Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 20:36

 

Communiqué du groupe La Digne Rage

Fascistes, sexistes, antisémites, homophobes: no pasaran!

Samedi 21 mai avait lieu à Rennes un rassemblement contre une conférence organisée par le groupuscule néo-fasciste Égalité et Réconciliation, implanté depuis peu à Rennes. Les antifascistes présent-e-s avaient décider d'empêcher cette conférence, en bloquant l'entrée du bar. Durant une heure, la tension avec les militants d'extrême droite ainsi qu'avec le gérant du bar(qui ne pouvait ignorer la nature de l'évènement qui se tenait dans son établissement ), fut vive, mais les militant-e-s antifascistes ont su garder leur sang froid, malgré les propos antisémites, sexistes et homophobes de leurs interlocuteurs. Vers 15h, les nervis d'extrême droite venus assister à la conférence ont sorti des armes de poings (gomme-cognes) ainsi que des bombes lacrymogènes, tirant en pleine rue sur les antifascistes contraints de refluer pour éviter les projectiles de flash-balls. Au moins un militant a été blessé au dos par une balle en caoutchouc tirée en direction des manifestant-e-s. Plus grave, un des agresseurs s'est servi de son véhicule pour percuter un des antifascistes présents, ce qu'on peut qualifier sans hésiter de tentative d'homicide.

Le groupe La Digne Rage tient à dénoncer fermement ces agressions, et assure de son soutien les personnes blessées et choquées lors de ces évènements.

Ici comme ailleurs, aujourd’hui comme hier, combattons le fascisme et le racisme !

Le groupe anarchiste La Digne Rage, membre de l'Union locale de la Fédération Anarchiste
Repost 0
Published by anars56 - dans Anti nationalisme
commenter cet article
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 10:04

L'atelier de vélos Crade (cf. notre article), basé à Concarneau dans un squat, est menacé d'expulsion.

 

Ci-dessous un extrait d'une mise au point de l'association sur l'état actuel de la situation.

 

" Chères adhérentes, chers adhérents, chères sympathisantes, chers sympathisants,

 

La procédure engagée par la CCI contre le Centre de Recherche sur l'Avenir des Déplacements Écologiques, nous sommait de quitter les lieux de ses biens et personnes pour le 15 Mai 2011.

La CCI refuse toujours de nous accorder le droit de disposer de ce local et aucun autre relogement n'est proposé par la Mairie ou autre.
Nous occupons donc toujours le local, au 8 rue des thoniers à Concarneau. L'activité est suspendue. Un premier huissier est passé mardi 17 Mai pour nous demander de quitter les lieux sous 24h. Le second ne devrait pas tarder pour nous sommer de déguerpir (terme juridique) immédiatement. En cas de non respect de cette ordonnance, l'huissier fera alors appel au Préfet. Ce dernier pourra faire vider par la force les lieux de ses biens et occupants si l'occupation crée un "trouble à l'ordre public". Il peut donc ordonner l'expulsion pour le jour-même ou dans deux mois, en tout cas pas avant la semaine prochaine. L'astreinte peut être réclamée par le plaignant, lorsque les lieux seront vides.

Un rendez-vous a été pris avec l'avocat pour 10h, lundi 23 Mai 2011, pour une lecture explicative du jugement et des risques encourus par rapport à l'astreinte, notamment.

Un entretien téléphonique a été effectué avec un responsable de la CCI. Il argumente principalement sur la non assurabilité pour les non-usagers de la zone portuaire. Une lettre demandant un rendez-vous pour trouver un accord dans ce sens a été écrite. Elle sera envoyée demain au Président de la CCI.

Plusieurs courriers ont été écrits à la Mairie de Concarneau. Une adhérente à eu un rendez-vous avec l'élu au développement durable, sans solution concrète. Une demande de rendez-vous pour une délégation a été demandée avec le même élu.

Mercredi 18 Mai, un communiqué a été dit au "Télégramme" et "Ouest France". Il signifie ce qui est écrit ci-dessus. Il demande aussi à tous ceux qui oeuvrent publiquement pour le développement durable et les déplacements doux de se prononcer sur la situation de l'association. A ce titre, le communiqué rappelle l'activité de l'association en terme de chiffres: 85 adhérents, 300 passages à l'atelier, 200 vélos récupérés, plus de 100 remis en circulation, 200 personnes uniques aux 9 velorutions et plus de 500 personnes venus sur le marché. Soit beaucoup de monde sensibilisés, informés, et mis en selle.

Une réflexion est en cours pour formaliser une demande publique aux privés.

L'accès à l'emplacement associatif pour les marchés du Vendredi semble compromis pour cet été. Une réponse formelle de la Mairie est attendue.

La prochaine velorution aura lieu le 18 juin, place de la Mairie, RDV 14h et départ 14h30.

Le local reste ouvert. Il suffit de frapper et de s'annoncer. On peut donc passer quand on le souhaite et ainsi apporter des idées et un souhaitable soutien.

Il est nécessaire que la Mairie continue à recevoir l'opinion des adhérents, sympathisants par écrit au service qui concerne l'association : le développement Durable, Mairie de Concarneau, 29900 Concarneau.

 

(...)

 

Paix, Solidarité, Courage, Force et Détermination.

Et Vive le vélo ! "

 

Contact du Crade : crade29@gmail.com

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Selon Ouest-France du 19 mai 2011

Le Crade toujours dans les locaux de la CCI

Malgré la visite d'un huissier mardi, l'association occupe toujours les locaux rue des Thoniers.

Depuis dimanche, le Crade est expulsable des locaux de la CCI sur le port. Le tribunal avait donné à l'association jusqu'au 15 mai pour quitter les lieux, qu'elle occupe illégalement depuis l'automne. Mais elle n'a depuis pas bougé un vélo.

Mardi, le Crade a reçu la visite d'un huissier rue des Thoniers. « Il nous a signifié de partir sous 24 h, indique un des membres de l'association. On ne l'a pas fait. Car aucune solution de repli ne nous a été proposée. »

Du coup, l'association a écrit à la chambre de commerce et d'industrie. Elle a demandé un « entretien pour trouver une solution durable ». Hier, elle a également sollicité la mairie par téléphone. Et souhaite rencontrer une délégation de la Ville. Toujours dans l'optique de se reloger ailleurs.

Dans l'attente d'une roue de secours, le Crade prévient : « Dans la semaine, un deuxième huissier va nous signifier de partir immédiatement. Si on n'a toujours pas trouvé de solutions, on restera. »

Appel aux acteurs publics

Dans ce bras de fer qui oppose la CCI et l'association, le Crade demande « aux personnes engagées publiquement dans le développement durable de se positionner publiquement. Partis politiques, associations ou institutions ».

Depuis lundi, l'association a cessé toute activité dans son atelier de vélo. « On ne veut pas se retrouver avec des adhérents en situation d'expulsion », explique l'association, qui continuera de réparer les vélos sur le marché de Concarneau.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Selon le Télégramme du 16 mai 2011 Concarneau 

Samedi après-midi, plusieurs cyclistes sont venus apporter leur soutien au Crade lors d'une

nouvelle «vélorution». 

 

Crade velorution 140511

 

Concarneau

Port. Expulsé, le Crade réfléchit à un relogement

C'est ce soir que le Centre de recherches sur l'avenir des déplacements écologiques (Crade) doit se réunir pour trouver une solution après l'expulsion prononcée par la Justice.

Selon le jugement prononcé le 6 avril dernier, par le tribunal de Quimper, le Centre de recherches sur l'avenir des déplacements écologiques (Crade) est expulsable depuis hier, du local qu'il occupe au 8, rue des Thoniers. Dans cet entrepôt, propriété de la chambre de commerce et transformé en siège social de l'association voila six mois, on s'attend d'ailleurs à la visite imminente d'un huissier. Partir immédiatement ou se maintenir temporairement, malgré l'astreinte de 20 EUR par jour prononcée par le tribunal ? Les animateurs de l'association n'ont pas encore tranché. «Nous devons nous réunir en comité réduit pour en décider» explique Rémi Guitteny. Au nombre des fondateurs du Crade, il rappelle qu'il s'agit de «la seule association cycliste utilitaire de Concarneau et l'unique site du Finistère apparaissant sur la carte du réseau des ateliers-vélos *». Un atelier de vente et réparation fréquenté par environ 300 personnes depuis sa création.

Un problème «global» de locaux associatifs

Au-delà de cette expulsion, Rémi Guitteny juge que le problème est «global». Selon lui, «La véritable solution consisterait à se fédérer pour faire évoluer la mentalité et qu'il y ait un véritable effort pour attribuer des locaux aux associations».

Fin de la présence sur le marché du vendredi

En attendant, le Crade se cherche un autre local, tout en étant conscient qu'aucune solution ne viendra de la municipalité. Les relations avec la collectivité restent en effet compliquées. Dernier épisode en date:l'impossibilité pour l'atelier-vélos de continuer à être présent lors du marché du vendredi. «On nous a expliqué que jusqu'alors c'était accordé à titre exceptionnel mais que cela créait une inégalité vis-à-vis des autres stands, quoi qu'il en soit, nous continuerons à participer au marché bio du mercredi». Pour Rémi Guitteny, cette expulsion ne signe pas pour autant la mort du Crade. «L'association existe, avec ses statuts et ses 80 adhérents, c'est plutôt un changement de siège social». Si la structure entend continuer à être actrice du débat sur l'avenir des déplacements, reste le problème du relogement de l'atelier. L'association n'exclut pas, en fonction des conditions, de recourir à un bailleur privé. Un appel pour obtenir le prêt d'un local pourrait également être lancé de façon plus formelle, «il est vrai que nous ne l'avons encore jamais fait».

* http://www.heureux-cyclage.org

 

 



Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 10:02

« Rhon, pushhhh, rhooonn, pushhh. Atchoum ! »
    Dark Vador, enrhumé

 

Où trouver le Monde libertaire près de chez vous ? Cliquez ici !


ML 1636 rectoSommaire

Actualité

Salauds de pauvres, par J.-P. Levaray, page 3

Suicides en prison, par P. Schindler, page 4

Météo syndicale, par L. Barbesois, page 5

L’Autruche, par F. Ladrisse, page 5

Des brèves et un strip, page 6

Syndicat des prisonniers, E.H. Omar, page 7

Laurent de Merdici, par J. Langlois, page 8

Arguments

Racisme contre les Roms, par Nicolas, page 9

Loin Deyzieu, loin du coeur, par Réflexes, page 11

International

Forum social de La Havane, par D. Pinos, page 13

Solidarité avec les camarades cubains en lutte, page 17

Histoire d’une lutte coréenne, par Isabelle et Sung-ai, page 18

Histoire

La Communauté du Sudet l’autogestion, par Communidad, page 19

Mouvement

C’est pas du cinoche, par Bibo, page 21

Riri, the best !, page 21

La plus parlante des radios, page 22

L’agenda vous appelle, camarades, page 23

ML 1636 verso

Repost 0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 13:22
Texte du lundi 9 mai 2011 repris à la Cnt-Ait Toulouse : original en cliquant ici ! Merci à elles & eux.

 

L’émotion collective suscitée par la catastrophe nucléaire nippone obéit à un sentiment parfaitement légitime d’insécurité face à ce mode de production d’énergie. Constatons que l’État, par la voix de son sinistre Besson, a tout fait pour se montrer rassurant, rappelant ce nuage radioactif venant d’Ukraine et déclinant poliment son identité à la douane française en 1986 pour se voir interdire le survol de l’espace aérien hexagonal.

Dans cette actualité dramatique (parmi d’autres), nous souhaiterions ici analyser plus avant la question nucléaire, d’un point de vue anarchiste. Pour cela - question de vocabulaire nécessaire -, nous appellerons nucléarisme la pensée favorable à la production d’énergie nucléaire, pour ensuite en décliner les différents aspects.

 

I. Le nucléarisme est un étatisme


L’État-Nation, sous le prétexte (entre autres) d’indépendance énergétique, a imposé cette solution de production d’électricité dans les années 70. Il n’y a pas eu de débat démocratique et la violence [1] de la Raison d’État a balayé les révoltes nées de cet arbitraire. Cet arbitraire d’État concerne deux nucléarismes : militaire et civil. Pour le nucléaire militaire, l’inscription de la nation France dans le champ de la « dissuasion » témoigne de son agressivité foncière vis-à-vis des autres nations, une attitude séculaire de militarisme et d’impérialisme colonial que le simple humanisme déplore, quand l’internationalisme doit le combattre résolument. La république ne fait ici que reprendre, en plus dangereux, la théorie du « pré-carré » de Louis XIV, Vauban et Louvois.

À cette agressivité militaire répond l’outrance de l’équipement civil, avec 58 réacteurs nucléaires produisant plus des 3/4 de l’électricité en France (un taux unique en Europe et dans le monde). L’État possède également la mainmise sur le marché britannique (British Energy), 4 réacteurs en Allemagne (EnBW), et 7 réacteurs en Belgique (Electrabel, filiale de GDF) [2]. Nous pouvons donc parler ici d’un projet étatique dépassant largement le cadre de l’autosuffisance énergétique pour apparaître plutôt comme un instrument d’extension de l’influence de l’État.

Deuxième appendice de l’étatisme, le Secret d’État, ou Mensonge d’État, est à l’oeuvre en la matière : soi-disant garant de la sûreté des dispositifs techniques, l’État ne considère que le sentiment de sécurité ou d’insécurité (notions subjectives aux « citoyens », et non objectives, liées aux faits et risques, comme la sûreté [3]). Sa propagande créera donc de l’insécurité dans la ruelle de banlieue et de la sécurité dans les centrales nucléaires (La manipulation des sentiments et des émotions est utilisée pour contrôler la population, vers les fins voulues par l’État). Le secret d’État couvre ses crimes : contamination des ouvriers dans le désert algérien, accidents répétés dans les centrales, assassinat du Rainbow Warrior... Par ailleurs, la logique de la Raison d’État permet de s’acoquiner avec les tyrans les plus sanguinaires (le Shah, Saddam Hussein, l’Afrique du Sud au temps de l’Apartheid, Kadhafi,...)

 

II. Le nucléarisme est un capitalisme


Avec notamment ces deux mastodontes que sont EDF et AREVA [4], le nucléaire constitue un exemple important du capitalisme, avec toutes les caractéristiques afférentes : utilisation vorace et destructrice de biens publics gratuits tels que l’eau et l’air, exposition des salariés à des conditions de travail dangereuses [5], incapacité foncière à envisager les risques pour la population ou les générations futures. Nous avons là un résumé des tares du capitalisme. Sur la question des biens publics, le nucléarisme a pour caractéristique de ne pas payer les coûts réels de sa production en profitant à outrance des biens publics et en amassant une dette en termes de coûts de pollutions qu’il souhaite faire payer aux générations futures. Ce transfert du coût donne l’illusion aux générations présentes que cette technique de production d’énergie est valable et moins coûteuse. Ceci repose en fait sur une imposture comptable  : les financiers ne confondent pas le principal et l’intérêt dans leurs comptes, mais quand il s’agit de la nature, patrimoine commun dont nous ne sommes que les usufruitiers, cette confusion scandaleuse opère sans beaucoup de contestation.

Autre caractéristique du capitalisme : son absolue cécité face à la nécessité éthique (celle qui ne rapporte jamais rien) et à la corruption politique qui en découle. L’exploitation de l’uranium par Areva à Arlit et Akouta au Niger a produit des dommages écologiques considérables, et constitue par ailleurs une caricature du post colonialisme de la France au Niger. Au niveau de la théorie anarchosyndicaliste, on perçoit bien ici la différence entre un syndicalisme révolutionnaire qui considère le syndicat comme le centre décisionnel après la Révolution, et l’anarchosyndicalisme qui prévoit la dissolution du syndicat à ce moment : en effet, comment empêcher une prise de pouvoir, si on laisse un groupe de personnes décider seul des destinées d’un lieu aussi important qu’une centrale nucléaire ?

 

III. Le nucléarisme est un scientisme


Nous appelons scientisme la confusion opérée entre le progrès humain et le progrès technique, ou plus précisément l’identification de ces deux progrès. Le scientisme a une conséquence politique : ses tenants refusent que les scientifiques répondent de leurs actes devant la communauté, au non de l’expertise, qui ne pourrait obéir à l’ignorance. L’aventure du nucléarisme en France répond parfaitement à ce schéma, avec un lobby de scientifiques (CEA : Commissariat à l’énergie atomique, EDF...) qui obtient l’oreille de l’État et impose ses vues sans qu’une quelconque consultation de la population ait lieu. Il faut donc ici rappeler qu’il n’existe pas d’élite pouvant se permettre de confisquer le débat politique, quelles que soient ses compétences (scientifiques, militaires, oratoires...). La science permet le progrès technique (ce n’est pas uniquement son objet), mais doit de ce point de vue répondre démocratiquement de ses avancées [6] devant l’assemblée générale.

Face à la catastrophe se pose la question d’un optimisme forcené basé sur les possibilités de la technique. Celle-ci pourrait en effet tout résoudre et garantir à la communauté des hommes une énergie infinie et une sûreté face aux phénomènes naturels. Cette croyance est en partie née d’un autre tremblement de terre, celui de Lisbonne (1755), qui a vu l’émergence de nouvelles disciplines scientifiques comme la sismologie, laissant espérer que la prévision permettrait d’éviter « le mal ». Le débat initial de Voltaire [7] et de Rousseau à ce sujet n’est pas clos, mais nous pouvons considérer à juste titre que la conjonction des catastrophes naturelle et nucléaire balaye l’optimisme forcené de ceux qui croient que la technique peut tout résoudre.

Le scientisme s’accompagne généralement d’un tel mépris du bon sens qu’il nous permet cet aparté. Il repose en effet sur un mythe du progrès technique que l’on pourrait qualifier de prométhéen. Que penser en effet de cette catastrophe au Japon, où l’on a construit des centrales nucléaires « sur un volcan  ». « Le dragon s’est réveillé » aurait-on pu entendre dans un conte traditionnel. Quel échec en tout cas de l’entendement humain et de la raison, au non de la rationalité et de la Science (en apparence...). La politique consiste donc aussi à connaître les mythes agissants dans le monde, avec une sympathie pour l’expérience des hommes du passé (les habitants de Pompéi ne nous sont plus aussi lointains ces derniers jours...).

 

IV. Le nucléarisme est un élément particulièrement probant de la nocivité du Contrat Social


Le Contrat social, ou pacte social est une théorie politique qui considère que les individus, à un moment donné de leur histoire, ont passé un pacte mutuel et transféré leur souveraineté à l’État, afin de gagner plus de liberté, en tant que groupe, qu’en tant qu’individus isolés face à la nature. Cette théorie est née au XVIIIème siècle, avec Hugo Grotius, et surtout Jean-Jacques Rousseau [8].

Cette théorie était en rupture avec les considérations traditionnelles sur la monarchie, l’État de droit divin ; aussi est elle souvent présentée comme une idée progressiste, ancrée dans la philosophie des Lumières, présentée comme un bloc positif dans les manuels. Cependant, Le contrat social est plutôt à considérer comme une justification laïcisée de l’existence de l’État et de la souveraineté nationale. S’ils sont en rupture avec la monarchie absolue, les révolutionnaires de 1791 n’en sont pas moins des tenants de l’État central, détenteur d’une souveraineté nationale transcendante par rapport aux individus. Cette théorie est en rupture avec le libéralisme politique, notamment hérité de John Locke. Pourquoi évoquer ici cet aspect de l’histoire des idées politiques  ? Tout simplement parce que l’obligation faite aux générations futures de gérer les déchets nucléaires, la servitude imposée à ces personnes non encore nées est l’expression parfaite de l’arbitraire des décisions « démocratiques » reposant sur le contrat social. Ces personnes à naître ne peuvent être consultées, mais elles sont déjà liées, parce que les générations antérieures considèrent qu’elles doivent se soumettre aux décisions antérieures justifiées par la souveraineté nationale, qui n’est d’aucun temps, comme l’État.

Nous ne pouvons que refuser ce « serf-arbitre », en reprenant les arguments de Thomas Paine en 1791 : « Il n’exista, n’existera et ne pourra jamais exister de parlement, ou des hommes d’aucune sorte ou d’aucune génération, dans aucun pays, possédant le droit ou le pouvoir de lier et de dominer leur postérité jusqu’à la "fin des temps", ou celui de commander à jamais comment le monde doit être gouverné, ou qui doit le gouverner ; par conséquent, toutes les clauses, actes et déclarations produites par leurs initiateurs pour essayer ce qu’ils n’ont, ni le droit, ni le pouvoir de faire ou d’exécuter, sont en elles-mêmes nulles et vides. Chaque âge et génération doit être aussi libre d’agir pour lui-même dans tous les cas que les générations qui l’ont précédé. La vanité et la présomption de gouverner depuis la tombe est la plus ridicule et la plus insolente de toutes les tyrannies. L’homme n’à aucune propriété sur l’homme, pas plus qu’aucune génération n’a de propriété sur celles qui suivent. » [9]

Dans les faits, nous constatons ici que, de manière caricaturale, la théorie du Contrat Social, et l’État pseudo-démocratique qui en dérive, n’est qu’une continuité « laïque » des États de monarchie de droit divin. Ici le roi avait deux corps [10], l’un physique et périssable, l’autre immortel, et au décès d’un roi, le « mort saisissait le vif » (le successeur, avec l’expression convenue, le « Roi est mort, Vive le Roi ! »), là un État crée un phénomène physique polluant et dangereux qui saisit les générations à venir d’une main de fer. Tyrannie insolente, contradictoire avec ses principes démocratiques apparents, mais ô combien cohérente avec l’essence-même de l’État et de la souveraineté nationale qui a pour projet de perdurer à jamais.

 

Conclusion : l’éthique doit être au cœur du projet politique anarchiste !


L’anarchisme n’est pas un léninisme, qui asservit les moyens aux fins : il doit subordonner l’action à la réflexion éthique. De ce point de vue, il ne m’apparaît pas possible de défendre un projet nucléariste, expression de la raison d’État, capitaliste et scientiste, subordonnant les moyens d’actions aux fins envisagées. Une assemblée générale ne peut envisager de produire une électricité qui empêcherait de manière irréversible les assemblées générales à venir de choisir elles-mêmes leur propre destin. Et cela simplement parce qu’elle n’en n’a pas le droit. Non pas le droit bourgeois, mais l’impératif moral créé par le souci de ne pas imposer la souveraineté des vivants à celle des hommes à naître. Aussi faut-il certainement envisager une économie moins gourmande en électricité, et cela est notre problème, qui est d’ailleurs plus une question de sobriété que de survie.

Citons en guise de conclusion un passage éclairant de Rudolf Rocker, critique de Rousseau : « C’est un phénomène étrange que le même homme, qui prétendument dédaignait la culture et prônait le retour à la nature, l’homme pour qui la sensibilité rejetait le monument de la pensée intellectuelle des encyclopédistes ; et dont les écrits éveillèrent chez ses contemporains un si profond désir de retourner à une vie simple et naturelle, il est étrange que ce même homme, en tant que théoricien de l’État, ait administré la nature de bien pire façon que le plus cruel des despotes et mis tout en place pour la réduire au diapason de la loi. » [11] Il me semble que l’électricité nucléaire est un diapason supplémentaire de l’activité humaine que nous devons refuser.

 

SIA 32 CNT-AIT

 

[1] Exemple : mort d’une manifestant à Creys-Malville en juillet 1977.


[2] Voir l’article de Courrier International N°1068, citant l’hebdomadaire autrichien Profil à ce sujet (21-27 avril 2011 ; p°18).


[3] Voir à ce sujet l’article de Jean Delumeau sur la différence entre sûreté et sécurité, dans l’Histoire N°88, pages 71-75 (La « sécurité » n’est plus ce que l’on croit !)


[4] 9,104 milliards d’euros de CA en 2010, et 883 millions d’euros de résultat ;


[5] Accidents connus à Marcoule en 1959, Chinon en 1965, Saint-Laurent-des-Eaux en 1969, 1980, 1984, 1987...


[6] Ce point précisé, nous devons dire que l’anarchosyndicalisme s’oppose autant au scientisme qu’aux courants anti-scientifiques, qui, dans une sorte de pensée magique, privent les travailleurs des avancées possibles pour diminuer les efforts et les risques nécessaires à la vie en société, et à la survie en général.


[7] Voltaire, auteur du poème sur le désastre de Lisbonne en 1756, s’interroge sur le mal physique.


[8] Du Contrat Social ou Principes du droit politique, publié en 1762.


[9] There never did, there never will, and there never can, exist a Parliament, or any description of men, or any generation of men, in any country, possessed of the right or the power of binding and controlling posterity to the "end of time," or of commanding for ever how the world shall be governed, or who shall govern it ; and therefore all such clauses, acts or declarations by which the makers of them attempt to do what they have neither the right nor the power to do, nor the power to execute, are in themselves null and void. Every age and generation must be as free to act for itself in all cases as the age and generations which preceded it. The vanity and presumption of governing beyond the grave is the most ridiculous and insolent of all tyrannies. Man has no property in man ; neither has any generation a property in the generations which are to follow.” Thomas Paine : Rights of man - Being an Answer to Mr. Burke’s Attack on the French Revolution - Part I - 1791.


[10] Voir làdessus le livre d’Ernst Kantorowicz : Les Deux corps du roi - Essai sur la théologie politique au Moyen Âge


[11] Rudolf Rocker - Nationalisme et culture - chap X, p. 180.

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 21:48

Bernard Le Hénaff est décédé le 25 avril dernier d'un cancer aux poumons, à 54 ans.

 

Issu du milieu ouvrier agroalimentaire du centre-Bretagne, amateur de Léo Ferré, postier expatrié à Paris et revenu en Bretagne, Bernard avait rejoint le groupe libertaire Francisco Ferrer (Lorient) en 1994 et, via ce groupe, avait adhéré quelques mois plus tard à la fédération anarchiste. C'est au retour du congrès de Rouen en 1995 que nous avions commencé à poser les bases de la campagne "malvenue au Pape" Jean-Paul 2 à Sainte Anne d'Auray, prévue en septembre 1996. Bernard aura été un des grands artisans de cette joyeuse et volontariste mobilisation laïque et contre l'Ordre moral véhiculé par Sa Sainteté ! Dire que l'été 1996, à fignoler le programme, nous craignions que JP 2 ne casse sa pipe et soit remplacé par un Pape progressiste, ce qui aurait pu atténuer les motifs de rejet du souverain pontife, pour quiconque est sincèrement épris de liberté ! Et non, cette carne a non seulement eu la vie longue (bien que tremblottante) mais il a été remplacé par encore plus réactionnaire, Benito 16 ! En tout cas, nous avions réussi notre manifestation ce samedi 14 septembre 1996, dans les rues de Lorient ! Sûrement un coup du Malin !


En 1999, Bernard se séparait de la fédération anarchiste pour rejoindre le syndicat interpro lorientais de la CNT, plus en accord avec ses conceptions anarcho-syndicalistes. Evidemment, nous étions restés en bons termes et c'est un euphémisme que de le dire. Bernard fut adhérent à la Cnt jusqu'au bout, drapeau noir et rouge porté haut lors des manifestations.

Toujours à pointer les égarements de l'Autorité, il avait eu quelques déboires avec sa hiérarchie et avait été mis en retraite anticipée d'office par La Poste... Ce qui lui aura quand même permis de savourer quelques années de retraite, où il a pu se livrer à la contemplation et à l'art de ne rien faire (tout un travail sur soi pour y aboutir sereinement !), à s'occuper de son chien... aux côtés de son militantisme, car "rongé par de foutues idées" sa soif de Justice était insatiable, même si parfois les humains le décevaient par leur passivité, leur acceptation de ce monde. L'amitié est interactive : Bernard nous avait introduit à l'univers de Léo Ferré, il a pu en contrepartie s'adonner aux joies des concerts punk rock et même, le coeur sur la main, accueillir des groupes chez lui pour les "after".

Canabinophile, il s'était donné les moyens d'échapper à ce marché puant, au rapport d'argent et consommait bio sa fumée clandestine ! Bernard publiait épisodiquement quelques billets, quelques poésies sur des forums, anarchistes ou non. Il signait "Bd"... première et dernière lettres de son prénom. Voilà, on ne verra plus de nouveaux écrits de Bd maintenant et nous n'emprunterons plus les routes sinueuses de la campagne d'Arzano (29) où il résidait. Notre pensée va vers sa soeur, Nicole.
Après Gérard, Armand, Erwan, Catherine, c'est le cinquième compagnon à être passé un certain temps au groupe Ferrer, qui nous quitte. L'an passé, Patricia de la Cnt Lorient partait aussi... A l'An 10 000, copains et copines !

Repost 0
Published by anars56 - dans Anarchisme
commenter cet article
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 21:33

« Douter de tout ou tout croire, ce sont deux solutions également commodes, qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir. » : Henri Poincaré

 

Où trouver le Monde libertaire près de chez vous ? Cliquez ici !

ML-1635-recto.jpgML-1635-verso.jpgSommaire

Actualité

DSK, homme providentiel pour qui ?, par E. Vilain, page 3

Météo syndicale, par L. Barbesois, p. 4

La calotte d’État, toujours à abattre, par M. Rajsfus, page 5

L’Autruche, par F. Ladrisse, p. 5

Des brèves, un strip, p. 6

Le dernier Triangle rose est mort, P. Schindler, page 7

Arguments

De la chasse policière d’hier et d’aujourd’hui, par M. Rajsfus, p. 8

L’éducation populaire en question, par P. Sommermeyer, page 10

International

Un 1er mai international, p. 12

Nouvelles d’un Mexique qui lutte, par R. et G., page 14

Expression

Je célèbre Armand Robin, 2e partie, par R. Dadoun, page 17

Cinéma

Nouvelles cinématographiques, par H. Hurst, page 20

Mouvement

C’est pas du cinoche, page 21

Un nouveau fanzine papier, page 21

La plus belle des radios, p. 22

L’agenda vous appelle, page 23

Repost 0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 13:48

Réunion publique sur le contrôle social le vendredi 3 juin, à Auray, avec la Caravane des gueux et des gueuses contre les lois sécuritaires et avec Jean-Pierre TERTRAIS auteur d'une brochure sur la question. Groupe scolaire Rollo, Entrée libre. 20h30

 

« Ceux qui abandonnent une liberté essentielle pour une sécurité minime et temporaire ne méritent ni la liberté, ni la sécurité. » Benjamin FRANKLIN qui a débarqué à St Goustan (Auray) le 4 décembre 1776...

 

Collectif Non à la vidéosurveillance à Auray et ailleurs

 

A l'attention de Monsieur le maire de la ville d'Auray,

 

Par décision municipale, 7 caméras de vidéosurveillance ont été déployées au stade Ty Coat à Auray durant l’été 2010.
Les études scientifiques attestent pourtant du peu d’efficacité des caméras sur la délinquance.
Cet argent public est capté par les intérêts privés des entreprises du secteur de la sécurité au détriment d’autres choix d’intérêt social (éducation, logement…).
La liberté de se déplacer sans être épié est une liberté essentielle à nos yeux.
Aussi, nous demandons le retrait de ces caméras et nous nous opposerons à toute extension.

 

La pétition, mise en ligne sur "mes opinions.com", peut être signée en cliquant ici : http://www.mesopinions.com/Non-a-la-videosurveillance-a-Auray-et-ailleurs-petition-petitions-5869578f2c2c05bba83e5eb2f0f70e37.html

 

Argumentaire sur le pourquoi nous nous opposons à la vidéosurveillance, en cliquant ici

 

Adresse du collectif_anti-videosurveillance@orange.fr

 

Cette pétition sera remise à la mairie fin juin 2011.

 

Le 8 mai était journée de commémoration de la fin de la guerre 1939-45 et surtout de la victoire sur la barbarie nazie et de l'hommage aux résistants et résistantes. On peut s'interroger sur ce qu'il serait advenu des résistantEs s'il y avait eu des systèmes de caméras un peu partout... Si un gouvernement totalitaire arrivait aujourd'hui (paraît-il que les scores du FN sont en hausse aux élections et dans les sondages), n'aurait-il pas tous les outils techniques pour régner sans contestation possible ?

 

Rappelons que notre démarche n'est pas spécifique à Auray, nous sommes aussi en lien avec les collectifs anti vidéo surveillance de Ploërmel, Pontivy et Vannes.

A l'argumentaire déjà développé sur ce blog, que nous ne répéterons donc pas, voici quelques ajouts quant à la situation d'Auray.

 

Positionnées à l’extérieur du bâtiment (stade Ty-Coat), les caméras enregistrent 24h/24h. À l'entrée du stade, un panonceau flanqué d’une caméra en pictogramme informe le public de leur existence. Seules six personnes – élus, membres de la police municipale et de la gendarmerie - sont habilitées à accéder aux images enregistrées.

A noter, en aparté, que le projet de caméras à Pluneret (été 2011), commune voisine d'Auray, prévoit que le traitement des images sera confié à une société de sécurité (donc privée !). Ce point est contestable car le Conseil constitutionnel a heureusement censuré en mars 2011 l'article de la Loi Loppsi 2 qui permettait le visionnage des images par des officines privées...

  cameras-Auray.jpg

Le coût de l'installation des caméras à Auray s'élève à 22 000 euros, selon la presse.

La mise en place de caméras s'appuie sur des audits de sécurité effectués par la gendarmerie et, en particulier, sur les chiffres de la délinquance. Or les dégradations sur les biens communaux, spécialement sportifs, ont coûté moins chers en 2009 qu'en 2008 (Ouest France du 25 juin 2010) !

De même, "selon les statistiques de la gendarmerie d'Auray, la délinquance est en baisse continue depuis 2008. Cette baisse a été de 2,5 % en 2010. Il s'agit d'une baisse conjoncturelle mais aussi structurelle." (interview du Lieutenant de la gendarmerie d'Auray, rapportée par le Télégramme du 4 février 2011)

De plus, selon la Préfecture, sur les cinq dernières années, dans le Morbihan, la délinquance a reculé de plus de 12 %, tandis que la population du département progressait de plus de 6 %... (Télégramme 26/01/2011)

On ne peut que relever une dimension un brin paradoxale : la délinquance diminue et la municipalité, appuyée par la Préfecture, se dote d'un système coûteux de vidéosurveillance !

Toujours selon la gendarmerie, la "délinquance locale est très souvent liée à la consommation d'alcool". Dans les cas de personnes alcoolisées, il est peu probable que les caméras jouent leur rôle "dissuasif"... Et dans le cas d'individus mal intentionnés, il est vraisemblable qu'ils se couvrent le visage pour commettre leur forfait...

 

A Auray, pour l'instant, la majorité municipale semble peu favorable à l'extension des caméras jusque dans les rues passantes (alors que c'est une demande de l'opposition, jamais à cours de bêtises liberticides). Dans diverses déclarations, le Maire communiste déclare qu'il faut privilégier l'éducation, le logement social... C'est tout à son honneur. Il n'empêche qu'il a cédé avec l'accord de la majorité de gauche, mais avec les réserves d'un élu centriste ! Pourtant, pas très loin, à Plougoumelen, alors que l'audit de sécurité mené par la gendarmerie recommandait l'installation de caméras, le maire UMP a refusé ! Comme quoi...

 

En mars 2011, un conseiller municipal chargé du dossier "caméras" a déclaré à la presse que les caméras avaient "une certaine efficacité" parce qu'aucun "acte de vandalisme n'est à déplorer depuis leur mise en place". Avec un recul d'à peine 8 mois, c'est sûr que c'est une statistique fiable ! Evitons le zoom qui travestit les réalités et élargissons notre regard sur les 20 ou 30 dernières années : pendant combien d'années n'y a-t-il eu aucun acte de vandalisme alors qu'il n'y avait aucune caméra ?

 

Le fait que le maire d'Auray soit au PCF (Parti communiste français), donc de gauche, et accepte les caméras, est un argument redoutable, utilisable par tous les conseils municpaux un peu réacs, qui ne savent pas quoi inventer pour donner l'illusion d'agir auprès de leurs électeurs et électrices. Les caméras risquent de fleurir tôt ou tard d'autant qu'elles sont encouragées par le gouvernement, avec subventions préfectorales à la clé, au grand bonheur des officines privées qui installent le matériel de surveillance pour ne pas dire d'espionnage !

 

Quand nous diffusons des tracts sur cette question de la vidéosurveillance, il nous est parfois opposé que celui ou celle qui a la conscience tranquille n'aurait pas à s'en inquiéter. Avec Rosa Luxembourg (qui n'était certes pas anarchiste), nous ne pouvons que constater "Celui qui ne bouge pas ne sent pas ses chaînes" ! CertainEs sont bien anesthésiéEs quand même...

 

Pour le pays d'Auray, à noter qu'il y a des caméras dans les rues à Quiberon et Landévant et un projet à Pluneret.
Evidemment cette liste ne prend pas en compte celles qui sont placées dans les agences bancaires, les bureaux de poste, les super et hypermarchés, certains bars, restaurants et discothèques, pharmacies, dans certains campings et à l'extérieur de certaines entreprises... ! Bref on est vidéo surveillés sous tous les angles !

 

L'Etat déploie des millions d'euros à faire mine de combattre ce qu'il appelle la délinquance alors qu'elle est largement l'effet des inégalités sociales que le capitalisme génère. En même temps qu'il développe les outils pour une surveillance généralisée de la population, il dépénalise le droit des affaires, il établit une fiscalité sur mesure pour les riches... et ne combat que de façade les paradis fiscaux. Avec son accord, ce sont ainsi des milliards d'euros qu'il laisse s'échapper en toute impunité... Mais, chut, il ne faut pas le dire !

 

L’enveloppe du Fonds interministériel pour la prévention de la délinquance 2011 est rendue publique : 51,034 millions d’euros. La vidéosurceillance remporte encore une belle part du gâteau, avec 29,7 millions d’euros, soit 58 % du fonds ! 51,034 millions d’euros : ce montant est donc à peu près équivalent à celui de l’année précédente (49 millions d’euros). Mais d’où viennent ces fonds ? Ils proviennent, pour près de 70% du montant total, du produit des amendes de police de la circulation (35 millions d’euros), 30% de l’enveloppe émane de budgets interministériels pouvant "être affectés à des projets portés par des collectivités territoriales ou des associations". 8 000 caméras ont été installées en 2010 "résultat d’un peu plus de 730 projets" . Toutes les villes de plus de 200 000 habitants, en France, ont désormais des caméras, et 93% des villes de plus de 100 000 habitants sont également dotées de dispositifs de vidéoprotection.
Le taux de subventionnement varie entre 20% et 50%, (Le taux moyen de subvention est en général un tout petit peu inférieur à 40% de l’investissement des communes).


Pour notre part, nous voulons vivre libres, sans être surveillés. Et nous entendons contester cet ordre inique, y compris s'il faut parfois emprunter des chemins de traverse.

Repost 0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 08:28

Nous relayons cet appel car la problématique écologique et sociale posée paraît importante : elle interroge sur la notion de propriété privée, sur la schizophrénie d'un système qui d'un côté cherche à culpabiliser la population pour des motifs écologiques, de l'autre empêche certains d'agir concrètement, jusqu'à les poursuivre au Tribunal...

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Quelques personnes sur Redon (35 Ile et Vilaine) vont se retrouver pour manifester au pied du Tribunal de grande instance de Rennes, afin de dire non aux lois qui considèrent toute personne récupérant des objets en déchetterie comme étant une voleuse.

Pourquoi et pourquoi maintenant ?
Le 11 avril, un ami (toujours prêt à donner et a remettre en état quand il sait faire) s'est fait dénoncer par un salarié de l'entreprise sous traitante qui relève les déchets de Sainte Marie (35) à 10h30, hors des heures d'ouverture (sous prétexte de lui "enlever le pain de la bouche" ... ???)
Peu de temps après, la police intervenait à son domicile pour vol de 2 sacs en nylon, une lampe en cuivre, un morceau de ferraille et des bricoles...
Il passera devant le délégué du procureur au tribunal de Rennes le jeudi 12 mai à 14h30 adresse : TGI cité judiciaire 7 rue Pierre Abelard.

Au delà de cette histoire, la question qui est posée face aux déchetteries : a-t-on le droit de prendre des objets en vue de les réhabiliter ? A priori non et pour certaines clairement non (les salariés ont obligation d'interdire la récupération, des "supérieurs" passent vérifier que les salariés font bien leur boulot d'interdire : ex : déchetterie d'Herbignac (44)).
Pourtant tout ceci n'est qu'un règlement intérieur : qu'en est-il de la loi ?

D'un côté voleur, de l'autre éco-citoyen.
De notre côté, en mettant en place une permaculture sur 1 Ha, nous utilisons aussi et très souvent la récup' : nous avons eu des refus sur certaines déchetteries, et de l'autre côté il faut souvent se mettre en lien avec le "gardien" du site (des fois un peu d'hypocrisie ne fait pas de mal ...hum ! ...), mais qu'en sera-t-il le jour où, comme dans certaines déchetteries, on ne pourra plus trouver une personne conciliante qui nous fait confiance ?

La déchetterie est un lieu public et appartient à la mairie, mais la gestion est à la charge d'une entreprise privée.
La récupération d'objets est sociale, car elle touche le plus souvent les "pauvres" ou "personnes défavorisées"  qui trouvent dans cette pratique le moyen de ne pas acheter des produits (peut-être est ce là le hic !)  par rapport à leur bourse.
Cette pratique est aussi écologique, car elle permet à un objet d'être réutilisé ou légèrement transformé pour une autre utilisation au lieu d'être recyclé, ce qui impose le plus souvent la même quantité d'énergie que la construction, tel le verre ou encore l'aluminium. Quant à d'autres,  il ne peuvent être recyclés : certains sont simplement enfouis (ancienne méthode) sous terre, tels les frigos et les congélateurs car leur isolant de polyuréthane n'est pas recyclable et parce que le coût pour les "nettoyer" serait trop important, même le carton ne peut être recyclé lorsque celui ci est mouillé...

 

Pour ceux ou celles qui sont intéresséEs ou qui se sentent concernéEs, rendez-vous au tribunal de Rennes le jeudi 12 mai à 14h30 adresse : TGI cité judiciaire 7 rue Pierre Abelard Rennes !

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 13:33

Salut,

Pour celles et ceux qui n'ont pu voir la projection de "Juppé  forcément", à Lorient, sur la construction médiatique de l'élection de  ce dernier à la mairie de Bordeaux en 1995, voici le lien vers ce documentaire de   Pierre Carles (qui en était à ses débuts mais dont le style commençait déjà à se déployer). La partie projetée dure 30 minutes environ : 
http://video.google.fr/videoplay?docid=-1918757958161910687&ei=gpHWSL6UD4Gg2gKomcjIAg&q=Jupp%C3%A9%2C+forc%C3%A9ment&hl=fr#antifa-lorient.jpg
C'est vrai que le titre "Juppé forcément" n'est pas très excitant, on  vous le concède mais si vous pensiez encore que les élections étaient libres, que les électeurs et électrices choisissaient de manière éclairée et non orientée celui ou celle qui va être éluE, sans doute  votre conviction va-t-elle être interpellée...
Vous pouvez mater des photos de la superbe fresque qui a été réalisée ce jour là et même des photos du concert excellent (salle bondée !) qui s'est déroulé le soir :  http://www.anartoka.com/la-digne-rage/portal.php?article=174&pid=1
Merci encore à Mauvaise graine pour cette journée "unissons nos cultures".

Si vous passez à Paris le samedi 21 mai, sachez que la  fédération anarchiste organise une manifestation pour " l'autogestion. Une  alternative sociale, ça se construit !

La caravane des gueux et des gueuses contre les lois sécuritaires voit son programme modifié. Elle aura lieu désormais du mercredi 1er juin au samedi 11 juin (tout n'est pas encore intégralement calé).

Mercredi 1er juin : Notre-Dame des Landes (hébergement squat la pointe)
* Formation action directe non-violente
* Information autour de l'aéroport (voir avec les occupants des lieux)

Jeudi 2 juin : Rennes (hébergement au Rheu)
* Débat sur le thème "écologie et justice sociale" avec la Souris Verte

Vendredi 3 juin : Vannes
*"Lois sécuritaires, création de la pauvreté et surveillance des pauvres" avec le groupe Lochu de la FA.

Samedi 4 juin : Lorient
*Précarité du logement, en lien avec la lutte des habitants du camping de
Locmiquelic, avec NPA, chômeurs rebelles...

Dimanche 5 juin : Pontivy
* Travail: réalités actuelles et utopies constructives, avec la CNT Pontivy

Lundi 6 juin : Mellionnec (Ker Saoz)
* Vers une autonomie globale (habitat, nourriture, énergie...), avec les habitants du lieu.
* étape vers Rostrenen avec roulotte(s)

Mardi 7 juin : Rostrenen
* Animation sur le marché sur la LOPPSI et autres lois sécuritaires...
* étape vers Trémargat avec roulotte(s)

Mercredi 8 juin :  Trémargat
* Echanges locaux et gratuité, au café associatif Tremargad Café.
* Participation à la zone de gratuité locale en apportant quelques objets...

Jeudi 9 juin : Trémargad
*Pause et suite éventuelle des discussions du jour précédent.

Vendredi 10 juin : Ferme de Elliant
* Information autour de la tentative de mise en place d'une ferme maraîchère pour fournir en légumes une cantine populaire à Brest.
* Proposition d'un chantier collectif d'aide aux usagers du lieu (à voir)

Samedi 11 juin : Quimper
* Information/action autour des lois sécuritaires avec les CRABES (contacts en cours)

Couverture et sommaire du Monde libertaire de la semaine peuvent être consultés ici (certains articles sont lisibles en ligne) : http://anars56.over-blog.org/article-le-monde-libertaire-1634-du-5-au-11-mai-2011-73214165.html

Radio libertaire propose toujours autant d'émissions intéressantes et réécoutables un certain temps ici, c'est une source d'infos et de  formation à ne pas négliger :  http://media.radio-libertaire.org/php/grille.php

A noter, par ailleurs, que sur Alternantes (radio associative sans pub de Nantes), vous pouvez écouter chaque jeudi le magazine libertaire de 20h45 à 21h40 : http://www.alternantesfm.net/sommaire.htm

Et comme à l'accoutumée, nous précisions que le groupe libertaire et la FA ne se reconnaissent pas obligatoirement et intégralement dans chaque initiative de cet agenda.
Les nouveautés par rapport au précédent envoi débutent par *

Anarchas salutations,
le groupe libertaire Lochu - Ferrer & fédération anarchiste Vannes - Lorient

---------------------------------------------------------------------------

* Dimanche 8 mai - Port-Louis (56) - Rassemblement pacifiste au mémorial, en hommage aux résistants contre la barbarie nazie, aux avancées sociales dues au Conseil national de la résistance et contre la récupération de cette commémoration par le chef de l'Etat français et ses ministres (sinistres !) qui seront à Port-Louis le temps de la  visite (en situation d'état de siège pour le coup !)- Initié par le  Mouvement de la Paix - 17h

---------------------------------------------------------------------------

Dimanche 8 mai - Auray (56) - Mapudhungun : rencontres amérindiennes au cinéma les Arcades, organisées par Ingalan Bro an Alre ; avec le témoignage de militants et militantes Mapuche du Chili, écrivain et  poète - Début des rencontres : 18h30. 19h30 Buffet Mapuche, 20h30 :  projection, débat et témoignages  de militants et militantes Mapuche,  écrivain et poète (5 ou 10 euros) -  Réservations et infos : http://www.ingalan.org/167-mapudhungun.html

---------------------------------------------------------------------------

Mardi 10 mai - Lorient - Conférence : Santé au travail et nouveaux risques : le point de vue du juriste - 18h30 – Université de Bretagne  Sud, Le Paquebot, 4 rue Jean Zay

----------------------------------------------------------------------------------

Mardi 10 mai - Questembert (56) - Ciné café débat autour du  documentaire altermondialiste et pédagogique "Indices" de Vincent Glenn  et en sa présence (Multi récidiviste du documentaire d'analyse  socio-politique  (Rue de la solidarité ; Dernières nouvelles du chaos ; Enfants du Raï ;  Ralentir école ; Pas assez de volume, note sur  l'OMC...), Vincent Glenn  mène l'enquête sur les indicateurs de  richesses en général et sur le PIB  en particulier... et sur les alternatives) -  20h15, Iris cinéma

----------------------------------------------------------------------------------

Mardi 10 mai - Quimperlé (29) - Film La mort de la Gazelle, présenté par le Mouvement de la Paix en présence du réalisateur Jérémie Reichenbach

----------------------------------------------------------------------------------

* Mercredi 11 mai - Rennes - A-Team & B-Movies présentent : Troméo et Juliette (Avant les bikes ins estivaux, un moment de détente avec cette fine adaptation de la célèbrissime oeuvre de Billy Shakespeare : TROMEO & JULIETTE, réalisé par un génie : Lloyd Kaufman (Toxic,  Poultrygeist)) - Débat autour des derniers films vus http://www.rennes-info.org/A-Team-B-Movies-presentent-Tromeo

----------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 12 mai - Vannes - Bilan Forum Social Mondial de Dakar 2011 + Point sur les G8 et G20 (Des militants du CCFD Terre Solidaire, d'Arradon Terres du Monde, d'ATTAC 56 feront récits des rencontres vécues au Forum  mondial de Dakar) - 20h30 - Théâtre Anne de Bretagne (Palais des Arts et des Congrès)

----------------------------------------------------------------------------------

 

* Jeudi 12 mai - Lorient - Rassemblement pour la relaxe du docker GCT injustement accusé d'avoir lancé un projectile sur les forces de l'ordre lors de la manif retraites du 19 octobre 2010. Il risque 2 mois de prison avec sursis et 200 eur d'amende. La justice doit rendre son verdict le 12 mai. 13h30 devant le Palais de Justice.

 

----------------------------------------------------------------------------------

 

* Jeudi 12 mai - Rennes - Rassemblement de soutien à une personne qui a récupéré des objets dans une déchetterie et qui est accusé de vols selon le règlement intérieur de la déchetterie, qui prohibe cette pratique pourtant écologique de recyclage - Tribunal de Rennes, TGI cité judiciaire, 7 rue Pierre Abelard à 14h30

 

----------------------------------------------------------------------------------


Vendredi 13 mai - Rennes - Redistribution de légumes et repas collectif, par le restaurant de la Maison de la Grève - Au Delta (36 Rue Legraverend) http://maisondelagreve.boum.org/

----------------------------------------------------------------------------------

* Vendredi 13 mai - Rochefort en Terre, Café de la Pente - Soirée  Théâtre "11septembre pas vu à la télé" d’Alain Guillard et Renaud Le pape : Démolition contrôlée de la thèse officielle de la conspiration  islamo-terroriste par la mise à jour de quelques-uns des mensonges les  plus grossiers, ce qui ne manquera pas de nous interroger sur l'état de  nos médias et de nos démocraties. On y rit jaune, mais on y rit quand même. 21H30

----------------------------------------------------------------------------------

 

* Vendredi 13 mai -Augan (56) - Soirée Brel Brassens, interprétés par 3 gars du coin - Café coopératif Le champ commun 21h-23h30


----------------------------------------------------------------------------------


* Vendredi 13 mai - Pénestin (56) - Projection et débat autour du documentaire critique sur les nanotechnologies "Le silence des nanos" de Julien Colin - 20h30 au Bateau Livre, suivie d'une rencontre avec le réalisateur

----------------------------------------------------------------------------------

* Samedi 14 mai - Rochefort en Terre (56), Café de la Pente - Concert par le groupe Armand, chanson française à texte accompagnée d’un  air d’accordéon. 21H30

----------------------------------------------------------------------------------

* Samedi 14 mai - Augan (56), café coopératif Le champ commun http://www.lechampcommun.fr/ - 14h-19h : Nucléaire, pourquoi débrancher ? Journée de rencontre et partage autour de 3 thèmes : l'histoire du nucléaire - les luttes - les alternatives - Apéro table ronde à 19h // 21h : Concert de Copine Connie http://copineconnie.free.fr/

----------------------------------------------------------------------------------

* Samedi 14 mai - Ploeren (56) - Recycl' en fête : 14h : Ateliers, stands d'associations, artisans et artistes du recyclage, conférences /  18h : soirée concerts avec les groupes Pierre Rodier Trio (chanson  française), Ayé Ceyi (Funk, Soul sauce africaine), Mamani Family  (Reggae) - Au Centre culturel “Le Triskel” (Parvis du Land Wursten) -  Libre et gratuit

----------------------------------------------------------------------------------

Samedi 14 Mai - Concarneau (29) - Dernier jour avant la date d'expulsion de l'atelier vélo prononcée par le tribunal de Quimper : velorution,  Rdv à 14h, départ à 14h30 de la place de la Mairie - Organisée par le CRADE (Centre de Recherche sur l'Avenir des Déplacements Écologiques)

----------------------------------------------------------------------------------

* Samedi 14 mai - Nantes - Journée d’information, d'échanges et déambulation autour de l'envahissement publicitaire à Nantes : 10h-12h30 : Échanges d’information entre associations (notamment Paysages de  France, RAP, UFC) et personnes intéressées / 12h30-14h : Repas /  14h-15h30 : Déambulation dans le centre de Nantes à la découverte de  l’envahissement publicitaire - Salle des Hauts-Pavés

----------------------------------------------------------------------------------

Lundi 16 mai - Vannes - Conférence diaporama 'L'aéroport Notre Dame Des Landes et... vous ?' animée par le collectif Morbihan contre  l'aéroport NDDL - 20h30 - Théâtre Anne de Bretagne (Palais des Arts et  des Congrès) - Infos : http://acipa.free.fr/

----------------------------------------------------------------------------------

* Mardi 17 mai - Bannalec (29) - Réunion publique d'information sur : téléphonie mobile, antennes relais, wimax, wifi... Quels risques pour la  santé ? A l'initiative de l'association Les mains dans la terre http://adslsanswimax.free.fr - Salle Jean Moulin - 20h30

------------------------------------------------------

Mercredi 18 mai - Vannes - Projection de "En comparaison", documentaire de 2009, 62 mn (De l’Inde à l’Autriche, de la France au  Burkina Faso, entre Suisse et Allemagne, Harun Farocki dissèque une  pratique  fondamentale et universelle : la fabrication des briques. Interrogations sur les activités manuelles déléguées à la machine...) - 20h30 - Maison de quartier de Kercado - Entrée libre et gratuite

----------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 19 mai - Cinéma Le Vulcain à Lochrist (56) - Projection du film ‘Cheminots’ (Service public, souffrance au travail…) suivie d’un débat  - 20h30  - 4 eur

---------------------------------------------------------------------------------

* Vendredi 20 mai - Baud (56) - Conférence-débat sur la biodiversité  avec Loïc QUINTIN autour de son livre : « L'abeille et l'orchidée ». Son récit fait suite à deux mois de raid, de Chamonix à Ouessant (1450 km à  pied à l'automne 2009). L'auteur nous fera part de ses rencontres, observations, et réflexions sur différentes expériences en matière de  développement durable auxquelles il a été confronté dans les communes qu'il a traversées. Entrée libre. 20h au centre associatif.

----------------------------------------------------------------------------------

* Vendredi 20 mai - Rochefort en Terre (56), Café de la Pente - Soirée Afro-brésilienne. Les Ploukatak serviront l’apéro et SITALA le plat de résistance. Percussions africaines et batucada. 19h30 - 5 € 

----------------------------------------------------------------------------------

Samedi 21 et dimanche 22 mai 2011 – Gestel (56) - Fête de la nature dès 11h du matin - Organisée par Eau et Rivières de Bretagne : www.eau-et-rivieres.asso.fr

--------------------------------------------------------------------------------

Samedi 21 mai - Séné (56) - Pique-nique végétarien : ChacunE apporte un plat végétal, une boisson, à partager. Ouvert aux personnes déjà  végétariennes et aux curieux. Table de presse : droits des animaux,  écologie,  rapports Nord-Sud, aspects nutritionnels du végétarisme,  recettes - Dès midi, Place Coffornic - Infos : veg56@voila.fr et http://vegetarisme.fr

--------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 26 mai - Questembert (56) - Ciné café autour du documentaire 108 (CUCHILLO DE PALO : Dans le Paraguay des années 80, sous la dictature de Stroessner, son nom fut mis sur la liste de « 108 homosexuels »,  arrêtés et torturés. A travers un lourd secret de famille, « 108 »  révèle une face cachée du Paraguay...) - 20h15 - Soirée sous ACID  (Association du Cinéma Indépendant pour sa diffusion) avec le cinéaste Raphaël Mathié. Un échange avec le public est prévu à l'issue de la projection.

--------------------------------------------------------------------------------


* Vendredi 27 mai - Rochefort en Terre, Café de la Pente - Thierry Svahn (accordéon). Entrée libre. 19h30


--------------------------------------------------------------------------------

Samedi 28 mai - Vannes (56) - Vélorution (Balade festive et revendicative à vélo, tricycle, trottinette...) - RDV 14h30 sur  l'esplanade du port (la Rabine).

--------------------------------------------------------------------------------

* Mercredi 1er juin - Vannes - Cercle de silence en soutien aux sans-papiers expulséEs ou menacéEs d'expulsion par l'Etat français -  18h30 Esplanade du port

--------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 2 juin - Presqu'ile de Rhuys (56) - Vélorution (Balade festive et revendicative à vélo, tricycle, trottinette...) - Rdv 13h Route du Golfe, du Passage à Arzon - Infos : http://bicyrhuys.blogspot.com/p/manifestations.html

--------------------------------------------------------------------------------

 

Samedi 4 juin - Chavagne (35) - Guerre 14-18 : des crimes des "Conseils de guerre" à la grève des tranchées : Projection suivie d'une conférence-débat (avec Eric VIOT, historien et romancier, spécialiste de la première Guerre mondiale - Co-organisée par l'Union pacifiste de France, la section rennaise de la Ligue des Droits de l'Homme (LDH), l'Association républicaine des anciens combattants et victimes de guerre (ARAC) - 20h30 Salle "l'Entre 2 rives" - Entrée libre. Infos : 06 27 37 68 29

 

--------------------------------------------------------------------------------

 

* Du vendredi 08 juillet au dimanche 10 juillet - Vigneux de Bretagne  (44) - 3 jours de résistance contre l'aéroport de Notre-dame-des-Landes - à La Noé Verte (camping, débats, stands, soirée musicale, actions...

 

--------------------------------------------------------------------------------

Repost 0
Published by anars56 - dans Actus
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 10:53
 

Act Up-Paris s’invite aux journées parlementaires prison, y interpelle le Garde des Sceaux, et lui rappelle la réalité des prisons mouroirs.

Ce vendredi 6 mai, en ouverture des 6e rencontres parlementaires prisons, le ministre de la justice a promu la construction d’établissements pénitentiaires et l’exploitation des prisonnierEs. Act Up-Paris l’a alors interpellé publiquement afin de lui rappeler les problèmes de santé des prisonnierEs, avec l’exemple concret d’Eric Piedoie, co-infecté VIH-VHC en train d’agoniser en prison, et distribué un tract développant les points suivants :

Michel Mercier refuse la mise en place des programmes d’échange de seringues en prison. Il laisse incarcéréEs des personnes gravement malades ou grabataires, alors que les soins vitaux sont inaccessibles et que des dispositifs existent pour les faire sortir. Le ministre de la justice est responsable des contaminations au VIH et aux hépatites virales liées au partage de matériel d’injection. Il est responsable de la dégradation de la santé et de la mort des personnes gravement malades en prison.

Échange de seringues

Le « plan sanitaire détenu », sorti en 2010, évoque le tatouage, le piercing et la coupe des cheveux comme risques potentiels de transmission du sida et des hépatites virales en prison, mais occulte complètement l’injection de drogues. Or il s’agit du plus grand facteur de transmission de ces infections en détention.

Le rapport INSERM relatif à l’expertise collective sur la réduction des risques liés à l’usage de drogues (24 juin 2010) et l’avis du Conseil National du Sida sur le plan national VIH/IST 2010-2014 (28 juin 2010) recommandent la mise en place immédiate de programmes d’échanges de seringues en prison.

Prison + sida = peine de mort

Depuis des mois, nous alertons sur la situation dramatique d’Éric Piedoie, personne vivant avec le VIH et une hépatite virale, dont l’état de santé est très préoccupant. Alors que la loi de 1994 assure l’égalité des soins entre l’intérieur et l’extérieur de la prison, Éric Piedoie n’a pas accès aux soins et aux examens qui pourraient améliorer son état. Tous les certificats médicaux attestent que son pronostic vital est engagé, pourtant il ne bénéficie toujours pas de la suspension de peine pour raisons médicales.

L’État délinquant

La loi de 1994 instaurait l’égalité sanitaire entre la prison et l’extérieur. L’exemple d’Eric Piedoie et le refus de la mise en place de programmes d’échange de seringues démontrent que l’Etat n’applique pas les lois et ignore les mesures permettant de faire sortir de prison les personnes gravement malades ou grabataires.

On n’humanise pas une peine inhumaine

L’humanisation des prisons est au programme de ces journées parlementaires. Cela démontre que les prisons sont par définition inhumaines et qu’il faut réfléchir à d’autres formes de peine. Mais surtout, quelle légitimité accorder au législatif et l’exécutif pour parler de la réalité carcérale, quand l’un comme l’autre sont incapables d’y faire appliquer la loi.

Enfin, on peut parler d’obscénité, puisque le co-organisateur de cet événement n’est autre que la Sodexo, qui exploite légalement les prisonniÈrEs au nom de l’accès au travail, pour un salaire de misère et dans des conditions déplorables. La table ronde dédiée à ce sujet donnera la parole au Medef et à la Sodexo, en aucun cas aux prisonniÈrEs et aux syndicalistes.


Act Up-Paris exige :

- la mise en place de programmes d’échange de seringues et de réduction des risques en prison ;

- la libération immédiate d’Éric Piedoie, et l’application de toutes les mesures alternatives à la peine pour les personnes malades ou grabataires.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er lundi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été. Pas de permanence lundi 2 octobre 2017.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
Notre prochaine soirée publique :
 
 
 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tout novembre (du 1er au 30 !) - Le mois du documentaire 2017, 17ème édition. 113 séances en Bretagne

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 2 novembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "La question démographique et ses implications politiques", avec Jean-Pierre Tertrais, par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 10 novembre - Vannes - Soirée débat du groupe Lochu. Nous accueillons Alain Leduc pour son ouvrage "Octave Mirbeau, le gentleman-vitrioleur"

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 7 décembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "Migrants. Témoignage de sympathisants sur leur expérience à Calais en soutien à la lutte des migrants", par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements