. Le missile M51 est en effet constitutif d'un changement radical de doctrine : il s'agit d'une arme conçue pour être utilisée sur le champ de bataille. C'est là un renversement complet de la doctrine de la dissuasion nucléaire, renversement assumé par Jacques Chirac le 19 janvier 2006 dans son discours de l'Ile Longue et non remis en cause depuis.

Avec le missile M51, plus précis et donc permettant l'utilisation de bombes nucléaires de puissance réduite, le gouvernement français poursuit un objectif de banalisation des armes nucléaires et radioactives, et de leur usage. La Fédération anti-nucléaire Bretagne rappelle que toute arme nucléaire ou radioactive est dévastatrice, et entraîne de graves conséquences sanitaires à moyen et long terme. L’usage d’armes à l'uranium appauvri employées en Irak, et probablement encore très récemment au Mali, le démontrent. D'une portée de 6000 km, le missile M51 menace jusqu'à la Chine.

Cette nouvelle violation du TNP vient malheureusement confirmer le mépris du gouvernement français pour le droit international. En contradiction totale avec les dispositions du TNP, François Hollande a une nouvelle fois tenté le 15 février 2013 de vendre des réacteurs nucléaire à l'Inde, un des 3 seuls pays au monde non signataires du traité. Le Sénat a même été saisi d’un projet de loi « relatif à la répartition des droits de propriété intellectuelle dans les accords de développement des utilisations pacifiques de l'énergie nucléaire ». La France contribue ainsi à saboter purement et simplement le TNP, dans le seul but de vendre à l'étranger les réacteurs nucléaires d'Areva. La Fédération anti-nucléaire Bretagne rappelle les liens indissociables entre nucléaire civil et nucléaire militaire, la technologie du nucléaire civile étant une passerelle directe vers la fabrication d'armes nucléaires.

La Fédération anti-nucléaire Bretagne appelle tous les Français à exiger du Président Hollande et du gouvernement qu'il respecte enfin le Traité de Non-prolifération, en engageant la France dans la voie du désarmement nucléaire. Elle demande d’urgence le désarmement de tous les sous-marins nucléaires français et le démantèlement de leurs réacteurs nucléaires avant la catastrophe !

 

(*) Des reports sont possibles aux 5/7/15/26 mai (6h 20 – 9h 40), aux 26/30 juin (6h 20 – 8h 30) et aux 1er/7 juillet (6h 20 – 8h 30). Ces reports sont toutefois conditionnés à la disponibilité du BEM Monge qui était en escale à Boston le 9 avril et participe à la « Grande Armada » à Rouen du 6 au 16 juin 2013.

Carte_tir_M51_2013

 

La Fédération Anti-nucléaire Bretagne a été constituée le 27 octobre 2012 à Pontivy. Elle a pour but de structurer et d’amplifier l’action régionale du mouvement anti‑nucléaire breton, et d’agir pour l’arrêt immédiat du nucléaire.

Plateforme disponible sur les sites www.stop-nucleaire56.org et www.sortirdunucleairecornouaille.org "

 

Le groupe Lochu est membre actif de cette fédération antinucléaire.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 21:42

“Un processus d’accompagnement politique est nécessaire pour établir, à défaut d’une pleine adhésion, une confiance minimale entre les différentes composantes d’un pays ainsi que vis-à-vis de l’autorité étatique. Sans cette confiance minimale, l’État rencontrera les plus grandes difficultés à établir un monopole sur l’usage de la force” – Livre Blanc Défense et Sécurité nationale 2013 (p. 80).


terminator

 

Le livre blanc est sorti : horreur ! l’Etat PS s’apprêterait donc à saborder l’armée française avec la suppression de 24.000 postes entre 2014 et 2019 ? La droite hurle au scandale ; oubliant que sous Sarkozy, la dernière loi de programmation militaire, courant de 2009 jusqu’en 2014, en avait supprimé 54.000. Quant à Mélenchon et à Le Pen, c’est à qui renchérira le plus sur la gloire de l’armée de la Patrie : le coprésident du Parti de gauche parle d’un “nouvel étiolement de la puissance militaire de la France”, quant à la présidente du FN, elle préconise d’interdire que le budget de la Défense passe sous la barre des 2% du PIB (il est actuellement à 1,5%, ce qui est déjà bien assez monstrueux).


Que les fanatiques, de droite ou de gauche, de la Grande Muette et de l’Etat (qui ne sont qu’une seule et même chose) se rassurent tout de même. Sur les plus de 285.000 postes dépendant actuellement du Ministère de la Défense (dont plus de 218.000 militaires et près de 67.000 “civils”), il en restera tout de même environ 260.000 en 2019. Pour le menu détail des postes de chair à canon supprimés, il faudra attendre la nouvelle loi de programmation militaire, examinée en automne par le parlement.


Surtout, on oublie de dire que le budget du ministère de la Défense est… maintenu. Il continue de caracoler en tête des premiers postes de dépense avec l’Education Nationale (où, ce n’est pas un hasard, l’on apprend aussi à obéir). La machine de guerre (pardon, de maintien de la paix) de la Brave Patrie consume tout de même 11% du budget de l’Etat, ce qui est honorable. Pas moins de 179,2 milliards en euros constants devront être consacrés à l’institution bidassière, entre 2014 et 2019. Si l’on déduit cette coquette somme des 364 milliards d’euros prévus entre 2014 et 2025, il y aura même une augmentation entre 2020 et 2025, avec 184,8 milliards.


Saperlipopette, maiz’alors, pourquoi ces suppressions de postes et de casernes, si elles ne répondent pas au prétexte foireux de la “crise” et du manque de sous ? Pour rediriger l’argent public vers autre chose que de rémunérer des êtres humains, eussent-ils le crâne rasé et le cerveau dûment lavé pour tuer et être tués : les “crises”, c’est bien connu, sont l’occasion de dégraisser le personnel pour augmenter les profits. En l’occurrence, s’il s’agit pour Hollande de “sanctuariser” le budget de l’armée, c’est pour préserver ”l’impératif industriel”, à l’échelle française comme à l’échelle européenne.


Jugeons-en : l’industrie militaire en France pèse actuellement plus de 4.000 entreprises, avec un chiffre d’affaires global de 15 milliards d’euros, exportant entre 25% et 40% de sa philanthropique production. Hormis l’entretien du parc nucléaire militaire océanique et aéroporté, faisant “l’excellence de notre industrie de défense”, le livre blanc affiche le soutien de l’Etat aux vendeurs de canons pour la recherche technologique et le développement des matériels de guerre innovants. Tuer oui, mais avec inventivité !


Les industries de boucherie traditionnelle ne seront pas les seules favorisées par l’Etat ; au nom de la lutte contre le “terrorisme” et les risques “d’instabilité politique”, aussi bien dans certaines régions du monde que sur le territoire national (sécurité intérieure et extérieure faisant “continuité”), le renseignement et la “cyberdéfense” sont appelés à se développer encore plus. Les technologies big-brotheriennes de flicage des moyens de communications, dont internet, sont une priorité (le LB appelle cela la “capacité informatique offensive”). Avec développement des satellites, des systèmes d’interception électromagnétique, et autres “charges utiles adaptées aux aéronefs” (sic). A l’intérieur, il faudra encore accroître vidéosurveillance, flicage des communications, biométrie et autres vigipirateries, pour renforcer notamment le “dispositif gouvernemental de lutte contre la radicalisation”. Le parc technologique gravitant autour du dispositif Frontex est aussi appelé à se développer, contre les hordes d’immigré-e-s menaçant notre beau pays (au nom de la lutte contre les “trafics d’êtres humains”). Dans la même obsession étatiste de la surveillance total, un accroissement substantiel de la flotte de drones est aussi annoncé, bien que la France compte déjà 30 engins tactiques et 12 de surveillance de théâtre. La machine remplaçant l’humain pour broyer les humains, c’est vieux comme la baisse tendancielle du taux de profit.


L’Etat-VRP devra comme de bien entendu persévérer encore dans son concours diplomatique pour augmenter les exportations d’armes estampillées Franchouillie. Et aider les industriels aux nécessaires ”restructurations”… Bref, si on lit entre les lignes, ce livre blanc est tout bénef pour les capitalistes vendeurs d’armes ou de technologies de surveillance bien de chez nous, biberonnés depuis toujours par les mamelles de l’Etat, qui pourvoit généreusement à leur gloutonnerie en leur déversant le bon lait de l’argent public.


Les priorités stratégiques (renforcement du contrôle des territoires d’outre-mer, d’Afrique, du Proche-Orient et du Golfe arabo-persique) couvrent elles aussi les intérêts d’autres lobbys industriels bien connus, ceux ayant le monopole sur certains minerais (dont l’uranium), le pétrole ou le gaz, toutes choses indispensables à la sacro-sainte Croissance du Développement Durable du Profit. Quant aux belles promesses d’en finir avec la Françafrique, c’en est fini : l’occupation de nombreux pays d’Afrique par l’armée française n’est pas un instant remise en question.


Comment les révolutionnaires peuvent-ils-elles lutter face à l’ogre militariste, coeur même de l’Etat, lorsque celui-ci promet de seconder les forces de police et de gendarmerie en cas de “crise intérieure” ? Le dogme de la lutte armée généralisée n’a guère montré son efficacité face à la puissance de feu des Etats, ou alors au prix de nouveaux Etats plus sanglants encore à la clé. Mais s’il est facile, aux types mêmes de l’organisation autoritaire que sont l’Etat et le capitalisme, de surveiller et de réprimer des organisations aux décisions centralisées, il est beaucoup moins aisé de contrecarrer la puissance d’un mouvement social d’ampleur si elle est animée, de façon aussi décentralisée que solidaire, par une multiplicité d’initiatives autonomes de lutte et de vie, librement fédérées et résolues à se défendre contre la violence de toutes les formes de domination.


Source : Juanito, Pavillon Noir, 29 avril 2013

Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 20:17

Vélorution à Lorient

 

Samedi matin à Lorient, une quarantaine de personnes se sont retrouvées pour une manifestation à vélo de soutien à la lutte contre l'aéroport de NDDL. Si l'accent était clairement en lien avec la lutte sur la Zad, il s'agissait aussi de dénoncer l'emprise de la bagnole dans les rues (organisée dans l'intérêt du capitalisme et de son Etat). Mais était aussi pointé du doigt le suivi de nos déplacements, forme de contrôle social, qu'impliquent les cartes à puce Korrigo dans les transports en commun.

La petite averse de grêle n'aura guère ralenti nos valeureux et valeureuses cyclistes, dont des personnes du Crade de Concarneau, venues en soutien.

Pas de drapeaux de partis politiques arborés : l'air était respirable !

Une expo de chouettes tableaux en lien avec la lutte contre l'aéroport et le monde qui va avec pouvait être observée sur les bancs de la "place rouge" de Lorient !

Pour finir, le slogan "des légumes pas du bitume" a été mis en application car une soupe roborative fut préparée en parallèle. Proposée à prix libre, elle fut dégustée avec plaisir.

Le soir, de nouveaux rendez-vous d'informations, débats et de solidarité, avec concerts, nous attendaient : qui à Bubry, qui à Concarneau...

 

------------------------------------------------------------------------

 

Dimanche à Brennilis !

 

Brennilis 280413 2

Alors que nous étions près de 70 personnes au pique-nique antinucléaire (9°c !), pour la manif, nous fûmes 160 à nous mobiliser (une personne a compté). Quelques bleus barraient l'accès à la centrale... derrière l'immense banderole confectionnée par une militante de Stop nucléaire 56 trawalc'h. D'autres étaient postés dans un autre coin. Pas de haute tension particulière...

Brennilis 280413 1

 

------------------------------------------------------------------------------------

 

Selon le Télégramme du 28 avril 2013

Brennilis. Environ 150 personnes rassemblées pour dire "Stop au nucléaire"

A l'appel de la Fédération anti-nucléaire Bretagne, environ 150 personnes se sont rassemblées ce dimanche, en début d'après-midi, devant la centrale de Brennilis (29), pour "exiger l'arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire avant la catastrophe". Bien loin des 800 personnes réunies voici deux ans sous le signe du 25e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl et seulement quelques semaines après celle de Fukushima.


"Une question de volonté politique"
"27 ans après Tchernobyl, rien n'est réglé". Chantal Cuisnier, porte-parole de la fédération, relayée par d'autres militants, notamment de Vivre dans les monts d'Arrée, a appelé à un autre avenir : "Il est très facile de se passer du nucléaire rapidement, c'est une question de volonté politique et de prise de conscience des citoyens".

En ligne de mire aussi, le démantèlement des échangeurs de chaleur de la centrale de Brennilis. "Le découpage de ces colonnes, alors qu'on ne dispose que d'estimations du taux de radioactivité qu'elles renferment, est la plus mauvaise option qui pouvait être retenue. Où iront ces déchets, alors que la construction du centre de stockage de Bugey est à l'arrêt ?".

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Selon Ouest-France du 28 avril 2013

Nucléaire. Manifestation devant l’ancienne centrale de Brennilis

Environ 150 militants antinucléaires ont manifesté dimanche après-midi devant l’ancienne centrale nucléaire de Brennilis (Finistère) en cours de démantèlement afin d’exiger l’arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire.

Le rassemblement était organisé par la fédération antinucléaire de Bretagne à l’occasion du 27e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl.

« On manifeste symboliquement ici, car le démantèlement des échangeurs de chaleur de la centrale va commencer, et on s’opposait au découpage qui représente 600 tonnes de déchets radioactifs », a indiqué Chantal Cuisnier, porte-parole de la fédération.

En mars le conseil d’Etat avait rejeté le recours de plusieurs associations opposées au démantèlement partiel de la centrale. Sortir du Nucléaire Cornouaille réclamait notamment un débat public sur le démantèlement, le transport et le stockage des déchets radioactifs.

La fédération antinucléaire a également dénoncé le prochain tir d’essai de missile M51 depuis un sous-marin au large de la Bretagne qui est, selon les militants, prévu dans les jours qui viennent.

« Il s’agit d’une véritable provocation, et cela marque la volonté de François Hollande de relancer l’armement nucléaire », ont affirmé les militants.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse suivante : groupe.lochu(a)riseup.net

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi 10 novembre - Vannes, Lorient et Pontivy - Appel unitaire à la grève. Rassemblements (autorisés) des personnels de l’Éducation Nationale (écoles, collèges, lycées) pour l'amélioration des conditions sanitaires, pour l'allègement des effectifs et le recrutement de personnels (ceux des listes complémentaires etc...) . 10h30 Vannes, devant la DSDEN (3, Allée du Général Le Troadec), 10h30 Lorient devant la sous-préfecture, 10h30 à Pontivy à La Plaine. A l'appel des syndicats de l’Éducation Cgt, Fo, Fsu et Sud

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 10 décembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Autonomes" (documentaire de François Bégaudeau), en présence de Benjamin Constant, présent dans le film. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements