Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2018 5 12 /10 /octobre /2018 16:38

 

1 seul missile M51 = le salaire brut annuel de 7 500 infirmier.e.s débutant.e.s

 

L'Île Longue (rade de Brest) c'est :

 

4 sous-marins nucléaires,

 

64 missiles M51 (à 150 millions d'euros l'unité),

 

240 bombes atomiques (4 000 fois Hiroshima).

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by anars56
10 octobre 2018 3 10 /10 /octobre /2018 18:57

Le Monde libertaire, mensuel édité par la Fédération anarchiste, est disponible auprès du groupe René Lochu (dans les manifestations, lors de nos rendez-vous publics ou lors de notre réunion mensuelle, le 1er lundi de chaque mois, à la maison des associations de Vannes, de 19h à 21h), il peut aussi être commandé auprès de la librairie Publico. Vous pouvez également vous abonner, meilleure forme de soutien !

Le Monde libertaire n° 1799 - Octobre 2018

Édito : Vieillesse et Anarchie, une perspective différente sur la vieillesse

 

Alors que la vieillesse est une problématique majeure de notre temps, spécialement dans nos sociétés occidentales vieillissantes, et que nous avons tous à l'esprit des exemples de proches avançant en âge, le traitement médiatique général de cette question se fait sur le mode, hélas désormais extrêmement répandu, de la gestion et de la gouvernance. Il faudrait "gérer" la vieillesse, comme on gère des flux ou des dispositifs.


Dans un monde ou la réification est une norme, à savoir où le rapport des humains aux humains est remplacé par le rapport des choses aux choses, la vieillesse devient un problème de plus à régler de façon gestionnaire, en débloquant des budgets et en ouvrant des établissements. De ce fait les personnes âgées, disons les vieux pour ne pas faire dans la langue de bois officielle, sont souvent traitées comme des poids, comme des coûts, voire uniquement comme des corps. Le triste exemple médiatisé des EHPAD - premier arbre d'une forêt d'éléments qu'il faut prendre en compte -, principalement des EHPAD privés, montre bien la réalisation de cette pensée de la gestion où les places sont chères et où les vieux sont utilisés comme des façons de faire du profit. Ainsi la vieillesse est à la fois spécifique et représentative. Spécifique dans ses problématiques relatives à la perte d'autonomie et à l'accompagnement, mais représentative et centrale politiquement en ce qu'on lit dans les problématiques relatives à la vieillesse les mêmes problèmes qui courent dans l'ensemble de la société : l'isolement et l'atomicité, la concurrence, l'égoïsme et la perte de liens et la réduction des individus à des choses.


La position anarchiste refuse par principe cette logique : la revendication de liberté qui la caractérise et la définit refuse toute forme de gestion qui, comme on le sait, reconduit une domination de l'homme par l'homme. Pourtant si ce principe est avancé par les anarchistes il n'a pas touché immédiatement la question de la vieillesse : rares sont en effet les ressources libertaires sur cette question pourtant centrale et amenée à le devenir encore plus. Ce numéro vise à introduire - à défaut de combler totalement le manque existant- à des réflexions sur ce sujet, en faisant état de diverses situations, comme la difficulté d'accompagner la vieillesse, la réalité des EHPAD, le jeunisme, les modes de gouvernance, quelques ébauches de solutions libertaires.

 

Tout cela n'est qu'une invitation, une invitation à inventer, à innover, à détourner et à retourner des modèles.

Partager cet article

Repost0
Published by anars56
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 21:39

A l'appel de l'intersyndicale Cgt-Fo-Fsu-Solidaires-Unef, près d'un demi millier de personnes ont participé ce matin à la manifestation à Vannes contre la casse annoncée du système des retraites et de l'assurance chômage, pour un système de santé avec de véritables moyens, contre une éducation bradée...

Heureusement que des retraité.e.s ont défilé, sinon le cortège de travailleurs et travailleuses réellement en grève aurait été maigre... ^^


Plutôt inhabituel toutefois, une trentaine de lycéen.ne.s se sont joint.e.s, certain.e.s arborant les couleurs de la Cgt. En grande partie issu.e.s d'un lycée professionnel, semble-t-il.


Bien qu'à à peine 500 manifestant.e.s, l'intersyndicale a initié un cortège dynamique, plus pêchu que les mobilisations du premier semestre.


Nous étions 5 du groupe à arborer drapeaux noirs et à diffuser les autocollants "Plantons les graines de l'autogestion" et "Justice sociale ? grève générale !" qui ont visiblement eu une bonne réception.

L'UL (Union locale) Cgt Vannes s'est renouvelée en juin dernier sur des bases un peu plus combatives et est bien raccord avec l'UL FO Vannes et Sud-Solidaires qui ont envie d'un peu plus qu'un défilé.

Si cette ligne tient, il est vraisemblable qu'à Vannes  - ville conservatrice et bourgeoise, sous influence cléricale, où la "Manif pour tous" rassemblait 3 000 personnes, avec la droite classique qui rafle quasi tous les postes politiques, laissant même peu de prise au FN/RN - , les mobilisations sociales à venir auront meilleure allure. A suivre.

 

Notre groupe prendra sa part dans tous les combats anti-capitalistes, sur nos bases : pour une société autogestionnaire.

A Lorient, plus de 1500 personnes ont défilé, et plus de 150 à Pontivy.


 

 

Partager cet article

Repost0
Published by anars56
8 octobre 2018 1 08 /10 /octobre /2018 23:21

Mobilisation interprofessionnelle et intersyndicale contre la casse sociale orchestrée par le gouvernement et pilotée par le Medef

 

Grève et manifestations

 

A 10h30 : Lorient : Bld Cosmao-Dumanoir, Vannes : esplanade du Port - la Rabine et Pontivy : la Plaine

 

A 11h Le Palais (Belle-île) : le port

 

Le groupe René Lochu sera à Vannes !

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by anars56
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 22:15
Rassemblement en défense du droit à l'IVG - Lorient - Vendredi 28 septembre 2018

Appel à l'initiative l'Alternative libertaire Lorient, auquel se joignent différentes organisations, dont le groupe René Lochu

 

Avortement : ici comme ailleurs, le combat doit continuer !

Alors que des avancées historiques ont eu lieu dans différents pays, légalisant enfin le droit à l’avortement, la lutte reste permanente pour que l’interruption volontaire de grossesse reste non seulement possible, mais aussi applicable dans de bonnes conditions.

 

Après Chypre en mars, c’est l’Irlande qui a légalisé l’avortement depuis le mois de mai. Cette victoire par référendum a été possible suite à une mobilisation populaire et massive, touchant des femmes et des hommes de tous milieux. En Argentine, après des semaines de manifestations, des années de mobilisations croissantes sur les questions féministes et une première acceptation du projet de loi par l’assemblée, l’avortement restera illégal suite au lobbying du Vatican, à l’intervention directe du pape dans les débats - qui l’a comparé aux pratiques nazies - et à un fort engagement réactionnaire (des communautés évangéliques et catholiques). Ainsi, pour des victoires, même historiques, ce sont encore trop de pays dans lesquels l’avortement n’est pas autorisé. Ce qui oblige les femmes à se mettre en danger avec des avortements clandestins, pratiqués dans des conditions souvent extrêmes, et qui causent la mort d’une femme toutes les 9 minutes dans le monde. Sans parler des séquelles sociales, médicales, gynécologiques…

 

Des droits menacés y compris en France

Ces dangers connus pour les femmes n’empêchent pas les réactionnaires de tous bords d’essayer de disposer du corps des autres comme ils l’entendent. En Pologne, le gouvernement intégriste veut retirer les quelques possibilités de recourir à l’avortement pour les femmes, y compris en cas de malformation du fœtus. Dans bien des pays, on assiste à un travail de sape de groupes « pro-vie », qui mènent régulièrement des campagnes présentant l’IVG comme un crime. Rhétorique d’ailleurs reprise par le président du syndicat national des gynécologues-obstétriciens, qui a comparé l’avortement à un homicide. Cette même personne se réjouit de l’existence de la clause de conscience, qui permet aux praticiens de refuser de pratiquer une IVG. Or, cette clause a provoqué l’arrêt des accompagnements à l’avortement dans certains lieux de santé, faute de professionnel acceptant d’en pratiquer. Et ainsi, des femmes se retrouvent obligées de changer de département ou de région pour une IVG, si les délais légaux le permettent encore... une nouvelle fois, le corps médical, lieu privilégié de l’appropriation des corps des femmes par les hommes, fait un choix à la place des premières concernées. En parallèle, les subventions aux associations continuent de diminuer, menaçant d’autant celles qui accompagnent les questions de sexualité et de contraception notamment.

Alors que dans tant de pays des femmes se battent pour avoir accès à ce droit fondamental de disposer de leur corps, il est essentiel ce 28 septembre de leur amener un soutien plein et entier. Et de rappeler que même dans les pays où l’avortement semble acquis, ce droit peut à tout moment être remis en question. Ici comme ailleurs, il ne suffit pas de donner des droits, mais de les rendre effectifs (par des moyens financiers, matériels, de la formation et de la sensibilisation…).

 

Faisons de ce 28 septembre, journée du droit à l’avortement, une date féministe et de solidarité internationale !

Nos corps, nos choix, nos luttes !

 

Vendredi 28-09, Rassemblement place Aristide Briand à 18h

Amenez des foulards ou des tissus verts en soutien aux féministes d’Argentine !

Partager cet article

Repost0
Published by anars56
18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 10:10

Salut,

 

Avant tout : un gigantesque salut de solidarité aux copines et copains de la ZAD de Notre-dame-des-Landes qui subissent la répression de l'Etat ! Toutes infos : https://zad.nadir.org/

 

Merci de relayer le Rdv ci-dessous (flyer en Pièce jointe)... et bienvenue si vous pouvez venir à l'une ou l'autre de ces rencontres ! :-)

 

le groupe Libertaire René Lochu organise :

 

- jeudi 24 mai à partir de 20h à Vannes à la Maison des associations (31 rue Guillaume Le Bartz),


- samedi 26 mai à partir de 18h (et non plus 15h) à Auray, à et en partenariat avec la librairie Vent de soleil (17 rue du Château) :

 

une rencontre avec Charles Reeve, auteur du livre "Le socialisme sauvage. Essai sur l'auto-organisation et la démocratie directe dans les luttes de 1789 à nos jours".

 

A l'heure du cinquantenaire de mai 68, de ce printemps social 2018 de grèves, de luttes à la Zad de Notre-Dame-des-Landes, ces soirées seront l'occasion de réfléchir avec l'auteur sur l'auto-organisation des mouvements sociaux dans le monde pour un projet de société émancipateur.

 

Entrée libre.

 

 

 

---------------------------------------

 

Par ailleurs, la mobilisation contre Monsanto-Bayer (et plus largement contre les multinationales des pesticides et des Ogm, pour une agriculture paysanne et écologique...) de ce samedi 19 mai à Lorient aura lieu Place de la Mairie : à partir de 10h village associatif avec stands, et départ en manif à partir de 11h.

Voici le tract que nous avions distribué les années précédentes.

---------------------------------------

 

Samedi 19 Mai - Séné (56) - 20H30 Spectacle musical consacré à la mémoire de l’Espagne libertaire des années 30 ("Espagne 36, du passé faisons notre rage !") avec des chorales. Salle des fêtes Grain de sel. Participation libre.

 

---------------------------------------

 

Samedi 19 et dimanche 20 mai - Rochefort en Terre (56) - Festival de chants : atelier, rencontres de chorales, radio crochet, bal au... château ! Proposé par le café de la Pente

 

---------------------------------------

 

Mardi 22 mai, appel intersyndical à la grève dans la fonction publique (contre les suppressions de postes, le recours aux contrats précaires privés, la casse des statuts, pour la défense des usager.e.s...). Les manifestations démarrent à 14h30 (!) : Lorient, Place de la Mairie / Vannes La Rabine (esplanade du Port) et à 11h à Belle-Ile, Le Palais.
Ces manifestations sont bien sûr ouvertes à toutes celles et tous ceux qui subissent l'exploitation capitaliste et l'oppression de l’État.
Voici à ce sujet le tract fédéral de la Fédération anarchiste "Le gouvernement se radicalise, radicalisons nos solidarités avec les luttes !"

Pour notre part, nous serons à celle de Vannes, histoire de populariser le... socialisme sauvage ! ;-)

 

---------------------------------------

 

Jeudi 31 mai - Lorient - KURDISTAN, AUTOGESTION, RÉVOLUTION. Un volontaire communiste libertaire au sein des YPG raconte. 19H30 Cité Allende. organisé par Alternative libertaire Lorient

 

---------------------------------------


Samedi 2 juin - Guilligomarc'h (29) - Dès 10h : festival d'échanges de savoirs et de la transmission. "Splendeurs & misères du travail" : conférences, films, débats, ateliers, témoignages, causerie... Restauration sur place, bal trad/folk, fest-noz, vide-grenier... 2 lieu-dit Kergroës (ancienne école)

 

---------------------------------------


@narchas salutations.

Partager cet article

Repost0
Published by anars56
24 avril 2018 2 24 /04 /avril /2018 20:17
Colloque régional mines uranium et radon. Samedi 28 avril à Vannes de 10h à 20h
 

Colloque organisé par la Fédération anti-nucléaire Bretagne

 

Terres contaminées à Fukushima, Tchernobyl…
mais la Bretagne concernée aussi. 

 

Colloque sur les anciennes mines d’uranium et le risque radon


Samedi 28 avril à Vannes 10h – 20h


Maison des Associations


31 rue Guillaume Le Bartz

 

 

Chaque printemps rappelle les douloureuses dates anniversaire qui marquent le début des catastrophes nucléaires de Fukushima (11 mars 2011) et Tchernobyl (26 avril 1986). Elles ont contraint des populations locales soit à abandonner précipitamment leur lieu de vie soit à vivre sur des terres contaminées avec de graves conséquences sanitaires.

 

Dans la France nucléaire, nous avons déjà des situations de terres irrémédiablement contaminées que ce soit sur les sites des centrales comme à Brennilis mais aussi par l'exploitation de plus de 250 mines d'uranium dont ORANO (ex-AREVA) a laissé disperser les déchets radioactifs.

 

En Bretagne et ailleurs, des prés, jardins, bois, cours, terrains de jeux, parkings, sentiers de randonnée présentent de fortes anomalies radioactives.

 

Programme :


10h-12h15 interventions du collectif Collectif Mines Uranium (CMU) avec les associations du Tregor, du Pays du Roi Morvan, de Piriac-Guérande, d’Ecarpière et de La Commanderie, sur les anciennes mines suivi d'un échange.

 

14h-15h30 exposé sur le radon, gaz radioactif descendant de l'uranium et présent dans de nombreux habitats, par la Commission de Recherches et d'Informations Indépendantes sur
la Radioactivité (CRIIRAD)

 

15h30-16h échanges et conclusion

 

17h-18h montage sur les anciennes mines d'uranium du réalisateur Larbi Benchiha

 

18h-19h30 Débat

Partager cet article

Repost0
Published by anars56
23 avril 2018 1 23 /04 /avril /2018 22:16

Une sympathisante nous a adressé le beau texte ci-dessous que nous reproduisons volontiers.

 

Demain, hier et aujourd'hui

 

 

 

Hier, nous étions entre 7 000 et 10 000, selon les sources, à manifester pour soutenir la Zad de Notre Dame des Landes, attaquée et partiellement détruite par les forces de l’État. Ce que les médias ont massivement tu, c'est qu'il s'agissait de la jonction de deux manifestations, dont une, très suivie et organisée deux heures plus tôt contre la politique anti-sociale de Macron, syndicats et tout, avait rejoint la seconde. Je ne savais pas, ayant été absente des mouvements sociaux français pendant de nombreuses années, qu'il fallait désormais, pour manifester, se munir de lunettes de plongée, de foulards, de capuches, de cagoules ou même de masques à gaz, de citron, de sérum physiologique, de numéros de téléphone d'avocats, d'équipes médicales... Il ne m'a pas fallu très longtemps pour comprendre que les gens masqués, casqués, vêtus de kway noirs, n'étaient pas tou.te.s, loin s'en faut, des blackblocs, et pour me dépêcher d'en revêtir les signes extérieurs moi-même : au bout d'une vingtaine de minutes à peine, nous étions bloqué.es devant le château des Ducs de Bretagne. Menacé.es depuis le début par l'hélicoptère assourdissant juste au dessus de nous, immobilisé.es, frustré.es, et interdit.es de manifester par un impressionnant déploiement de ces personnages surréels dits gardes mobiles, nous avons dû, petit à petit, reculer, en essayant de ne pas paniquer, de ne pas courir, sous les tirs de grenades lacrymogènes envoyées loin vers le cœur de la manifestation. Grenades assourdissantes, canon à eau, hélico, flashballs pour celles et ceux qui se trouvaient devant... badigeonné.es de citrons, enrubanné.es de foulards, nous avons été scindé.es en plusieurs groupes par les mutants aux boucliers transparents. Le jeu a été lent. Nous nous sommes retrouvé.es acculé.es dans un couloir entre grillage de la voie de chemin de fer et chars de CRS, leurs forces vives prêtent à charger. La colère qui est montée en moi dès que nous avons pu sortir de ce piège à rats, et quand ma crise de panique s'est enfin calmée, de ce que ces fous.folles acceptaient sans broncher de nous faire vivre (et qui n'était encore qu'une introduction à l'art de gérer les insurrections, j'en avais justement bien conscience) aurait pu me convaincre, si je ne l'étais déjà, que de maigres cailloux et pavés lancés contre ces murs de mépris et de haine n'étaient que justice.

 

Dans tout ce chaos orchestré par L’État, autour de nous, devant le CHU, et place du Commerce, au milieu des shoppeurs.ses et des badauds en terrasse, sous les yeux des touristes amassés sur les remparts du château des ducs de Bretagne, je n'ai pas vu même une vitrine brisée. Ah si, un feu de poubelle.

 

Aujourd'hui nous sommes venu.e.s à la Zad pour soutenir les gens sur place, pour commencer à reconstruire.

 

Nous passons des barrages de police avec contrôle d'identité de tous les passagers des véhicules. Nous nous garons loin, nous marchons à travers champs.

 

Nous sommes des milliers.

 

Entre 3 000 et 20 000, comment même le savoir ? Il y a des gens partout.

 

L'hélicoptère (qui tourne, me dit-on, jour et nuit), lui, le sait sûrement. Sa menace est reprise en écho par le drone face à nous, nargué.es par un moustique technologique géant.

 

Nous marchons longtemps, les gens se retrouvent, se reconnaissent. Nous portons les un.e.s et les autres des vivres, des couvertures, du matériel médical, dans la gaieté, la solidarité, jusqu'au lieu de Bellevue. Le point de ralliement "final" est un champ où doit être reconstruite une charpente, destinée à réparer ce qui a été détruit la veille. Comme hier, la fin du chemin est dessinée par des hordes de gardes mobiles postés dans un champ.

La charpente sera reconstruite, on remettra nos foulards et nos lunettes en pleurant sous les gaz, on restera immobiles pendant des heures devant ces play mobiles, et on les verra aussi reculer comme des pantins, dans un ballet absurde, encercleurs encerclés, dans un décor champêtre donnant à tout ce cirque des airs totalement surréalistes. On chantera et dansera, bien sûr, mais à la vue des flashballs qu'ont dans les mains celles et ceux d'en face, on s'inquiètera aussi.Les ami.es vivant sur place ou venu.es en renfort depuis une semaine sont épuisé.es par les attaques permanentes, incessantes, les arrestations, blessé.es par des tirs de flashballs...

 

Alors qu'un grand nombre d'entre nous repartons, vers 19h, retraverser les bois et les champs à pieds pour rejoindre nos lointaines voitures, nous entendons les salves intenses et continues de grenades. Il y aura, apparemment, de nombreux blessé.es comptabilisé.es le lendemain.

 

Nous nous arrêtons sur le chemin boire une bière dans un champ, sous un chapiteau blanc éclatant dressé au milieu des pissenlits en fleurs rayés de soleil ; et derrière nous au loin, un arc en ciel souligne la charpente qui a été reconstruite.

 

 

 

 

 

 

En marchant le long du chemin de la Zad, une discussion avec une amie me rappelle ce vieux projet d'écrire une petite bafouille sur le film "Demain", si apprécié, si vu. Il n'est plus temps maintenant. Mais ce qui compte, ceci :

 

ce qui m'a frappée dans ce film (au sens propre), ce que j'ai ressenti même comme une propagande, c'est qu'il ne présentait aucun projet collectif, auto-géré, sans hiérarchie. Anar ou tribal. Occidental, indien ou africain. Non. Sur toute la planète (qu'ils parcourent allègrement dans un sens et dans l'autre en avion pour des interviews éclairs), partout à travers le monde, maîtres et maîtresses à penser (aussi classes soient-ils.elles, comme Vandana Shiva), excellents spécialistes, maires au grand cœur, profs enthousiastes, patrons gentils. 

Nous touchons là au centre de toute la mécanique.

 

Au point G de tout mouvement passé et à venir, si l'on se place du côté des vivants.

 

Au noyau du cancer qui seul peut ronger un système jusqu'au bout, si l'on regarde du point de vue de la machine.

 

 

Je réentends une journaliste de France Culture, qui n'avait de cesse de cribler son rapport sur la situation à Notre Dame des Landes de "du moment qu'ils régularisent leur situation individuellement". Et apparaît devant moi dans une clarté totale ce que je ne pensais que mal jusque là :

 

Ici, ça n'appartient à personne

 

Pas de nom, pas de maître. Pas de fonctions immuables assignées.

 

Pas de régularisation individuelle.

 

 

Point aveugle pour le capitalisme qui le rendrait fou s'il avait un cœur, si c'était un être ;

 

point central, angle mort, point de bascule complet.

Demain, aujourd'hui, hier, quelque soit le projet, tant que ce miroir n'est pas traversé, les questions de l'auto-gestion, de la non-hiérarchie et de la propriété individuelle posées,

 

alors rien fondamentalement ne change,

 

jamais.

 

 

Demain, le 16 avril, sur France Inter, une Camille de la Zad dira tout avec une simplicité extrême :

"On habite ce territoire de manière multiple. Le matin, on peut aller traire les vaches, ensuite organiser un banquet à une auberge à laquelle on participe, l'après-midi tenir la bibliothèque. Les activités sont inextricables."

 

Longue vie à l'inextricabilité du vivant dans le vivant,

 

longue vie aux Zads du monde entier, qui, que certains le sachent ou non, que certains le veuillent ou non, ont existé, existent, et existeront.

 

LdK

 

Dimanche 15 avril 2018

Partager cet article

Repost0
Published by anars56
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 19:17
Ciném'anar "L'amour et la révolution. Non, rien n'est fini en Grèce" avec Yannis Youlountas

Mardi 17 avril, 20 h

maison des associations, Amphithéâtre, 31 rue Guillaume Le Bartz, Vannes.

 

L'amour et la révolution. Non, rien n'est fini en Grèce


Cinéma. Projection-débat : Yannis Youlountas, réalisateur de "Ne vivons plus comme des esclaves" et de "Je lutte donc je suis", présente son troisième film qui vient de sortir.

 

Il sera question des luttes sociales, du soutien aux migrant.e.s et des alternatives solidaires autogérées en Grèce.

 

Une soirée ciném'anar du groupe libertaire René Lochu et de la liaison Vannes de la Fédération anarchiste

 

Entrée libre

 

Bande-annonce du film

 

Ciném'anar "L'amour et la révolution. Non, rien n'est fini en Grèce" avec Yannis Youlountas

Partager cet article

Repost0
Published by anars56
10 avril 2018 2 10 /04 /avril /2018 15:58

Compte-rendu reçu du Comité Auray de soutien à la ZAD de NDDL

(publié également sur ZAD NADIR)

 

Auray, soutien à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes

 

Une quarantaine de personnes s'est retrouvée ce lundi 9 avril devant la mairie d'Auray, à partir de 18h, pour protester contre l'évacuation de la ZAD, la destruction des lieux de vie, les violences à l'encontre de ses habitant.e.s et pour affirmer notre soutien à ces dernier.e.s et aux expérimentations sociales qu'ils et elles mettent en place.

Quelques pancartes avaient été confectionnées à partir d'affiches du combat anti-aéroport, contre les expulsions et en solidarité avec la Zad.


Trois fourgonnettes de gendarmes s'étaient postées près du lieu du rassemblement en l'encadrant.

Spontanément, il a été décidé de partir en manifestation sauvage (non déclarée), ponctuée de coups de sifflets, en scandant "la Zad vivra. La Zad vaincra. Solidarité avec les expulsé.e.s". Les gendarmes ont suivi le mouvement. Le groupe s'est dirigé vers la permanence du député local, Jimmy Pahun, étiqueté LREM (La République en Marche), pour le mettre devant ses responsabilités et exprimer notre colère. Comme il était absent, une affichette a été accrochée sur sa porte : "Soutient la destruction de la Zad, soutient la destruction d'habitats, soutient la destruction de l'environnement. A FERMER". Un ruban de chantier a été posé autour de son local symboliquement.

Le groupe est alors retourné au centre-ville en une déambulation sonore, dans des rues quasi désertes.

La presse avait été invitée. Seul Le Télégramme a envoyé une journaliste qui a fait un passage rapide. Ouest-France ne s'est pas déplacé.

Pour les suites, un rendez-vous est donné par le comité de Vannes devant la Préfecture, mardi 10 avril, à partir de 18h.

Un covoiturage s'organise pour se rendre à la manifestation de Nantes samedi 14 avril et pour la convergence vers la Zad le lendemain en vue de la réoccuper, de reconstruire les lieux détruits par les forces de l’État.

La Zad vivra ! La Zad vaincra ! Zad partout !

 

Selon Le Télégramme du 10 avril 2018 :  Notre-Dames-des-Landes. Manifestation de soutien devant la mairie

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by anars56

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse suivante : groupe.lochu(a)riseup.net

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi 10 novembre - Vannes, Lorient et Pontivy - Appel unitaire à la grève. Rassemblements (autorisés) des personnels de l’Éducation Nationale (écoles, collèges, lycées) pour l'amélioration des conditions sanitaires, pour l'allègement des effectifs et le recrutement de personnels (ceux des listes complémentaires etc...) . 10h30 Vannes, devant la DSDEN (3, Allée du Général Le Troadec), 10h30 Lorient devant la sous-préfecture, 10h30 à Pontivy à La Plaine. A l'appel des syndicats de l’Éducation Cgt, Fo, Fsu et Sud

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 10 décembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Autonomes" (documentaire de François Bégaudeau), en présence de Benjamin Constant, présent dans le film. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements