Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 14:19

Autour de 3000 personnes se sont réunies à St-Imier (Jura bernois - Suisse) pour les Rencontres internationales de l'anarchisme à l'occasion des 140 ans de l'Internationale dite "anti-autoritaire".

Voici une série d'interviews de militantes et militants de tous pays et de micro-trottoirs qui ont été effectués par Radio libertaire sur place !

En cliquant sur les liens proposés, vous pouvez écouter en direct ces enregistrements (sans téléchargement). Et hop, un bon moyen de se balader sur une grande partie de la planète en très bonne compagnie !

Quelques textes et citations bien sentis sont proposés auprès de chaque émission en guise de mise en bouche. Rien que leur lecture est stimulante !

 

"Les anarchistes savent qu’il est difficile d’appliquer leurs principes libertaires dans une société qu’ils estiment autoritaire. Pour les uns, l’issue est de se retirer le plus possible de la masse, individuellement ou entre égaux choisis de façon affinitaire. Pour les autres, la plongée dans le combat social est inévitable, et passe par différentes formes de modulations ou de compromis, jugés différemment selon les circonstances, les individus et les organisations. La cohérence des idées semble tenir davantage à un respect de l’éthique qu’à un choix de l’absolu." Philippe Pelletier

 

assemblea-finale.resized.jpg

 

   Présentation : http://is.gd/fcLATY (29 minutes)

   L'internationale des fédérations anarchistes (IFA) : http://is.gd/xBfsEG (30 min)

   140 ans d'anarchie : http://is.gd/fnmwYG (37 min)

   Anarchie au Mexique : http://is.gd/e5Emhl (41 min)

   Anarchie en Grèce : http://is.gd/61qxFO (33 min)

   Anarchie en Roumanie : http://is.gd/ehCPJM (34 min)

   Anarchie en Tunisie : http://is.gd/aMPfrB (24 min)

   Esperanto ou tard : http://is.gd/PbLwfQ (82 min)

   Anarchie au Japon : http://is.gd/Y64txd (46 min)

   Anarchie en Argentine : http://is.gd/Flic6K (41 min)

   Anarchie au Brésil (saison 1) : http://is.gd/EBO7Mf (39 min)

   Anarchie au Brésil (saison 2) : http://is.gd/iVZ7w1 (33 min)

   Anarchie en Croatie : http://is.gd/YIC7Go (39 min)

   Anarchie au Chili : http://is.gd/AwLs7d (32 min)

   Congrès de l'internationale des fédérations anarchistes : http://is.gd/ehCWOv (53 min)

   En guise de synthèse : http://is.gd/pafJ3K (65 min)

   Melting-pot et tutti frutti (avec des chansons !) : http://is.gd/nRjYVq (51 min)

 

 

"Il ne faut pas former une masse, inutile de reproduire les préjugés, les préoccupations, les erreurs et les coutumes qui caractérisent les foules aveugles. La masse est fermement convaincue qu’il lui faut un chef ou un guide pour la mener à son destin. Vers la liberté ou vers la tyrannie, peu importe : elle veut être guidée, avec la carotte ou avec le bâton.

Cette habitude si tenace est source de nombreux maux nuisibles à l’émancipation de l’être humain : elle place sa vie, son honneur, son bien-être, son avenir, sa liberté entre les mains de celui qu’elle fait chef. C’est lui qui doit penser pour tous, c’est lui qui est chargé du bien-être et de la liberté du peuple en général comme de chaque individu en particulier.

C’est ainsi que des milliers de cerveaux ne pensent pas puisque c’est le chef qui est chargé de le faire. Les masses deviennent donc passives, ne prennent aucune initiative et se traînent dans une existence de troupeau. Ce troupeau, les politiques et tous ceux qui aspirent à des postes publics le flattent au moment des élections pour ensuite mieux le tromper une fois qu’elles sont passées. Les ambitieux le trompent à coups de promesses au cours des périodes révolutionnaires pour récompenser ensuite ses sacrifices à coups de pieds une fois la victoire obtenue.

Il ne faut pas former une masse. Il faut former un ensemble d’individus pensants, unis pour atteindre des fins communes à tous mais où chacun, homme ou femme, pense avec sa propre tête et s’efforce de donner son opinion sur ce qu’il convient de faire pour réaliser nos aspirations communes, qui ne sont autres que la liberté et le bien-être de tous fondés sur la liberté et le bien-être de chacun. Pour parvenir à cela, il est nécessaire de détruire ce qui s’y oppose : l’inégalité. Il faut faire en sorte que la terre, les outils, les machines, les provisions, les maisons et tout ce qui existe, qu’il s’agisse du produit de la nature ou de l’intelligence humaine, passent du peu de mains qui les détiennent actuellement aux mains de tous, femmes ou hommes, pour produire en commun, chacun selon ses forces et ses aptitudes, et consommer selon ses besoins.

Pour y parvenir, nul besoin de chefs. Bien au contraire, ils constituent un obstacle puisque le chef veut dominer, il veut qu’on lui obéisse, il veut être au-dessus de tout le monde. Jamais aucun chef ne pourra voir d’un bon œil la volonté des pauvres d’instaurer un système social basé sur l’égalité économique, politique et sociale. Un tel système ne garantit pas aux chefs la vie oisive et facile, pleine d’honneur et de gloire, qu’ils souhaitent mener aux dépends des sacrifices des humbles."

Ricardo Flores Magon

 

St-Imier-presque-lanarchie.jpg

Repost 0
Published by anars56 - dans Anarchisme
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 22:47

[Ce texte est écrit de mon point de vue personnel, n'a pas été dicté par une organisation quelconque et les opinions qui y ont exprimées n'engagent que moi. ]

 

Six heures vingt du matin. Texto : l’expulsion du CREA est en cours. Je suis réveillée.


[Parenthèse avant que je me laisse emporter par le feu de l'action : c'est quoi, le CREA ?


Depuis un an et quelques mois, à Toulouse, c'est le Collectif pour la Réquisition, l'Entraide et l'Autogestion, installé dans les locaux abandonnés et réquisitionnés de l'AFPA pour y construire un centre social autogéré (le CSA, qu'on appelle simplement le CREA par commodité). Dans ce centre habitent neuf familles, soit une quarantaine de personne dont quinze enfants. La majorité de ces familles est en situation extrêmement précaire (immigrants, sans-papiers, etc).


Le CREA, depuis un an, c'est donc un lieu d'habitation. Il vient du constat fait par plusieurs personnes que les structures de l'Etat qui sont censées aider les précaires, personnes à la rue, etc, ne sont pas efficaces. Il y a peu de place en hébergement, 95% des appels au 115 sont rejetés par manque de place en centres d'hébergement ou de moyens pour payer les nuitées d'hôtel.


Le CREA a donc été créé comme un lieu de vie stable pour que ces familles puissent trouver un endroit où vivre tranquillement sans être transbahutés d'un service social à l'autre à la recherche d'une solution. Et ça marche : pendant un an, le lieu a fonctionné en autogestion (assemblées générales régulières des habitants du lieu, décisions communes, etc) et sans argent. Tout se fait à partir de récup', de solidarité, de dons. Les enfants sont tous scolarisés, le CREA devient un véritable lieu de vie ; on y trouve diverses activités pour les enfants et pour les adultes (activités artistiques, cours de langues, sport, échange de compétences...) et une stabilité dans la vie en commun qui fonctionne au cours du temps, permettant au CREA de créer du lien social, des solidarités, de l'entraide.


Le CREA n'a jamais demandé un centime de subventions.


Le bâtiment, au 70 allées des Demoiselles, appartient au Ministère du Logement.et des Solidarités Sociales (ha, ha). Le ministère décide d'engager une procédure d'expulsion contre le collectif, lance un procès. La raison de cette volonté d'expulsion ? Il veut construire un centre d'aide aux personnes précaires dans ces locaux (ha, ha).


Au cours de l'année, diverses personnes (policiers et autres) s'introduisent dans le CREA pour en examiner la “sécurité”, pinailler parce que le toit est vert de mousse et que cela mettrait en danger la vie des habitants, en faisant un logement insalubre, tester le taux d'amiante, vérifier que les portes anti-incendie s'ouvrent bien, casser les autres portes de façon parfaitement illégale, et généralement embêter les habitants.


À la suite du rendu de la décision du juge, le CREA est expulsable depuis mi-août. Depuis avant la tenue du procès, les habitants du CREA tentent de contacter la mairie, la secrétaire d'État au Logement, la ministre, la préfecture, etc, tout cela sans réponse. Ce matin, la préfecture publie un communiqué de presse dans lequel on peut lire ceci : “les occupants ont toujours refusé les propositions de contact formulées par les services de l’État”. ]


Il est six heures trente et je suis sur la route du CREA. Je me retrouve devant un cordon de police qui m’empêche de passer. Je fais le tour pour retrouver les autres personnes qui sont sur le pont des Demoiselles.


La situation ? À six heures du matin, les flics défoncent les fenêtres du premier étage et font irruption dans l’immeuble. Les familles arrivent à se mettre en sécurité ailleurs, restent quatre personnes qui décident de monter sur le toit pour attendre.


Nous observons tout ça d’en bas. Quatre types sur le toit glissant (il pleut), dont un assis à califourchon sur une poutre en métal qui dépasse. Les pompiers se ramènent… pour prêter leur nacelle aux flics qui veulent cueillir les mecs sur le toit. Ils montent la nacelle pour voir et redescendent.


Pendant ce temps, les ouvriers arrivent. Leur travail est de murer le bâtiment le plus rapidement possible pour que plus personne ne puisse y rentrer.


Nous sommes toujours devant un cordon de flics, à crier des encouragements à nos oiseaux perchés.


La compagnie qualifiée pour intervenir est normalement le GIPN, mais aujourd’hui, innovation : ce sont des CRS alpins. Ils essaient de mettre un crochet dans la gouttière à partir du 5ème étage pour monter sur le toit, mais ils n’arrivent pas à monter à l’échelle de corde. Pendant ce temps, les types du toit enlèvent leurs cordes de sécurité, je suppose que c’est pour obliger les flics à être un minimum prudents dans leur gestes. Les flics font des gestes brutaux alors que les mecs du toit risquent leur vie au moindre mouvement.


La nacelle remonte. Un flic arrive sur le toit par la lucarne, c’est le négociateur. Y a-t-il négociation ? Non. Les trois mecs du toit ne veulent pas se laisser embarquer, ils ne sont toujours pas attachés. Celui de la poutre reste sur sa poutre.


Que font les flics pour embarquer les types qui ne veulent pas se laisser embarquer ? Je vous le donne en mille : ils sortent un täser.


Ils täsent une personne sur le toit glissant, à une vingtaine de mètres de hauteur, sans sécurité. Où le täsent-ils ? Au visage. Combien de fois ? Cinq. (Dans la loi, l’utilisation du taser doit se faire « à l’encontre des « personnes violentes et dangereuses», doit «rester strictement nécessaire et proportionné », et seulement dans le cas de légitime défense (article L. 122-5 du code pénal), l’état de nécessité (article 122-7 du code pénal), ou en cas de crime/délit pour arrêter les auteurs du délit.) Où est la personne violente et dangereuse dans un mec assis sur un toit ? Où est la proportion dans le fait de répéter cinq fois la décharge de täser ?


Les flics chopent ensuite ce gars et le font descendre pendu par les pieds, tête la première, dans la lucarne, pour l’embarquer. Les deux autres mecs du toit ont aussi résisté, on les emmène de façon musclée (coups, étranglement) et on les fait descendre également tête en bas pour les emmener au poste.


Pour protester contre cette violence inutile, les personnes qui étaient là en soutien derrière le cordon de police décident de bloquer le pont. Après environ une minute de blocage de pont (nous empêchons les voitures de passer), les CRS, qui devaient s’ennuyer, depuis tout ce temps, chargent sans sommation. Matraque au vent, flashball sortis. Nous sommes trente, ils sont le double au moins. Nous résistons et tentons d’encaisser la charge. Gros choc. Une dizaine de personnes se font matraquer à tout va, ça tape dans les bras et dans les cuisses. Nous courons pour nous enfuir. Je me retourne pour voir une copine entourée de quatre flics qui la frappent avec leurs matraques sur les bras et les jambes. Finalement nous nous enfuyons tous en courant pour souffler un peu, prendre du recul et soigner les bobos. Beaucoup de bleus, quelques bosses, pas d’arrestations.


Je publie cet article parce qu’aucun média n’a parlé de la violence policière ni de la disproportion de toute cette affaire. Cinq ou six médias différents étaient présents pendant tous ces évènements. La majorité de ces médias se sont contentés de citer le communiqué de presse de la préfecture et le point de vue de la police.


Je publie cet article pour livrer ma version des faits. Je tiens ce blog seule, je n’obéis pas à la pression d’un rédac-chef ou à la hiérarchisation des sujets selon le revenu publicitaire qu’ils doivent apporter.


Au-delà de la révolte que cette violence suscite en chacun de ceux qui la subissent, il importe de s’interroger.

Nous étions tout au plus quarante. Ils étaient deux cents.


Une opération de ce genre coûte plusieurs dizaines de milliers d’euros à l’État.


L’État ferme chaque année des places en hébergement de SDF par “manque de moyens”.


Les trois mecs du toit sont restés une douzaine d’heures au poste. Chefs d’accusation : outrage et rébellion. Ils ont : refusé d’obtempérer aux ordres des CRS, et se sont accrochés à la cheminée pour ne pas descendre. Ils n’ont pas eu de geste agressif envers les flics.


Les CRS qui sont intervenus sur le toit ont demandé cinq jours d’interruption temporaire de travail à l’hôpital. Quand les CRS demandent des ITT, on leur donne une prime (ça fait partie des risques du métier de se blesser en frappant des gens, hein.). Il n’y a de toute évidence pas de blessure qui justifierait cette ITT.

L’État expulse le CREA parce que le CREA sort de la logique qui veut que nous ayons besoin de chefs et d’argent pour vivre. Le CREA montre de façon éclatante que l’organisation et la solidarité sont possibles entre nous et créent des espaces de vie que l’on n’aurait jamais imaginés autrement.


Pour qu’il y ait un tel empressement à l’expulsion et des mensonges aussi gros à propos du supposé “projet” pour le bâtiment, c’est bien que le CREA dérange. Que les pauvres qui s’organisent entre eux dérangent. Il faut donc les dégager à coup de matraque.


Merci, gouvernement socialiste.

Par là : le site du CREA

Repost 0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 17:32


Salut,

Ce mardi 28 août, dès midi, il y a une mobilisation à St-Nazaire (44) en soutien à 2 militants anti-aéroport Notre-Dame-Des-Landes, poursuivis devant le tribunal. L'un est agriculteur et actif au sein de la coordination des opposant-e-s, l'autre est un squatteur de la ZAD.
Infos sur les motifs pour lesquels ils sont poursuivis : http://zad.nadir.org/spip.php?article310

Voici les points de co-voiturage dans le 56, il y en a dans le 44 et sans doute ailleurs.

- Questembert, 11h, Rd Point du Petit Molac
- Le Faouët, 9h30, Rd point croisement D 769/D 790, près du transfo
- Redon, 11h, Cours Bertrand (le long de la voie de chemin de fer, face au tribunal)              
- Vannes, 11h, Parking de Leroy Merlin (Atlantheix)
- Muzillac, 11h, Aire de covoiturage
- Ploërmel, 10h30, Aire de co-voiturage (face au Mac Cra-Do)

Nos ami-e-s squatteuses et squatteurs de Groix ont ouvert un nouveau "lieu autogéré... d'expérimentation sociale et politique..." depuis quelques jours, au Phare de la Pointe des... Chats (noirs !). Comme à chaque fois, un infokiosque (brochures, livres, revues, vidéos...) est proposé : à consulter sur place ou à emprunter. Camping gratuit, toilettes sèches. Magasin gratuit (récup de meubles ; objets divers ; bois ; carton ; etc. ) - Venez vous servir ! Infos : http://groix.revolublog.com/ouverture-d-un-nouveau-lieu-le-phare-des-chats-noirs-a49180784
On leur souhaite plein de bonnes choses !

Les rencontres internationales de l'@narchisme à St-Imier, dans le Jura bernois (Suisse), début août, se sont super bien déroulées ! Bientôt, sur le blog, on mettra du son (interviews d'@narEs de tous pays, micro-trottoirs...) qui a été pris là-bas. Il y en a pour quelques dizaines d'heures tout de même mais c'est excellent !

Tant qu'à causer "son", jusque la fin de l'été, sur France Culture, du lundi au vendredi, on peut écouter la saison 10 de la Contre-histoire de la philosophie, par Michel Onfray (il y a certes beaucoup à dire sur le personnage mais là, c'est vraiment bon ce qu'il fait). En direct (de 19h à 20h) ou en podcast depuis le site de France-Culture. Pour la fine bouche, voici le lien de son intervention de vendredi dernier (24 août), intitulée "vers mai 68". http://www.franceculture.fr/emission-contre-histoire-de-la-philosophie-saison-10-vers-mai-68-2012-08-24 Il y traite du "deuxième sexe" de Simone de Beauvoir et règle les comptes au passage au PCF, aussi bien sur son ambiguïté dans la résistance (soutien initial aux nazis dans le cadre du pacte germano-soviétique) et sur ses positions rétrogrades sur la sexualité (idem à celles du ... Vatican !!). Ah ah ah, ce n'est même à la kalashnikov qu'il y va le Onfray, il arrose carrément le PCF de missiles SS20... Un nécessaire travail de mémoire.

Alors qu'il y a comme une unanimité dans les discours des partis politiques (droite et gauche), du gouvernement et d'une bonne part des organisations syndicales à propos de "la réindustrialisation de la fRance", de la défense à tout prix de "l'emploi", sans aucune critique sur la finalité de la production et ses dangers sanitaires-sociaux-écologiques (pour les travailleurs-euses concerné-e-s mais aussi pour l'ensemble de la population), on ne saurait que trop vous conseiller de consulter le site "Pièces et main d'oeuvre" qui s'en prend à de multiples reprises à ceux dont le slogan pourrait être "nos emplois valent plus que nos vies" : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=plan

Voici un agenda tout neuf (rendez-vous dans lesquels nous ne nous reconnaissons pas obligatoirement intégralement).
Entendu une définition de l'anarchie à St-Imier : "que chacun-e jouisse du soleil sans faire d'ombre"

@narchas salutations

---------------------------------------------------

Mardi 28 août - Saint-Nazaire (44) - Rassemblement en solidarité avec les inculpés du 21 juin et pour l'arrêt immédiat du projet d'aéroport (Notre-dame-des-Landes). 12h devant le tribunal - http://zad.nadir.org/spip.php?article310

---------------------------------------------------

Mardi 28 août  - Vannes - Conférence gesticulée avec Noémie MOUTEL : Les aventures d'Ocytocine et Colostrum (C'est quoi l'émancipation ? S'affranchir, se libérer, trouver son indépendance... S'émanciper physiquement, intellectuellement, géographiquement... Spirituellement... Sexuellement... Et être une femme émancipée, ça veut dire quoi ? Être féministe, c'est défendre les femmes ou retrouver le féminin partout ? Et si être mère au foyer, c'était être une femme libérée ? Est-ce que donner naissance à soi-même, ça fait forcément mal ?) - à l'Eloge de la lenteur (16 rue Chateaubriand) - 20h30 - Prix libre

---------------------------------------------------

Mercredi 29 août - Vannes - Conférence gesticulée avec Gérard BARATON : La valse du temps perdu (La Culture est une marchandise comme les autres, mais, contrairement à la farine, c’est un produit de dernière nécessité) - à l'Eloge de la lenteur (16 rue Chateaubriand) - 20h30 - Prix libre

---------------------------------------------------


Mercredi 29 août - Vigneux-de-Bretagne (44) [ZAD] - La saulce cinéma présente THE PIPE, projection et débat sur une communauté irlandaise qui résiste à un grand projet inutile de Shell depuis 12 ans. Film en anglais, sous-titré en français. Rue de L’Isolette


---------------------------------------------------

Jeudi 30 août - Vannes - Conférence gesticulée avec Jérémy MUCCIO : L'entreprise médicale nuit gravement à la santé  - à l'Eloge de la lenteur (16 rue Chateaubriand) - 20h30 - Prix libre

---------------------------------------------------

Du jeudi 30 août au dimanche 2 septembre - ZAD de Notre Dame des Landes (44) - Prochaine assemblée européenne de Reclaim The Fields - Rdv à “la Pointe” http://zad.nadir.org/spip.php?article301

---------------------------------------------------

Samedi 1er septembre - Le Saint (56) - L'association écolo Ar Gaouenn (basée autour du Faouët) organise un concert de rock folk avec Caribou Tocata pour financer ses activités - 20h - 5 euros - Salle des fêtes

---------------------------------------------------


Samedi 1er septembre - Ploemeur (56) - ECNI (Evénement Culturel Non Identifié) : le dolmen du possible, festival  intergénérationnel sur le thème de la décroissance et de la solidarité. Arts de la rue, théâtre, ateliers créatifs, stands associatifs et concerts le soir sont au rendez-vous. Pour petits et grands, c'est l'occasion de partager, de découvrir et de se détendre de manière originale ! Site du Cruguellic


---------------------------------------------------

Mercredi 5 septembre - Vannes - Cercle de silence de soutien aux sans-papiers et contre les expulsions - 18h30-19h30 Esplanade du port

---------------------------------------------------

Samedi 8 septembre - Vannes - Campagne "Monoprix, les oeufs de batterie, ça suffit" http://www.l214.com/monoprix avec une scénette : 2 militant-es vêtus d'un costume de poule seront chacun sous un caddie renversé + signatures de pétition. RDV devant Monoprix, Place Joseph Le Brix à 14h45 jusqu'à 17h. Organisé par NEA (non à l'exploitation des animaux) http://nea.eklablog.com/

---------------------------------------------------

Samedi 8 et dimanche 9 septembre - Mûr de Bretagne (22) - Foire régionale biologique Biozone avec en thème central "les énergies : le grand défi" : théâtre, conférences, ateliers, projection de films, restauration... etc. - Infos : http://foire-biozone.org/ En espérant que ce ne sera pas trop compatible avec les projets pitoyables du gouvernement PS-EELV (comme le fut la "caravane des indigné-e-s du nucléaire de Plogoff à Fessenheim http://anars56.over-blog.org/article-a-propos-de-la-caravane-les-indignes-du-nucleaire-de-plogoff-a-fessemhein-108873675.html)

---------------------------------------------------


Vendredi 14 septembre - Auray - 19h30 Apéro-dinatoire vegétalien proposé par l'association Veg en scene (réservation 8e/personne) - 20h30 Projection gratuite du film "Les seigneurs de la mer" (sur le massacre de la population de requins à des fins commerciales) - Après le film "Enquêtes en eaux troubles" proposé par Antoine Le Dref de Lorient Sea Shepherd - Stand d'info Sea Shepherd


---------------------------------------------------

Dimanche 16 septembre - Conleau (Vannes) - Pique-nique végétarien - 12h - Allée des frères Cadoret - Chacun, chacune apporte un plat puis partage. Table de presse : droits des animaux, aspects sociaux, sanitaires et environnementaux, recettes, etc. Infos : collectif veg56@voila.fr

---------------------------------------------------

Dimanche 16 septembre - Plestan (22) - Repas (12h) et concert (16h-18h) de soutien à un projet de lieu alternatif à la ferme avec Trouz an Noz (électro punk chanté en breton, gallo et français) et Unité mau mau (hip-hop enragé) - Ferme de la Porte-Bréhan - Prix libre - Organisé par Courtil Goulipaou (réserver à courtil.goulipaou(a)no-log.org)

---------------------------------------------------

Du samedi 29 au dimanche 30 septembre - Muzillac - Foire bio avec des ateliers, animations (enfants) et des conférences plus ou moins intéressantes, concerts le samedi soir - Organisée par l'asso Terre en vie - Programme : http://terreenvie.com/actualites,003/le-programme-de-l-edition-2012,041.html - Entrée 2 euros (gratuit - 16 ans) - Place du vieux couvent

---------------------------------------------------

Repost 0
Published by anars56 - dans Actus
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 11:01

 

Procès de deux camarades : rassemblement à 12h devant le tribunal de Saint Nazaire

RASSEMBLEMENT EN SOLIDARITÉ AVEC LES INCULPÉS DU 21 JUIN ET POUR L’ARRÊT IMMÉDIAT DU PROJET D’AÉROPORT

Répression de la lutte contre l’aéroport et son monde : Solidarité avec tous-tes les inculpé-e-s !

 

Le 21 juin 2012, des opposant-e-s à l’aéroport de Notre-Dame Des Landes ont tenté de bloquer le déroulement d’une enquête publique préalable à la réalisation du projet d’Aéroport Grand Ouest. Rassemblement devant la mairie, blocage des entrées par des tracteurs et des serrures collées, occupation du toit ; des centaines de personnes marquaient ainsi leur opposition à ce projet mortifère contre lequel elles luttent depuis des années.

 

Ces enquêtes, au même titre que les réunions et débats publics, comités de quartier ou autres gadgets, font partie de la panoplie que la “démocratie” met à la disposition des décideurs et de leurs partenaires pour donner un air participatif à tous leurs projets déjà établis. Comme le disait Coluche, « la dictature, c’est : ferme ta gueule ! La démocratie, c’est : cause toujours ! ». Ces moments rituels ont pour objectif d’encadrer la contestation. L’État réussit ce tour de force de détourner la colère en créant des interlocuteurs respectueux de son pouvoir, en réduisant la contestation à une opinion qu’on archive dans les cahiers d’enquête pour mieux l’oublier.

 

Le 21 juin dernier, comme dans d’autres moments dans cette lutte, nous voulions agir. Mais comme à chaque fois que nos opinions deviennent des actes, il y avait en face la répression. Les flics ont chargé, blessé. Ils ont isolé des individus pour les broyer dans les rouages de la machine policière et pénale. Sylvain, interpellé sur place est accusé de “violence avec arme, en l’espèce un tracteur, sur personne dépositaire de l’autorité publique”. Un mois plus tard Clément était arrêté à son domicile et inculpé lui aussi pour “violence sur personne dépositaire de l’autorité publique”, et “refus de fichage ADN”. Les deux sont accusés d’ “attroupement après sommation”.

 

Aujourd’hui c’est Sylvain et Clément, demain, ça sera d’autres. Depuis le début de cette lutte, c’est 38 complices de notre résistance qui ont été traîné-e-s devant les tribunaux. Qu’illes soient coupables ou innocent-e-s importe peu, nous sommes solidaires de leurs actes et nous invitons une fois de plus à un...

 

RASSEMBLEMENT LE 28 AOÛT à 12h devant le tribunal de Saint Nazaire EN SOLIDARITÉ AVEC LES INCULPÉS DU 21 JUIN ET POUR L’ARRÊT IMMÉDIAT DU PROJET D’AÉROPORT.

 

On ne s’étonne pas de se retrouver devant un tribunal ; on sait que s’opposer à un projet voulu par l’État entraîne forcément à un moment ou un autre de se confronter à son appareil judiciaire et répressif. On sait que si l’État et la démocratie n’arrivent pas à faire accepter leurs projets à coup de débats participatifs, d’enquêtes publiques, de propagande, de pognon, et de passivité citoyenne, ils le feront avec la force armée de la police. Parce que leur démocratie comme leur justice ne servent qu’à défendre le profit des multinationales, enfin, de leurs PDG, actionnaires et complices politiques. C’est pourquoi, le mouvement ne peut pas se limiter à ce qui est autorisé ou toléré par le système judiciaire et policier, ce qui reviendrait, au fond, à abdiquer.

 

Que l’on lutte contre un projet industriel dévastateur, contre la fermeture de sa boîte, ou juste pour sa simple survie dans le monde marchand, nos résistances se heurtent systématiquement à la répression. Parce qu’il faut un code pénal impitoyable, un fichage systématique, des flics serviles, haineux et violents, des prisons toujours plus nombreuses, pour que nos opinions ne restent que des idées, pour que nos convictions ne restent que des postures, pour que nos rêves ne soient jamais réalité...

 

Nous sommes solidaires car pour bloquer le projet d’aéroport et combattre ce système, nous savons qu’il est nécessaire d’agir, et donc de désobéir. Nous appelons à poursuivre la lutte, à ne pas se laisser diviser ni intimider !


Parce qu’avec ou sans sommation, nous ne quitterons pas ce bocage !

 

Plus d'infos : https://zad.nadir.org/?lang=fr

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 12:33

Les vacances, certains et certaines y ont le droit et d'autres pas... Hé oui, nous ne sommes pas toutes et tous égaux face à cela comme face à bien d'autres choses... Néanmoins pendant les vacances, "on pense vacances" et, comme certains disent, l'actualité est au ralenti, enfin serait...

Sauf que ce sont peut être les esprits qui sont au ralenti... En effet les militants et militantes que nous sommes, sont souvent moins dispos que pendant les périodes dites d'activité.

Pourtant pendant les vacances, la vie continue... Les SDF sont toujours dans la rue et les chômeurs sont toujours convoqués. D'ailleurs en juillet 2011, les radiations de chômeurs n'avaient-elles pas augmenté de 25 % ?

Rassurons-nous avec les roses et les verts au pouvoir, pas de soucis à se faire... le changement est arrivé... Pas de craintes à avoir si l'on n'a rien à se reprocher...

Et pourtant la réalité est toute autre :

   Pas de changement en matière de boucs émissaires !

   Pas de changement en matière d'institutionnalisation de la maltraitance !

   Pas de chagement en matière de guerre aux pauvres !

L'équipe a changé mais les pratiques répugnantes demeurent et persistent.

Rien de tel qu'entretenir la haine en expulsant et en jettant à la rue les éternels stigmatisés qui vivent dans la misère, dans l'insalubrité comme disent les gens bien comme il faut...

Alors "ils" y vont et jettent leur chiens policiers entraînés depuis des années sur les éternels persécutés, tout en se justifiant à coup de lois, d'ordonnances de justice, de décrets d'insalubrité...

La haine de "l'étranger qui n'a pas le sou" car, bien entendu, les mafieux russes établis sur la côte n'ont pas de soucis à se faire en matière d'expulsion, la haine du squatter sont de vieilles ficelles pour entretenir l'ambiance putride.

Personnellement, nous ne croyons pas au changement venu des urnes et nous ne nous sommes pas illusionnés quant à l'avénement de François Hollande qui a tout de suite nommé à l'intérieur le dénommé Manuel Valls, poutant pas très en cour au PS (résultat aux primaires 5,6 %). Mais cette nomination avait bien entendu un sens. Ce sens que nous allons découvrir dans les mois à venir, c'est le sens de la répression ! (Les vidéos où le personnage s'expriment ne manquent pas sur le net...)

En attendant les "premiers servis" sont les squatters, avec l'expulsion du 260 av des Pyrénées à Paris hier.

Et les Rroms en région lilloise : http://lille.indymedia.org/spip.php?article27357

En région grenobloise : http://fr.squat.net/2012/08/12/grenoble-la-mairie-de-la-tronche-na-jamais-autant-pue/

En région lyonnaise : http://paris.indymedia.org/spip.php?article1144

L'expulsion des Rroms est symbolique et illustre bien que la politique de la peur menée par l'Etat continue bel et bien et que la guerre faite aux pauvres fait partie intégrante de cette politique de la peur au service du capitalisme :

http://www.lavoixdesallobroges.org/politique/356-itw-serge-quadrup

http://www.article11.info/?Mathieu-Rigouste-Meme-la-terreur-d

Repost 0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 20:31

La coordination Stop nucléaire nous alerte :

 

"Une caravane à vélo auto-proclamée "les indignés du nucléaire" par les quelques organisateurs va rouler de Plogoff à Fessenheim. Cela ressemble à une initiative citoyenne mais quand on examine ce que réclament ces quelques inconnus, leurs mots d’ordre, on se rend compte qu’ils servent la soupe aux technocrates socialistes au gouvernement : organiser un débat sur l’énergie et faire croire qu’on est en démocratie avec le nucléaire !
 

 

Les mots d’ordre de la caravane à vélo

 
Des gens s’apprêtent à rouler à vélo sous les mots d’ordre suivant [1] :

    - réveiller le souvenir des résistances victorieuses à la déraison nucléaire,
    - exiger une date pour le débat sur l’énergie promis par le candidat Hollande,
    - réclamer un dorlotement exceptionnel des salariés des centrales nucléaires,
    - et fixer la date de fermeture de la centrale de Fessenheim.

L’Autorité de Sûreté Nucléaire et le pouvoir en place disent « merci » : les organisateurs de la caravane les aident dans leur objectif de gérer le nucléaire le mieux possible. Les Japonais de la révolution des Hortensias sont-ils en train de demander une meilleure gestion du nucléaire ? Non. Pourtant les randonneurs à vélo en France, oui !

Les représentants associatifs et politiques antinucléaires au printemps 2012 ont aidé le « camarade » Hollande à prendre le contrôle du feu nucléaire, ils ratissent large et trompent leurs adhérents ensuite[2]. Il est naturel que les partisans de la croissance verte demandent un nouveau « Grenelle » à leur maître, cette fois-ci sur l’énergie spécifiquement.


Tous ces co-gestionnaires – Greenpeace, RAC, Agir pour l’Environnement, WWF, Fondation Nicolas Hulot, Yann Arthus-Bertrand et peut-être les Amis de la Terre et SDN –, nous préparent une nouvelle grande tromperie avec moult contraintes administratives nouvelles sur la base émotionnelle de bons sentiments « écologiques » comme « sauver la planète ».

    « Les gouvernements les plus honnêtes et ceux qui ont les meilleures intentions sont les plus dangereux. … Quand on est au pouvoir… parce qu’on croit que le pouvoir est le moyen nécessaire pour atteindre les fins qu’on se propose, on trouve tout naturellement et logiquement que ce qui est nécessaire, urgent et primordial, c’est de rester au pouvoir, - et pour rester au pouvoir, on accorde des privilèges pour se créer une cour d’intéressés qui vous soutienne, on constitue une force armée que vous défend et on traite d’ennemis tous ceux qui ne se plient pas à votre volonté. » (« Ecrits choisis » E. Malatesta).

Nous voulons que les choses soient claires. Nous disons : « arrêt immédiat du nucléaire » et cela signifie que nous ne sommes pas comme ces co-gestionnaires qui n’ont que des bons sentiments à la bouche, qui se trompent et qui trompent leurs adhérents. Nous voulons nous associer avec tous ceux qui veulent d’abord arrêter les réacteurs nucléaires. C’est ce que veulent désormais les Japonais[3]. Soyons vigilants et informons-les sur les dangers de la création d’un « parti vert » à l’image de ceux qui assurent la cogestion du nucléaire en Europe.

Faisons face à nos adversaires – l’Etat notamment qui ne veut pas arrêter les réacteurs - plutôt que de les aider à gérer leurs installations et leurs pollutions.

Contact : stop-nucleaire@yahoo.fr .

STOP NUCLEAIRE STOP CO-GESTIONNAIRES

[1] http://groupes.sortirdunucleaire.org/Caravane-a-velo-pour-sortir-du
[2] Les co-gestionnaires du nucléaire
[3] 7,5 millions de personnes ont signé pour la sortie du nucléaire (Le Monde 26 juillet 2012)"

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 20:37

La réalité est d'une clarté aveuglante... pour qui veut bien ouvrir les yeux ! Depuis le néolithique, toute évolution des sociétés s'accompagne d'une transformation du milieu, mais jusqu'au 18e siècle, les blessures infligées aux écosystèmes demeurent dérisoires. Après la révolution industrielle, les dégâts vont s'accélérer de manière vertigineuse, au point qu'aujourd'hui l'empreinte écologique de l'humanité, dans son ensemble, dépasse de plus de 20 % les capacités de régénération de la planète. C'est bien l'oeuvre du capitalisme auquel le gaspillage est inhérent : pour que les profits se maximalisent, il fallait une surproduction qui maintienne les prix le plus bas possible pour consommer à outrance. A 100 dollars le baril de pétrole, combien vaudra la vie humaine ?


Car la mondialisation du capitalisme anéantit dans un même mouvement l'Homme et le milieu naturel : d'un côté, perturbations climatiques, perte de biodiversité, épuisement des ressources, déforestation... ; de l'autre, plus de un milliard d'habitants vivant avec moins de un dollar par jour, 840 millions en sous-nutrition chronique, l'Afrique, continent sinistré, des inégalités qui explosent (la fameuse « fracture sociale »).


Alors que chaque année, plus de dix millions d'enfants meurent de maladies qui auraient pu être évitées, la communauté internationale s'est engagée à faire reculer la pauvreté d'ici à 2015. Donc, près de cent millions d'enfants vont mourir d'ici cette échéance ! Peut-on accepter ce défi cynique, oubliant qu'une révolution sociale assurerait rapidement une redistribution des richesses, dont se préoccupe, paraît-il, la Banque mondiale ?


Parce qu'il est fondé sur la concentration, sur l'accumulation du capital, le capitalisme ne peut assurer le partage des richesses produites. Il est par conséquent acculé à une croissance sans fin, dans le seul but d'empêcher le niveau de l'emploi de se détériorer trop rapidement et les pauvres de se révolter. Or cette croissance n'est plus possible sans compromettre les conditions de vie des générations futures. Jusqu'à quand une redistribution des miettes suffira-t-elle à maintenir un semblant de cohésion, de paix sociale ?


Aujourd'hui, la fonction idéologique du concept pervers de développement durable (et des mystifications qui lui sont associées : commerce équitable, entreprise citoyenne, placement éthique, économie sociale et solidaire...) est de faire croire que l'on peut résoudre les problèmes environnementaux dans le cadre du système qui les a créés. Le marché comme remède aux maux du marché.


Il faudrait croire que, dans le cadre du capitalisme, la société civile peut constituer un contrepoids aux tendances totalitaires des Etats et des marchés (alors que les 10.000 lobbyistes pour 626 députés à Bruxelles prouvent chaque jour le contraire). Il faudrait croire que le consommateur dispose d'un pouvoir considérable. Mais pourquoi attendre que des produits toxiques soient en rayons pour les boycotter ? Pourquoi ne pas s'organiser pour ne pas fabriquer ces produits nocifs ? Et si c'était seulement par lâcheté, par crainte de remettre en cause les rapports sociaux de production ? Sicco Mansholt lui-même, qui a dirigé la Commission européenne dans les années 70, affirmait : « Pour que l'humanité survive, il faut que le capitalisme meure ». Et s'il s'agissait d'un avertissement d'une grande lucidité ?

 

Faire croire à un capitalisme à visage humain constitue une imposture criminelle à l'égard des générations futures à qui nous sommes en train de construire des cimetières. Et même pour certains, la décroissance doit être soutenable... pour le capitalisme, bien sûr, ce qui est aberrant puisque ce système ne peut survivre sans croissance. Suivre les gourous de service dans leurs hypothèses fallacieuses, dans leurs discours lénifiants, dans leurs injonctions infantilisantes condamnerait nos propres enfants à des conditions de vie de plus en plus terribles : c'est chaque jour que le capitalisme accentue ses ravages ; trop de temps a déjà été perdu par les partisans du réformisme, du parlementarisme.


On ne saurait prétendre résoudre une crise de civilisation ni par des textes législatifs, ni par des mesures fiscales, ni par des remaniements ministériels, mais bien par une rupture avec le système actuel. Il s'agit, non pas d'aménager, mais de rompre avec un mode de production, de transformation, de distribution qui conduit à la fois à une impasse énergétique et à une impasse sociale. La présence, par exemple, de produits biologiques dans les rayons des grandes surfaces constitue, non pas une victoire sur la nourriture frelatée, mais une défaite face à la grande distribution capitaliste. Nous ne ferons pas l'économie d'une révolution sociale.


Article de Jean-Pierre Tertrais (membre du groupe La Sociale - FA Rennes) paru dans le Monde Libertaire, en 2005 mais toujours d'actualité (malheureusement...)

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 16:52

 

Où trouver ce hors-série près de chez vous ? Cliquez ici : http://www.trouverlapresse.com


mlHS45.pngActualité

Retour sur une élection présidentielle, par C. Albertani p.3

Arguments

200 après l'Indépendance du Mexique, par C. Albertani p.5


Guerres de l'eau au Mexique p.11

Dossier Central

Histoire de l'anarchisme au Mexique, par D. Doillon p.17

Les racines historiques du Zapatisme, par G. Goutte p.39

Entretien autour de la radio Nomndaa, p.46

La Fédération Anarchiste

Liste des groupes de la FA, p.52


Grille des émissions de Radio Libertaire p.54

 

 

Le renouveau anarchiste au Mexique

La renaissance d’un véritable mouvement anarchiste date des années 1990. En 1991 se tient une Première rencontre nationale anarchiste. C’est cependant dans le sillage du souffle donné par l’insurrection zapatiste, qui elle-même n’est pas exempte d’influences libertaires, en particulier magonistes, en 1994, qu’une véritable activité reprend. Des dizaines de fanzines apparaissent, des groupes se forment et des lieux s’ouvrent, liés pour beaucoup à la scène anarcho-punk. Parmi ceux-ci, le Multi-forum Alicia est l’un des lieux où s’exprime la contre-culture de la capitale et où viennent jouer de nombreux groupes liés à la scène ska-punk et alternative. Il s’est également investi, dans les premiers temps, dans le soutien à l’EZLN. Depuis 1997, dans l’État de Oaxaca, le Conseil indigène populaire de Oaxaca-Ricardo Flores Magón, qui se réclame de l’héritage de l’anarchiste, fonctionne comme une organisation de communautés indigènes.


Aujourd’hui, plusieurs lieux accueillent, à Mexico, les différentes initiatives libertaires. Chaque samedi, divers collectifs se retrouvent au Tianguis del Chopo, un marché alternatif, pour discuter et diffuser leur propagande. Le Centre social libertaire-Ricardo Flores Magón, local du Collectif autonome magoniste (Cama), accueille débats et discussions. À côté de la faculté de lettres et de philosophie, l’auditorio Che-Guevara, occupé depuis la grève de l’université en 1999-2000, constitue un lieu de rencontre et d’activités. Il dispose d’une bibliothèque, d’un atelier de sérigraphie, d’un restaurant végétarien, d’une salle de concert et propose de nombreux ateliers : cours d’autodéfense réservé aux femmes, ateliers vidéos, etc.


Il existe aussi des dizaines de groupes, répartis sur tout le territoire. Certains, comme le Cama, entretiennent des liens avec des organisations indigènes et paysannes de Oaxaca, avec lesquelles ils ont formé l’Alliance magoniste zapatiste (AMZ). Au-delà même des groupes se revendiquant comme anarchistes, il est indéniable que la pensée libertaire irrigue de multiples mouvements sociaux, comme on a pu le constater lors de la Commune d’Oaxaca en 2006, où tout un peuple s’est soulevé contre le pouvoir autoritaire du gouverneur de l’État. Des groupes comme Voix oaxaquègnes construisant l’autonomie et la liberté (Vocal) y ont d’ailleurs joué un rôle important.


Outre leur participation aux luttes sociales, les anarchistes mexicains déploient une grande activité culturelle (lire la suite)

Repost 0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 22:19

Découvrez le programme prometteur et très varié en cliquant sur l'affiche ! (L'affiche annonce du 9 au 12 août mais ça démarre bien le 8 car devant l'affluence attendue selon les retours que l'on a déjà, le programme a été allongé ! )... et, pour notre part, on a choisi de mettre un "s" à "rencontres" car on les espère "plurielles", tout de même !

 

anarchisme2012.ch

Repost 0
Published by anars56 - dans Anarchisme
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 21:04

    Du 22 au 24 juin dernier a eu lieu un week-end de résistance à la construction de la ligne THT (Très Haute Tension) Cotentin-Maine. Ce week-end s'inscrit dans la continuité de réflexions, d'informations et d'actions collectives menées depuis plusieurs mois. Les deux premiers jours étaient consacrés à des échanges entre locaux et militants-es antinucléaires venus-es d'un peu partout. Le dimanche étant une journée d'action dont la finalité était double, à savoir rendre visible cette résistance, et saboter l'avancée des travaux sur la ligne THT.

    Retournons plus précisément sur cette journée :

    Deux cortèges sont partis du camp, l'un marchant vers la mairie du Chefresne, l'autre vers les pylônes. Ces deux cortèges étaient totalement solidaires, en lien permanent, et poursuivant la même volonté politique.
    Au sein de ces deux cortèges nous étions une vingtaine de personnes, toutes antinucléaires, à s'être constitué comme un groupe « médical » autogéré en capacité d'assumer les premiers secours. Nous tenons à bien préciser que nous n'étions pas là en tant que prestataires de services, mais bien en tant que personnes participant activement à la construction de la lutte collective contre le nucléaire et son monde.
    Au sein même de cette équipe médic, nous nous inscrivons dans une perspective politique d'échanges et de transmissions de savoirs et pratiques, rejetant les notions d'experts et de spécification des tâches.

    Nous écrivons ce texte afin de faire un constat précis des événements et de dénoncer les violences « policières » assumées et préméditées par la préfecture de la Manche qui ont eu lieu ce dimanche 24 juin. Parce que cette journée n'est ni à oublier ni à banaliser, et qu'elle marque une nouvelle fois l'impunité et la monstruosité militaire, il nous semble important que ces constats et ces dénonciations soient diffusés largement aussi bien au cercle antinucléaire, aux professionnels en contact avec les victimes, qu'à n'importe qui ayant à faire aux forces de l'ordre. Cela, à la fois en solidarité avec nos amis-es et à visée d'auto-médiation.

    Les moyens utilisés par la gendarmerie, outre les effectifs évidemment conséquents, étaient tous employés en vue de nuire et de blesser avec une détermination forte, pensée et assumée.
    Pour le cortège se dirigeant vers les pylônes THT était déployé un arsenal comprenant des grenades explosives dites assourdissantes ou de désencerclement, des grenades lacrymogènes et des matraques. Les tirs, au lance grenades ou à la main, étaient sciemment dirigés vers les personnes, arrivant au niveau du visage le plus souvent. Rappelons que les grenades sont mortelles lorsqu'elles sont lancées à tir tendu (pratique interdite par la loi), ce qui était le cas et qui devient une norme.
    L'attaque a débuté de façon immédiatement brutale (à environ 200m du camp) avec des blessés-es graves dès la première charge, et n'a pas diminué d'intensité même lors de notre repli vers le camp. Et même lorsque des cordons de sécurité étaient constitués par nous-même autour de nos blessés-es et qu'ils signalaient verbalement aux bleus la situation, les charges et les tirs ont continué exactement avec la même violence.
    L'autre cortège a essuyé des tirs de grenades lacrymogènes, sans sommation, au bout d'à peine quelques centaines de mètres de marche, ce qui a entraîné son repli immédiat.

    En ce qui concerne les blessés-es :

    - Une personne a été blessée à l'œil de manière très grave, elle a été transférée d'un hôpital périphérique au CHU de Caen le jour même, sa vision est largement amputée par une hémorragie du vitré et le pronostic est réservé quant à la récupération de son acuité visuelle.
    - Une personne a subi un traumatisme crânien grave avec atteinte de l'œil suite à un tir tendu de grenade, il a été opéré le soir même. Il souffre d'une triple fracture du massif facial et la rétine de son œil a été touchée par la violence du choc. Sa vision est également extrêmement altérée de manière irréversible à 1/20ème.
    Ces deux personnes ont nécessité une évacuation en urgence. Or la préfecture a volontairement saboté l'arrivée des véhicules médicalisés sur le camp. Les consignes étaient données de bloquer le premier véhicule médicalisé à quelques dizaines de mètres du camp. Une journaliste présente sur les lieux a constaté ce blocage par un cordon de gendarmes, ce qui a certainement permis son lever. Le deuxième a carrément été détourné par la gendarmerie, soit disant pour un de leur blessé.
    Ces deux victimes ont donc attendu plus d'une heure trente. Peut-on parler d'autre chose que de cynisme et de sadisme ?
    - Une autre personne a eu une plaie importante au niveau du front (coup de matraque), ayant nécessité des points de suture.
    Les blessés-es restant (environ 20) sont consécutifs aux multiples explosions de grenades  assourdissantes et de désencerclement. En explosant des impacts métalliques se logent dans les chairs en profondeur, jusqu'à plusieurs centimètres sous la peau, sectionnant potentiellement nerfs et artères.
    Ainsi, 15 éclats ont été constatés (jambe os, genou, vagin, sein, bras) chez une blessée. L'un de ses éclats a carrément sectionné un nerf de l'avant bras. Elle a été transférée vers un autre hôpital et a ensuite dû être opérée de son avant-bras (ce qui signifie qu'on ne lui a pas retiré tous les éclats de son corps). Elle garde des séquelles motrices et sensitives des doigts.
    Les autres gardent leurs éclats dans leur corps, ce qui n'est pas sans poser problème, à court comme à long terme.

    A noter, le médecin régulateur du SAMU, avec qui nous étions en lien, était harcelé par le chef de cabinet de la préfecture afin de fournir les identités des blessés-es et leur hôpital de destination. Si lui et d'autres soignants-es s'en sont tenu au secret médical, des employés-es de la polyclinique d'Avranches ont sciemment communiqué avec la gendarmerie préférant être indic plutôt que soignant... Chapeau les collabos !
    Des policiers étaient également en faction devant certains hôpitaux du coin. Il a aussi été signalé de véritables barrages policiers (en ligne sur la route avec tenue de combat) arrêtant tous les véhicules et contrôlant les identités. Et ils ont même été jusqu'à surveiller l'entrée du CHU de Caen où deux fourgonnettes et « une ligne » de gardes mobiles attendaient sur la voie d'accès. La répression prime clairement sur l'assistance.

    Enfin, malgré la solidarité entre nous tous, le sentiment d'effroi laisse, pour certains-es d'entre nous, des marques dans nos psychés qui mettront du temps à cicatriser... Marques façonnant,  mais n'effaçant rien de notre désir de révolte.
    Notre propos n'est pas « de pleurer sur notre sort » car nous savions dans quoi nous nous impliquions. Nous ne sommes pas dupes, la France est un État policier qui montre son vrai visage quand on s'attaque à ses piliers fondateurs, notamment l'industrie nucléaire. Certes cela n'est pas nouveau, mais mérite d'être rappelé sans cesse. L'État ne supporte pas sa contestation, et avoir du sang sur les mains ne lui fait pas peur.
Et ce texte a pour but d'informer, encore et toujours, que la violence étatique n'est pas que symbolique, mais s'incarne aussi dans le corps de nos compagnes et compagnons touchées-s.

Quelques un-e-s du groupe « médical » (mediccaen arobase riseup point net)

Infos sur la lutte anti-THT :
- https://stop-tht.org,
- https://antitht.noblogs.org
- www.percysoustension.fr

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er lundi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été. Pas de permanence lundi 2 octobre 2017.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
Notre prochaine soirée publique :
 
 
 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tout novembre (du 1er au 30 !) - Le mois du documentaire 2017, 17ème édition. 113 séances en Bretagne

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 2 novembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "La question démographique et ses implications politiques", avec Jean-Pierre Tertrais, par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 10 novembre - Vannes - Soirée débat du groupe Lochu. Nous accueillons Alain Leduc pour son ouvrage "Octave Mirbeau, le gentleman-vitrioleur"

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 7 décembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "Migrants. Témoignage de sympathisants sur leur expérience à Calais en soutien à la lutte des migrants", par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements