Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 22:33

A quelque chose, malheur est bon. Un aspect positif de la nucléarisation du monde réside dans l’essor d’un secteur prospère de l’édition, consacré à sa critique. Des milliers de livres publiés et re-publiés afin que nul ne puisse dire qu’il ne savait pas, quand on lui avait bien dit. Le crime accompli, ces milliers de livres restent utiles à sa compréhension ; qui sont les criminels, les coupables, les complices, les témoins passifs, plus ou moins, les victimes ; ce que les nucléocrates nous ont à jamais imposé et comment ; ce qui reste encore à faire, sachant que contrairement à une escroquerie répandue par des manipulateurs "associatifs et citoyens", il n’est désormais plus possible de "sortir du nucléaire".

Près de 250 000 tonnes d’ordures radioactives pour 10 ou 100 000 ans. Leur volume, leur létalité et leur péril croissent chaque jour. Il faudrait au moins alerter nos éventuels descendants de l’effroyable héritage qui leur est légué sans possibilité de refus. Impossible aussi, comme l’explique Marion Lantoine dans "L’indicible éternité de la mort nucléaire" (à télécharger ci-dessous). Les fossoyeurs qui nous enfouissent sous leurs montagnes de poison doivent s’avouer incapables de créer les signaux de danger adéquats, à l’usage des "générations futures". A quoi bon, dira-t-on, ces constats catastrophistes : Le nucléaire ni la mort ne se peuvent regarder fixement. Sans doute, mais quand leur rayonnement nous éblouirait, nous garderions sur les regards fuyants des faux aveugles l’avantage des yeux ouverts. Travaillons-donc à bien regarder. Voilà le principe de la résistance.

 

(Lire la suite)

Partager cet article
Repost0
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 13:24
   
Le délit de harcèlement sexuel n’existe plus dans le Code pénal, depuis le 4 mai 2012. Les membres du Conseil constitutionnel en ont ainsi décidé après avoir été saisis d’une question prioritaire de constitutionnalité déposée par Gérard Ducray, maire-adjoint de Villefranche-sur-Saône, ce dernier étant accusé d’avoir harcelé trois de ses subordonnées des services municipaux entre 2007 et 2009. Il a été condamné en appel le 15 mars 2011 à trois mois de prison avec sursis, 5 000 euros d’amende et une interdiction d’exercer toute fonction publique. Rappelons que le sieur a été secrétaire d’État au Tourisme de 1974 à 1976, sous Giscard d’Estaing, et qu’ainsi il connaît au moins quatre membres du Conseil constitutionnel : Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, Jacques Barrot (alors secrétaire d’État au Logement) et Hubert Haenel (alors conseiller aux questions judiciaires à l’Élysée), même si les deux premiers n’ont pas siégé. Le Conseil constitutionnel est-il lui-même constitutionnel, quand nous constatons la connivence entre Ducray et quatre des membres ? Dans sa décision, la haute juridiction estime que « l’article 222-23 du Code pénal permet que le délit de harcèlement sexuel soit punissable sans que les éléments constitutifs de l’infraction soient suffisamment définis ».

Il serait sans doute nécessaire de revenir sur l’historique des lois contre le harcèlement sexuel et contre les violences faites aux individus, le plus souvent des femmes et des enfants. Les violences bénéficient d’une très grande tolérance sociale au profit de leurs auteurs, alors que toute atteinte à la propriété privée est sévèrement punie. Ce qui nous laisse augurer que le corps n’appartient pas à l’individu mais à la collectivité, à un groupe social, ou à un autre, une autre qui exerce pouvoir et domination. Nous pensons aux rites communautaires imposant sur le corps des sacrifices, aux pressions sociales ordonnant de s’habiller, de s’enfoularder ou de se dénuder, mais aussi au viol, au système prostitutionnel, à l’esclavage sous toutes ses formes. Et pourtant, l’individu est distinct et indivisible, donc non partageable, il ne peut être une proie. Quel paradoxe !

C’est la loi du 22 juillet 1992 portant réforme des dispositions du Code pénal relatives à la répression des crimes et délits contre les personnes qui crée le délit de harcèlement sexuel par l’article 222-33 : « Le fait de harceler autrui en usant d’ordres, de menaces ou de contraintes dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle, par une personne abusant de l’autorité que lui confèrent ses fonctions, est puni d’un an d’emprisonnement et de 100 000 francs d’amende. » Dès la promulgation de la loi, présentée par Véronique Neiertz, Secrétaire d’État aux Droits des femmes et à la Consommation, les féministes émettent des critiques, particulièrement l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT), association créée en 1985. L’AVFT dénonce qu’il faille prouver un défaut de consentement quand l’inverse – s’assurer du consentement – serait plus juste, que les contours du mode opératoire ne sont pas définis, et que l’abus d’autorité nécessite une interprétation par les magistrats tout en exonérant les collègues.

La même année, le Code du travail est modifié par la loi du 2 novembre 1992 relative à l’abus d’autorité en matière sexuelle dans les relations de travail et modifiant le Code du travail et le Code de procédure pénale. Les dispositions relatives au harcèlement sexuel sont intégrées aux articles L122.46 et suivants. Dès 1992, Mireille Beynetout, Sylvie Cromer et Marie-Victoire Louis, toutes trois de l’AVFT, relèvent : « Bien que le projet de loi réformant le Code du travail en matière de harcèlement sexuel puisse apparaître comme une avancée, il est sur le fond insuffisant et juridiquement contestable. » Cette critique porte notamment sur l’approche réductrice du phénomène de harcèlement sexuel, terme jamais cité dans la loi, qui n’inclut pas les comportements sexistes, plus nombreux, qui ont pour but d’humilier la personne harcelée et non d’obtenir des faveurs de nature sexuelle.

Après quelques modifications en 1998 et en 2001, puis sous l’impulsion d’Elisabeth Guigou, ministre de l’Emploi et des Affaires sociales, la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002 crée le délit de harcèlement moral et modifie les dispositions relatives au harcèlement sexuel dans le Code du travail et la définition pénale du harcèlement sexuel. L’exigence d’abus d’autorité est supprimée, les collègues ne sont donc plus exonérés de responsabilités, et les termes « ordres, contraintes, menaces, pressions » disparaissent. Mais suite à la recodification du Code du travail en 2008, l’article L1153-2 devient in fine : « Aucun salarié, aucun candidat à un recrutement, à un stage ou à une période de formation en entreprise ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, notamment en matière de rémunération, de formation, de reclassement, d’affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement de contrat pour avoir subi ou refusé de subir des agissements de harcèlement sexuel. » Le harcèlement sexuel n’est pas défini ! Et l’article L122-52 [L.1 154-1] du Code du travail devient : « Lorsque survient un litige relatif à l’application des articles L. 1 152-1 à L. 1 152-3 et L. 1 153-1 à L. 1 153-4, le candidat à un emploi, à un stage ou à une période de formation en entreprise ou le salarié établit des faits qui permettent de présumer l’existence d’un harcèlement. Au vu de ces éléments, il incombe à la partie défenderesse de prouver que ces agissements ne sont pas constitutifs d’un tel harcèlement et que sa décision est justifiée par des éléments objectifs étrangers à tout harcèlement. Le juge forme sa conviction après avoir ordonné, en cas de besoin, toutes les mesures d’instruction qu’il estime utiles. »

La loi de modernisation sociale modifie également l’article 222-33 du Code pénal, afin d’harmoniser le Code du travail et le droit de la fonction publique avec le Code pénal. L’article devient ainsi : « Le fait de harceler autrui dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. » Il s’agit surtout de ne pas créer de régime trop différent entre les délits de harcèlement moral et de harcèlement sexuel. Mais « le fait de harceler » sera toujours jugé à l’aune de l’intentionnalité du harceleur (« dans le but d’obtenir »), non défini par la loi et donc dépendant des interprétations jurisprudentielles, voire de l’analyse subjective des magistrats. Il en va de même pour le but poursuivi, à savoir « les faveurs de nature sexuelle ».

En 2007 et 2008, la France a reçu de la Commission européenne trois procédures d’action en manquement et deux mises en demeure à propos de la mauvaise transposition de plusieurs directives liées à la lutte contre les discriminations ou à l’égalité des chances entre les femmes et les hommes. Dans l’indifférence la plus totale, le gouvernement a donc fait voter en urgence une nouvelle transposition de la directive 2002/73/CE sans reprendre la directive d’origine qui définit précisément le harcèlement sexuel. Ainsi, la loi n° 2008-496 du 27 mai 2008 ne satisfait pas les associations qui souhaitaient une définition précise du harcèlement sexuel et l’harmonisation des définitions entre le Code pénal, le Code du travail et le droit communautaire, afin de lever les ambiguïtés qu’elles suscitent.

Vingt ans après la première loi contre le harcèlement sexuel, peu d’affaires arrivent à terme. En effet, les personnes victimes craignent la relaxe pour l’agresseur et le risque de poursuites en dénonciation calomnieuse en violation du principe de la présomption d’innocence. Perdre cette loi est salutaire mais en l’absence de caractérisation du délit de harcèlement, aujourd’hui, les personnes victimes se sentent abandonnées par la justice puisque toutes les procédures pénales en cours sont annulées. Le message d’impunité ainsi adressé aux harceleurs est révoltant. La chasse est ouverte !

À l’appel de plusieurs associations, dont l’AVFT libres et égales, la Marche mondiale des femmes, Femmes solidaires, le Collectif national droits des femmes, le Collectif féministe contre le viol, du jour au lendemain, plus de 300 personnes se sont rassemblées samedi 5 mai, place Colette, dans le Ier arrondissement de Paris, à deux pas du Conseil constitutionnel qui a annulé la loi contre le harcèlement sexuel. Abrogation = permis de chasser ou encore Nous ne nous tairons pas, pouvait-on lire sur les pancartes. Après quelques interventions des associations présentes, le rassemblement s’est terminé par un nouvel appel à continuer la mobilisation. Et puis, sous le coup de la colère et de l’enthousiasme militant, les manifestantes et manifestants se sont dirigés spontanément jusqu’au commissariat de police du Ier arrondissement, en criant sans discontinuer « Harcèlement sexuel, une loi, une voix, pour les victimes ! » Là, une plainte est portée contre le Conseil constitutionnel en la personne morale de son président, Jean-Louis Debré, pour « mise en danger délibérée des personnes victimes de harcèlement sexuel et trouble à l’ordre public » ! Les policiers interloqués ne savent pas si cet enregistrement est recevable : ils consultent le procureur de la République. Enfin, la plainte est enregistrée. Une plainte contre le Conseil constitutionnel est une première !

Bien sûr, certains et certaines s’étonneront que, dans les colonnes du Monde libertaire, nous nous « apitoyions » sur l’abrogation d’une loi, mais n’oublions pas que tant que le patriarcat et le sexisme gangrèneront nos vies, il faudra bien faire savoir que nos corps ne sont pas à prendre, à vendre, à harceler. Le contrat social doit être affiché de façon explicite, de manière à pouvoir rappeler à qui viole, violente ou harcèle que non, nous ne nous laisserons pas faire.

Hélène, groupe Pierre-Besnard de la Fédération anarchiste
Pour apporter son soutien et rester informé-e : http://www.mmf-france.fr
Partager cet article
Repost0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 09:59


« Si le vin t’empêche de travailler, supprime le travail. »
   Un mur

Pour savoir où est diffusé le Monde libertaire près de chez vous, cliquez ici !

Lire le supplément gratuit (8 pages) : ici !


ML-1673-recto.jpgActualité
   - Permis d’harceler, par Hélène, page 3
   - Chronique néphrétique, par Rodkol, page 5
   - Météo syndicale, par T. Impétueux, page 6
   - Nouvelles des fronts sociaux, par Hugues, page 7
   - Les cathos et Sarko, par Le Furet, page 8
   - Le cadeau de départ de Guéant, par G. Goutte, page 9

Arguments
Hollande élu, et maintenant ?, par J.-M. Raynaud, page 10

International
   - La peste brune en Grèce, par P. Schindler, page 11
   - Le massacre de Sétif (8 mai 1945), par M. Rajsfus, page 12

   - Luttes criminalisées en Espagne, par O. Alberola, p 14
   - Libérté pour Laura Gomez, par R. Pino, page 15
   - Les camps de réfugiés de Thaïlande, par T. Pellicer, p 16

 

 

Histoire
Libertaires espagnols dans la Résistance, P. Rosell, page 18

Culture
Football et anarchisme, Paco, page 20

Mouvement
   - Radio libertaire, page 22
   - Agenda, page 23

ML 1673 verso

Partager cet article
Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 21:12

affiche autogestion forums

Partager cet article
Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 21:28
Salut,
retour du Salon du livre libertaire (initié par la fédération anarchiste) qui s'est déroulé tout ce week-end à Paris, dans une bonne ambiance, à la forte affluence, inter-générationnelle et inter-genre. Des tas de livres et brochures, mais aussi des Dvd et CD, exposés au public : les porte-monnaies au ventre désormais vide en tremblent encore ! Il y avait vraiment beaucoup, beaucoup de choses : la réédition de textes classiques de l'anarchisme mais aussi tout un tas de nouveautés, de réflexions sur la société actuelle (écologie, surveillance, identités, "évolution" du captalisme, etc...) : s'il est un amour durable, c'est bien celui entre les anarchistes et l'écrit ! Une fidélité à toute épreuve !
Ce fut aussi l'occasion de retrouvailles avec de "vieilles" connaissances et de nouvelles rencontres.

Voici donc un agenda, concocté rapidos par nos soins, pour la semaine à venir. Quelque chose de plus fourni, projeté plus avant dans l'avenir arrivera bientôt.
Même s'il n'y a rien sur le Morbihan, dans cet agenda, il nous a paru opportun de vous l'envoyer dès ce soir car la répression étatique nous impose 2 rendez-vous cette semaine :
- mercredi 16 mai à Nantes pour soutenir les inculpé-e-s de la lutte anti-aéroport,
- vendredi 18 mai à Rennes pour soutenir un syndicaliste de Sud Ptt qui passe en procès, lié aux manifs retraites de l'automne 2010. Pétition à signer ici. 
Même s'il n'est pas toujours possible d'être présent-e-s, on peut toujours leur envoyer un mot de soutien et même un peu de fric, pour celles-ceux qui le peuvent. N'hésitez pas : ne serait-ce qu'un p'tit coucou pour leur faire savoir qu'on pense à elles-eux !

- Mardi 22 mai, les copains et copines du groupe anarchiste la Digne Rage de Rennes (FA) organisent une soirée "Alternatives pédagogiques et autogestion", à partir de la projection de documentaires sur l'éducation zapatiste et avec des travailleurs libertaires de l'éducation. Ca a l'air super bien ! L'éducation et les anars : encore un autre amour, qui reste vif, qui ne diminue pas en intensité depuis les origines du mouvement et ce, quelque soit le continent où il se déploie.
A Lorient, notre groupe ne porte pas innocemment le nom de Francico Ferrer, pédagogue anti-autoritaire et précurseur : http://anars56.over-blog.org/article-28171317.html

Le prochain débat public du groupe Lochu est annoncé pour le vendredi 15 juin, à Vannes à partir de la projection du film "Even cowgirls get the blues". Plus de détails bientôt.

Radio libertaire peur être écoutée en podcast là :  http://media.radio-libertaire.org/php/grille.basic.php

@narchas salutations,
le groupe libertaire Lochu - Ferrer et la FA 56

----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Mardi 15 mai - Nantes - Rencontre avec les militants syndicaux grecs de l'ESE (union syndicaliste libertaire) pour témoigner en direct de ce qu'ils vivent et organiser la solidarité internationale - 20h30 - B17, 17 rue Paul Bellamy - Par Cnt Nantes

---------------------------------------------------

Mercredi 16 mai - Nantes - Soutien aux 5 inculpé-e-s et raflé-e-s dans la lutte contre l'aéroport de NDDL qui passent en procès ! - 12h : Place du Cirque à NANTES : Déambulation de soutien / 14h : Rassemblement de soutien aux inculpé-e-s devant le palais de justice de NANTES (Bouffe à prix libre, prises de paroles, autres festivités...) - Organisé par le comité de soutien aux inculpé-e-s anti-aéroport

---------------------------------------------------

Mercredi 16 mai - Rennes - Débat avec trois militants de l’ESE, syndicat anarcho-syndicaliste grec, à l’invitation de l’Union Locale de la CNT 35. 20h, à la Maison des associations, 6 cours des alliés (métro De Gaulle)

---------------------------------------------------

Jeudi 17 mai - Rennes - Concert de jazz antifasciste avec le trio Hradcany à 21h30 au Papier timbré - Co-organisé par la CNT35 et le collectif antifa rennais

---------------------------------------------------

Vendredi 18 mai - Rennes - 8h45 Rassemblement de soutien à Serge Bourgin de SUD-PTT 35 devant la cité judiciaire à Rennes : pour l’arrêt des poursuites, non à la criminalisation de l’action syndicale, pour le droit de manifester, pour la défense des acquis sociaux - Pétition en ligne ici

---------------------------------------------------

Samedi 19 mai - Treillières (44) - Animal en fête : De 14h30 à 18h30 Forum des associations d'écologie et de protection animale (animation enfants) - 19h30 Apéro-dînatoire végétalien (sur réservation) - 20h30 Projection gratuite du film ALMA sur le désastre écologique provoqué par l’industrie de la viande, du cuir et des produits laitiers... Organisé par l'asso animaliste

---------------------------------------------------

Mardi 22 mai - Rennes - Alternatives pédagogiques et autogestion - Projection de documentaires sur l'éducation zapatiste et discussion avec des militants libertaires travaillant dans l'éducation - 20h - Bar le Panama - Organisée par le groupe anarchiste la Digne Rage (FA Rennes)

---------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 20:37

16 mai Nantes soutien anti Nddl

Rappel des faits (verso du tract) :

ILS VEULENT ÉCRASER LA LUTTE PAR LA RÉPRESSION !



Le 20 octobre en Loire-Atlantique, une cinquantaine d’opposant-e-s à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes manifestaient devant les locaux de Vinci à Couëron. Après avoir distribué des tracts et discuté avec les employé-e-s, du fumier a été déposé symboliquement sur le perron et des œufs ont été lancés contre la façade.

Ces manifestant-e-s voulaient dénoncer la destruction des terres agricoles, des fermes et des habitations, par le bétonnage d'un territoire de 2000 hectares et dénoncer Vinci, principal bénéficiaire de ce projet insensé.

A la suite d'une plainte de Vinci, 7 personnes ont été arrêtées à Couëron et Chauvé (Loire-Atlantique).

Alors qu’une simple convocation aurait suffi pour les interroger, ce sont plus de 15 véhicules de gendarmerie et de police qui débarquent sur les lieux, prêts à défoncer portes et fenêtres. Au cours des interrogatoires, 2 jeunes femmes ont dû se déshabiller pour être photographiées en sous vêtements sous prétexte d’identification de tatouages. Sur les terres occupées par les opposant-e-s à l’aéroport de Notre-dame-des –Landes, 27 véhicules et un hélicoptère sont venus en force pour rechercher d’autres participants à l’action.

En fin de journée, 5 paysan-ne-s sont inculpé-e-s de « dégradations commises en réunion » et de « refus de prélèvements d’ADN ».

Vinci, multinationale au chiffre d'affaires de 37 milliards d'euros en 2011, évalue les soi-disant dégâts sur sa façade à 40 000 euros environ, estimation purement fantaisiste !

La date du procès est fixée au 16 Mai 2012, à 14h.

On constate qu'il y a volonté de saper la mobilisation paysanne et d’intimider les militant-e-s, qui se sont engagé-e-s dans cette lutte, par une répression systématique et violente.

Cette rafle du 1er décembre n’est que la poursuite d’un acharnement policier contre les opposant-e-s à l’aéroport. D’autres procès sont à venir : pour l’occupation du square Mercoeur à Nantes, l’action contre la caravane du PS, etc.

Et souvenons-nous du dispositif policier du 24 mars à Nantes, lors de la manifestation contre le projet d'aéroport de NDDL : 1500 forces de l'ordre, 2 canons à eau, 1 hélicoptère, une cinquantaine d'agents de la BAC.... Dispositif qui visait clairement à effrayer les manifestant-e-s et à casser la mobilisation.

La lutte contre l’aéroport n’est qu’un exemple, la répression frappe partout dans l’hexagone : les Conti à Clairoix, les anti-nucléaires à Valognes, les sans-papiers à Calais et à Paris, les faucheurs d’OGM à Colmar.

Alors que Vinci et ses consoeurs multinationales ne cessent d’accumuler les profits, avec l'aide des politiciens qui imposent l’austérité et leur désastreuse politique d’aménagement du territoire ; la police et la justice intimident et cherchent à casser toute tentative de protestation, de refus ou de résistance.

Soutien aux inculpé-e-s anti-aéroport !

 

Comité de soutien aux inculpé-e-s anti-aéroport


Partager cet article
Repost0
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 16:42


« Aussi longtemps que la société sera basée sur l'autorité, les anarchistes resteront en état perpétuel d'insurrection. » :    Elisée Reclus



Pour trouver le Monde libertaire près de chez vous, cliquez ici !

Les articles en blanc sont lisibles en ligne.


ML-1672-recto.jpgML-1672-verso.jpgActualité

Ainsi donc on est socialistes, par G. Goutte, page 3

Lutter, c’est exister, par Fabrice, page 4

Chronique néphrétique, par Rodkol, page 5

Météo syndicale, par T. Impétueux, page 6

Les kiosquiers perdent une arme, par P. Salcedo, page 7

Soutien à Laura Gomez, par FA, p 9

Élection pestilentielle, par E. Vanhecke, p 9

Revendications des prisonniers de Roanne, page 10

La répression continue à Poitiers, FA 86, page 11

International

L’Espagne, entre grèves et matraques, par R. Pino, p 12

Israël, la politique de l’autruche, par P. Sommermeyer, page 14

Arguments

Nous sommes la crise du capital, par J. Holloway, p 15

Abstention et extrême droite, par Flora, page 17

Billet d’humeur (mauvaise), par Commission Femmes, page 19

Culture

Apprendre à désobéir, A. Bernard, page 20

Mouvement

Solidarité antifasciste, page 21

Radio libertaire, page 22

Agenda, page 23

Partager cet article
Repost0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 12:59

Rendez-vous Place Aristide Briand. Lorient. 20h.

 

 

Première manifestation post-élections de la Présidence [Hollande - Sarkozy]* !


Ni bleu, ni rose : à bas l'austérité, à bas le capital !

Place aux luttes sociales et aux alternatives autogérées !

 

 

 

Ci-dessous un texte largement inspiré de l'appel de Printemps en luttes (appel intégral ici)

 

« Troisième tour sans concession, prenons nos luttes en main ! Ni carotte, ni bâton, on a marre de leur soupe ! ».

Au lendemain de ces élections, un énième gouvernement va être nommé. Ne nous y trompons pas, quel que soit l’habillage, l’essentiel pour celui qui vient d’être élu est finalement de sauvegarder l’économie capitaliste, l’ordre marchand et les profits de la classe dominante. Les politicien-ne-s roulent toujours pour leurs copains et copines patron-ne-s et banquier-e-s (et vice versa). En effet, la crise du système implique - de leur point de vue de privilégié-e-s à préserver - un appauvrissement de nos conditions d’existence, une exploitation toujours plus coercitive et un écrasement de toute forme de contestation.

Stop ! Il n’est plus question d’endurer leur « rigueur », leur « maîtrise des déficits publics », leur relance de la « compétitivité de la France », leur « baisse du coût du travail », leur « flexibilité », etc.

C’est comme pour le logement, au nom de la sacro-sainte propriété privée, celui-ci continuera d’être toujours trop cher. Et gare aux squatteur-se-s, au nom de la sacro-sainte propriété privée, ils et elles seront viré-e-s.

Nos gouvernants ont de plus en plus recours à une étiquette « féministe » de bon teint, mais l’accès à l’avortement est attaqué année après année et doit être défendu, la misère et la pauvreté touchent davantage les femmes, … et ce ne sont que deux exemples parmi d’autres !

Quant aux grands projets industriels ceux-ci vont continuer à se développer et à ravager notre environnement : autoroutes, lignes TGV, aéroports, … et autres infrastructures aussi néfastes qu’inutiles mais occasionnant de juteux profits pour les banquier-e-s et les patron-ne-s.

Et, en ce qui concerne le « fleuron technologique français » qu’est l’industrie nucléaire, aucun arrêt immédiat n’est envisagé, même si cette technologie nous entraîne vers une catastrophe mortelle.
Pourtant les richesses produites pourraient être mises au service de nous toutes et tous et nous permettre de subvenir pleinement à nos besoins (bouffe, logement, transports, accès aux soins) dans une autre organisation sociale égalitaire et solidaire.

Ne soyons pas dans l’illusion et dans un attentisme inutile, dès maintenant rassemblons nos forces pour lutter et prenons nos affaires en main.

Ouvrons les hostilités en paralysant une économie réservée aux plus riches !

Le présent et l’avenir nous appartiennent !



Face à l’hiver capitaliste, Printemps en luttes !



* : rayer les mentions inutiles après le second tour de l’élection dite présidentielle qui doit se terminer le dimanche 6 mai 2012 en France.

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 10:09

«Les prisons en feu, les matons au milieu. »
  Inconnu

 

Pour trouver le Monde libertaire près de chez vous, cliquez ici !

Pour lire le supplément hebdo gratuit (en format Pdf), cliquez là !

 

Les articles "en blanc" sont lisibles en ligne : cliquez !

 

ML-1671-recto.jpgML 1671 versoActualité

PS et UMP font du pied à la bête par P. Schindler, page 3


Nouveaux coups durs dans le travail, par G. Goutte, p 4

Chronique néphrétique, par Rodkol, page 5

Météo syndicale, par T. Impétueux, page 6

Les dindons de la farce électorale, par J.-P. Garnier, page 7

Pour un troisième tour social, par Scrubudule, page 8

Le Front de gauche avec les matons, par N. Potkine, p 9

Arguments

Du droit aux vacances pour tous, par F. Lesueur, page 10

L’élection en dialogue, par Flora, page 12

International
 
Andalousie: la terre aux paysans, par J.-P. Petit-Gras, page 14

Chili: la lutte des Mapuches, par D. Pinos, page 15

Zoom sur un journal libertaire chilien, par El Surco, page 16

Histoire
Sacco et Vanzetti, par Carmen, page 17

Culture
Tue ton patron une deuxième fois, Paco, page 20

Mouvement

Solidarité antifasciste, page 21

Radio libertaire, page 22

Agenda, page 23

Partager cet article
Repost0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 21:54
Nous l'avons appris aujourd'hui, Serge Quadruppani a des problèmes de santé et ne peut se déplacer : il est obligé d'annuler sa venue à Nantes et Lorient...
En conséquence le débat du vendredi 4 mai à Lorient "sécuritaire : la politique de la peur" est reporté à une date ultérieure.
En revanche, la soirée anti-sécuritaire de jeudi 3 mai à Nantes, 18h à l'Université, est maintenue avec, en alternative, l'intervention de 3 collectifs (anticarcéral, contre les violences policières et de soutien aux inculpé-es anti-aéroport).
Nous souhaitons un prompt rétablissement à Serge Quadruppani ! 

 

La mobilisation a été forte ce mardi 1er mai à Hennebont : 3 000 personnes ont défilé pour rappeler que la lutte contre l'exploitation et l'oppression était toujours en cours. Les libertaires, toutes organisations confondues ou non organisé-e-s spécifiquement (comme on dit), étaient bien représenté-e-s, puisque nous étions quelques dizaines (identifié-e-s comme tel-le-s !). Pour notre part, groupe libertaire Lochu - Ferrer (et FA Vannes - Lorient), nous avons diffusé la dernière livraison gratuite de l'hebdo du Monde libertaire et le 4 pages anti aéroport de Notre-Dame-des-Landes qui avait été produit collectivement pour le 24 mars (toujours d'actualité vu que les deux prétendants à la Présidence de la République française, en bons productivistes anti-écolos et gaspilleurs d'argent public, sont pour ce projet nocif !).
Dans la partie libertaire du cortège à Hennebont, des slogans dynamiques ont pu se faire entendre : Ni bleu, ni rose : non au capitalisme / De l'argent il y en a, dans les caisses du patronat : l'argent on le prendra, dans les caisses du patronat / On veut des emplois fictifs et des logements de fonction (ironique) / Ni Etat, ni patron : autogestion... etc... et quelques autres.

Nous appelons au rassemblement, dimanche 6 mai, dès 20h, à Lorient (Place Aristide Briand) pour signifier au chef de l'Etat élu, quelqu'il soit, et au gouvernement qu'il va constituer, que le mouvement social ne se laissera pas imposer l'austérité d'où qu'elle vienne. Cette austérité vise à résorber une dette spéculative que les Pouvoirs politiques et économiques voudraient nous faire prendre majoritairement pour des déficits publics. Les élections passent, les problèmes restent. C'est par la prise en mains directe de nos affaires, par les luttes sociales et l'élaboration d'alternatives autogérées, que nous pourrons construire un véritable changement de société vers l'émancipation. Tel est notre message d'espoir... pour toutes celles et tous ceux qui subissent cette société de moins en moins égalitaire.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse suivante : groupe.lochu(a)riseup.net

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi 10 novembre - Vannes, Lorient et Pontivy - Appel unitaire à la grève. Rassemblements (autorisés) des personnels de l’Éducation Nationale (écoles, collèges, lycées) pour l'amélioration des conditions sanitaires, pour l'allègement des effectifs et le recrutement de personnels (ceux des listes complémentaires etc...) . 10h30 Vannes, devant la DSDEN (3, Allée du Général Le Troadec), 10h30 Lorient devant la sous-préfecture, 10h30 à Pontivy à La Plaine. A l'appel des syndicats de l’Éducation Cgt, Fo, Fsu et Sud

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 10 décembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Autonomes" (documentaire de François Bégaudeau), en présence de Benjamin Constant, présent dans le film. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements