Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 18:25
bigelec3
Lundi 13 février, le candidat Hollande a déclaré aux journalistes du Guardian's : « Aujourd'hui il n'y a pas de communistes en France… La gauche a gouverné pendant quinze ans, pendant lesquels elle a libéralisé l'économie et ouvert les marchés à la finance et à la privatisation. Il n'y a pas de crainte à avoir. » Et, c'est vrai, la finance n'a aucune crainte à avoir. Hollande a deux discours : celui pour ses meetings, avec « posture de gauche, le changement est en marche », bref le folklore habituel. Et celui destiné à rassurer les Bourses. Même Sarkozy s'en est emparé pour dénoncer le double langage du candidat gauche.

Évidemment, aux communistes, ça n'a pas fait très plaisir… Front de Gauche et PCF, Mélenchon en tête, sont montés au créneau de l'indignation, se revendiquant représentants d'un « communisme » encore vivant.

On hésite : qui est le plus ridicule dans cette histoire ? Hollande se réclamant du « socialisme » ? Ou Mélenchon se réclamant du « communisme » ?

Non, la libéralisation, la privatisation et la financiarisation, dont Hollande rappelle lui-même qu'elles furent le bilan de la gauche au pouvoir, ne sont pas du socialisme. Mais l'étatisation de quelques entreprises, la taxation du capital prônée par Mélenchon, ne sont pas non plus du communisme. De Gaulle, homme de droite, avait nationalisé, plus qu'aucun autre, à la sortie de la guerre en 1945, cela n'a pas fait de lui un communiste.

Nous avons les moyens, aujourd'hui, de mettre en place une société dans laquelle la production de richesses matérielles et intellectuelles profite à tous. Que tous aient un logement décent, un accès aux soins de santé, le droit à une éducation qui offre un avenir. Les moyens existent : les connaissances techniques, scientifiques et culturelles sont là. Les machines, la productivité aussi. Nous pourrions décider collectivement, dans l'intérêt commun. Pourtant, les pauvres s'appauvrissent, les conditions de vie se dégradent, et c'est la peur du lendemain qui domine les esprits. Pourquoi ?

Parce que la société est gérée pour le profit d'une minorité. Et cette minorité est prête à tout : exploiter l'humain et la nature sans souci du bien-être ou de la sauvegarde des espèces, vendre des poisons de toutes sortes, aliments, médicaments, pesticides, produire des moyens de destruction massive, faire la guerre pour assurer profits et dividendes aux actionnaires, à la finance. Et conduire des peuples entiers à la misère, et ce au nom de la soi-disant lutte contre la crise. L'austérité, la rigueur, les baisses de salaires, bientôt en France aussi. Des millions de gens l'ont compris, qui aspirent à une société meilleure, plus juste. Dans laquelle les richesses produites seront mises en commun. Mais si vous prononcez le mot « communisme », l'idéal s'obscurcit de miradors et de barbelés, de prisons et de goulags, de procès truqués et de tortures, de millions de victimes. Et c'est bien ce rejet, cette peur, ce dégoût d'un idéal piétiné dans les dictatures dites « communistes » qui empêchent tant de gens d'oser le changement, d'oser passer à autre chose. Si c'est pour en arriver là… Et c'est vrai : la totalité du XXe siècle est une longue suite de trahisons, de mensonges, d'étouffement des luttes, de massacres aussi, par des socialistes et par des communistes. Les socialistes ont voté la guerre de 14-18, ont fait assassiner les révolutionnaires de 1917 ; les communistes ont massacré au nom de la dictature du prolétariat, puis ont trahi toutes les révolutions sur ordre de Staline.

Et, pourtant, nous avons les moyens, aujourd'hui, plus que jamais, de mettre en place une société dans laquelle la production de richesses matérielles et intellectuelles profite à tous, que tous aient un logement décent, etc. Appelez-la comme vous voulez, inventez un ou dix noms pour parler d'elle, peu importe, construisons-la ! Seulement, ce ne sont certainement pas les deux apparatchiks, les deux qui ont fait toute leur carrière au Parti socialiste, Hollande et Mélenchon, qui nous aideront à quoi que ce soit. Ils se partagent le travail, comme chez les flics, le méchant puis le gentil qui arrive à faire parler… Là, faut vous faire voter : l'un rassure à droite, l'autre attire la gauche. Et il l'a d'autant plus facile que les Laguiller et Besancenot ne sont plus en course. La personnalisation présidentielle a contaminé même les révolutionnaires, voilà son revers. Mélenchon récupérera une bonne partie de leurs électeurs, grâce à son discours percutant. Ce qui fera remonter le Parti communiste, après ses scores précédents, pitoyables. Mais que les banquiers ne s'effraient pas, que la Bourse ne se lamente pas ! Au second tour, quel que soit leur candidat, de gauche, de droite, les Français voteront : finance et austérité.
Extrait du Monde libertaire n°1662 (1er-7 mars 2012)

Repost 0
Published by anars56 - dans anticapitalisme
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 13:18

Portrait_Emma_Goldman.jpg"Si l'émancipation féminine partielle doit se transformer en une émancipation complète et véritable de la femme, c'est à condition qu'elle fasse litière de la notion ridicule qu'être aimée, être amante et mère, est synonyme d'être esclave ou subordonnée. Il faut qu'elle se débarrasse de l'absurde notion du dualisme des sexes, autrement dit que l'homme et la femme représentent deux mondes antagonistes.

La mesquinerie sépare ; la largeur réunit. Soyons larges et généreuses. Une conception véritable des relations sexuelles n'admet ni vainqueur ni vaincu ; elle ne reconnaît qu'une chose : le don de soi, illimité, afin de se retrouver plus riche, plus affirmée, meilleure."

Emma Goldman

Une super pièce de théâtre "radiophonique", pleine d'humour, de passion, d'espoir et de rage, mettant en scène Emma "la Rouge" et les luttes ouvrières, féministes, antimilitaristes...etc. de l'Amérique du début du XXème siècle, pour écoute en mp3 (50 minutes). Avec une particularité, les rôles d'hommes sont joués par des femmes :

http://bit.ly/AwvGuN
ou
http://www.mediafire.com/?s68de8aopmmmdb9

Repost 0
Published by anars56 - dans Anti patriarcat
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 17:22

affiche_mod_A4.jpg

La catastrophe survenue au Japon il y a un an montre combien il est nécessaire de stopper immédiatement le nucléaire pour notamment :


Ø  ne plus vivre en sursis. 

Ø  ne plus produire de déchets dont la gestion reposera sur nos enfants. 

Ø  ne plus exploiter, maltraiter, tuer nos amis du Niger (entre autres) où l'on extrait une bonne partie de « notre » uranium. 

Ø  ne pas devoir vivre, comme les japonais, une « demi-vie » (un quotidien contraint à cause de la pollution nucléaire).

Ø  pouvoir changer de société : une société nucléaire est une société autoritaire, policière, militaire dans laquelle seuls quelques experts décident pour tous.

Ø  pouvoir vivre dans un monde différent, où l'on consomme raisonnablement et intelligemment, sans gaspiller et sans mettre en péril la vie d'habitants des pays voisins ni celle de nos enfants. Un monde aussi où la production d'énergie est diversifiée, répartie sur le territoire, choisie localement, gérée de manière transparente, et productrice d'emplois non délocalisables.

 

Alors que, depuis Fukushima, toutes les nations « nucléaires » ont décidé soit de sortir du nucléaire (Allemagne, Suisse,…), soit de continuer à le refuser (Italie,…), soit de suspendre tout projet (USA,…), la France refuse de voir la réalité en face et s’isole.

 

Dans les années 70 et 80, des populations sont parvenues à mettre fin à des projets d'installation nucléaire (Erdeven en 1975 dans le Morbihan par exemple) en s'informant, en informant les personnes et en lançant de grands mouvements sociaux de contestation.

 

Il est indispensable de ne pas oublier la catastrophe et les conséquences de Fukushima, pour mieux éviter une autre catastrophe nucléaire.

 

Vendredi 9 mars, à Vannes : projection du film « Fukushima : histoire d’une population sacrifiée », de David Zavaglia, à la maison des Associations (6 rue de la Tannerie), suivi d'un échange avec le public. 20h30.

 

Samedi 10 mars, au Marché de Merville à Lorient, de 10h30 à 12h00 : rassemblement et die in (venir habillé en blanc si possible).

 

Dimanche 11 mars (1 an après Fukushima !), au Faou (29) : Le Collectif "Nukleel er Maez - Nucléaire dehors" appelle à un rassemblement au bord de la rivière à partir de 11h. 15h36 : onde sonore (apportez vos tambours !) ; 16h : chaîne humaine en solidarité avec le peuple japonais. (Note anars 56 : Pourquoi au Faou ? Car ce lieu se situe entre la base de sous-marins atomiques de l'Ile Longue, à Crozon et la centrale nucléaire de Brennilis qu'Edf tente de démanteler... sans savoir trop comment, combien de temps ça va durer, ni combien ça va coûter ... !)

Covoiturage possible depuis le Morbihan en s'inscrivant à stop-nucleaire56@laposte.net ou en appelant le 06 67 67 27 74

 

http://www.stop-nucleaire56.org

 

Note de Anars 56 : l'affiche est celle du collectif Erreur humaine qui organise un rassemblement à Paris et que nous avons trouvée pertinente.

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 21:19

recto flyer appel mars-6c2a9

verso_flyer_appel_mars-f70be.jpg

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 19:53

« Avec mon salaire, ils se paient ma tête. » Jacques Prévert

ML 1660 recto

ML 1660 verso

 

 

 

 

 

 

 

 

«Nous voici, morts de toujours, qui mourrons à nouveau, mais pour vivre,
cette fois.» Sous-commandant Marcos

ML-1661-recto.jpg

 

«Toute l’économie aux syndicats ! Toute l’administration sociale aux
communes ! » Pierre Besnard

ML-1662-recto.jpg

ML-1662-verso.jpg

 

 

Les hebdos gratuits sont lisibles en format pdf : http://www.vivrelibre.lautre.net/monde-libertaire-gratuit_2012/index.html#gratuit

 

Pour trouver le Monde libertaire près de chez vous, cliquez ici !

Feuilletez le numéro en cours : clic !

Repost 0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 19:43

Le bilan écologique, tant dans les pays industrialisés, que dans les pays pauvres, s'avère particulièrement mal en point. Il semble y avoir accord unanime sur cette question. C'est la résolution du problème qui soulève des divergences profondes et c'est un euphémisme. L'effet de serre s'affirme de plus en plus, les ressources en eau et en énergies fossiles s'épuisent, la fertilité des sols diminue sous l'effet des produits chimiques... conjugués à cela, s'ajoute l'augmentation de la population mondiale. Il y a comme une impasse !

 

Le risque de la barbarie

 

Le capitalisme, système mondialisé, pour pouvoir survivre, se contraint à produire toujours plus.et donc à accroître les problèmes. Ses partisans, les libéraux de tous bords, des plus durs aux plus flexibles, qui ne peuvent se résoudre au partage des richesses, vont pourtant avoir à sortir de ce cul-de-sac. L'innovation technologique est une fuite en avant qui ne pourra au mieux que décaler à brève échéance le problème. La décroissance, c'est-à-dire la réduction de la consommation d'énergies fossiles, d'eau et de matières premières, n'est ainsi pas une question idéologique mais une nécessité. Sur quels facteurs vont-ils agir : imposer des quotas à la population (ex : droit de se chauffer l'hiver a minima) ? Limiter l'accès à l'eau potable ? Souiller des régions entières par des déchets industriels ? Entretenir des foyers de guerre pour limiter le nombre d'individus ? ... étant entendu, que les classes dirigeantes ne remettront pas en cause leur propre niveau de vie, car elles, selon leurs critères, elles le méritent ! ... Plusieurs scénarios sont possibles qu'on peut réduire à une formule : dictature de la classe dominante !

 

Des atouts de la simplicité volontaire...

 

Un autre courant de pensée, avec lequel nous avons des affinités, met en avant la simplicité volontaire. Effectivement, les anarchistes ont toujours été sensibles à l'action individuelle. “ La propagande par le fait ” aujourd'hui, c'est, entre autres, consommer différemment. Même si ce n'est pas toujours possible, il s'agit de privilégier l'alimentation biologique et végétale, les producteurs locaux, la circulation en transport en commun ou à vélo, la pratique du compost à partir des déchets alimentaires, ce qui permet d'alléger de 30% les poubelles des foyers et favorise le tri des autres déchets pour leur recyclage éventuel... Il existe mille et un autres trucs pour réduire son impact écologique. Pour cela, il n'est point besoin d'attendre que le bon ou la bonne candidat-e soit élu-e ! C'est aussi tenir une certaine cohérence avec un discours écologiste. Faire des choix dans sa consommation revient ainsi à pratiquer le boycott, qui, on l'oublie trop souvent, est une arme préconisée par le syndicalisme révolutionnaire, aux côtés du sabotage et surtout de la grève générale. Et selon le principe des petits ruisseaux faisant les grandes rivières, l'accumulation de ces changements individuels, si elle témoigne d'une évolution culturelle de la population, aura un certain poids économique.

 

... à ses limites

 

Mais, il ne s'agit pas de se leurrer non plus sur la portée de cet impact, de cet engagement. Les secteurs parmi les plus dévoreurs d'énergie et les plus polluants sont l'agriculture industrielle, le complexe militaro industriel, les transports et chacun d'entre nous est isolé face à cela : que peut-on faire face à la cherté du train par exemple ? Sa gratuité, donc une autre répartition des coûts, implique des décisions collectives, politiques. Que ce soit la question de l'énergie, des pratiques agricoles, c'est bien toute l'organisation sociale qui est à repenser.

 

Pour cela, faut-il s'emparer des rênes de l'État ? Faut-il siéger au Parlement pour prendre les bonnes lois ? Beaucoup de progressistes y ont cru et y croient encore. L'Histoire de la social-démocratie au pouvoir est pourtant révélatrice : il n'y a pas eu de changements dans les rapports sociaux. Les fameux “ acquis ” ont été conquis de hautes luttes, par la grève et la manifestation, face à des gouvernements de droite ou de gauche, et non concédés par des gentils ministres soucieux des classes populaires.

 

Ils rêvaient de changer le système, c'est le système qui les a changés

 

Les écologistes au pouvoir ont fait comme les socialistes : ils rêvaient de changer le système de l'intérieur, c'est le système qui les a changés. Les socialistes de tous pays se sont réconciliés avec l'entreprise, c'est-à-dire avec le capitalisme. Une ministre Verte (Voynet) a pu aller jusqu'à signer un décret d'enfouissement de déchets radioactifs entre autres compromissions. Faut-il s'en étonner ? Pouvait-elle faire autrement ? Certes, la solidarité gouvernementale et donc l'abandon de sa particularité “ écologiste ” faisait loi. Mais, si on se livre à une réflexion sur ce que ce sont réellement les institutions de la démocratie parlementaire bourgeoise, et non sur ce qu'elles prétendent être, on s'aperçoit qu'elles sont au service des intérêts du monde de l'économie : légalisation des extensions d'élevages intensifs pourtant hors normes, budgets de recherche, développement des services publics après guerre quand les entreprises étaient trop faibles pour avoir leurs propres infrastructures, privatisation et bradage des secteurs rentables de ces mêmes services publics maintenant que l'intérêt privé capitaliste dispose des moyens pour prendre le relais... Quand on est au gouvernement ou au Parlement : comment modifier les pratiques agricoles face aux lobbies ? Comment démanteler le complexe militaro industriel ? Comment recollectiviser la gestion de l'eau et des déchets ? Comment revoir la politique des transports face aux pétroliers et aux constructeurs automobiles ? Comment rénover les logements face aux propriétaires privés ? Ainsi, le projet de Loi sur l'eau de la ministre de l'écologie, Dominique Voynet, pourtant ambitieux à son origine, s'est littéralement asséché après le moulinage des lobbies et le recadrage des parlementaires et ministres de l'Écologie successifs.

 

L'écueil est patent et conforme à la constitution des institutions en milieu capitaliste.

 

Y croire encore ?

 

Il se trouve qu'une partie de la gauche de la gauche, écologiste engagée, n'est pas loin de partager cette analyse. Pourtant, cette mouvance s'évertue à vouloir présenter un-e candidat-e, beaucoup sans illusions certes, mais au motif de faire connaître les idées antilibérales et de décroissance en utilisant les outils du système. Or, une campagne électorale, spécialement présidentielle, outre qu'elle sollicite la signature de 500 élus locaux, coûte très cher. Pour espérer rentrer dans ses frais, il importe de recueillir au minimum 5% des voix. Donc, il faut que les gens qui y croient votent pour ce ou cette candidat-e anti système, en quelque sorte légitiment le système de la délégation de pouvoir sans contrôle et le passage dans les mass-médias officiels comme lieux de débats sincères : soutenir le système alors qu'on est anti-système ? N'est-ce pas un peu schizophrène ? De deux choses, l'une : ou les institutions capitalistes sont vérolées et donc à détruire ou elles sont acceptables ? Soit l'on accepte ses règles et on attend son tour, soit on dénonce sans relâche l'illusion de changer les choses par la voie électorale. Laquelle voie, avec toute l'énergie dépensée à présenter un ou une candidat-e, à être comme les autres, contredit le discours sur l'action directe, extra parlementaire, et risque d'encourager au contraire à l'attente du sauveur, à la résignation et à l'apathie.

 

Alors, on fait quoi ?

 

Aussi, le combat à mener est, selon nous, double :

 

Il s'agit d'abord d'un combat culturel : changer les mentalités et les pratiques par l'exemple et l'information juste, au sein de la population, sans élitisme.

 

affiche antilectoraleEnsuite, y a-t-il une autre voie que reprendre en main l'économie : c'est-à-dire en finir avec la propriété privée des moyens de production et de distribution ? C'est seulement si l'outil de production est aux mains de la population, s'il est autogéré, débarrassé de la logique de profit, que le circuit économique pourra prendre en compte les facteurs écologistes, être relocalisé, car tel sera l'intérêt des individus. Pour en arriver là, il faut susciter le désir du changement auprès de la classe laborieuse ou qui chôme car elle est la plus nombreuse, en finir avec l'aliénation à la marchandise dernier cri. Seuls, l'action directe des individus (comme le fauchage volontaire de champs d'OGM ou la grève...), leur coordination par le biais du mandatement révocable, le refus des privilèges, l'impossibilité de l'enrichissement personnel par accumulation de biens, sont à même de nous faire sortir de l'impasse écologique et sociale dans laquelle l'État, le capitalisme et la facilité nous ont mis. C'est d'un changement de civilisation dont nous avons besoin, la réappropriation de la chose publique, de la politique par les individus eux-mêmes, c'est-à-dire une nouvelle éthique d'organisation. Le refus de la délégation sans contrôle, sans débats initiaux, donc l'abstention aux élections parlementaires et étatiques sont un pas. Il n'est pas négligeable de priver les acteurs et actrices du système de la légitimité dans laquelle ils/elles se drapent, grâce à nos voix. Et si l'on veut que les individus puissent réellement choisir et agir, l'égalité économique et sociale est incontournable. L'égalité sociale c'est reconnaître à chaque individu, quelque soit son origine ou son sexe, qu'il/elle soit apprenti-e ou ingénieur-e, aide-soignant-e ou chirurgien par exemple, le même droit aux richesses sociales et à la prise de décision pour ce qui les concerne. Il faut briser la hiérarchie du métier, constitutive aussi des classes sociales. Il faut s'affranchir des préjugés de classe et revoir l'éducation, y compris de soi-même, à la responsabilité écologique et sociale. Cela implique la transparence dans les informations, d'avoir du temps pour étudier les problèmes et en discuter. C'est une révolution dans le travail qu'il faut : quoi produire ? Quel impact social (quantité et pénibilité du travail nécessaire...) et écologique il en résulte (ressources consommées, pollution générée...) ? Pour ne pas être refusée massivement et pour espérer réussir, la décroissance ne peut être qu'associée au partage des richesses et des décisions.

 

Croissez et multipliez ?

 

Pour 2050, la population est estimée à 9 milliards d'individus ! 50% de plus qu'aujourd'hui ! La question démographique demeure taboue mais il faudra visiblement rompre avec les politiques pro-natalistes, donc s'affranchir des préjugés religieux et patriotiques. La belle formule de “ la maternité consciente ” revendiquée par les féministes trouve une alliée de choix avec la décroissance. Pour différentes raisons, nous sommes même plusieurs à aller jusqu'à pratiquer l'abstention... d'enfanter, à ne pas confondre avec l'abstinence !

 

Le pari libertaire

 

La tâche, pour immense et complexe qu'elle paraisse, est incontournable et incompatible avec simplement un changement de personnel au gouvernement. Mais elle est aussi stimulante. Que les humains soient capables de s'autogouverner, tel est le pari libertaire : un pari sur la responsabilité. Alors l'écologie est-elle soluble dans les élections ?

 

Je crois que ce qui précède en a fait le procès. Si l'on veut rompre avec les pratiques actuelles, commençons par ne plus signer de chèque en blanc à un quelconque individu, à lui confier du pouvoir, car il en abusera. Le problème n'est pas que tel ou telle soit aux manettes du char de l'Etat, car c'est d'un véhicule propre, autogéré et pacifique dont l'Humanité a besoin. L'Etat à terre : place à la libre association des individus, des communes et des régions, c'est-à-dire à la liberté ; et, simultanément, place au véritable socialisme, à chacun-e selon ses besoins, c'est-à-dire à l'égalité et à l'entraide. Pourquoi jouer à faire des ronds dans la piscine électorale, alors qu'il y a la mer à côté ?

 

------------------------------------------------

 

Ce texte, daté de décembre 2006, commis par Mystiquaire (membre du groupe libertaire Lochu - Ferrer) est paru lors de la campagne "Agir au lieu d'élire" de 2006-2007, portée par la Fédération anarchiste.

Il n'a pas pris trop de rides. Il est même encore bien ... vert (et noir !).

 

revoltez-vous-nantes.jpg

Trouvé dans Ouest-France Nantes du 24 février 2012, ce graf signé «Rouge» sur un mur du quartier Chantenay, Nantes

Repost 0
Published by anars56
commenter cet article
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 17:26

 

Arrêt immédiat !
En moins de 12 mois, le Japon a fermé 51 de ses 54 réacteurs nucléaires, le dernier qui le sera est annoncé pour juin 2012. Ainsi, en 15 mois, le Japon aura arrêté totalement sa production électro nucléaire.
Il a fallu Fukushima et ses horribles conséquences pour en arriver là. Lire l'actualité de Fukushima, ici : http://fukushima.over-blog.fr/
En France, ce sont 58 réacteurs qu'il faut arrêter ("seulement" 4 de plus qu'au Japon). Faut-il attendre la catastrophe ?

 

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 11:58

En mai 2011, nous relayions sur ce blog l'histoire d'une convocation au tribunal pour de la récupération dans une déchetterie, près de Redon et les questions sociales et écologiques qui y sont liées. Voici la suite de cette "affaire" de "justice" qui vient de nous être transmise :

 

 

"Pour la convocation du jeudi 12 mai 2011 au tribunal à Rennes, quelques personnes sont venues nous soutenir grâce au blog anars 56. Un couple d'individus, ayant travaillé dans le monde du déchet, nous a confirmé l'intérêt financier des grosses entreprises à récupérer nos déchets.

Au final : le délégué du procureur étant absent , « comme tous les jeudis » « puisque tous les jeudis, il travaille sur Redon » (!), nous sommes donc repartis avec nos 2 petites pancartes : retour Redon... Bien qu'il y eut une demande, avant le rendez-vous, de la part de la personne convoquée (habitant près de Redon !), si justement le délégué du procureur était bel et bien présent sur Rennes. Nous y avons été, mais il faut croire qu'au tribunal ils aiment jouer avec nous : au prix du pétrole, rien d'anormal !

Toujours est-il qu'aujourd'hui, après cette blague de mauvais goût, le courrier est attendu, mais il est attendu AVEC un recommandé avec accusé de reception et, aujourd'hui, pas de courrier en ce sens.
De plus, nous attendons un rendez-vous sur Redon où nous pourrons être plus nombreux.
Donc cette histoire aujourd'hui est enterrée, mais pas par nous, par le délégué."

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 19:45

Salut,
 

 

voici un nouvel agenda qui se faisait attendre. Il n'en sera que meilleur !


Le grand rendez-vous local important a lieu indubitablement le samedi 24 mars à Nantes, avec une grande manifestation contre le projet d'aéroport à Notre-Dame des Landes et, plus largement, contre tous les grands projets inutiles (pour la majorité de la population) mais bien utiles pour les classes aisées et leurs "affaires" mercantiles : aéroports, lignes THT, EPR (nucléaire), Lignes grande vitesse (LGV)... ! 3 cortèges avec tracteurs convergeront vers le centre de Nantes, dès midi. Un site est dédié à cette manif avec tous les lieux de rendez-vous et le programme qui continue à se construire : http://24marsnantes.noblogs.org/ A noter qu'il y aura, comme le 15 octobre à Rennes contre le nucléaire, un cortège anticapitaliste réunissant en son sein les organisations libertaires (un 4 pages "unitaire" des libertaires est d'ailleurs en train d'être finalisé). N'hésitez pas à rejoindre la fédération anarchiste à cette occasion :-)


Notre prochain rendez-vous organisé par nos soins (Lochu - Ferrer) est prévu pour le vendredi 4 mai le soir, à Lorient, cité Allende, avec Mathieu Rigouste (chercheur en sciences sociales), auteur de "Les marchands de peur" (sur l'idéologie sécuritaire, comment et pourquoi elle se construit... et sur le commerce qu'il y a autour !) http://www.editionslibertalia.com/Les-Marchands-de-peur.html C'est en cours de préparation. Plus d'infos bientôt. Cela se fera peut-être en partenariat avec d'autres collectifs.


Entretemps se sera déroulée la journée libertaire "unissons nos cultures" à Lorient, le 7 ou 8 avril, où il sera possible de nous retrouver. Du matin au soir ! Yeah !


En Grèce, ça chauffe, avec des débuts de réappropriation sociale, d'autogestion, et tout, et tout ! A côté de la casse menée de front par les capitalistes et les instances politiques à leur botte (Union européenne, FMI, gouvernement, parlement...), lesquelles sont faites pour cela il est vrai, des expérimentations sociales collectives et autogérées apparaissent.  La relativement forte présence anarchiste n'y est pas pour rien. C'est que destructeurs (des oppressions) et constructeurs (de l'émancipation individuelle et collective), nous sommes ! Un peu partout dans le monde, y compris en France, ont lieu des rassemblements défilés de soutien aux exploité-e-s grec-que-s en lutte !


Plus près de nous, les ami-e-s de la maison commune autogérée de Ker Bétahnie sur l'île de Groix, en voie d'expulsion, ont toujours beoin de notre soutien. Infos ici : http://groix.revolublog.com/

Parmi les gens hyper actifs et qui font de super choses, saluons les habitantes et habitants de la ZAD (zone à défendre) qui s'opposent à l'aéroport de Notre-dame-des-Landes... et qui sont souvent convoqué-e-s au tribunal (et condamné-e-s !!). Ils et elles éditent le très intéressant journal "lèse béton", téléchargeable. Leur site : http://zad.nadir.org/

Radio libertaire propose toujours d'aussi intéressantes émissions, écoutables en podcast depuis ce lien : http://media.radio-libertaire.org/php/grille.php
Le monde libertaire se lit ici : http://www.monde-libertaire.fr/


Pour d'autres infos "locales", baladez vous sur le site d'Indymedia Nantes, toujours aussi fourni et sur Rennes infos

 
Sur Vannes, vient de s'ouvrir un café coopératif (l'éloge de la lenteur, 16 rue François de Chateaubriand), lieu de réunions, d'exposition, concert, jeux,...


Sur Lorient, le collectif Un toit pour tous envisage une nouvelle manifestation de rue, probablement le 10 mars (à confirmer) :  http://untoitpourtous.net/


Du côté de Pontivy, lors de la biennale du livre d'Histoire (w-e du 23-24-25 mars), consacrée cette année aux animaux, il devrait y avoir des conférences débats à partir des positions plus complémentaires qu'oppositionnelles entre Darwin et Kropotkine. Programme en train d'être finalisé ! L'association liber-terre n'y est pas innocente :-)


Comme d'hab', nous ne nous reconnaissons pas obligatoirement, ni strictement dans tout ce qui est présenté dans ces rendez-vous !


Le blog "anars 56" continue à publier des infos ou des textes, n'hésitez pas à laisser un p'tit commentaire de temps à autre (pas trop, ce n'est pas un forum... et on ne pourrait pas suivre !!) ou à nous envoyer vos infos...

 

Anarchas salutations,

le groupe libertaire Lochu - Ferrer & la Fédération anarchiste Vannes - Lorient


--------------------------------------------------------------------------------


Vendredi 24 février - Ile de Groix - Débat "Être SDF à Groix"  - 21h au Bateau Ivre (Repaire de Là-bas si j'y suis) à Locmaria, RDV avec un habitant de Ker Béthanie

-----------------------------------------------------------------------

Samedi 25 février - Rennes - Projection débat autour du film ! Viva Mexico ! (2010 - 120 min - Sur le mouvement zapatiste des années 1990-2000... et la lutte pour la terre et la dignité) - Organisé par le groupe anarchiste La digne rage (FA) - A la Cour des Miracles, 18 rue Penhoët (métro Ste Anne) - 18h - Prix libre
 
-----------------------------------------------------------------------

Samedi 25 février - Vannes - Dans le cadre de la campagne nationale "Des oeufs de batterie chez Monoprix ! ça suffit !", signature de "cartes pétitions" et distribution de tracts d'information. Devant le magasin Monoprix, Place Joseph Le Brix. De 15h à 17h. Organisé par Nea.

-----------------------------------------------------------------------

Samedi 25 février - Inzinzac Lochrist - Cinéma le Vulcain - Film documentaire "Les nouveaux chiens de garde" (Les nouveaux chiens de garde de l’ordre établi sont journalistes, éditorialistes, experts médiatiques. Lorsque l’information est produite par les grands groupes industriels du Cac 40, la presse peut-elle encore jouer un rôle de contre-pouvoir démocratique ?) - 18h15

-----------------------------------------------------------------------

Dimanche 26 février - Inzinzac Lochrist - Cinéma le Vulcain - Film documentaire "Les nouveaux chiens de garde" - 16h30

-----------------------------------------------------------------------

Lundi 27 février - Inzinzac Lochrist - Cinéma le Vulcain - Film documentaire "Les nouveaux chiens de garde" - 20h30

-----------------------------------------------------------------------

Lundi 27 février - Rennes - Convocation au tribunal administratif des habitant-e-s de la maison commune autogérée de Ker béthanie à Groix en vue de leur expulsion et de la démolition du lieu. http://groix.revolublog.com/

-----------------------------------------------------------------------

Lundi 27 février - Vannes -  Réunion ouverte du collectif morbihannais anti aéroport de Notre-Dame des Landes - 20h30 - L'éloge de la lenteur (16, rue Châteaubriant)

-----------------------------------------------------------------------

Mardi 28 février - Quimperlé - Cinéma la Bobine "Tous au Larzac", Documentaire : une incroyable lutte, celle des paysans du Larzac contre l’Etat, affrontement du faible contre le fort, qui les a unis dans un combat sans merci pour sauver leurs terres. Dix ans de résistance, d'intelligence collective et de solidarité, qui les porteront vers la victoire. 20h30 en présence du réalisateur Christian Rouaud.

---------------------------------------------------

Jeudi 1er mars - Pluneret (56) - Conférence débat sur « Les déchets en Pays d’Auray », l'incinération, la prévention et le recyclage avec une représentante du Centre national d'information indépendante sur les déchets (CNIID), un représentant de France nature environnement et des élus locaux - 20h - Salle des fêtes - Organisée par Eaux et rivières 56.

-----------------------------------------------------------------------

Vendredi 2 mars - Augan - Café installation en milieu rural, organisé par l'association la Marmite - 20h café coopératif "le champ commun" - A 21h, concert avec La Petite Semaine (musique acoustique, ensoleillée)

-----------------------------------------------------------------------

Du lundi 5 au samedi 10 mars - Dans les lieux habités de la ZAD (NDDL 44) - Semaine de rencontres interluttes, inter-squats autour de l'espace, des lieux autogérés : urbanisation, luttes rurales, résistance aux expulsions-répressions...

-----------------------------------------------------------------------

Mercredi 7 mars - Vannes - Cercle de silence de soutien aux sans-papiers et contre les expulsions - Esplanade du port - De 18h30 à 19h30

-----------------------------------------------------------------------

Vendredi 9 mars - Vannes - Dans le cadre de la campagne nationale "Des oeufs de batterie chez Monoprix ! ça suffit !", signature de "cartes pétitions" et distribution de tracts d'information. Devant le magasin Monoprix, Place Joseph Le Brix. De 16h à 18h. Organisé par Nea.

-----------------------------------------------------------------------

Vendredi 9 mars - Vannes - Stop-nucleaire56/Trawalc'h organise à 20h30 la projection en avant première du documentaire « Fukushima : histoire d’une population sacrifiée » de David  ZAVAGLIA (Scientifilms) à la Maison des Associations (6 rue de la Tannerie), suivi d'un échange avec le public. Pour ne pas oublier la catastrophe et les conséquences de Fukushima, pour mieux éviter une autre catastrophe nucléaire.

-----------------------------------------------------------------------

Dimanche 11 mars - Le Faou (29) - Stop-nucleaire56/Trawalc'h appelle à commémorer l'anniversaire de Fukushima. Rassemblement à partir de 11h au bord de la rivière. Chaîne humaine vers 15h30/16h.

-----------------------------------------------------------------------

Lundi 19 mars - Rennes - Débat sur le statut de "mineur" par rapport à "majeur". Pour l'égalité adulte-enfant. Pourquoi ne parle-t-on plus de l'abolition de la famille, de l'école et de l'éducation obligatoires ? Que disent les mouvements des mineurs eux-mêmes ? Avec Yves Bonnardel, militant égalitariste et libertaire, animateur des éditions Tahin Party - 19h - Bar Scop "La vie enchantiée" (18 quai Zola)

-----------------------------------------------------------------------

Mercredi 21 mars - Rennes - Conférence-débat "La question animale : une question politique cruciale"  Avec Y. Bonnardel, militant égalitariste et libertaire - Université Rennes 2 Villejean - Amphithéâtre B6 - de 19h à 22h - Organisé par le collectif rennais pour les animaux.

-----------------------------------------------------------------------

Samedi 24 mars - Nantes - Grande manif pour l'arrêt immédiat du projet d'aéroport à Notre-Dame des Landes. A l’appel de tous les opposant-e-s au projet d’aéroport. Dès midi, 3 cortèges pour rentrer dans la ville. http://24marsnantes.noblogs.org/ Au sein de ce gigantesque rassemblement, prendre place un cortège anticapitaliste, regroupant les organisations libertaires.

-----------------------------------------------------------------------

Samedi 31 mars - Vannes - Pique-nique végétarien à l'aire de pique-nique en contrebas de la rue Larmor-Gwened, dès midi. Chacun-e apporte à boire et à manger végétal puis nous partageons. Nappe de presse : droits des animaux, aspects sociaux et environnementaux, livrets de recettes végétaliennes, tracts, &c. Déjà végétarien, végétalien ou curieux, bienvenue à la (re-)découverte du végétarisme. Organisé par Veg 56.

-----------------------------------------------------------------------

Jeudi 5 avril - Auray - Théâtre, spectacle Sacco et Vanzetti, de Dau et Catella - Centre Culturel Athéna - 20h30 - de 8,90 à 15,6 euros

-----------------------------------------------------------------------

Du lundi 2 au samedi 7 avril - Zad (NDDL 44) - Semaine artistique (concerts, ateliers, poésies, marionnettes)

-----------------------------------------------------------------------

Samedi 7 avril - Lorient - Journée libertaire "Unissons nos cultures" rue Florian Laporte (matin et après-midi), avec des grafs, stands militants, sound system, projection-débat et le soir au Galion en concert des groupes anarko-punks de Bretagne : Mauvaise Graine, Chas Gourlen, Bakounine + Sound System tekno + hip-hop + percussions africaines + guest... - Orga : ZAW

-----------------------------------------------------------------------

Du lundi 9 au dimanche 15 avril - Zad (NDDL 44) - Semaine d'échanges et de partages de savoirs

-----------------------------------------------------------------------

Du vendredi 11 au dimanche 13 mai - Paris 4ème - Salon du livre libertaire aux Blancs-Manteaux : http://salonlivrelibertaire.radio-libertaire.org/spip.php?rubrique15

---------------------------------------------------

Samedi 12 mai - Saint-Nazaire - 30ème anniversaire du lycée expérimental - Tables rondes-discussions "L'évaluation émancipatrice", avec Charlotte Nordmann / "Résistance et création", avec Miguel Benasayag et Angélique Del Rey / "Comment dire l'école ?", avec Joël Kérouanton, auteur en résidence au lycée depuis 3 ans / des ateliers animés par des élèves et des Mees (Membres de l'Équipe Éducative)
"La résistance dans la création et dans les productions" / "Résister pour quoi ou contre quoi ?" / "Evaluation ici et ailleurs" / "Le rapport au temps". Des concerts le soir avec : Serafine, Pang Pung, Piranha, K/W/A/Y, One Thousand Directions, Les modules étranges. Infos : http://30ansdulyceexp.eklablog.com/accueil-c17052876

---------------------------------------------------

Dimanche 13 mai - Saint-Nazaire - 30ème anniversaire du lycée expérimental - Des expos, performances, spectacles... Infos : http://30ansdulyceexp.eklablog.com/accueil-c17052876

---------------------------------------------------

Repost 0
Published by anars56 - dans Actus
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 23:40

D'après le mémoire de Patrick G. (merci à lui !), étudiant en histoire à l'Université Bretagne Ouest en 1980... à partir des archives de... la police (!), donc bien peu complaisantes, c'est le moins qu'on puisse dire ! A lire avec le recul nécessaire par conséquent... Décidément, l'engeance policière reste égale à elle-même à toute époque... mais nous aussi, contre leur monde, restons égaux à nous-mêmes et portant haut le drapeau de l'émancipation !

 

Pour lire l'étude (34 pages au formaf Pdf), cliquez ici !

 

Voici le sommaire :

 

 

L’apparition de l’anarchisme à Brest


(1889-1903)

 

 

Sommaire

Avertissement  page 1

 

1°) Les frémissements page 1

 

2°) Le premier essor de l’anarchisme à Brest (1892) page 2

 

3°) La Maison Carrée de Lambézellec page 5

 

4°) L’organisation des anarchistes de la région brestoise page 8

 

5°) La campagne abstentionniste de 1893 page 10

 

6°) Le recensement des anarchistes à la fin de 1893 page 13

 

7°) La répression de l’anarchisme à Brest page 14

 

8°) Le second recensement des anarchistes (fin 1894) page 17

 

9°) La reprise de la propagande anarchiste page 18

 

10°) Le troisième recensement des anarchistes (fin 1896) page 20

 

11°) L’enracinement de l’anarchisme à Brest page 21

 

12°) Epilogue page 25

 

 

        Notes page 27

 

 

Repost 0
Published by anars56 - dans Histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er lundi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été. Pas de permanence lundi 2 octobre 2017.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
Notre prochaine soirée publique :
 
 
 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tout novembre (du 1er au 30 !) - Le mois du documentaire 2017, 17ème édition. 113 séances en Bretagne

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 2 novembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "La question démographique et ses implications politiques", avec Jean-Pierre Tertrais, par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 10 novembre - Vannes - Soirée débat du groupe Lochu. Nous accueillons Alain Leduc pour son ouvrage "Octave Mirbeau, le gentleman-vitrioleur"

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 7 décembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "Migrants. Témoignage de sympathisants sur leur expérience à Calais en soutien à la lutte des migrants", par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements