Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 21:29

 

Palais des Arts, Vannes, 20h30, ce vendredi 1er avril

 

"La folie n'est pas de voir un autre monde, mais de voir le monde tel qu'il est et de l'accepter". Remarque que l'on prête à Jacques Brel...

 

Une bonne trentaine de personnes a participé à cette soirée ! En attendant l'enregistrement (et peut-être la vidéo si le son est correct), en voici une synthèse.

Ce soir là, nous avions choisi de nous interroger sur un sujet d'actualité même si le grand public semble relativement indifférent. Il s'agit de l'enfermement psychiatrique.


Le 22 mars 2011, les députés, en notre nom, ont voté en première lecture une nouvelle loi qui se présente comme une amélioration de la prise en charge des patients atteints de maladie mentale...


Mais, selon de nombreuses associations de défense des droits de l'Homme et du secteur de la santé, cette loi est avant tout sécuritaire et liberticide (Cf. cet article) : elle introduit le casier psychiatrique à l'instar du casier judiciaire, elle octroie un pouvoir énorme aux Préfets à peine contrebalancé par l'intervention d'un juge et l'avis des médecins : le Préfet aura le dernier mot dans tous les cas ! Pour un regard plus précis sur cette loi, lire cet excellent article du Monde libertaire.


Cette loi va évidemment générer un encombrement des hôpitaux : en cas de trouble à l'ordre public, vous pourrez être contraint à un traitement à domicile, une  personne du corps médical passera chaque jour vous administrer votre  neuroleptique... Trouble à l'ordre public ? Mais n'est-ce pas le propre  de l'activité militante ? Combien d'entre nous sont-ils et sont-elles passibles de cette condamnation ? On évacue aussi les causes sociales  des comportements dits "hors normes"... N'est-ce pas cette société qui  devient folle ? Aussi s'agit-il de questionner le principe même de  l'enfermement psychiatrique et de la place du fou dans la société.

 

A ce sujet, nous accueillons Jacques Lesage de la Haye.

Biographie non exhaustive de l'intervenant :

 

Né le 4 septembre 1938 à Fort-de-France en Martinique.

Jeune, il s'engage dans le militantisme libertaire à la manière de la bande à Bonnot.

Il fut condamné à 20 ans de réclusion criminelle en 1958. Il sort de prison au bout de 11 ans. Il y a connu l'enfermement au mitard et la prise de médicaments dits neuro-stabilisateurs dont il eut du mal à s'en défaire. Son frère, qui a eu le même parcours, n'eut pas la même chance. Au bout de 18 mois d'enfermement il « perdit la boule » selon les termes de Jacques Lesage de La Haye.

A sa sortie, Jacques termina les études de psychologie qu'il n'avait pu finir en prison.

De 1969 à 1971, il est psycho-sociothérapeute au Centre psychothérapeutique de Reuil-Malmaison. De 1972 à 2003, il est psychologue à l'Etablissement public de santé de Ville-Evrard. Durant cette même période, il est chargé de cours à l'université de Paris 8 où il enseigne non seulement la psychiatrie, l'analyse reichienne mais aussi les questions autour de la « délinquance et la toxicomanie ». Il est depuis 1980 analyste reichien et formateur du Cercle d'Etudes Wilhelm Reich à Paris dont il est l'un des fondateurs.

Il crée, dès 1974, le mouvement Marge et la revue du même nom. Il fait partie du mouvement anti-psychatrie et lutte contre l'enfermement. Il est fondateur et animateur de l'émission anti carcérale « Ras les murs » depuis 1989 sur  Radio libertaire. Il participe depuis 2010 à la fondation de l'Association Nationale de Justice Réparatrice qui a pour mission de lutter contre le récidivisme.

Il a écrit de nombreux ouvrages et articles depuis 1971.

 

 

Intervention de Jacques Lesage de la Haye :

 

De son vécu de « taulard », Jacques Lesage de La Haye se rendit vite compte que l'hôpital psychiatrique et la prison sont des choses semblables. Dans les deux cas, l'enfermement n'arrange rien. Au contraire, l'enfermement empire les pathologies. L'hôpital psychiatrique est construit comme une prison. Il y a le cachot, le mitard, la prison dans la prison. Dans l'HP on appelle ça la « cellule d'isolement ». L'HP est pire que la prison car, d'une part, à la « cellule d'isolement » s'ajoutent les médicaments, qui sont un enfermement psychologique, d'autre part il y a les effets secondaires à cette prise de médicaments, puis le diagnostic qui enferme le patient dans une boîte sociale, ensuite, l'appellation de « malade » plutôt que de « patient », mais aussi, l'inscription dans un fichier donné au commissariat, …. Le patient est donc enfermé physiquement, psychiquement, et socialement.

Dans les deux cas, prison et HP, l'enfermement sert à rassurer ceux qui sont à l'extérieur. L'hôpital psychiatrique sert à faire croire à ceux qui sont dehors qu'ils ne sont pas fous. Or nous sommes tous fous. Être fou est de ne pas croire en sa folie, de ne pas se rendre compte de sa folie. La solution n'est pas d'enfermer les soi-disants « plus fous que nous » mais de se demander comment on peut traiter cette folie commune.

Une solution avait été proposée qui ne semble pas viable selon Jacques Lesage de La Haye. Il s'agit du « suivi-en ville ». Or, le fou qui ne se croie pas fou puisqu'il est fou arrête son traitement, ne va pas voir le psychologue ou psychiatre, et empire son cas. Il s'en suit qu'il commet des fautes graves aux yeux de la loi et se retrouve en prison. Selon Jacques Lesage de La Haye, 30% des gens non suivis sont en taule. La solution n'est ni d'enfermer ni de laisser à l'abandon les personnes psychologiquement en difficulté, en souffrance. Tout d'abord, la société doit revoir sa vision du fou et de la folie. Jacques Lesage de la Haye proclame le droit à la folie. Ensuite, il faut réviser les lois actuelles qui n'ont d'objectif que la sécurité, qui fonctionnent sur les peurs humaines, qui permettent à une population de privilégiés de détenir le pouvoir. Il faut sortir de la terreur et de l'idéologie sécuritaire. Puis, il faut établir entre le patient et le thérapeute un travail en confiance, un partage d'affect, d'amour, de respect de la liberté de l'autre. La thérapie que préconise Jacques Lesage de La Haye est basée sur les théories et pratiques de W. Reich. Il s'agit non seulement de faire un travail d'analyse sur les traumas liés à la genèse de l'individu, in utérus, naissance, enfance, mais aussi de soigner le corps dans sa chair par des pratiques comme le yoga, l'expression corporelle, la danse, les massages, la musique, l'art-thérapie, etc., et de rendre compte des pathologies qui sont liées non seulement au vécu personnel mais aussi par la société capitaliste (pouvoir dévalorisant de la normalité, idéologie du progrès, de la performance, enfermement dans les prisons, psychiatrie mal construite et poussée par les lobbies pharmaceutiques, etc.)

Enfin, guérir c'est rentrer dans la dynamique qui nous constitue et sublimer notre problématique. Jacques Lesage de La Haye dénonce donc l'enfermement psychiatrique et propose notamment des visites à domicile qui renforcent l'attitude fraternelle, le partage d'affect, l'échange, le sentiment d'indépendance et de liberté, le suivi psychologique du patient et l'élaboration par le patient et le thérapeute d'un « signal rouge » dans le comportement de l'individu qui annonce le passage de névrosé, de nous, à un « fou »...

 

Débat :


Certains points de l'intervention de Jacques Lesage de la Haye ont été mis à la loupe. Premièrement, la répression est en rapport avec le capitalisme. Les laboratoires pharmaceutiques sont à la porte des hôpitaux psychiatriques. Ils offrent des bateaux, des voitures, des buffets, etc., aux différents services dans les hôpitaux psychiatriques. Ils font du commerce au détriment de la santé mentale.

Deuxièmement, la psychanalyse n'est plus présente dans les hôpitaux psychiatriques. Chaque symptôme a son médicament, son traitement chimique.

Troisièmement, les laboratoires profitent des hôpitaux pour faire des expériences. Ils testent certains médicaments. Ils y a parfois des effets secondaires irréversibles comme la cécité. Or, le médicament est une camisole. Il peut certes aider certains sujets dont la souffrance est telle qu'ils ne peuvent vivre « normalement » sans. Jacques Lesage de la Haye conclut le débat en constatant que dans notre société actuelle, la pulsion de vie est brimée. Notre destin est incompréhensible, difficile. Nous sommes angoissés. Nous avons peur. Nous souffrons.

Selon Jacques LDLH, une société libertaire ne sera pas exempte de délinquance et de problèmes psys... même si elle les amoindrira par ses caractères égalitaires et émancipateurs... (Resteront l'angoisse de la mort, l'absurdité de la vie, les traumatismes liés à l'enfance...) Mais si cette société se prétend libertaire, ce seront ses manières de traiter ces situations qui feront la différence, en tout cas elle se refusera à l'enfermement qui ne résout rien, au contraire.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 17:03

Où trouver le Monde libertaire près de chez vous ? Cliquez ici !


ML-1630-recto.jpgML-1630-verso.jpgSommaire

Actualité

Psychiatrie répressive, A. Sulfide, page 3

Roms d’Ivry expulsés, par R. Damellon, page 4

Météo syndicale, par L. Barbesois, page 5

L’Autruche, par F. Ladrisse, page 5

Des brèves, un strip, page 6

Marine, fille naturelle de Nicolas, par M. Rajsfus, page 7


Potkinisme

Lectures militaires, par N. Potkine, page 9


Arguments

Marx et l’économie, par J. Langlois, page 10


International

Tunisie, état des lieux, par Mohamed, page 11

Grève mexicaine, par R. Pino, page 12

London Burning, par I. Bone, page 13

Le Guantanamo italien, par Barbara, page 14


Histoire

La Commune de Paris et les anarchistes, par M. Joyeux, page 17

La Commune de Marseille, par R. Bianco, page 18


À lire

Pour une bouffe noire et rouge, par Paco, page 20


Mouvement

C’est pas du cinoche, par Bibo, page 21

Théâtre social, par M.-C. Calmus, page 21

La plus écoutée des radios, page 22

L’agenda vous appelle, malotrus, page 23

Partager cet article
Repost0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 11:07

Info trouvée sur Rennes infos et sur Indymedia Nantes

 

Murage d'Areva à Rennes
vendredi 08 avril 2011, par parpaings joyeux
Areva, liquidation totale

areva1.jpg

Areva, toutes les industries nucléaires et les gouvernements qui les soutiennent, nous emportent vers une liquidation totale de la planète.
Contaminer et détruire de larges espaces de vie, tuer, empoisonner et déplacer des millions de personnes et d'êtres vivants : immédiatement ou progressivement, ce n'est qu'une question de temps et d'accidents ?

Areva, nous ne voulons plus vivre sous la menace de tes bombes à retardement. Nous ne voulons plus risquer nos vies pour tes profits. Notre confort ne doit pas avoir ce prix.

Avant ce désastre mondial, nous murons la porte d'Areva à Rennes - St-Grégoire et déclarons ouverte sa liquidation totale !

Nous, ce que nous voulons liquider définitivement, c'est le système dans lequel nous sommes immanquablement plongés tant que la menace nucléaire perdure. Nous n'acceptons pas de laisser le lobby nucléaire générer la
catastrophe et encore moins prétendre la gérer.

Notre énergie est renouvelable. Alors, Areva, filiales et consorts, nous vous promettons plus qu'un petit mur...

 

areva2.jpg

areva3.jpg

 

Article Ouest-France du 9 avril 2011 (ci-dessous)

ouest-france_9avril2011_rennes.jpg

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Auparavant, vendredi 18 mars, avait aussi eu lieu aussi cette action. Info tirée d'Indymedia Nantes

Intrusion nucléaire à Rennes
vendredi 18 mars 2011
Le nucléaire tue

Ce vendredi 18 mars, nous étions une vingtaine de personnes à être rentrées dans le centre EDF de Cleunay à Rennes. Nous voulions exprimer notre colère devant ce qu'il se passent au Japon. Même si ce n'est peut-être pas dans ce genre d'implantation d'EDF (et de sa filiale ERDF) que se joue le drame nucléaire permanent, nous voulions porter un débat et l'expression d'une envie d'une autre société...

"Le Nucléaire tue" était écrit sur une banderole sur les grilles. Le portail avait été fermé. Un agent d'ERDF est sorti discuter avec nous... (suite...)

 

Photo prise devant EDF le vendredi 18 mars

 

banderole déployée devant EDF

Partager cet article
Repost0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 12:09
Rassemblement antinucléaire internationaliste
dimanche 10 avril à 15h place de la mairie à Rennes





Dimanche 10 avril, les activistes japonais de "La révolte des amateurs" qui étaient venus à Rennes à la fin du mois de novembre, organisent une grande manifestation antinucléaire dans le quartier de Koenji à Tokyo. A cette occasion, ils demandent aux militants & militantes antinucléaires du monde entier d'organiser rassemblements et actions ce jour là. Des initiatives sont prévues à New York, Berlin, Rotterdam...et dans bien d'autres villes.
Nous vous proposons de nous rassembler ce dimanche 10 avril à 15h place de la Mairie à Rennes, en solidarité avec le peuple japonais et afin d’exiger l’abandon immédiat du nucléaire, ici comme partout dans le monde.

N'hésitez pas à ramener banderoles, pancartes, mégaphones... et faites passer l'info au maximum !

Des antinucléaires internationalistes. Appel initié par le groupe anarchiste La Digne Rage (FA Rennes)

des infos ici: http://410nonuke.tumblr.com/

Partager cet article
Repost0
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 22:55

Salut,

voilà un agenda un peu plus complet. Avril est particulièrement occupé et mai s'annonce pas mal aussi... :-)

Vous pourrez nous retrouver dimanche 24 avril à Lorient à l'occasion de la journée libertaire "unissons nos cultures", organisée par le groupe musical anarcho punk Mauvaise Graine.

Fin mai, nous envisageons la débaptisation de la rue Thiers à Vannes, à l'occasion des 140 ans de la Commune de Paris. Une "rue des fédéréEs" nous semble plus appropriée ;-) On vous en dira plus bientôt.
A noter que nous avons repris sur Auray une campagne contre l'installation de la vidéosurveillance et le retrait des caméras déjà  branchées. Pétition en ligne ici : 
http://www.mesopinions.com/Non-a-la-videosurveillance-a-Auray-et-ailleurs-petition-petitions-5869578f2c2c05bba83e5eb2f0f70e37.html


Pour avoir d'autres infos sur Nantes : https://nantes.indymedia.org/colonne_centrale
et sur Rennes : http://www.rennes-info.org/

Les nouveautés débutent par * et précision permanente : le groupe  libertaire ne se reconnaît pas obligatoirement & intégralement dans  chaque événement proposé par cet agenda

Anarchas salutations,
le groupe libertaire Lochu - Ferrer & FA Vannes - Lorient


---------------------------------------------------------------------------------------------------

* Du 1er au 28 avril - Lorient - L'or noir de Tchernobyl, exposition de photographies à la médiathèque

----------------------------------------------

Du 4 au 10 avril - Notre-dame des-Landes (44) - Semaine d'échanges de  savoirs aux Planchettes - Infos :  https://nantes.indymedia.org/article/23206

----------------------------------------------

* Du 4 au 9 avril - Médiathèque de Lorient - Rendez-vous du cinéma :  Usines : de mémoire d'ouvriers...Récits de vie - Sept films qui portent  un regard sur la vie des entreprises et des salariés – des années 20 à  l’aube des années 80 - Programmation détaillée dans les médiathèques. Entrée libre et  gratuite

----------------------------------------------

* Du jeudi 7 au samedi 9 avril - Rennes - Colloque étudiant  transdisciplinaire "colonisation, colonisation, colonialité" à  l'Institut d'Etudes Politiques - Programme : http://colloqueetudiant2011.files.wordpress.com/2011/03/programme-en-ligne4.pdf

----------------------------------------------

* Vendredi  8 avril - Lorient - Rencontre avec Guillaume Herbaut, photographe de l'exposition "L'or noir de Tchernobyl" - 18h30 -  Médiathèque - Gratos

----------------------------------------------

* Vendredi 8 avril - Rochefort en Terre (Café de la Pente) - Réunion informative sur les parc éoliens (semaine de l'environnement) - 20h30

----------------------------------------------

* Samedi 9 avril - Rochefort en Terre (Café de la Pente) - 21h30 Concert de Jack Danielle's String Bands (Organisé par Ingalan) - Entrée 5 €               

     
----------------------------------------------

* Vendredi 8 avril - Nantes - Salon pédagogie Freinet - 19h30 Fac de médecine : respect de l'élève et de l'autre... une autre école pour demain avec Pierre Farckowiak

----------------------------------------------

* Vendredi 8 avril - Quimper - Débat quel accueil pour les demandeurs d'asile politique ? après la projection du film, "Les Arrivants",  organisé par un collectif d'organisations 20 H - Cinéma Le chapeau rouge

----------------------------------------------

Samedi 9 avril - Augan, au Champ Commun (56) - 21h : Spectacle  Sarkophonie : entre les présidentielles et les législatives, le  gendarme, devenu président de la République, cherche à convaincre les  derniers indécis de lui donner une majorité… Il a un défaut de langage : une dyslexie qui le fait glisser d'un sens à l'autre, faisant  apparaître à son insu la face cachée du discours. A partir d'un vrai discours présidentiel. http://le.gendarme.free.fr/presentation.htmllink

----------------------------------------------

Samedi 9 avril - Rennes - Festival "Va te faire queer un oeuf". 14h : manifestation "Nos corps nous appartiennent", départ à Charles de  Gaulle. Après la manif : rendez-vous à l’Elabo pour un repas collectif  et des expos et discussions autour du thème "nos corps nous appartiennent". 21h : concerts : Kings Queer et Mac l’Arnaque. Organisé  par Paillettes Radicales, Collectif transbigouinespédés de Rennes

----------------------------------------------

* Samedi 9 avril - Concarneau - VELORUTION, Rdv 14h08, place de la  Mairie pour un départ à 14h32. Organisé par le collectif & squatt  Crade (condamné par le Tribunal d'Instance de Quimper à l'expulsion à  compter du 15 mai 2011...) 
http://anars56.over-blog.org/article-le-crade-a-concarneau-egalite-ecologie-velo-65690158.html


----------------------------------------------

* Samedi 9 avril - Saint-Nazaire - Salon pédagogie Freinet 9h30 - 20h Au lycée expérimental "des outils, des ateliers... au service de la  résistance, et de réelles perspectives pour l'école, de la maternelle au  lycée" - 14h avec Philippe Meirieu / 18h30 Paroles  de résistance  (spectacle)

----------------------------------------------

* Dimanche 10 avril - Rennes - Rassemblement antinucléaire  internationaliste, organisé par le groupe anarchiste La digne rage - 15h  place de la mairie - Les activistes japonais de "La révolte des  amateurs" organisent une grande manifestation antinucléaire dans le  quartier de Koenji à Tokyo. A cette occasion, ils demandent aux  militants antinucléaires du monde entier d'organiser rassemblements et  actions ce jour là. Des initiatives sont prévues à New York, Berlin,  Rotterdam...et dans bien d'autres villes. Exiger l’abandon immédiat du  nucléaire, ici comme partout dans le monde. Des antinucléaires internationalistes. Infos ici: http://410nonuke.tumblr.com/

----------------------------------------------

* Dimanche 10 avril - Nantes - Projection féministe : La fiancée du  pirate, de Nelly Kaplan - Cycle laissez-les jouir - femmes et religion  catholique - 18h, au 17 rue Paul Bellamy - Organisée par Les  embobineuses

----------------------------------------------

Mardi 12 avril - Vannes - Projection « Punishment park » de Peter  Watkins (1971). 88 min. Film hybride, à mi-chemin entre la fiction et  le documentaire, Punishment park aborde la question de la contestation  populaire de jeunes citoyens américains face à l’engagement militaire en  Asie, condamnés à traverser une région désertique pour purger leur  peine. 20h30, maison de quartier de Kercado, place Cuxhaven. Gratuit. Organisée par l'asso "les artisans filmeurs associés"

----------------------------------------------

* Mardi 12 avril - Grand-Champ (56) - Eau potable et assainissement en  Morbihan : quelle gouvernance ? - salle Le Cheviller (rue de Penhoët) à  20h30 - Intervention de l'UEM (asso des usagers de l'eau en Morbihan)  puis débat

----------------------------------------------

* Du 12 au 25 avril - Pornic (44) - Exposition La lutte des signes (un  siècle de vignettes, papillons et autocollants politiques qui décorèrent  les murs de nos villes et de nos campagnes. Zvonimir Novak / Wally  Rosell) - Librairie Les vents m’ont dit - Visite commentée de  l’exposition : Vendredi 15 avril à 19h00, débat à 19h30 / Dimanche 25  avril à 17h

----------------------------------------------

* Mercredi 13 avril - Arradon (56) - Comprendre le monopoly qui se joue sur les terres des pays du sud ; l'accaparement des terres - Organisé par Peuples solidaires - Médiathèque - 20h30

----------------------------------------------

Jeudi 14 avril - Inzinzac Lochrist (56) - Cinéma le Vulcain - Semaine de l'Arménie : en collaboration avec le lycée Victor Hugo d’Hennebont, en  présence d’écrivain, de plasticien, le vice président du Fonds Arménien  en France, le réalisateur Mathieu Zeitindjioglou viendra présenter son  film en avant-première « Le fils du marchand d’olives »  - 20h30

----------------------------------------------

Jeudi 14 avril - Lorient - Rassemblement de soutien et pour la relaxe du camarade docker (CGT), injustement accusé d’avoir lancé un projectile sur les forces de l’ordre lors de la manifestation du 19 octobre 2010  contre la déforme des retraites ... alors que ce sont bien les forces de  l’ordre qui, sur le pont de Carnel, ont lancé des projectiles sur une  manifestation tout à fait pacifique. 13h30, devant le Palais de Justice (Tribunal correctionnel), rue Esvelin.

----------------------------------------------

Vendredi 15 avril - Inzinzac Lochrist (56) - Cinéma le Vulcain - Semaine de l'Arménie : en collaboration avec le lycée Victor Hugo d’Hennebont, en présence d’écrivain, de plasticien, le vice président du Fonds Arménien  en France, le réalisateur Mathieu Zeitindjioglou viendra présenter son  film en avant-première « Le fils du marchand d’olives »  - 20h30

----------------------------------------------

* Vendredi 15 avril - Audierne (29) - Le collectif Alerte à l'Ouest organise une projection du film GASLAND (sur les gaz de schiste)

----------------------------------------------

Dimanche 17 avril - Quelven (56) - Concert de soutien à RESF Pontivy (Réseau éducation sans frontières) avec Takatoum (percussion africaine),  Nappam Beogo (rythme mandingue d'Afrique de l'ouest), Guy Guillaume  (chant / guitare), Simon (chant/ guitare)  +  stand RESF (expo / badges et publications) - 18h - Café des Anges (associatif)

----------------------------------------------

Dimanche 17 avril - Auray (56) - Pique-nique végétarien & table de  presse (droits des animaux, écologie, rapports Nord-Sud, santé, etc...) - Organisé par le collectif Veg 56 - Ouvert aux curieux & curieuses

----------------------------------------------

* Dimanche 17 avril - Gâvres (44) - Forum de la protection animale (qui fait la promotion du végétarisme)

----------------------------------------------

* Mardi 19 avril - Baud (56) - Eau potable et assainissement en Morbihan : quelle gouvernance ? Centre associatif (rue de Pont Augan) à 20h30 - Informations complémentaires : Intervention de l'UEM (association des usagers de l'eau du Morbihan) et débat

----------------------------------------------

* Mercredi 20 avril - St Gildas de Rhuys (56) - Journée bio de 9h à 19h : 11h30-12h30 Les clowns penseurs de la troupe de l'île logique // 14h Le Baccharis par l'Association Bretagne Vivante // 15h30-16h30 Les clowns penseurs de la troupe de l'île logique // 17h Faut-il sortir du  nucléaire ? par Alain Rivat de l'Association Stop nuclaire // Marché : Alimentaire, cosmétique, vêtements, habitat. Organisée par l'asso Grains  de Sable

----------------------------------------------

* Mercredi 20 avril - Lorient - Présentation d'Enercoop http://www.enercoop-bretagne.fr/, sur le thème “Energie : Quelles idées pour maîtriser sa consommation” - SCIC (Société Coopératif d'Intérêt  Collectif) fournisseur d'électricité coopératif d'énergie renouvelable  avec pour objectif : réduire la consommation d'électricité (négaWatt) / promouvoir les énergies renouvelables (hydraulique, éolienne,  photovoltaïque, biogaz) / faire que chaque citoyen puisse se  réapproprier l'énergie (en devenant sociétaire, et/ou en participant au  financement de projets) / rapprocher les lieux de productions des  lieux de consommations - 18h30 - Maison des associations, Cité Allende

----------------------------------------------

Jeudi 21 avril - Auray - 20h30 - Réunion publique organisée par le collectif du Morbihan “Non à N-D des Landes” : Présentation d'un  diaporama et débat. Le Petit Théâtre

----------------------------------------------

* Samedi 23 avril - Quimper - Action contre le nucléaire et son monde et  pour la sortie immédiate du nucléaire (à deux reprises le matin et  l’après-midi) : lecture de textes portant sur la catastrophe nucléaire  en cours : rappel de la violence de l’accident de Tchernobyl, gravité de  ce qui se passe au Japon avec à nouveau des travailleurs sacrifiés, des  populations massivement contaminées et irradiées. La toile de fond  serait une centrale nucléaire (en carton…) fumante et fissurée.

* Lundi 25 avril (férié) - Brennilis (29) - Rassemblement devant la centrale en souvenir de la catastrophe de Tchernobyl

----------------------------------------------

Dimanche 24 avril - Lorient - Journée libertaire : Expo picturale - 10h Jam graffiti - 16h Projection débat du documentaire de Pierre Carles "Juppé forcément" sur l'élection de Juppé à Bordeaux en 1995 et sur le rôle des  médias - Tables de presse : AL, CNT 56, Disuj, groupe libertaire Lochu - Ferrer (fédération anarchiste Vannes - Lorient) 21h Concert avec HEYOKA  (anarcho  punk - Dijon), MAUVAISE GRAINE (anarcho punk - Lorient),  HANDYMEN - Bar  LE GALION - Infos :  http://mauvaisegrainepunk.musicblog.fr/

----------------------------------------------

Samedi 30 avril -  Rochefort en Terre (56), au Café de la Pente - Concert desoutien à RESF 56 (Réseau éducation sans frontières) avec  Unité Mau Mau (hiphop enragé - Rennes) + Kings Of Nothing (punk-rock  mélo -  Malestroit) + Murder One (hardcore plouc - Vannes) + Collaps  Machines  (hardcore - Rennes) - 20h - 5 eur

----------------------------------------------

* Mercredi 18 mai - Vannes - Projection de "En comparaison",  documentaire de 2009, 62 mn (De l’Inde à l’Autriche, de la France au  Burkina Faso, entre Suisse et Allemagne, Harun Farocki dissèque une  pratique fondamentale et universelle : la fabrication des briques.  Interrogations sur les activités manuelles déléguées à la machine...) - 20h30 - Maison de quartier de Kercado - Entrée libre et gratuite

----------------------------------------------

* La 1ère quinzaine de juin 2011, les collectifs anti Loppsi 2 de Bretagne organisent un périple en Bretagne, avec différentes étapes et divers événements liés à cette mobilisation. Pour être tenuEs informéEs de cette caravane des gueux : http://caravanedesgueux.over-blog.net/

 

----------------------------------------------

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 11:39
Article repris au site Osez le féminisme (catégorie )
 

L’avortement est toujours un droit fragile. Les réformes du gouvern e  m ent portent atteinte à notre système de santé solidaire et universel et remettent en cause son accessibilité. Dans le monde, la situation s’avère aussi préoccupante. En Espagne, le projet de loi prévoyant sa légalisation rencontre une vive opposition des ligues ultraconservatrices. Aux Etats-Unis, l’accès à l’avortement a brusquement reculé suite à un amendement à la loi sur la santé.

 

L’avortement toujours considéré comme un tabou, et les femmes comme des irresponsables
Trop souvent encore, et à tort, on pense que l’avortement est une « anormalité » dans la vie contraceptive d’une femme. La culpabilisation des femmes vis-à-vis d’un accident de contraception reste forte, alors qu’en parallèle le nombre d’IVG reste stable. Les campagnes sur la contraception ont été pendan

choix.jpg

t longtemps destinées uniquement aux femmes, et aucune n’est centrée spécifiquement sur l’IVG. Il est absolument nécessaire d’inverser cette tendance, afin que l’avortement ne soit plus considéré comme une grave erreur : l’accident de contraception est permis sur 40 ans de vie contraceptive !

 

Quand la rentabilité prime sur le droit à l’avortement…
L’actualité fait état de nombreuses fermetures de centres d’interruption de grossesse en France, mais il s’agit seulement de la partie émergée de l’iceberg. La rentabilité, alpha et oméga de la politique hospitalière depuis plusieurs années, met en danger le service public d’accès à l’avortement.
Depuis plusieurs années, les médecins militants des années 70 partent à la retraite, et ne sont pas remplacés, notamment pour des raisons économiques. Bien que récemment revalorisé, l’acte d’IVG est très peu rémunérateur pour les structures hospitalières, qui s’en détournent de plus en plus. On peut constater que des hôpitaux refusent d’appliquer la loi et de pratiquer des IVG jusqu’à 12 semaines. Parfois par manque de moyens, mais parfois aussi car les médecins appliquent la « clause de conscience » : une clause qui les autorise tout simplement à ne pas appliquer la loi !

 

Tenon, Avicenne, Jean Rostand, Broussais, Hôtel-Dieu de Lyon ferment : et maintenant, pour avorter, on va où ?
Depuis mai 2009, plusieurs centres d’IVG ont été fermés et leur activité transférée sur d’autres sites. Conséquence principale de la volonté de faire des « économies d’échelle » : les femmes désirant avorter sont redirigées vers des centres déjà débordés, et les délais d’attente pour un premier RDV peuvent atteindre 3 semaines (soit plus de 3 fois le délai recommandé par la Haute Autorité de Santé). Pourtant, la loi Veil oblige tout établissement hospitalier à avoir une structure qui pratique les IVG : quand l’AP-HP hors-la-loi choisit la rentabilité, ce sont les femmes qui trinquent…

 

De signes inquiétants envoyés par l’Espagne et les Etats-Unis
Actuellement encore considéré comme un délit en Espagne, l’avortement deviendra, si le projet de loi de Zapatero est adopté, un droit et ce jusqu’à douze semaines de grossesse. Les ligues catholiques et ultraconservatrices ont organisé des manifestations pour s’opposer à ce projet. Démesurément relayées par les médias, ces manifestations ont pourtant été minoritaires, la loi étant soutenue par la majorité des espagnols. Cette situation nous alerte profondément sur l’absence de recul des opposants anti-IVG en Espagne et plus généralement en Europe, et la nécessité du mouvement féministe d’être constamment vigilant.
Aux Etats-Unis, à la faveur de la loi sur la santé, des députés ont fait passer un amendement interdisant le remboursement de l’IVG par des fonds publics. C’est là un recul sans précédent, alors qu’Obama était considéré comme le candidat le plus favorable à l’avortement depuis longtemps. Encore une fois, on remarque que le droit des femmes à disposer de leur corps est considéré comme subsidiaire…

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 09:20

 

Où trouver le Monde libertaire près de chez vous ?

ML-1629-recto.jpgML-1629-verso.jpgSommaire


Actualité

Le salariat tue encore et encore, par G. Goutte, page 3

Valeurs républicaines, par CNT, p. 5

Délocalisations et jurisprudence, Liaison Troyes de la FA, page 5

Être syndicaliste, pas facile, par M. Silberstein, page 5

L’Autruche, par F. Ladrisse, p. 5

Des brèves, un strip, page 6

Une leçon nucléaire, S. Lhomme, p. 7

Sortie immédiate du nucléaire, Fédération anarchiste, page 8

Nono et la Scientologie, par N. Potkine, p. 8

Non à l’intervention militaire en Libye, Fédération anarchiste, page 9

Le Havre contre le G8, par Paco, p. 9


Arguments

Après le séisme, le marasme, par M. Silberstein, page 10

Révolutions et militaires, par P. Sommermeyer, page 12


International

À la une : Rwanda 1994, par N. Potkine et A. Cissoko page 14

Histoire

La Croix noire anarchiste, Anarchist Black Cross Federation, page 17

À lire

La Cité à travers les âges, par F. Roux, p. 18

À voir

Que choisira Luna ?, par M.-C. Calmus, p. 20

Mouvement

C’est pas du cinoche, par Bibo, p. 21

Hors-série exceptionnel : 101 ans de la CNT, p. 21

La plus active des radios, page 22

L’agenda vous appelle, page 23

Partager cet article
Repost0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 07:53

Vendredi 1er avril - Vannes - A l'heure où un nouveau projet de Loi liberticide sur la psychiatrie est discuté au Parlement, il nous paraît intéressant de questionner le principe même de "l'enfermement psychiatrique".
Conférence débat "l'enfermement psychiatrique en question(s)" avec Jacques Lesage de la Haye (psychologue, animateur de l'émission anti carcérale Ras les murs sur Radio Libertaire, ancien prisonnier, auteur de nombreux ouvrages sur l'enfermement carcéral et/ou psychiatrique) - Palais des Arts - 20h30 - Entrée libre - Organisée par nous-mêmes !

 

Lire aussi cet article, Surveiller et punir, paru dans le Monde libertaire 1628 du 23 mars 2011

 

conf débat psy

Même si nous ne nous y reconnaissons pas à 100 %, ici est reproduite la Lettre ouverte du collectif « Mais c’est un homme » adressée le 4 mars 2011 à tous les députés concernant le projet de réforme de la loi de 1990 « relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet d’une prise en charge psychiatrique », qui doit être discuté à l’Assemblée nationale à partir du 15 mars 2011.

 

Réforme de la psychiatrie : une loi de grand renfermement !

 

Madame la Députée, Monsieur le Député,

 

Nous vous écrivons afin de vous alerter contre le projet de réforme de la loi de 1990 « relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet d’une prise en charge psychiatrique », qui doit être discuté à l’Assemblée nationale à partir du 15 mars 2011. Celui-ci marque un tournant sécuritaire gravissime concernant la psychiatrie, où le contrôle social généralisé de la normalité des comportements va remplacer l’accompagnement bienveillant des personnes en souffrance psychique.


Le pouvoir dévolu à l’autorité administrative d’enfermer toute personne présentant un « trouble », autrement dit tout déviant potentiel à l’ordre public, va être renforcé : sur le seul avis d’un médecin ne connaissant généralement pas le patient et soumis aux pressions, continuera de reposer la décision d’enfermement. Celle-ci pourra être prorogée indéfiniment, puisque le préfet ne tiendra pas forcément compte de l’avis du psychiatre de l’établissement mais surtout des nécessités de l’ordre public et de la sûreté des personnes, et qu’il multipliera les expertises, émanant d’experts qu’il choisira. Une scène de ménage un peu vive, une alcoolisation trop bruyante, une interpellation trop musclée, voire une simple manifestation de résistance ou d’opposition pourront ainsi conduire à un enfermement prolongé, sans raison médicale avérée.


Certes, pour tenir compte de la décision récente du Conseil constitutionnel, ce projet de loi prévoit que le juge des libertés et de la détention statue sur la mesure d’hospitalisation sans consentement au terme des quinze premiers jours, puis tous les six mois, pouvant en ordonner la mainlevée. Mais il est sûr que la justice ne disposera d’aucun moyen supplémentaire pour cela et, faute de compétence sur la maladie mentale, tendra à se reposer sur des experts médicaux déjà débordés ou, pire, à suivre l’injonction administrative. L’enfermement psychiatrique demeurerait en tout cas une loi d’exception. Ainsi, l’intervention du juge ne concernera pas le bien-fondé de l’hospitalisation en elle-même, qui commencera par une période d’observation et de soins de soixante-douze heures, véritable garde à vue psychiatrique. Elle ne concernera pas plus les soins sans consentement en ambulatoire, y compris à domicile, dont le développement non contrôlé conduira au règne de l’arbitraire le plus total. Les droits des patients et des familles seront gravement réduits : le patient ne sera informé sur ses droits que si son état le permet, et l’hospitalisation à la demande d’un tiers pourra être prononcée, aussi paradoxal que ce soit, sans demande de tiers ! Jusqu’à présent, le tiers demandeur, le conjoint, les ascendants ou descendants, pouvaient décider de la levée de l’hospitalisation. Désormais, le médecin pourra maintenir une personne hospitalisée contre l’avis de l’entourage. En outre, tout patient hospitalisé sous contrainte se verra fiché, et ce casier psychiatrique le suivra toute sa vie. Le contre-pouvoir médical, comme celui des proches et des juges, sera réduit comme peau de chagrin : avec la nouvelle loi hospitalière, l’indépendance déontologique des psychiatres n’existe déjà plus puisqu’ils sont nommés par le directeur de l’établissement et sont récompensés à l’activité qu’ils produisent, ils sont autrement dit poussés à faire du chiffre et hospitaliser plus. Soumis aux pressions administratives et par peur de la faute, ils seront contraints à devenir des gardiens de l’ordre public, des experts en bon comportement ne pouvant garantir les libertés et donc la santé de leurs patients. La multiplication des certificats, fournis par des praticiens mis en rivalité et parfois triés sur le volet, conduira l’exercice médical à devenir une entreprise de contrôle régie par les lois du profit et de la concurrence. Mais cette gestion médicale de la paix sociale se paiera au prix fort : la confiance, à la base de l’alliance thérapeutique, va laisser place à davantage d’opposition et de violence de la part de patients qui auront toutes les raisons d’être persécutés.fliquiatre2


Le plus dangereux est à venir : en introduisant la possibilité de soins sous contrainte à domicile, qui vont rapidement se généraliser en raison de l’encombrement des hôpitaux, ce projet de loi porte frontalement atteinte à la vie privée et à la liberté d’aller et venir. Compte tenu de l’absence de moyens alloués aux secteurs extra-hospitaliers, ces soins se limiteront la plupart du temps à injecter un neuroleptique retard, en attendant la géolocalisation, au plus grand bénéfice de l’industrie pharmaceutique et de l’ordre public réunis. Cette disposition d’une extrême gravité augure l’avènement d’une société de contrôle inédite où chacun sera tenu, au moindre écart de conduite, d’être enfermé et « traité » chez soi ! On voit comment l’ensemble de ce projet de loi fait glisser délibérément la psychiatrie, pratique médicale centrée sur la personne en souffrance, vers une police des comportements visant à éliminer symboliquement tout fauteur de troubles. En effet, ce n’est plus seulement le malade qui est visé, sous prétexte de dangerosité, mais l’ensemble de la population devant laquelle est agité l’épouvantail de l’exclusion morale, médicalisée, aseptisée. Il s’agit de soumettre le peuple en douceur, par la peur, en conditionnant une subjectivité passive et conformiste. Ce faisant, cette loi va aggraver la violence sociale, ce qui justifiera en retour son durcissement : cercle vicieux sécuritaire permettant au pouvoir en place de prospérer… Voici venue l’ère du grand renfermement, chez soi et à l’intérieur de soi : sa seule fin est l’implosion psychologique, pour éviter une explosion sociale… Au fou !


Au contraire, c’est de davantage de moyens que la psychiatrie publique a besoin, de davantage de confiance et d’indépendance, au service des populations en souffrance. Il faut donc défendre la politique solidaire de secteur, et restaurer les contre-pouvoirs médical et judiciaire face à l’arbitraire d’un Etat de plus en plus policier. Il y a urgence : nous devons tous nous mobiliser pour la défense des libertés fondamentales et des valeurs républicaines, et pour la promotion de notre psychiatrie humaniste.


Espérant vous avoir éclairé(e) sur les dangers de ce projet de loi profondément antisocial et liberticide, et que vous aurez à cœur de lutter avec nous contre son adoption, nous vous prions d’agréer, Madame la Députée, Monsieur le Député, l’expression de notre sincère considération.

  

Mais c’est un Homme


Note de Anars 56 : Les députéEs ont encore brillé : le 22 mars, le projet a été voté, dès la première lecture, à l’Assemblée nationale...


 

La folie n'est pas de rêver un autre monde, mais de voir le monde tel qu'il est et de l'accepter.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 22:55

Des membres du groupe libertaire Lochu ont participé à cette mobilisation : chaîne humaine et die-in, pour l'arrêt immédiat du nucléaire : civil et militaire, public ou privé. Notre tract "le nucléaire, c'est le retour à la bougie". Le nucléaire, c'est 2% de l'énergie consommée au niveau mondial (17 % en France)... et ce serait si difficile de s'en passer ?

   - Eclairés un jour, irradiés pour toujours !

   - Le nucléaire crée des emplois... dans les cimetières et les commissariats.

 

 

Extrait du Télégramme du 27 mars 2011

Stop au nucléaire. Une action d'éclat place des Lices

Hier matin, près de 80 personnes ont manifesté sur la place des Lices pour dire «stop au nucléaire» après la catastrophe du Japon. Une action de solidarité, aussi, envers le peuple japonais.Vannes-die-in-260311.jpg

D'un coup d'un seul, les 80 manifestants se sont effondrés sur le parvis de la halle des Lices. Ce qui s'appelle un die-in. «Pour simuler la mort nucléaire, à cause de la pollution», explique Jean-Jacques Vigoureux, membre de l'association Stop Nucléaire 56. Une action d'éclat, mais organisée dans la quasi-indifférence du marché de plein air où la campagne électorale battait son plein. Quelques curieux ont jeté un coup d'oeil, d'autres ont accepté un tract. «Quand j'entends une dame nous dire que s'il n'y a plus le nucléaire, c'est un retour à la bougie... Ce n'est pas ça qu'on veut : il y a d'autres alternatives quand même», s'offusque un manifestant. Que le grand public ne leur prête pas plus d'égard: «Peut-être que le Japon est très loin et que les gens ne se sentent pas concernés».

«Pas de risques sanitaires pour l'instant»

Ils auraient pu l'être pourtant, s'ils avaient eu une oreille attentive aux arguments des manifestants: «Pour l'instant, il n'y a pas de risques sanitaires pour la population. Mais il y a une telle rétention d'informations que ça en est inquiétant. L'accident nucléaire continue : le plutonium, c'est ce qu'il y a de plus dangereux. Et en cas de propagation, la France ne sera pas épargnée. Evidemment, ce ne sera pas du niveau de la concentration du Japon». Les écologistes sont en alerte. L'un d'entre eux, sur l'esplanade du port au début de la manifestation, a mesuré la radioactivité ambiante à l'aide d'un Radex: «On est à 0,24 microsievert par heure. On est légèrement au-dessus du taux normal : la radioactivité naturelle est entre 0,08 et 0,15. Mais on n'est pas exposés au danger actuellement». Pour autant, ce taux s'explique avant tout par la texture même du granite de l'esplanade, et non, comme s'inquiétait un manifestant, «de résidus ambiants en provenance du Japon».

Partager cet article
Repost0
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 19:51
Extrait du Monde libertaire n°1628 (24-30 mars 2011)

Pour créer un lien vers cet article sur votre site,
copier et coller le texte ci-dessous dans votre page.




Aperçu :
1628Chester
À la question de l’entretien et de la sauvegarde du patrimoine – historique, culturel, artistique –, nos sociétés dites évoluées ont posé un principe intangible : la réversibilité.

En effet, les hommes et les femmes à qui est confiée la tâche essentielle de conserver la mémoire de la production humaine, se gardent, autant que possible, de tout procédé définitif.

Sage précaution. Qui sait comment les matériaux employés évolueront avec le temps ? S’ils se dégradent et viennent à mettre en danger les œuvres qu’ils étaient censés protéger, il faut pouvoir revenir sur ses pas, neutraliser les produits dont on avait mal évalué la transformation, et utiliser une nouvelle méthode qu’on jugera plus sûre et qui sera, elle-même, susceptible d’être revue et corrigée.

Dans un lointain passé, bien avant l’avènement des conservatoires divers – témoins et miroirs de l’évolution des hommes –, les sociétés dites primitives furent confrontées à la question de leur propre sauvegarde. Aux êtres vulnérables, vêtus de peaux de bêtes, réfugiés en quelques grottes et autres habitats précaires, exposés à la rigueur hostile des éléments, la nature offrit le feu.

Peu à peu, nos ancêtres le domestiquèrent. On put se chauffer, cuire ses aliments, s’éclairer, transformer les matériaux. Cette maîtrise fut acquise pour le meilleur et pour le pire. Le soc de la charrue et l’épée du guerrier, forgés au même foyer incandescent, nous rappellent que le contrôle de l’énergie n’est rien sans un projet de société solide.
Reste qu’il n’est nul incendie qu’on n’ait su éteindre.

Et qu’il n’appartient qu’aux hommes épris de liberté, soucieux d’égalité et conscients de leurs liens de solidarité, de choisir leur voie entre l’âtre ou l’autodafé.

En pleine révolution espagnole, alors que les canons et les bombes semaient la destruction au pays de Cervantès et que le fascisme fécondait un peu partout en Europe, Durruti sut trouver les mots pour opposer, au cynisme stérile de la bourgeoisie, les forces créatrices du prolétariat. Dans un discours laissé à la mémoire des anarchistes, il déclara, en substance : « Nous, les travailleurs, nous pouvons bâtir des villes pour les remplacer. Et nous les construirons bien mieux ; aussi nous n’avons pas peur des ruines. Nous allons recevoir le monde en héritage. La bourgeoisie peut bien faire sauter et démolir son monde à elle avant de quitter la scène de l’histoire. Nous portons un monde nouveau dans nos cœurs. »
Brave Durruti, te doutais-tu que quelques années plus tard, la science instrumentalisée par le pouvoir apporterait un dramatique bémol à ta généreuse prophétie ?

Commandée, en toute hâte, par l’impérieux besoin des puissants à acquérir, rapidement, une sacro-sainte « indépendance énergétique » autant qu’une redoutable « force de dissuasion », l’aventure nucléaire a semé, depuis, de trop nombreux épouvantails.

Ironie de l’histoire, c’est le pays qui, le premier et le seul, fit brutalement connaissance avec les ravages de l’atome, avant de devenir l’un des temples les plus représentatifs du capitalisme frénétique et de la consommation de masse, c’est le Japon, donc, qui aujourd’hui connaît une catastrophe dont nul n’est actuellement capable de mesurer la portée.

On sait seulement que la situation est extrêmement grave. Et l’on peut raisonnablement prévoir, pour les prochaines années, une dépréciation des prestations touristiques à destination du pays du Soleil levant, et espérer de sérieux progrès dans le traitement du cancer.

Un peu partout, et particulièrement en France, les hérauts du tout nucléaire tâchent de faire partager une vision rassurante, voire optimiste, de leur choix en matière énergétique. Il est dit, entre autres fumisteries, qu’à la pire des situations possibles, on a prévu un niveau de sécurité supplémentaire.

Mais qui peut prévoir le pire ?
Un séisme de forte amplitude constituait-il un accident géologique complètement inédit ?
Le tsunami qui en fut la conséquence était-il un phénomène naturel aberrant ?
Un archipel habité – et assez considérablement nucléarisé – a-t-il commis l’impossible erreur de se trouver sur la trajectoire d’une vague aussi haute qu’un immeuble ?

Quelque part dans un univers traversé d’innombrables corps célestes, sur une planète soumise aux lois non négociables de la géophysique, des types sans scrupule ont choisi de bâtir des centrales nucléaires périssables et de faire circuler, par voies terrestre et maritime, des déchets radioactifs avant de les enterrer en zones habitées. Selon la stricte règle des probabilités, d’autres catastrophes nous attendent. C’est mathématique.

À celles et ceux qui s’inquiètent et protestent contre les dangers de la chaîne de production nucléaire – les déchets en sont l’une des preuves peut-être provisoires, mais bien réelles et toujours sans solution –, ces mêmes types sans scrupule répondent par le mépris, quand ce n’est pas par la force. Ainsi peut-on mesurer le niveau de notre civilisation où quelques-uns osent des paris mortels sur l’avenir de tous. Or, l’énergie, condition de notre survie, doit être de notre responsabilité, à chacun.

Hélas, nous sommes placés devant le fait nucléaire accompli. Et des sites dévastés qui, pour des millénaires, distillent une mort invisible et silencieuse, nous ne pouvons affirmer que nous ne craignons rien.

Mais, pour sortir de cette société qui veille avec un soin jaloux à son patrimoine au milieu d’un champ truffé de bombes à retardement, tout est affaire de priorité. Avant de régler la question des centrales atomiques, commençons par nous attaquer, pour l’abattre, au pouvoir qui les réalise.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse suivante : groupe.lochu(a)riseup.net

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi 10 novembre - Vannes, Lorient et Pontivy - Appel unitaire à la grève. Rassemblements (autorisés) des personnels de l’Éducation Nationale (écoles, collèges, lycées) pour l'amélioration des conditions sanitaires, pour l'allègement des effectifs et le recrutement de personnels (ceux des listes complémentaires etc...) . 10h30 Vannes, devant la DSDEN (3, Allée du Général Le Troadec), 10h30 Lorient devant la sous-préfecture, 10h30 à Pontivy à La Plaine. A l'appel des syndicats de l’Éducation Cgt, Fo, Fsu et Sud

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 10 décembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Autonomes" (documentaire de François Bégaudeau), en présence de Benjamin Constant, présent dans le film. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements