Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 18:18

Soirees-festives-village-autogere.jpg

 

Programmation Concerts :

 

Vendredi 15 / 07, 20h30 :


- Kita le nomade voir son clip sur you tube http://www.youtube.com/watch?v=J7ZHZ0Ip7Do&feature=related
- Sick sad world (metal ambiant) écoutable sur http://www.myspace.com/sicksadworldfrance
- Aspirateur de langue (rock alambiqué) site perso http://www.aspirateurdelangue.com/
- Enlightened (post metal prog) écoutable sur www.myspace.com/enlightenedpostmusic

 

Samedi 16 / 07, 20h30 :


- Fierrot le pou,  près de Notre dame (mono rock)  http://www.myspace.com/fierrotlepou
- Grigri blue (duo guitare voix percu) de Nantes http://grigri-blue.com/
- Unité maü maü de Rennes (anarcho rap) http://www.myspace.com/unitemaumau
- Goltronc du vignoble (death thrash)

 

Vendredi 22 / 07, 21h :


- Healing (post metal) http://www.myspace.com/healingrock
- Trouz an noz (rock punk vj...) http://trouzannoz.free.fr/
- Les ramoneurs de menhirs (punk noz) http://www.ramoneursdemenhirs.fr/

 

Samedi 23 / 07, scène ouverte à partir de 16h :


- Macadam trio (chanson française/rock) http://www.myspace.com/macadamtrio
- Endless fall (death metal)
- Ezofag (grind) http://www.myspace.com/ezofaj

 

Dimanche 24 /07,20h :


- Prince ringard de Bzh (prince ringard) http://www.princeringard.lautre.net/
- Les nerfs éclopés de La Sarthe (chanson française) http://www.myspace.com/lesnerfseclopes

 

Pour connaître l'intégralité du programme : ateliers, débats... Cliquez ici ! Il y a aussi un plan pour trouver facilement le lieu.


A noter ce débat mercredi 20 juillet, 18h :

L’évolution de la domination capitaliste

Discussion animée par Philippe Coutant (animateur du site "Nouveau millénaire, Défis libertaires" )
A partir du livre : « Le sujet et le capitalisme contemporain »

 

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 23:11

 

Rejoignez le cortège de la fédération anarchiste !

 

affiche rennes2011 a3

 

 

 

Cliquez ici, pour lire notre précédent tract sur le nucléaire.

 

 

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 10:51

Le Monde Libertaire Hors-série n°42, 44 pages pour 4 euros dans vos kiosques du 7 Juillet au 7 Septembre 2011. Retour du Monde Libertaire hebdomadaire dès la rentrée.

Trouvez le point de vente du Monde libertaire le plus proche de chez voushttp://www.trouverlapresse.fr


 

ML-HS-42-recto.jpgML-HS-42-verso.jpgSommaire

Économie

Les banksters, par J. Langlois, page 3

Syndicalisme

Repenser l’anarcho syndicalisme, par G. Goutte, page 6

Dossier anticarcéral de L’Envolée

Des peines toujours plus longues, par L’Envolée, page 9

Appel à la résistance, par des prisonniers d’Arles, page 10

L’appel de Clairvaux, par des prisonniers longues peines, page 11

Bois-d’Arcy, 8 mai 2011, par Djamel, page 12

À lire, page 13

Discussions et débats

Anarchisme et décroissance, par J. Rackham, page 14

Entretien avec Daniel Colson et Valéry Rasplus, page 18

Histoire

Lettre sur le séisme de San Francisco, par K. Shusui, p. 23

Kôtoku Shûsui à San Francisco, par P. Pelletier, page 24

Expression

Intronisation de l’indétrônable bêtise, par R. Dadoun, page 26

Littérature

Notes sur le roman noir, par J. Rolin, p.30

Chroniques polardesques, par G. Pidard, page 33

Cinéma

Balada Triste : la claque de l’année, par B. Collins, page 36

Le mouvement

Solidarité avec le Cira de Marseille, p.37

En souvenir d’un copain et d’une copine, page 38

La Fédération anarchiste

Liste des groupes, page 39

Grille des émissions de Radio libertaire, page 42

Repost 0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 21:50

village2

 

 

Plus d'infos en cliquant sur les images.

 

 

affiche provisoire dappel participer au village long en ju

Repost 0
Published by anars56 - dans anticapitalisme
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 11:15

NDDL 072011

 

Notons tout de même que nous nous démarquons des forums & débats où interviennent des représentants et représentantes de partis politiques qui se présentent aux élections, donc à la gestion de la société capitaliste dans les limites du cadre "démocratique" qu'elle s'est elle-même forgée... pour maintenir l'oppression de classe. Aussi ne voyons-nous pas où apparaît réellement cette "autre société"... Ceci dit, il nous paraît important de soutenir cette opposition à l'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes. Cf. le tract de la fédération anarchiste diffusé lors du Camp action clima de 2009

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 20:11

La Maison Commune de Ker Béthanie relance son invitation...

Ker Béthanie, Belem

Eh oui, toujours debout, isolée au fond de son petit vallon, la Maison Commune recherche des bricoleureuses (ou pas) qui souhaiteraient séjourner (ou habiter) en bord de mer (gratuitement bien entendu !)...

La maison vient de subir, pour la seconde fois, l'assaut d’un vandale qui profite des rares moments où le lieu est vide pour venir trouer les murs et les portes... !

Nous sommes pour le moment deux habitant-e-s «permanents», et deux chambres sont disponibles. Une autre pièce peut servir de dortoir pour les visiteureuses «occasionnels»... , il y a aussi de quoi planter des tentes, ou même construire des cabanes... ! Le terrain autour de la maison fait 5000 m2...

Un puits apporte l’eau nécessaire à la douche et à la vaisselle.

Le petit groupe électrogène qui servait lors des projections a rendu l’âme. C’est pourquoi nous serions ravis d'accueillir des bricoleureuses qui pourraient nous aider à construire une éolienne à base de récup... Nous disposons déjà d’un mât, de vent et de bonne volonté !

D’autre part, nous aimerions «organiser» des activités (Ateliers, Projections, Théâtre, Musique etc) lors de cet été, le lieu étant collé au site le plus touristique de l’île (Trou de l’Enfer), sur le principe du prix libre, pour financer «l’autonomisation»  de la maison, s’il reste de quoi, après le défraiement des «intervenant-e-s» extérieurs (eh oui prendre le bateau de Véolia coûte très cher)...

 
Bref rappel historique :

La maison fut construite après guerre par Marie-Antoinette Gavet, Doctoresse et responsable du sous-réseau 57 (renseignement) de la Résistance.
Elle décède en 1998. N’ayant pas d’enfant, les nièces et neveux héritent du lieu mais ne s’entendent pas sur la destination à lui donner. La maison est vendue aux enchères lors de l’été 2010, rachetée par le conservatoire du littoral par son droit de préemption. Celui-ci souhaite la détruire malgré son bon état, pour permettre une «revégétalisation naturelle» du vallon.
Aucune consultation n’ayant eu lieu, ni auprès de la mairie, ni auprès de la population locale (quasi-unanimement opposée à cette démolition), les Squatteureuses expulsé-e-s du fort du Haut-Grognon en septembre 2010 ouvrent et occupent ce lieu depuis le mois d’octobre.

Les arguments contre cette démolition :

-La maison est située à plus de 100 mètres de la côte, et fut construite avant la «loi littoral»  qui interdit les constructions dans cette bande. (La mairie de Groix utilisait l’argument inverse, pensant que la maison était dans la bande des 100 mètres, pour justifier le choix du conservatoire)

-Les locaux manquent sur l’île pour loger les associations, notamment  «Modern’Strouilh» (genre de recyclerie) à la rue depuis plus d’un an.

-Ce lieu fait partie du patrimoine historique et culturel de l’île.

-La maison Germaine Tillion (également Résistante), aussi rachetée par le conservatoire du littoral, construite au milieu d’un site naturel au bord de la petite mer de Gâvres (commune de Plouhinec) subit un tout autre sort : des discussions entre la mairie de Plouhinec, le conservatoire du littoral et l’association Germaine Tillion ont lieu pour faire de  la maison un lieu «collectif» comme indiqué dans ce dossier: (...)

Maison Commune

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 18:39


Les modes de prise de décision sont un élément particulièrement important du fonctionnement d’un groupe politique. Ils sont en effet révélateurs des relations que les individus entretiennent entre eux et de la place qu’occupe chaque individu par rapport au collectif. Faire un vote à la majorité ou adopter une position de façon consensuelle sont des procédures liées à des styles politiques et des motivations très différents.

Majorité et consensus

La prise de décision par un vote à la majorité est un trait bien connu dans les démocraties représentatives. Elle allie efficacité et rapidité en organisant la domination de la majorité sur la minorité. Elle permet par conséquent de trancher entre des options prédéfinies et de permettre la mise en place de gouvernements stables. Le vote à la majorité est donc particulièrement adapté à un système inégalitaire (divisé entre les dirigeants et la base), mais pluraliste, c'est-à-dire dans lequel plusieurs personnes (et pas un dictateur) doivent faire un choix entre différentes solutions possibles.

La délibération collective et la prise de décision au consensus sont particulièrement présentes dans la mouvance libertaire, mais la dépassent aussi largement. Elles peuvent d’abord être liées à une culture individualiste (et non pas égoïste), c'est-à-dire qui met en avant l’irréductible singularité de chaque être : elles sont alors le fruit d’une volonté d’expression et d’autonomie personnelle. Assurer que chacun-e participe à la décision et est en mesure de faire entendre sa position permet à tou-te-s de sauvegarder l’intégrité de leur personne et de ne pas abdiquer leur volonté propre au profit de celle des autres ou d’un leader. Certains groupes peuvent donc favoriser l’horizontalité et l’inclusivité (pas de chefs, participation de tou-te-s) dans le but essentiel de respecter l’individualité de chacun. Mais ce principe individualiste de base peut également être imprégné de considérations plus directement et plus consciemment politiques : l’horizontalité et la recherche du consensus naissent alors également d’un rejet de l’autoritarisme, d’une volonté de faire en sorte que personne ne puisse imposer à quiconque sa décision, et donc de favoriser l’égalité et l’autogestion. Individualisme et égalitarisme sont intimement liés, mais ce n’est sans doute que quand les positions individualistes parviennent à faire naître une conscience égalitariste – ou anarchiste – que la notion de consensus acquiert toute sa dimension et son efficacité.

De la nouvelle gauche à l’altermondialisme

La prise de décision au consensus n’est pas un fait historique récent, une nouvelle forme de dépassement de la démocratie majoritaire ; c’est un courant ancien qui a pour ainsi dire toujours existé parallèlement à d’autres modes de concertation. On peut le retrouver dans certaines sociétés dites « primitives », et il a été adopté par la secte protestante des quakers depuis le XVIIe siècle. Pour ne retenir que des groupements politiques récents ayant opté pour la prise de décision au consensus, on peut évoquer d’abord les mouvements de la nouvelle gauche étudiante aux États-Unis dans les années 1960, ainsi que le mouvement des droits civiques. Ces mouvements fédéraient de petits groupes locaux fonctionnant au consensus, mais sans que des règles spécifiques et définitives soient fixées en la matière. Si le consensus était alors pensé comme un instrument d’émancipation individuelle, il constituait davantage une pratique spontanée qu’une procédure institutionnalisée. C’est peut-être ce qui le rendait imparfait et qui a conduit de nombreuses femmes à créer leurs propres groupes en réaction au sexisme qui existait dans les collectifs prétendument égalitaires de la nouvelle gauche. C’est donc dans le mouvement féministe de la fin des années 1960 que les modes d’organisation et de prise de décision ont commencé à devenir un aspect central. Ce qui ne signifie pas pour autant que le système est alors devenu parfait. De nombreuses désillusions et frustrations sont nées des défauts et difficultés liés à la prise de décision au consensus, qui exige à la fois responsabilité et conscience politique de la part des participant-e-s. Mais c’est sur la base de ces expériences féministes que les mouvements suivants ont construit leur organisation. Beaucoup des mouvements écologistes qui se sont développés dans les années 1970 en Europe et aux États-Unis ont repris et essayé d’améliorer ce fonctionnement égalitaire et consensuel, en s’inspirant notamment des expériences anarchistes espagnoles et sud-américaines des grupos de afinidad (groupes d’affinité). Cette expérience accumulée s’est retrouvée dans les mouvements radicaux des années 1980 et 1990, et s’est véritablement diffusée à grande échelle avec l’émergence d’une nébuleuse altermondialiste dans le sillage des premiers soulèvements zapatistes (1994). À partir de la fin des années 1990 et du début des années 2000, ce sont des réseaux militants altermondialistes comme l’Action mondiale des peuples ou le Direct Action Network américain qui ont peut-être le mieux représenté le fonctionnement au consensus. Nourri dans les mobilisations transnationales, celui-ci s’est aussi largement diffusé, au point qu’on peut maintenant le retrouver dans des groupes locaux n’ayant jamais participé à un contre-sommet international. C’est toutefois souvent la proximité avec la nébuleuse altermondialiste qui permet de rendre compte des pratiques organisationnelles adoptées. Ainsi, bien qu’ils fonctionnent formellement sur les mêmes principes et valeurs, on constate d’importantes différences entre certaines organisations anarchistes classiques, relativement peu investies dans les réseaux altermondialistes, et les groupes d’activistes directement impliqués dans la protestation transnationale. Car il y a plusieurs façons de pratiquer la prise de décision égalitaire et consensuelle.

Des idéaux aux processus

Un mouvement comme le Direct Action Network, même s’il ne s’est pas construit à l’origine sur une adhésion aux théories anarchistes et si ses membres ne sont pas nécessairement des grands lecteurs de Proudhon, Bakounine et consorts, se définit largement comme anarchiste en raison de son attachement aux principes égalitaires et autogestionnaires. Mais le fonctionnement d’un tel réseau est finalement assez différent de celui d’une organisation comme la Fédération anarchiste, par exemple. On peut évidemment évoquer la structure réticulaire plutôt que fédérale du premier, mais c’est aussi et peut-être surtout la façon dont les décisions sont collectivement élaborées et prises qui différencie les deux collectifs. Si l’un et l’autre font preuve du même rejet de la prise de décision à la majorité (simple) comme essentiellement oppressive, car négatrice de l’égalité des individus et de leur autonomie, ils ne lui opposent pas exactement le même modèle.

Sans doute faut-il évoquer en premier lieu une différence de vocabulaire : alors que les altermondialistes parlent de consensus, les anarchistes organisés évoquent plus souvent la notion d’unanimité. En pratique, les deux termes peuvent être parfaitement synonymes, dans la mesure où l’idée est dans chacun des cas qu’une décision doit être approuvée par tous les membres du collectif. Mais en pratique, on constate souvent que la notion d’unanimité se focalise davantage sur la prise de décision elle-même alors que celle de consensus intègre d’abord l’idée d’un processus délibératif.

Le consensus, tel qu’il a été conceptualisé par de nombreux groupes radicaux d’inspiration libertaire, issus de la nébuleuse altermondialiste, est un processus, une façon de se comporter les uns vis-à-vis des autres qui met l’accent sur le respect mutuel et la créativité. C’est une façon de faire qui cherche à assurer que personne ne puisse imposer sa volonté à d’autres et que toutes les opinions soient entendues. Ce processus se veut donc égalitaire et anti-autoritaire. Il vise à la fois à préfigurer une société future dépourvue de domination et à agir aujourd’hui en cohérence avec ses idéaux. Mais ce qui fait sa particularité, c’est que les positions personnelles sont supposées évoluer avec la délibération. Elles ne sont donc pas considérées comme figées. Le but du processus délibératif est de trouver un terrain commun dans la diversité des positions. Il faut par conséquent chercher ce qu’il y a de bon et d’intéressant dans les arguments des autres plutôt que d’essayer de les réfuter en montrant leurs mauvais côtés. Le consensus n’est donc pas un compromis ou la recherche du plus petit dénominateur commun, mais une quête de créativité, une recherche de solutions qui puissent satisfaire tout le monde. Cela peut impliquer d’abandonner purement et simplement les propositions initiales au profit d’une nouvelle position qui tienne compte des aspirations et des objections de chacun-e. L’important, au final, est que chaque participant-e ait le sentiment que son point de vue a été entendu et pris en compte.

Le concept d’unanimité quant à lui ne suppose pas nécessairement ce processus délibératif préalable ; il repose sur l’adhésion générale aux propositions en débat, qui sont adoptées s’il n’y a pas d’opposition. Bien sûr, si des objections se manifestent, les propositions peuvent être reformulées afin d’en tenir compte. Dans ce cas, on se rapproche alors formellement d’un processus délibératif, et donc du consensus. Le risque, si l’on s’en tient à une prise de décision à l’unanimité sans travailler véritablement sur la construction préalable de positions consensuelles, est de voir plus fréquemment émerger des oppositions et donc d’éventuels blocages de l’organisation.

Procédures formelles et styles organisationnels

Pour pallier ce risque, les partisan-e-s du consensus ont élaboré tout un ensemble de procédures formelles visant à améliorer la qualité de la délibération. Il s’agit alors de procéder par étapes et de se doter de techniques destinées à faciliter l’émergence de positions consensuelles. Cela consiste notamment à présenter et à expliciter longuement les options initialement proposées, avant de recueillir les objections et d’adopter des amendements ou de formuler de nouvelles propositions. Pour permettre un débat serein et efficace, différents outils sont disponibles. On peut citer en premier lieu la désignation d’un-e ou deux animodérateur/trice(s), chargé-e(s) notamment de noter les différentes propositions et objections, de les synthétiser et de reformuler les propositions. L’animodérateur/trice s’assure également de la libre participation de tous au débat et tient donc la liste des tours de parole. En effet, ce mode de délibération suppose que chacun demande formellement la parole afin d’éviter le plus possible que quelques-un-e-s ne la monopolisent. Cela suppose à la fois d’attendre son tour pour parler, et de ne pas interrompre celui/celle qui parle. Dans certains groupes, afin de favoriser l’expression des plus discret-e-s ou timides (ou, pour le dire plus brutalement, des plus dominé-e-s), on donne la priorité à celles et ceux qui ne se sont pas exprimé-e-s depuis longtemps. On peut également recourir aux signes de la main qui rendent les débats plus fluides : ils permettent à celles et ceux qui ne sont pas en train de parler d’exprimer leur adhésion ou leur circonspection par rapport à ce qui est dit sans interrompre l’orateur/trice, ou encore d’intervenir directement dans le débat pour apporter une précision technique indispensable sans devoir attendre longuement son tour de parole. Enfin, il est possible de procéder à un ou plusieurs « tour(s) de table » qui permet(tent) de recueillir toutes les opinions en donnant à chacun-e l’occasion de s’exprimer sur la question, de façon posée, sans avoir à demander préalablement la parole. Bien d’autres techniques encore peuvent être utilisées, en fonction des habitudes et de la composition des groupes.

À travers ces exemples, on voit à quel point l’élaboration égalitaire et inclusive d’une décision collective suppose efforts et procédures spécifiques pour être optimale. L’objectif est bien sûr d’empêcher autant que possible que quelques individus ne s’imposent dans les débats pour imposer leur volonté. Pourtant, certain-e-s militant-e-s (et notamment des individus se revendiquant de l’anarchisme) rejettent parfois les tours de parole au motif qu’ils constitueraient une atteinte à la liberté d’expression personnelle et au principe d’autogestion. Cela traduit toutefois une méconnaissance ou une négation du fonctionnement de la domination sociale, qui ne réside pas dans le fait de fixer des règles de prise de parole, mais bien dans celui de laisser les plus à l’aise à l’oral et les plus déterminé-e-s monopoliser les débats.

Il n’est pas nécessaire de multiplier les procédures formelles pour assurer l’égalité de tous. Toutefois, les différents outils facilitent les débats et constituent des garde-fous contre les tentations autoritaires ou les solutions de facilité qui font préférer la rapidité des procédures à la qualité des échanges. Les fonctionnements dépendent de chaque groupe, de son histoire, sa composition et donc de sa culture. Les organisations d’inspiration libertaire les plus récentes tendent à se conformer davantage au modèle du consensus, et cela d’autant plus si elles ont participé à des mobilisations altermondialistes. Et une même organisation peut recourir à différents systèmes. Ainsi, les groupes fédérés peuvent reposer sur le consensus, avec éventuellement un recours à des procédures formelles, tandis qu’au niveau fédéral, et notamment en congrès, c’est une version plus simple de décision à l’unanimité (dans le cas de la Fédération anarchiste) ou à la majorité renforcée (dans le cas d’Alternative libertaire, par exemple) qui s’impose.

De la difficulté de prendre collectivement des décisions

Les limites et problèmes de la prise de décision à la majorité simple ne sont plus à démontrer. Cette pratique implique en effet la domination de la majorité sur une minorité qui peut être numériquement importante. Les procédures à la majorité renforcée (2/3 ou plus, par exemple) entraînent, dans une moindre mesure, le même type de problèmes, mais jouissent aussi du même avantage : ils permettent une prise de décision relativement rapide et évitent les blocages liés aux oppositions. C’est l’efficacité qui est privilégiée, au détriment du principe d’égalité et de respect de l’autonomie individuelle.

Il n’y a pas de consensus sans possibilité pour un individu de bloquer une décision. Mais cette possibilité est censée garantir la prise en compte de toutes les opinions plutôt que d’offrir à un-e seul-e le pouvoir d’empêcher le collectif d’agir. Une opposition ne doit pas être formulée à la légère : elle est théoriquement supposée empêcher une action qui serait néfaste pour le groupe ou contraire à ses principes et ne doit pas représenter un moyen pour une seule personne d’exercer un pouvoir sur le groupe. Cela implique que les participant-e-s à la prise de décision partagent une conception commune du groupe et de ses valeurs, faute de quoi les accords sont difficiles à conclure. Dans ce cas, les désaccords aboutissent soit à un blocage, soit à une scission.

Une délibération de qualité, accompagnée de procédures formelles, doit normalement faciliter le consensus, mais cela implique à la fois de longues discussions et un accord au moins tacite des participant-e-s sur les buts à atteindre et les moyens légitimes pour les atteindre. Par conséquent, le consensus est relativement difficile à obtenir, quelle que soit la taille de l’organisation. Il suppose fréquemment une homogénéité culturelle et sociale (blancs de classe moyenne, socialisés dans le même type d’organisations et d’actions) que les militant-e-s ne reconnaissent pas toujours. Se pose alors la question de la viabilité du projet et des pratiques anarchistes à une grande échelle et dans une population diversifiée socialement et culturellement. Pour être possible, la recherche de consensus requiert donc probablement un certain degré d’éducation aux principes égalitaires et donc d’homogénéisation de cette population.

Refuser le pouvoir et la domination et choisir de s’organiser de façon égalitaire sont des défis. Ils impliquent du temps et des efforts spécifiques, pour surmonter une habitude acquise dans les démocraties à trancher les débats à la majorité. Sans doute même impliquent-ils plus de vigilance qu’il n’est souvent de mise dans les organisations anarchistes. Car prendre des décisions à l’unanimité ne signifie pas nécessairement que la voix de chacun-e a été entendue. Il faut en effet prendre garde à ce que l’absence d’opposition ne cache pas la domination des plus charismatiques sur celles et ceux qui s’estiment moins légitimes à exprimer leur point de vue. Pour ce faire, des procédures formelles existent, qui enlèvent de la spontanéité aux débats, mais garantissent leur inclusivité. Reste à avoir conscience que l’égalité formelle n’empêche pas toujours l’émergence de leaderships informels, qui doivent faire l’objet d’une vigilance de tous les instants.

in Le Monde libertaire n°1640 (16-22 juin 2011)

http://www.monde-libertaire.fr/debats/14690-lanarchisme-en-pratiques-egalite-et-anti-autoritarisme-dans-les-prises-de-decision

Repost 0
Published by anars56 - dans Anarchisme
commenter cet article
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 20:26

A ne pas rater : dernier numéro avant l'été 2011, pendant le quel paraîtra un hors-série !

Où trouver le Monde libertaire près de chez vous ?  Cliquez ici !

 

ML-1641-recto.jpgML-1641-verso.jpgSommaire

Actualité

Mort aux vaches…, par J.-M. Raynaud, page 3

Une soirée aux urgences, par Félix et Mohamed, p. 4

Syndicalisme d’été ?, par L. Barbesois, p.5

Solidarité avec Valéo Corée, par Isabelle et Sung-ai, page 5

Des brèves, un strip, p. 6

Potkinisme

Le laboratoire des chèvres, par N. Potkine, page 7

Actualité fédérale

Petit bilan du 68e congrès de la FA, par J. Bournique, p. 8

La convergence concrète avec les anarchistes, p. 8

Arguments

De la pénurie de neurones en milieu médiatique, par M. Silberstein, p.10

International

Le zapatisme oublié, par G. Goutte, page 14

Histoire

Les diggers de San Francisco, par Y. Frémion, page 16

À lire

Osons l’utopie, par T. Guilabert, page 19

Anarcho-syndicaliste et féministe, par S. Fjeldsted, p. 19

Mouvement

C’est pas du cinoche!, page 21

La Rôtisserie en péril, page 21

La + phonique des radios, p.22

Agenda estival, page 23

Repost 0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 21:56

Salut,
prochain Rdv avec le groupe libertaire Lochu-Ferrer & la FA Vannes-Lorient, ce dimanche 26 juin, au Pont de St Goustan à Auray pour un pique-nique ! (cf. agenda).

Argh, le squatt & atelier de vélos, le Crade, de Concarneau a été expulsé jeudi 23 juin à 6h30 ! Rentrée sans sommation par la vitre.  Matériel dans un garde-meuble, disponible pendant un mois. Réunion avec diffusion d'un tract sur le marché samedi 25, devant les Halles... Si vous n'êtes pas près de Concarneau, vous pouvez manifester votre soutien en écrivant à crade29@gmail.com.

A noter que l'apparente influence des réseaux dits sociaux que serait fesse de bouc (facebook...) sur les mouvements populaires, contestataires (osons "révolutionnaires", avec des touches libertaires indéniables en Espagne chez les IndignéEs)... nous a touchéEs à notre tour ! On s'est donc doté d'un portail facebook et vous pouvez devenir amiEs ! C'est là que ça se passe : 
http://fr-fr.facebook.com/people/Ren%C3%A9-francisco-Lochu-ferrer/100002490451620
Si ça peut faire participer peu ou prou à une révolution sociale et libertaire...

La journée Mamm Douar, fête des résistances écologiques en Bretagne, prévue à Arradon samedi dernier, 18 juin, a été annulée à cause de la  force du vent, qui n'a pas permis l'installation des barnums, etc...

V'là donc un agenda, avec peu de dates cet été sauf du côté de Notre Dame des Landes (44) contre l'aéroport où ça bouge bien ! Un village autogéré se met d'ailleurs en place à partir du 11 juillet pour  plusieurs semaines (Cf. agenda)
et, autre événement sympathique, le 12 août à Guéméné Sur Scorff où sera en concert Christian Leduc, chansonnier libertaire plein d'humour  (même pas lourd !).

Par ici, on profite du beau temps pour poser affiches et autocollants. Il faut bien mettre les estivantEs en condition ! ;-)

L'été permet de se livrer aussi plus pleinement à la lecture et à d'autres plaisirs (nous recommandons : http://www.osezleclito.fr/), cette lettre d'infos va donc se raréfier durant les 2 prochains mois.
Il y aura aussi d'ici quelques jours le hors-série d'été du Monde libertaire.
Après le plaisir des yeux, n'oublions pas le plaisir des oreilles avec Radio libertaire : http://rl.federation-anarchiste.org/sommaire.php3

Dans l'agenda, par rapport au précédent, les nouveautés débutent par *
Il va toujours sans dire que le groupe libertaire ne se reconnaît pas obligatoirement ni intégralement dans tout ce qui est présenté.

Anarchas salutations,

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dimanche 26 juin - Auray (Port de St Goustan) - Pique nique du groupe libertaire Lochu - Ferrer & FA Vannes - Lorient - Ce sera aussi le 1er anniversaire des caméras de vidéosurveillance dans un lieu public à Auray. RDV à midi - Chacun, chacune apporte une préparation et / ou une boisson et on partage (préparations végétariennes & végétaliennes  appréciées) - Table de presse libertaire et militante

-------------------------------------------------------------------

Vendredi 1er juillet - Rennes - Redistribution de légumes et repas collectif par le restaurant de la maison de la grève - au bar Le Delta  (36 rue Legraverend) - infos : http://maisondelagreve.boum.org/

-------------------------------------------------------------------

* Vendredi 1 juillet - Nantes - Concert de soutien aux PrisonnierEs politiques du $hili dits « DU 14 AOÛT » - de 16h à 23h30 - Au skwatt l'Inter-minables, 117 route de Rennes. Bus : Lignes 25/32, arrêt "Bout des pavés" - Infokiosk participatif (ramène tes docs) ; projection / discussion à propos de la situation des prisonnierEs ; apéro-bouffe ;  Concert : Buffet Froid, Folk de St-Nazaire // Maggy Whackers, Punk folk  celtik de Nantes // Autonoma Paradise & The Dreadlocks Terror, Crust  de Belgique // + Guests -  Tout est à prix libre. Infos : https://nantes.indymedia.org/article/23976

-------------------------------------------------------------------------------

* Samedi 02 juillet - Le Saint (56) - Non à une carrière industrielle - 11h : Rassemblement contre le projet du groupe Cointo Pigeon d’exploiter  100.000 tonnes de granulats (fonds de routes) par an... Parce que le Centre Ouest Bretagne est le POUMON, le Château d'eau et le Coeur de l'agriculture vivrière de l'Ouest de la région Bretagne. Appel à soutien  à l'association PNCV à LE SAINT. http://pncdv.buzzkompany.info/

-------------------------------------------------------------------------------

* Samedi 2 juillet - Soulvache (44) - Dans l'éco lieu "la grée" : les amis de plein grée vous invitent à leur troisième cabaret. 19h : spectacle "Cette fois là... conte Ultra-moderne", duo "Flamencaclown" (danse, musique, clown), improvisation voix, sons, bruitages, instruments, poésie et humour avec "Morbac" - prix libre - Venir avec un plat à partager - Détails : http://lagree.cc/spip.php?article95

-------------------------------------------------------------------

Mercredi 6 juillet - Vannes - Cercle de silence en soutien aux  sans-papiers expulséEs ou menacéEs d'expulsion par l'Etat français -  18h30 Esplanade du port

-------------------------------------------------------------------------------

Du vendredi 8 au dimanche 10 juillet - La Pâquelais (Vigneux de Bretagne  44) - 3 jours de résistance contre l'aéroport de Notre dame des Landes, pour un autre choix de société. Camping, débats, conférences, expos, animations culturelles, concerts, action symbolique, pique-nique... Thèmes : énergie et climat, souveraineté alimentaire, justice sociale. Infos et détails : http://ete-2011-resistance-ndl.blogspot.com/

-------------------------------------------------------------------------------

* Samedi 09 juillet - ND des Landes (44) - Appel à convergence des luttes anticapitalistes lors d'un village autogéré (du 11 juillet à la  fin du mois), à l'occasion de la tenue en France du G8 et du G20 - Au  lieu dit la ZAD (zone à défendre... contre le projet d'aéroport) -  Agenda : 1 au 8 juillet- semaine de préparation du village, récupération du matériel sur la ZAD
  9 juillet : action d’investissement d’un terrain pour le montage
  11 juillet : ouverture officielle du village
  Centre de Convergence à Nantes du 1er au 11 juillet : L’inter-minables – 117 route de Rennes – 44700 Orvault
Détail : https://nantes.indymedia.org/article/23975

-------------------------------------------------------------------------------

* Vendredi 12 août - Guémené-sur-Scorff (56) - Chansons artisanales et rebelles avec le chansonnier libertaire (chansons françaises à textes & humour) Christian Leduc - Aux Sabots Rouges, 6 rue Bisson - 3  euros

-------------------------------------------------------------------------------

Samedi 15 octobre - Rennes - A l'appel de la Coordination  Antinucléaire Ouest (Basse Normandie, Bretagne et Pays de Loire),  journée antinucléaire : pique-niques, manifestation, concerts (La  catastrophe  en cours de Fukushima et la contamination planétaire qu’elle entraîne sonnent l’alarme : il est urgent de sortir du nucléaire. Le commerce du plutonium et la technologie EPR hypothèquent l’avenir de la France et de l’humanité. Dans l’Ouest, l’arrêt immédiat du chantier EPR - THT s’impose. La coordination invite d’ores et déjà les élus du peuple à  prendre position. La transition énergétique est inéluctable. Après Tchernobyl et Fukushima, ceux qui s’y opposent seront à coup sûr qualifiés de  criminels par les millions de victimes de l’industrie nucléaire)

-------------------------------------------------------------------------------

Repost 0
Published by anars56 - dans Actus
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 23:07

 

Le 25ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl et l’accident de Fukushima le 11 mars 2011 font revenir sur le devant de la scène les risques inhérents au nucléaire et au modèle qui l’a imposé.

Pour nous, anarchistes organisés au sein de la Fédération Anarchiste, il est plus que temps que chacun s’approprie les choix en matière de production et de distribution, en particulier de l’énergie. Cela implique la prise de décision collective et immédiate de l’arrêt des centrales nucléaires et de leur démantèlement. Les contraintes techniques sont telles que plusieurs décennies seront vraisemblablement nécessaires aux travailleurs de la filière pour le mener à bien.

Mais on ne peut se contenter d’une simple sortie du nucléaire, et la fuite en avant que constituent les gaz de schiste n’est pas une solution. Les besoins en énergie dans le monde sont croissants. Cela n’est pas une fatalité si l’on considère la quantité des besoins factices produits par le système capitaliste.

La ressource énergétique échappe aux populations, dépossédées par les Etats et les firmes privées qui font de l’énergie un enjeu commercial et géopolitique. Les populations les plus pauvres ont très difficilement accès à l’énergie produite. Il faut aller vers une réorganisation autogestionnaire, fédéraliste et égalitaire de la production et de la distribution des énergies.

Motion adoptée au 68e Congrès de Corbigny de la Fédération anarchiste des 11, 12 et 13 juin 2011

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er lundi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été. Pas de permanence lundi 2 octobre 2017.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
Notre prochaine soirée publique :
 
 
 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tout novembre (du 1er au 30 !) - Le mois du documentaire 2017, 17ème édition. 113 séances en Bretagne

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 2 novembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "La question démographique et ses implications politiques", avec Jean-Pierre Tertrais, par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 10 novembre - Vannes - Soirée débat du groupe Lochu. Nous accueillons Alain Leduc pour son ouvrage "Octave Mirbeau, le gentleman-vitrioleur"

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 7 décembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "Migrants. Témoignage de sympathisants sur leur expérience à Calais en soutien à la lutte des migrants", par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements