Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 23:04

« Tant que nous endurerons les patrons, tant que nous engraisserons cette charognerie, nous serons malheureux comme les pierres du chemin. »
   Émile Pouget


Pour trouver le Monde libertaire près de chez vous, cliquez ici !

Les articles en blanc sont lisibles en cliquant dessus.


ML-1655-recto.jpgML-1655-verso.jpgActualité

Bilan social 2011, par Fabrice, p 3

Grève à Pizza Hut, par Article 11, page 4

Météo syndicale, par T. Impétueux, page 5

Chroniques néphrétiques, p. 5

Les brèves, le strip, page 6

Dimanche, jour de grève, par G. Goutte, page 7

Scandale au CE de la RATP, par R. Pino, page 8

Pôle Emploi en crise, par Un travailleur syndiqué, page 9

Potkinisme

Ne pas se flinguer au turbin, par N. Potkine, page 11

Arguments

À propos de limites, par J.-P. Tertrais, page 12

Les permanents syndicaux, par R. Berthier, page 15

Histoire

Les anarchistes de l’île de Ré, par C. Bertaud, page 18

Poésie

Célébration d’Armand Robin, par R. Dadoun, page 19

Culture

D’un noir polar, page 20

Dotremont s’exhibe, page 20

Mouvement

Utgé-Royo réédité, page 21

Montbéliard contre le fascisme, page 21

Radio libertaire, page 22

Agenda, page 23

Repost 0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 19:29

Nous assistons à une vague de contestation en Russie suite aux élections législatives et aux dénonciations de fraude qui ont conduit à la victoire du parti de Vladimir Poutine. Ces manifestations traduisent un mécontentement profond face à l'emprise de Poutine sur la vie politique russe.

 

Cet événement nous rappelle le mouvement de protestation qui avait suivi les élections en Iran. Quand le peuple peut prendre la parole, il sort du cadre imposé par le pouvoir et met en avant ses revendications de liberté et de justice.


Assiste-t-on à l'émergence d'un mouvement des « Indigné.e.s » russes ? Les manifestations vont-elles se poursuivre, s'intensifier ? C'est pour l'instant trop tôt pour le dire mais il est sûr que « quelque chose » est en train de se produire.

 

Nous connaissons la violence dont peut faire preuve le pouvoir en Russie et nous serons vigilant.e.s à ce que les manifestations ne soient pas réprimées et apportons tout notre soutien aux militant.e.s de Russie et d'ailleurs.


Anars-2.jpgLes anarchistes ont toute leur place dans de tels mouvements populaires qui se battent pour plus de liberté, plus de pouvoir dans la prise de décision. Bien entendu, il ne s'agit pas pour nous de défendre un autre parti politique mais de pointer les aberrations du système représentatif et de gagner toujours plus de liberté d'action et de manifestation.

 

Les mouvements de contestation ouvrent des voies pour l'autogestion dans l'organisation même des luttes et dans les perspectives qu'elles ouvrent. Ces luttes doivent pouvoir s'appuyer sur un mouvement social diffus et sur des luttes syndicales (appel à la grève) afin de pouvoir Anars 4renverser le pouvoir et gagner de nouveaux droits, de nouveaux espaces de liberté. Là encore, nous saurons être présent.e.s aux côtés des manifestant.e.s, notamment des groupes anarchistes.

 

Nous relaierons les appels à la solidarité et diffuserons toutes les informations utiles à la compréhension et à l'essor de nouveaux mouvements sociaux en Russie et ailleurs.

 

Élections, non ! Autogestion, oui !

Repost 0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 11:30

Vendredi 9 décembre, à Vannes, nous avions choisi d'organiser une soirée "défaites vos idées toutes faites sur l'anarchisme". Nous étions 24. Pour ce type de discussions publiques, nous avons à chaque fois un dilemme : faut-il faire une introduction, apportant un peu de matière, ou entamer directement un tour de table sur les attentes et avis de chacun-chacune et amorcer spontanément le débat ? Par le passé, nous avons expérimenté les 2 formules, chacune ayant ses avantages et inconvénients. La première étant l'apport de "savoirs" par "ceux-celles qui savent", la seconde entraînant des échanges "dans tous les sens" pas toujours intéressants...

 

Ce coup-ci, nous avons opté pour une triple présentation : la première sur les valeurs fondamentales de l'@narchisme et une recherche d'y mettre en adéquation sa vie malgré le carcan social actuel, la deuxième sur l'autogestion, de la Préhistoire à nos jours (en gros !), et la troisième portait un questionnement sur l'@narcha féminisme, dont voici le support. La rencontre a été enregistrée et si le son tient la route, elle sera publiée sur ce blog. Nous avons eu en tout cas plus de deux heures d'échanges autour des élections, des religions, du sexisme, de la violence / non-violence, de l'éducation, de la révolution, de l'auto-suffisance alimentaire et énergétique, des contradictions parfois entre nos désirs et la réalité de nos pratiques liées aux contraintes de cette société, sur les manières possibles d'arriver à un monde non autoritaire, non capitaliste et solidaire, ... que nous avons trouvées pas mal.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Questionnement sur l'anarcha-féminisme (par B)

 

Il existe au sein même de l'anarchie deux types de féminisme : le féminisme libertaire et l'anarcha-féminisme. Je souhaiterais avec vous ce soir examiner de plus près ce dernier mouvement.

 

I) Le féminisme en Bretagne : un mouvement en lutte pour sa légitimité

 

Mais avant toute chose, nous sommes ici pour défaire nos idées toutes faites. Et avant de voir plus exactement l'anarcha-féminisme, il s'agit impérativement de défaire, dans un premier temps, les idées reçues sur le féminisme lui-même.

 

1) Une vision négative du mouvement :


En France, d'une manière générale, le féminisme doit toujours, perpétuellement, prouver sa légitimité. Les hommes comme les femmes ne perçoivent pas, pour beaucoup, l'intérêt d'un tel mouvement. Soit, pour ces personnes, l'égalité des sexes et des droits est déjà existante, rendant ainsi le mouvement féministe caduc, périmé, vide de sens. Soit, ces personnes ont une image très négative du mouvement féministe et en particulier de la féministe, sur laquelle semble, par phénomène de transfert, s'agglutiner toutes les difficultés d'être des individus et de leur relation à l'autre. A la suite d'une petite enquête, j'ai constaté que La féministe prenait l'image d'une part d'un être castrateur et dominateur, transformant les hommes en une chose mollassonne n'ayant plus droit d'existence, d'autre part d'une extrémiste au sens péjoratif du terme, c'est-à-dire ne percevant aucunement la complexité du monde, et ce que nous pourrions appeler d'anti-féminin ou anti-féminine, c'est-à-dire accusant les femmes dans leur féminité et par là dans leur devenir femme et donc perçue comme étant une anti-femme. Il y a une véritable incompréhension du mouvement et des idées féministes. D'une manière générale, un amalgame est fait entre les notions féministes d'égalité des droits, égalité des sexes et déconstruction des genres.


Et le plus déroutant c'est qu'il est facilement observable que ce sont les femmes qui sont le plus souvent accusatrices, qui nient la valeur et la légitimité du mouvement féministe.


En Bretagne, plus particulièrement, le mouvement féministe aujourd'hui doit encore perpétuellement prouver sa légitimité. Car on lui oppose l'idée d'une société bretonne matriarcale au sein de laquelle le mouvement n'a pas sa raison d'être. Or, cette idée d'une société matriarcale est bien plus un mythe qu'une réalité. Selon la sociologue Anne Guillou « c'est une idée qui a été véhiculée par les intellectuels bretons du XIXe siècle, en réaction à des observateurs extérieurs qui décrivaient les femmes comme étant asservies et prématurément vieillies. Pour résumer, on peut dire qu'elles étaient des mères dominantes et des femmes dominées. » (Conférence Université d'été Quimper 2010). La Bretagne n'est pas une société matriarcale mais matrifocale au sein de laquelle le féminisme a toutes ces raisons d'exister.

 

2) Le combat véritable du féminisme :


Le féminisme lutte contre les modèles sociaux masculin/féminin obligatoires où la femme et l'homme se doivent d'avoir un certain type de comportement et de rôle défini et fixe. Je prendrais la femme en exemple qui se doit d'être féminine c'est-à-dire douce, attentionnée, maternelle, aimante, altruiste, prenant soin de sa beauté, sexuellement passive, en attente, cantonné à des métiers dits féminins (infirmière, aide soignante, pharmacienne, assistante sociale, institutrice, éducatrice jeune enfant, puéricultrice, hôtesse, vendeuse, esthéticienne, mannequin, coiffeuse, couturière, etc.) dans lesquelles elles utilisent toutes les capacités de leur dite féminité et où, surtout, elles assistent l'homme dans ses courageuses et ambitieuses actions.


Le féminisme lutte contre l'homophobie, la lesbophobie et la transphobie, contre l'esclavage sexuel et la pornographie sexiste, contre les modèles d'une sexualité imposée, forcément hétérosexuelle, où la femme est la plupart du temps passive et où l'acte sexuel est centré sur une éjaculation vaginale.


garsfilleLe féminisme lutte contre le publisexisme, contre les jouets sexistes qui façonnent les individus dès le plus jeune âge, et contre l'éducation sexiste. La petite fille est endoctrinée dans du rose, des cœurs, des barbies, des bijoux, du maquillage, des dinettes, des mini fers à repasser, des mini bébés qui pleurent, des mini aspirateurs sans qu'elles n'aient la possibilité d'accéder aux camions, tracteurs, voitures, vaisseaux inter-galactiques, pistolets, épées, costumes de Luc Sky alker, de Batman, de Superman, Spiderman, Zorro.


sexismeLe féminisme lutte contre les violences physiques, psychologiques et sexuelles. En France, 41 % des viols sont commis sur des filles de moins de 15 ans et 74% d'entre elles connaissent leur agresseur. Les violences faites aux femmes sont souvent exécutées dans la sphère familiale. Au moins 2 millions d'hommes en France battent leur compagne et chaque année 300 à 400 d'entre elles sont assassinées. 48 000 viols sont aussi déclarés chaque année ; combien sont tus ?


Le féminisme lutte pour le droit des femmes à disposer de leur corps. Dans les hôpitaux en France, il est encore difficile de pratiquer l'IVG. Les moyens sont réduits, les médecins parfois récalcitrants, moralisateurs, les regards suspicieux. Dans le Morbihan, le planning familial est inexistant. Les femmes qui sont hors délai doivent encore partir en Hollande ou en Espagne pour pratiquer un IVG. L'information dans les collèges et les lycées semble dans le secteur morbihannais encore faible concernant la sexualité, les MST, les modes de contraceptions, les possibilités d'IVG.


Le féminisme lutte contre l'exploitation économique des femmes dans la sphère domestique, contre l'inégalité des salaires et les discriminations au travail.


Le féminisme lutte contre l'État qui réprime mais aussi contre les religions qui oppriment : voile, excision, mariage forcé, interdiction de contraception, d'IVG, de vie sociale, affective et culturelle en  public, de vie et de relations extra-conjugales. Comment, nous, femmes françaises et bretonnes, tendons la main aux femmes immigrées mais aussi aux femmes du monde entier, bafouées, outragées, réprimées, vitriolées, torturées, lapidées, violées, etc. ?

 

II) L'organisation de la lutte et l'anarcha-féminisme :

 

01organizeAlors oui ! Le féminisme a ses raisons d'exister. Il n'est ni une lutte vaine ni un mouvement castrateur. Le féminisme qui s'inscrit dans l'anarchisme est plus encore à même de revendiquer les droits des femmes. En comparaison aux autres mouvements féministes, il prône la liberté pour tous, femme ou homme, et lutte contre toute forme d'oppression et de pouvoir. Ce n'est pas un mouvement qui fait campagne pour une égalité des chances au sein du monde capitaliste mais qui lutte contre le monde capitaliste. Les femmes ne doivent pas attendre l'établissement de lois votées par l'idéologie dominante pour prendre en main leur devenir. Elles ne doivent pas chercher à ressembler aux Pères mais à créer un nouveau monde. La lutte doit se faire de manière individuelle et collective, au quotidien mais aussi par des actions militantes, dans la sphère du privé autant que dans la sphère publique. Les femmes doivent être autogestionnaires, solidaires, lutter contre toute forme d'oppression, contre toute privation de liberté.

 

1) Contexte historique de l'anarcha-féminisme.


Mais regardons de plus près l'anarcha-féminisme. Ce mouvement est apparu dans le courant du XIXe siècle. Il exprime le désir d'un discours et d'une pratique autonome de certaines militantes anarchistes de façon collective ou individuelle. On pourrait croire que l'anarchisme est intrinsèquement féministe puisqu'il est une philosophie politique opposée à toute relation de pouvoir. Or, si ce mouvement est né, c'est bien qu'à l'intérieur même de l'anarchie, subsistait et subsiste encore un certain machisme, que dans les cercles anarcha-féministes anglophones on désigne sous le nom de manarchiste. Certains théoriciens anarchistes traditionnels, comme Proudhon par exemple, voyait dans le patriarcat un problème mineur, voire un phénomène fondamental à la structure familiale. Or, les anarcha-féministes perçoivent le patriarcat comme l'une des premières manifestations de la hiérarchie dans notre société, l'une des premières relations de pouvoir. L'anarcha-féministe se lie en cela avec le mouvement écoféministe qui voit apparaître le patriarcat et le sexisme, dès les premiers temps de l'établissement de l'agriculture. De cette première relation de pouvoir imposée à des fins économiques et, en quelque sorte, à la genèse du capitalisme et de l'Etat, se lient les phénomènes majeurs contre lesquels l'anarchisme en général s'oppose. L'anarcha-féministe lutte contre le patriarcat, le capitalisme, l'État, la famille, les genres féminin/masculin et le système d'éducation en militant pour une école nouvelle initiée par  Franscico Ferrer.

 

2) Questionnement et ouverture au débat


Ce qui m'interpelle dans cette réflexion du mouvement anarcha-féministe et dont j'aimerais aujourd'hui débattre avec vous, si vous le désirez, est ce positionnement sur le patriarcat, posé comme première relation de pouvoir et de domination. Si le patriarcat est enfin dissout au sein d'une société donnée dans tous les domaines (le genre, le sexe, le droit, le travail, etc) au profit d'une égalité, d'une absence de pouvoir entre les sexes et les genres, est-ce qu'il s'ensuivrait logiquement une dissolution du Capitalisme et de l'État ?

Est-ce que la déconstruction des genres imposés déconstruit toutes formes de pouvoir ?

 

B

Repost 0
Published by anars56 - dans Anti patriarcat
commenter cet article
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 10:24

Selon leur presse (Télégramme du 11 décembre 2011) :

 

Lorient ville

Fermer
Alternative libertaire, la CNT (Confédération nationale du travail), les Jeunes communistes 56, la Fase (Fédération pour une alternative sociale et écologique), la Fédération anarchiste, les Alternatifs, et le NPA (Nouveau parti anticapitaliste) se sont rassemblés place Aristide-Briand, hier.
Contestation. Indignés et en ordre dispersé.
Alternative libertaire, la CNT (Confédération nationale du travail), les Jeunes communistes 56, la Fase (Fédération pour une alternative sociale et écologique), la Fédération anarchiste, les Alternatifs, et le NPA (Nouveau parti anticapitaliste) se sont rassemblés place Aristide-Briand, hier.

Contestation. Indignés et en ordre dispersé

11 décembre 2011

Une centaine de mètres seulement séparait deux rassemblements hier : collectif anticapitaliste d'un côté, Indignés de l'autre. Mais pour l'heure, pas question de s'associer, même si certains slogans se ressemblent.

14h, place Aristide-Briand : huit groupes politiques associés dans un collectif se rejoignent derrière un slogan, «Ni dette, ni plan d'austérité !». Leur message: «Cette dette n'est pas la nôtre, on ne la paiera pas. Il faut prendre l'argent où il est, dans les poches des actionnaires».

Beaucoup de jeunes

Une petite centaine de personnes, dont une très grande majorité de jeunes, rallie progressivement la place, avant de se lancer dans un défilé les menant jusqu'à la sous-préfecture, «symbole de l'État, si tant est qu'il existe encore !».

«Enclencher la lutte»

On est loin de l'affluence annonçant le Grand soir. «Les gens sont paumés, ne comprennent rien à ce qu'il se passe en ce moment», estime Rémi Hamon, d'Alternative libertaire. «Mais il faut enclencher la lutte, créer un mouvement social de fond, à l'échelle européenne, capable de proposer une alternative au capitalisme que nos gouvernements défendent coûte que coûte, en bafouant la démocratie représentative». Au même instant, à 14h30, les Indignés de Lorient se comptent, sur le parvis de l'hôtel de ville. «Une cinquantaine de personnes ont annoncé leur venue sur notre page Facebook», annonce Karine, l'une des animatrices du groupe. La raison de leur ralliement ? Multiple. «On a tous des raisons d'être indignés : l'écologie, la médecine, le fait de devoir toujours travailler plus sans gagner davantage». Et de lister l'augmentation des prix du gaz, des produits alimentaires, du logement, des médicaments non remboursés... «Et pendant ce temps-là, le Smic a seulement gagné 5 % en six ans».

Mouvements au long cours ?

Leur rassemblement est une nouvelle tentative d'implanter le mouvement des Indignés sur Lorient, après des «balbutiements» au printemps dernier ; «Mais leur groupe était étiqueté politiquement. Nous, on refuse». C'est pour cela que le groupe a émis une fin de non-recevoir à la proposition du collectif de la place Aristide-Briand de former un seul et unique cortège. «Le mouvement Indigné n'a pas de couleur politique», balaie Karine. Au grand dam des anticapitalistes : «Dans les autres pays, ils acceptent les formations politiques. Ce n'est pas en faisant chacun des manifs dans notre coin qu'on fera avancer la cause», souffle l'un d'eux. Qu'importe, les Indignés comptent proposer des rassemblements chaque samedi après-midi, place Aristide-Briand désormais. Si elle n'est pas déjà occupée :  le collectif contre l'austérité, qui doit se réunir la semaine prochaine, entend proposer «de nouvelles initiatives en janvier».

 

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

Slogans entendus à la manif anticapitaliste contre la dette :

   - De l'argent, il y en a, dans les poches du patronat. De l'argent, on l'prendra, dans les poches du patronat.

   - Ils ne servent à rien. Ils nous coûtent cher. Licencions les actionnaires.

   - Ce n'est pas les immigrés qu'il faut expulser, c'est le capitalisme qu'il faut éliminer.

   - Ce n'est pas les immigrés qu'il faut expulser, mais le Medef et l'Elysée.

   - Ce n'est pas la dette qu'il faut payer, c'est le capitalisme qu'il faut exproprier.

   - Ni Etat, ni patrons. Autogestion. Révolution.

   - Contre le chômage et la misère, ce n'est pas la prière, mais la lutte sociale qui est nécessaire.

   - Ils mentent, ils volent : ras-le-bol de ces guignols.

  - Tout est à tous, rien n'est à eux. Tout ce qu'ils ont, ils l'ont volé. Ils l'ont volé ! Partage du travail, partage des richesses, ou alors ça va péter. Ca va péter !

   - Etc...

 

Petit commentaire sur l'expression rapportée dans l'article «symbole de l'État, si tant est qu'il existe encore !».

Oh que oui, il existe encore et souvent il frappe celles et ceux qui contestent le soit-disant "Ordre" social actuel ! Tout dépend de ce que l'on entend par Etat...

Pour nous, anarchistes, il est la structure qui s'impose à la société et aux individus, pour garantir les privilèges et l'accaparement des richesses par la classe dominante. A cette fin, l'Etat met en place l'arsenal juridique et répressif et même le conditionnement idéologique (via l'Education nationale notamment) qui maintiennent et justifient l'esprit de compétition, les rapports d'exploitation et d'exclusion menés par la classe capitaliste. D'où le slogan "Police nationale : police du Capital !". En ce sens, en préparant des plans d'austérité qui frappent la population mais épargnent les puissances d'argent et les possédants... il est dans son rôle.

L'Etat n'est pas cet outil neutre que nous racontent les politicien-ne-s, qui pourrait faire du social (gauche) ou du répressif (droite)...  selon la couleur du gouvernement qui est à ses commandes. Nous considérons même qu'il s'est accaparé les services publics après-guerre (1945) à la fois pour maintenir son contrôle, se rendre soit-disant indispensable, mais surtout pour permettre au Capital exsangue de se refaire une santé. Aujourd'hui, l'Etat privatise la partie rentable des dits services publics car des groupes capitalistes sont  à même de prendre le relais pour faire du profit... même si cela dégrade le service rendu aux usagers et usagères (car ce n'est pas le but des capitalistes)... (Cf notre article sur les services publics). L'actuel assujettissement des gouvernements aux agences de notation est une servitude volontaire, conforme au rôle dévolu à l'Etat dans le cadre du développement du capitalisme. Aussi est-il vain et "utopique" de vouloir un autre rôle, qui serait plus social, car il n'est pas fait pour cela.

C'est pourquoi nous revendiquons simultanément l'expropriation des capitalistes et le démantèlement de l'appareil d'Etat, pour permettre à la société de s'affranchir de ces tutelles parasitaires, de s'autogérer, de produire ce dont elle a besoin, d'organiser le partage des richesses et développer des rapports d'entraide et de coopération au lieu de compétition et d'exploitation.

Ceux et celles qui subissent et souffrent de la société actuelle ont à se convaincre de leur capacité à se prendre en mains, sans sauveur suprême, sans tutelle... et a amorcé un processus révolutionnaire et émancipateur. Nous, qui faisons partie de cette catégorie de la population, celle qui n'est pas dirigeante, serons toujours aux côtés des exploité-e-s et dominé-e-s qui se soulèveront ici et là... !

 

 

Repost 0
Published by anars56 - dans anticapitalisme
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 12:30

« Rien n’est plus beau qu’une prison qui brûle. »
   Anonyme

 

Pour trouver près de chez vous le Monde libertaire, cliquez ici.


ML-1654-recto.jpgML-1654-verso.jpgSommaire

Actualité

Chômage inéluctable, par Daniel, page 3

Météo syndicale british, par T. Impétueux, page 4

Nouvelles du front social, par Hugues, page 5

Les brèves de la rentrée, page 6

Chronique néphrétique, par Rodkol, page 7

Grève des pompiers d’Austerlitz, par John, page 8

Considérations atomiques, par Guillaume, page 10

Arguments

Crise et changement social, par R. Zibechi, page 11

Comprendre la dette publique, page 13

Histoire

Louis Lecoin, par A. Pavlowsky, page 16

À voir, à écouter

Time Out, par G. Goutte, page 19

 

Exposition Paul Klee à Paris, par R. Pino, page 20


Rap militant, par Gilou, page 20

Mouvement

Expulsés de Toulouse, page 21

Procès inique à Poitiers, page 21

Radio libertaire, page 22

Agenda, page 23

Repost 0
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 12:17

La dette

 

Pour aller plus loin, sur l'autogestion, cliquez ici !


Repost 0
Published by anars56 - dans anticapitalisme
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 15:11

affiche unitaire refus de payer la dette 10 d+®cembre

 

La dette n’est pas la nôtre : refusons de la payer !
Les plans d’austérité sont illégitimes !

Partout en Europe les gouvernements expliquent que la dette augmente parce que nous vivons au-dessus de nos moyens et que nous devons donc accepter l’austérité et des coupes sombres dans les budgets sociaux. Quel mépris pour les millions de chômeurs/chômeuses, de travailleurs/travailleuses pauvres, de retraités dans la misère, d’ouvriers licenciés sur l’autel des dividendes versés aux actionnaires ! La dette est le résultat de 30 années de politiques libérales qui ont asséché les caisses de l’Etat, l’amenant à emprunter pour pourvoir aux besoins sociaux. La dette a explosé ces 3 dernières années à cause du sauvetage du capitalisme en ingurgitant des centaines de milliards d’euros dans les banques pour éviter qu’elles s’effondrent.

Si les plans d’austérité se succèdent en France comme partout en Europe, c’est pour sauver le système capitaliste, sauvegarder et augmenter les profits d’une minorité de riches qui contrôle l’économie et n’en a strictement rien à faire de nos conditions de vie et de travail. Nous n’avons aucun intérêt à secourir ce système économique qui ne propose que survie pour les uns et luxe pour les autres.

En France, la droite est à l’attaque mais les socialistes ailleurs en Europe mènent la même politique : rembourser la dette, donner des gages aux marché financiers, servir la soupe aux intérêts égoïstes du patronat et des actionnaires. Et tout cela avec la bénédiction de l’Union Européenne, monstre bureaucratique au service du grand patronat, de la banque centrale européenne et du FMI.

On nous parle de sortir de la crise mais c’est bien la sortie du capitalisme qui doit être à l’ordre du jour. Il n’y a pas de fatalité à ce système économique qui va droit dans le mur. Des mesures radicales s’imposent contre les intérêts et le pouvoir des capitalistes dans la société et les entreprises.

Pour cela, la mobilisation des travailleurs, de la jeunesse, des retraités, de toutes celles et ceux qui subissent est décisive pour défendre nos conditions de vie et de travail, les améliorer.

Quels que soient nos choix lors des Présidentielles de 2012, nous appelons l’ensemble des travailleurs, des chômeurs, de la jeunesse et des retraités à prendre le chemin d’une lutte déterminée et solidaire contre les puissances de l’argent, à forger les outils de notre libération, pour une véritable démocratie. Tous nos acquis sociaux ont été gagnés par la lutte de nos aînés. Cela fait trop longtemps que nous encaissons reculs sur reculs, nous sommes la majorité, ils ne sont qu’une poignée, ne l’oublions pas.

Organisez-vous, ne courbez pas le dos car c’est ce que gouvernement et patronat espèrent. C’est ce que les travailleurs et la population grecque refusent en se révoltant depuis des mois. C’est bien pour cela que les grecs sont autant critiqués dans les médias et par une partie de la classe politique vendue à la défense des intérêts capitalistes !

Rassemblons-nous pour affirmer qu’un pôle de résistance et d’alternative existe à la dictature des capitalistes sur nos vies. Faisons front, dans une lutte résolue pour un avenir d’égalité sociale, de liberté et de solidarité entre tous les travailleurs de France, entre tous les peuples !

Manifestation - Samedi 10 décembre à 14h - Place Aristide Briand (face Fnac) de Lorient

Signataires : Alternative Libertaire, Confédération Nationale du Travail, Jeunes Communistes 56, Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique, Fédération Anarchiste, Les Alternatifs, Nouveau Parti Anticapitaliste.

Repost 0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 14:05

L’anarchie ?


Chaos ou coopération volontaire ? Guerre de chacun contre tous ou entraide ? Une démarche individuelle ou sociale ? ou les deux ? Un doux rêve ou un vivre ici et maintenant ? Le bordel ou le bol d’air ?


L’anarchie ? Des critiques mais aussi des propositions !


L’anarchie, ou plus exactement l’anarchisme, questionne les rapports de pouvoir multiples qui traversent la société : l’exploitation au travail, la hiérarchie, la domination, la répression d’Etat, l’oppression des religions, jusqu’aux relations hommes - femmes et les discriminations en tous genres.


Parce qu’isolé et replié sur lui-même, l’individu s’étiole et parce que la liberté humaine n’a de sens que dans un cadre social, l’anarchisme cherche à concilier l’indispensable liberté individuelle avec la nécessaire vie en société.


En quête permanente d’affranchissement des préjugés et en lutte contre les régimes oppressifs, y compris lorsqu’ils se parent du qualificatif de démocratique, l’anarchisme est aussi un mouvement social au fonctionnement horizontal et en recherche d’alternative autogestionnaire.


N’est-ce pas parce que l’anarchisme est la seule alternative crédible, dérangeante pour les Pouvoirs, qu’il est si souvent caricaturé ?

Débat public “défaites vos idées toutes faites sur l’anarchisme” pour présenter et discuter cette recherche d’émancipation individuelle et collective et cette recherche d’alternative sociale et écologique.

Vendredi 9 décembre - 20h30 - Palais des arts et des congrès - Vannes

Pour aller un peu plus loin : Oser et comprendre l'anarchisme

Repost 0
Published by anars56 - dans Anarchisme
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 00:20

Salut,

et hop un agenda tout neuf, avec plein de nouveautés et quelques rappels néanmoins (dont notre débat public à Vannes, vendredi 9 décembre sur l'anarchisme où on espère vous y retrouver nombreuses et nombreux ! C'est qu'il y a un monde à refaire...). Le lendemain, samedi 10, c'est à Lorient que ça se passe pour une manif contre les politiques d'austérité qui se mettent en place (et ce n'est pas fini si on les laisse faire !). Refusons de payer leur dette ! Voir les 1ers détails dans l'agenda.

On relaie très peu de choses sur Rennes et Nantes, même s'il y en a de super intéressantes.
Alors rendez-vous sur Rennes infos http://www.rennes-info.org/ et sur Indymedia Nantes https://nantes.indymedia.org/colonne_centrale, 2 sources revigorantes.
Du côté de Brest, baladez-vous sur Brest la Rouge (haut et fort) http://brestlarouge.hautetfort.com/ et pour Quimper, il y a l'agenda des Cr@bes : http://crabes.webnode.com/agenda/

En blog ami, nous vous recommandons celui-ci, basé à l'île de Groix : http://groix.revolublog.com/

Radio libertaire se laisse volontiers écoutée et téléchargée/podcastée ici : http://media.radio-libertaire.org/php/grille.php

Le groupe Pavillon noir de Poitiers a sorti un tract pas mal sur les élections qui synthétise bien la vision libertaire sur le sujet, tant dans les aspects critiques que pistes et propositions. http://fa86.noblogs.org/?p=1219

Voici tout beau, tout chaud, sorti à l'instant du clavier, l'agenda ... Et, comme d'hab', le groupe libertaire Lochu - Ferrer ne se reconnaît pas intégralement dans chaque événement proposé. La petite * signale les nouveautés
Le blog continue à proposer régulièrement des articles ou relaie certaines initiatives qu'on juge intéressantes.

@narchas salutations.
 
------------------------------------------------------------------

Du jeudi 1er au dimanche 4 décembre - De Vannes à Nantes en passant par la ZAD de Notre-dame-des-Landes : marche bretonne des indigné-e-s - Départ de Vannes à 9h. Il est possible de rejoindre les étapes à 18h30 : jeudi à Questembert, vendredi à Redon, samedi à Blain. Plus d'infos : http://realdryindignesvannes.wordpress.com/2011/11/18/les-marches-bretonnes-des-indigne-e-s/

------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 1er décembre - Vannes - Création d'un collectif pour un audit citoyen de la dette (Un État peut-il faire faillite ? Qu'entend-on par dette illégitime ? La nationalisation des banques peut-elle être premier pas vers un système socialisé du crédit ?) - 20h30 - Palais des Arts et des Congrès - Organisée par Attac 56. NB : On lira avec profit "La dette ? C'est le vol !" de la fédération anarchiste : http://anars56.over-blog.org/article-la-dette-c-est-le-vol-87083130.html

------------------------------------------------------------------------------------

* Vendredi 2 décembre - Séné - Soupe collective, bar à gogo, rock, cuivres et tangos avec Le Bal Pépère - 21h - Salle des fêtes - Tarif : 1 légume pour la soupe et 5€ / gratuit pour les moins de 12 ans - Organisé par l'Ecopérative

------------------------------------------------------------------------------------

* Vendredi 2 décembre - Rochefort en Terre - Au Café de la Pente : Démonstration de fabrication et dégustation de la bière avec Gweno, brasseur de la Bambelle - A partir de 19h - Entrée libre

------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 2 décembre - Plourin-lès-Morlaix (29) / Une autre histoire du sport. ("Pourquoi je ne serai jamais Luis Fernandez") Conférence gesticulée par Anthony Pouliquen. à 20h30 à Ti an Oll à (29) – Entrée libre

-------------------------------------------------------------

* Samedi 3 décembre - Augan (56) - Atelier Terre avec Iza : Rencontre autour de l'argile. Atelier découverte adultes/ados, pour laisser éclore et se déployer le jeu de la création et le plaisir qui l'accompagne sans connaissance ni acquis artistique. 15h au Café coopératif le champ commun

-------------------------------------------------------------

* Samedi 3 décembre - Meucon (56) -  Repas afghan organisé par l'association Malalay au profit d'une école de filles en Afghanistan - 19h30 - Salle Le Triskell, rue du Stade

-------------------------------------------------------------

* Samedi 3 décembre - Etel - Cinéma la Rivière : Débat-discussion avec la grand reporter Gwenaëlle Lenoir (France 3), autour du documentaire "Gaza-Stophe, Palestine", suivi d'un pot. 20h30.

-------------------------------------------------------------

* Samedi 3 décembre - Rochefort en Terre - Au Café de la Pente : Soirée Jeux – Tournoi de belote coinchée et  jeux (de débutants à champions !) - A partir de 19h - Gratuit  - Petite restauration sur place (Tapas)

-------------------------------------------------------------

* Mercredi 7 décembre - Vannes - Cercle de silence en soutien aux sans-papiers et contre leur répression - 18h30 à 19h30 - esplanade du port

-------------------------------------------------------------

* Mercredi 7 décembre - Augan - Café discussion par L'EPOK, Coopérative d'écologie populaire (Changement d'époque ! Envie de solidarité, de convivialité, de villes et villages en transition... ?  D'utopies réalisables ? Rejoignez nous pour une réflexion ludique, sous forme de jeu de rôle sur les stratégies pour la mise en place d'alternatives collectives. A nous d'inventer le mode d'emploi de cette nouvelle époque !) - Au champ commun

-------------------------------------------------------------

* Jeudi 8 décembre - Lorient - Réunion publique à partir d'un diaporama autour des enjeux économiques, humains, environnementaux du projet d'aéroport à Notre-dame-des-Landes (44) - Organisé par le Collectif Morbihan contre l'aéroport NDDL - 20h - Cité Allende Salle A02

-------------------------------------------------------------

Vendredi 9 décembre - Vannes - N’est-ce pas parce que l’anarchisme est la seule alternative crédible, dérangeante pour les Pouvoirs, qu’il est si souvent caricaturé ? Débat "défaites vos idées toutes faites sur l'anarchisme" par le groupe libertaire Lochu-Ferrer qui entend présenter et discuter cette recherche d'émancipation individuelle et collective et... cette recherche d'alternative sociale et écologique que constitue l'anarchisme. 3 interventions d'une 12n de minutes chacune : l'une sur les valeurs fondamentales de l'@narchisme et une forme de "vivre au quotidien", une autre sur l'autogestion généralisée de la société et une autre sur l'@narcha-féminisme. 3 entrées différentes donc pour ouvrir un débat que nous souhaitons riche... car nous ne prétendons pas détenir de vérité toute faite ! Tables de presse, affiches, et tout et tout ! - Palais des Arts - 20h30

-------------------------------------------------------------

Du vendredi 9 au dimanche 31 décembre - Rochefort en Terre - Au Café de la Pente : Marché de l'art et de la récup'

-------------------------------------------------------------

* Du vendredi 9 décembre - Rochefort en Terre - Au Café de la Pente : Théâtre Stand up "L'âme agit (du libre ton)" - Spectacle comique - 21h - 5 euros

-------------------------------------------------------------

* Samedi 10 décembre - Lorient - Manifestation : La dette n'est pas la nôtre : refusons de la payer ! Les plans d'austérité sont illégitimes. Refusons les ! Au peuple de décider, pas aux capitalistes ! Rendez-vous Place Aristide Briand. 14h. A l'appel d'un collectif d'organisations à la gauche du PS ou libertaires (dont nous-mêmes !), sur une base anticapitaliste. Plus de détails bientôt sur le blog. L'initiative revient à Alternative libertaire Lorient.

-------------------------------------------------------------

 

* Samedi 10 décembre - Ploeren (56) - Zone temporaire de don et récupération avec la recyclerie du golfe de 10h à 12h au centre «Le Triskell»

 

-------------------------------------------------------------

 

* Samedi 10 décembre - Rochefort en Terre - Au Café de la Pente : Résis'Tente - Théâtre (Une ex SDF transfigure son vécu en un spectacle dense, engagé et troublant) - 21h - 5 euros

-------------------------------------------------------------

* Samedi 10 décembre - Rennes - Soirée de soutien à Rennes Info avec Heaven Sucks (metal hardcore - Roazhon), Death or Glory (punk rock - Roazhon), Murder One (punk hardcore - Vannes) - Organisée par General Strike et Happy Culture à La Paillote - 18 rue Saint-Michel - Prix libre - 20h30

-------------------------------------------------------------

* Samedi 10 décembre - Brest - Le Collectif Citoyen Bretagne sans OGM organise une action REGIONALE d'information du public sur “Produit en Bretagne”. Pique-nique sans OGM à 12h30. Action information à 14h. Place du Moulin blanc

-------------------------------------------------------------

* Vendredi 16 décembre - Rochefort en Terre - Au Café de la Pente : Concert-spectacle François Le Roux (chansons à textes) - Entrée libre + majo sur les boissons - 21h

-------------------------------------------------------------

* Samedi 17 décembre - Rochefort en Terre - Au Café de la Pente : Concert avec Fée du Zinc, Tonton Déon, Funny vibes, Trio Licépo - 18h - Restauration sur place - 10 euros

-------------------------------------------------------------

* Dimanche 18 décembre - Rochefort en Terre - Au Café de la Pente : La Pente aux mômes - 14h Atelier fabrication de marionnettes, 15h Théâtre conté "Voleur de mots", 17h Fanny dans la Lune. Goûter sur palce - Prix libre

-------------------------------------------------------------

* Vendredi 13 janvier - Vannes - Débat public "L'accaparement des terres par l'agriculture industrielle" avec Jean-Pierre Tertrais, auteur de "Pour comprendre la crise agricole" et d'un livre qui associe la décroissance avec la sortie du capitalisme. 20h30. Palais des Arts. Organisée par le groupe libertaire Lochu - Ferrer (& FA Vannes - Lorient)

-------------------------------------------------------------

* Mardi  17 janvier - Quimperlé - La Bobine :  Ciné débat dans le cadre du Festival Taol Kurun 2012 dont le thème est Vivre et travailler au pays. 20h30

-------------------------------------------------------------

* Mardi  28  février - Quimperlé - La Bobine : Film Tous au Larzac - 20h30 en présence du réalisateur Christian Rouaud

-------------------------------------------------------------

Repost 0
Published by anars56 - dans Actus
commenter cet article
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 21:47

Départ de Vannes, jeudi 1er décembre, 9h, esplanade du Port.

Pour les détails, cliquez sur l'image.

 

marche-bretonne-des-indignees.jpg

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er lundi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été. Pas de permanence lundi 2 octobre 2017.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
Notre prochaine soirée publique :
 
 
 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tout novembre (du 1er au 30 !) - Le mois du documentaire 2017, 17ème édition. 113 séances en Bretagne

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 2 novembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "La question démographique et ses implications politiques", avec Jean-Pierre Tertrais, par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 10 novembre - Vannes - Soirée débat du groupe Lochu. Nous accueillons Alain Leduc pour son ouvrage "Octave Mirbeau, le gentleman-vitrioleur"

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 7 décembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "Migrants. Témoignage de sympathisants sur leur expérience à Calais en soutien à la lutte des migrants", par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements