Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 20:31

La coordination Stop nucléaire nous alerte :

 

"Une caravane à vélo auto-proclamée "les indignés du nucléaire" par les quelques organisateurs va rouler de Plogoff à Fessenheim. Cela ressemble à une initiative citoyenne mais quand on examine ce que réclament ces quelques inconnus, leurs mots d’ordre, on se rend compte qu’ils servent la soupe aux technocrates socialistes au gouvernement : organiser un débat sur l’énergie et faire croire qu’on est en démocratie avec le nucléaire !
 

 

Les mots d’ordre de la caravane à vélo

 
Des gens s’apprêtent à rouler à vélo sous les mots d’ordre suivant [1] :

    - réveiller le souvenir des résistances victorieuses à la déraison nucléaire,
    - exiger une date pour le débat sur l’énergie promis par le candidat Hollande,
    - réclamer un dorlotement exceptionnel des salariés des centrales nucléaires,
    - et fixer la date de fermeture de la centrale de Fessenheim.

L’Autorité de Sûreté Nucléaire et le pouvoir en place disent « merci » : les organisateurs de la caravane les aident dans leur objectif de gérer le nucléaire le mieux possible. Les Japonais de la révolution des Hortensias sont-ils en train de demander une meilleure gestion du nucléaire ? Non. Pourtant les randonneurs à vélo en France, oui !

Les représentants associatifs et politiques antinucléaires au printemps 2012 ont aidé le « camarade » Hollande à prendre le contrôle du feu nucléaire, ils ratissent large et trompent leurs adhérents ensuite[2]. Il est naturel que les partisans de la croissance verte demandent un nouveau « Grenelle » à leur maître, cette fois-ci sur l’énergie spécifiquement.


Tous ces co-gestionnaires – Greenpeace, RAC, Agir pour l’Environnement, WWF, Fondation Nicolas Hulot, Yann Arthus-Bertrand et peut-être les Amis de la Terre et SDN –, nous préparent une nouvelle grande tromperie avec moult contraintes administratives nouvelles sur la base émotionnelle de bons sentiments « écologiques » comme « sauver la planète ».

    « Les gouvernements les plus honnêtes et ceux qui ont les meilleures intentions sont les plus dangereux. … Quand on est au pouvoir… parce qu’on croit que le pouvoir est le moyen nécessaire pour atteindre les fins qu’on se propose, on trouve tout naturellement et logiquement que ce qui est nécessaire, urgent et primordial, c’est de rester au pouvoir, - et pour rester au pouvoir, on accorde des privilèges pour se créer une cour d’intéressés qui vous soutienne, on constitue une force armée que vous défend et on traite d’ennemis tous ceux qui ne se plient pas à votre volonté. » (« Ecrits choisis » E. Malatesta).

Nous voulons que les choses soient claires. Nous disons : « arrêt immédiat du nucléaire » et cela signifie que nous ne sommes pas comme ces co-gestionnaires qui n’ont que des bons sentiments à la bouche, qui se trompent et qui trompent leurs adhérents. Nous voulons nous associer avec tous ceux qui veulent d’abord arrêter les réacteurs nucléaires. C’est ce que veulent désormais les Japonais[3]. Soyons vigilants et informons-les sur les dangers de la création d’un « parti vert » à l’image de ceux qui assurent la cogestion du nucléaire en Europe.

Faisons face à nos adversaires – l’Etat notamment qui ne veut pas arrêter les réacteurs - plutôt que de les aider à gérer leurs installations et leurs pollutions.

Contact : stop-nucleaire@yahoo.fr .

STOP NUCLEAIRE STOP CO-GESTIONNAIRES

[1] http://groupes.sortirdunucleaire.org/Caravane-a-velo-pour-sortir-du
[2] Les co-gestionnaires du nucléaire
[3] 7,5 millions de personnes ont signé pour la sortie du nucléaire (Le Monde 26 juillet 2012)"

Partager cet article
Repost0
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 20:37

La réalité est d'une clarté aveuglante... pour qui veut bien ouvrir les yeux ! Depuis le néolithique, toute évolution des sociétés s'accompagne d'une transformation du milieu, mais jusqu'au 18e siècle, les blessures infligées aux écosystèmes demeurent dérisoires. Après la révolution industrielle, les dégâts vont s'accélérer de manière vertigineuse, au point qu'aujourd'hui l'empreinte écologique de l'humanité, dans son ensemble, dépasse de plus de 20 % les capacités de régénération de la planète. C'est bien l'oeuvre du capitalisme auquel le gaspillage est inhérent : pour que les profits se maximalisent, il fallait une surproduction qui maintienne les prix le plus bas possible pour consommer à outrance. A 100 dollars le baril de pétrole, combien vaudra la vie humaine ?


Car la mondialisation du capitalisme anéantit dans un même mouvement l'Homme et le milieu naturel : d'un côté, perturbations climatiques, perte de biodiversité, épuisement des ressources, déforestation... ; de l'autre, plus de un milliard d'habitants vivant avec moins de un dollar par jour, 840 millions en sous-nutrition chronique, l'Afrique, continent sinistré, des inégalités qui explosent (la fameuse « fracture sociale »).


Alors que chaque année, plus de dix millions d'enfants meurent de maladies qui auraient pu être évitées, la communauté internationale s'est engagée à faire reculer la pauvreté d'ici à 2015. Donc, près de cent millions d'enfants vont mourir d'ici cette échéance ! Peut-on accepter ce défi cynique, oubliant qu'une révolution sociale assurerait rapidement une redistribution des richesses, dont se préoccupe, paraît-il, la Banque mondiale ?


Parce qu'il est fondé sur la concentration, sur l'accumulation du capital, le capitalisme ne peut assurer le partage des richesses produites. Il est par conséquent acculé à une croissance sans fin, dans le seul but d'empêcher le niveau de l'emploi de se détériorer trop rapidement et les pauvres de se révolter. Or cette croissance n'est plus possible sans compromettre les conditions de vie des générations futures. Jusqu'à quand une redistribution des miettes suffira-t-elle à maintenir un semblant de cohésion, de paix sociale ?


Aujourd'hui, la fonction idéologique du concept pervers de développement durable (et des mystifications qui lui sont associées : commerce équitable, entreprise citoyenne, placement éthique, économie sociale et solidaire...) est de faire croire que l'on peut résoudre les problèmes environnementaux dans le cadre du système qui les a créés. Le marché comme remède aux maux du marché.


Il faudrait croire que, dans le cadre du capitalisme, la société civile peut constituer un contrepoids aux tendances totalitaires des Etats et des marchés (alors que les 10.000 lobbyistes pour 626 députés à Bruxelles prouvent chaque jour le contraire). Il faudrait croire que le consommateur dispose d'un pouvoir considérable. Mais pourquoi attendre que des produits toxiques soient en rayons pour les boycotter ? Pourquoi ne pas s'organiser pour ne pas fabriquer ces produits nocifs ? Et si c'était seulement par lâcheté, par crainte de remettre en cause les rapports sociaux de production ? Sicco Mansholt lui-même, qui a dirigé la Commission européenne dans les années 70, affirmait : « Pour que l'humanité survive, il faut que le capitalisme meure ». Et s'il s'agissait d'un avertissement d'une grande lucidité ?

 

Faire croire à un capitalisme à visage humain constitue une imposture criminelle à l'égard des générations futures à qui nous sommes en train de construire des cimetières. Et même pour certains, la décroissance doit être soutenable... pour le capitalisme, bien sûr, ce qui est aberrant puisque ce système ne peut survivre sans croissance. Suivre les gourous de service dans leurs hypothèses fallacieuses, dans leurs discours lénifiants, dans leurs injonctions infantilisantes condamnerait nos propres enfants à des conditions de vie de plus en plus terribles : c'est chaque jour que le capitalisme accentue ses ravages ; trop de temps a déjà été perdu par les partisans du réformisme, du parlementarisme.


On ne saurait prétendre résoudre une crise de civilisation ni par des textes législatifs, ni par des mesures fiscales, ni par des remaniements ministériels, mais bien par une rupture avec le système actuel. Il s'agit, non pas d'aménager, mais de rompre avec un mode de production, de transformation, de distribution qui conduit à la fois à une impasse énergétique et à une impasse sociale. La présence, par exemple, de produits biologiques dans les rayons des grandes surfaces constitue, non pas une victoire sur la nourriture frelatée, mais une défaite face à la grande distribution capitaliste. Nous ne ferons pas l'économie d'une révolution sociale.


Article de Jean-Pierre Tertrais (membre du groupe La Sociale - FA Rennes) paru dans le Monde Libertaire, en 2005 mais toujours d'actualité (malheureusement...)

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 19:48

Pour consulter le programme, cliquez sur l'affiche !

affiche velorution concarneau

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 20:33

 

 

Les attaques dirigées contre l'aspect hyperconsumériste du capitalisme concernent le plus souvent les biens de consommation eux-mêmes : les rayons débordants des supermarchés, la valse des caddies, l'acharnement publicitaire qui provoque cette boulimie. Mais tout aussi essentiels, sinon plus, au fonctionnement du système sont les « grands projets » (ou « travaux »), liés en grande partie à la consommation (approvisionnement en matières premières, fourniture d'énergie, transport...). Mais pas seulement.

 

Une planète en chantier


Dès le lendemain de la seconde guerre mondiale, dans plusieurs pays (selon des modalités et des rythmes différents), de nombreux projets sont imposés aux populations souvent déracinées (c'est-à-dire avec des simulacres de concertation – débats, enquêtes – aujourd'hui dans le cadre d'une « démocratie participative »). Des populations ainsi non seulement privées de toute initiative mais dépossédées de tout contrôle. La planète devient un chantier permanent, au nom de l' « aménagement du territoire », du « progrès », du « développement », de la production infinie de richesses. En effet, le capitalisme exige des structures gigantesques parce que les autres ne sont pas rentables. S'acharner à croître ou se résigner à disparaître. Autoroutes, tunnels, aéroports, infrastructures ferroviaires (TGV puis lignes à grande vitesse), plate-formes pétrolières, gazoducs, projets immobiliers, installations nucléaires, lignes à haute tension, exploitations minières, grands barrages, incinérateurs, stades surdimensionnés (auxquels on peut rajouter Le Concorde, les abattoirs de la Villette, le complexe sidérurgique de Fos, le procédé SECAM et autres cathédrales industrielles dont les « abus », les « excès », les négligences, les fraudes sont régulièrement dénoncés par une Cour des comptes qui n'a jamais servi à rien.)... contribuent depuis un demi-siècle au gaspillage de milliards d'argent public au détriment d'investissements plus utiles, dans les domaines de la santé, de l'éducation, de la culture notamment, et sans que soient mis en cause les « responsables » de cette gestion calamiteuse. Le cancer bureaucratique a largement favorisé la dilapidation des deniers publics.

 

On peut d'ailleurs aussi classer dans cette même logique la production massive d'un habitat standard à travers l'idéal pavillonnaire fondé sur l'individualisme et la propriété privée. Impulsée au 19e siècle, la maîtrise de l'espace urbain se poursuit aujourd'hui à une autre échelle : démonstration de puissance mais aussi volonté d'encadrer, de contrôler les « classes dangereuses », de « pacifier le prolétariat ». Avec tout ce qui accompagne la politique de la ville : l'affairisme des promoteurs, des géomètres, des notables, la corruption des grandes entreprises qui confisquent la distribution et l'assainissement de l'eau, le marché juteux de la vidéosurveillance et des alarmes, les rocades, voies rapides et autoroutes urbaines qui accélèrent le gaspillage des matières premières et des énergies fossiles...

 

Des conséquences écologiques et humaines désastreuses


Longtemps les sphères de l'écologisme et de la radicalité sociale sont demeurées hermétiques. Fort heureusement, des militants & militantes, des mouvements, des associations, des collectifs de plus en plus nombreux intègrent, dans leur combat, à la fois la dimension sociale et la question écologique. Comment ne pas voir en effet que le capitalisme broie dans un même mouvement l'homme et la nature, deux inestimables sources de profits ?

 

La construction de barrages colossaux constitue sans doute la caricature de ce type de projets (on compte aujourd'hui plus de 50 000 « grands barrages » dans le monde). Or les conséquences écologiques et sociales de ces ouvrages gigantesques sont dramatiques. Outre les milliards de tonnes de béton utilisées, ils contribuent à submerger des surfaces considérables de terres cultivées ou de forêts, à bouleverser le fonctionnement des cours d'eau et des écosystèmes. Par ailleurs, entre 40 et 80 millions de personnes auraient été déplacées à cause de ces barrages au cours du siècle dernier. La spoliation des terres s'accompagne souvent de la destruction des milieux naturels. Le bien-être des habitants n'est qu'un prétexte, puisque dans beaucoup de pays (Congo, Ouganda...), un faible pourcentage de la population est connectée au réseau, et le prix de l'électricité la rend souvent inabordable. Si ces barrages sont si nombreux, c'est parce qu'ils sont massivement subventionnés par les banques, ce qui permet d'ouvrir des marchés juteux pour les grandes entreprises du type EDF et d'offrir de l'électricité bon marché pour l'industrie exportatrice.

 

Les exploitations minières s'inscrivent dans le même schéma. Les poussières des sites miniers (dynamitage), les produits toxiques et les émissions des machineries et centrales utilisées dans le cadre des activités engendrent une diminution de la qualité de l'air, de l'eau et des sols par contamination, et donc de graves problèmes de santé pour les populations environnantes. L'opposition aux projets contribue le plus souvent à diviser les communautés et occasionne de nombreuses violations des droits. Cependant, malgré les risques encourus (violence, menaces, assassinats, viols...) par les communautés concernées, la mobilisation citoyenne s'intensifie et parvient à faire échouer un nombre croissant de projets par la puissance du refus et de l'action collective.

 

Autogestion ou déliquescence


Aujourd'hui réalisés dans le contexte d'un « partenariat public-privé », ces lourds investissements servent, bien entendu, les intérêts des banques et des entreprises privées. Mais la situation chaotique de l'économie mondiale modifie aujourd'hui la donne : il ne s'agit plus seulement d'accroître les profits dans une dynamique ascendante, mais de maintenir sous perfusion un système à l'agonie, de « créer des emplois » (on en connaît les conditions), d'assurer la « relance économique » pour éviter la révolte sociale. Par exemple d'envisager un aéroport international « éco-labellisé » (avec son cortège de nuisances sonores et surtout de drames : destruction d'exploitations agricoles, expropriation de nombreux habitants, anéantissement d'une mémoire collective et d'histoires de vie), alors que l'aviation civile aura peut-être disparu dans dix ou quinze ans. De fantasmer sur un projet de « Silicon Valley » à la française sur le plateau de Saclay pour « faire émerger un écosystème de l'innovation de rayonnement mondial » , un « supermarché scientifique » dans un pays où l'échec scolaire prend des proportions dramatiques !! Ou de construire une autoroute entre Moscou et Saint-Pétersbourg en utilisant des milices fascistes pour anéantir les opposants. Ou de rêver d'un TGV au Maroc dont le coût serait l'équivalent de 25 000 écoles dans le monde rural ou 25 centres universitaires hospitaliers, quand on sait que ce pays est classé 130e selon l'indice mondial de développement humain. A l'heure où les plans d'austérité se multiplient un peu partout, de tels projets ne peuvent que constituer des pièges financiers pour les collectivités locales et les contribuables à qui on imposera continuellement de rembourser les dettes.

 

Certains revendiquent une gouvernance mondiale parce qu'ils n'ont pas la volonté d'affronter les problèmes là où ils se posent. Il est donc fondamental de lutter sur le terrain contre les institutions, et la plus grande force réside dans le nombre de présents. Cependant, faire avorter tel ou tel projet par de fortes mobilisations ne suffira pas à éliminer la coalition entre l'Etat centralisateur et technocratique et le capitalisme flambeur (on retrouve d'ailleurs le même schéma « étatique » avec le régionalisme que l'on peut souvent assimiler dans ses logiques et fonctionnements à un micro-Etat avec ses potentats locaux). Tel l'hydre de Lerne, la mort d'un projet signera la naissance d'un autre. Il ne faut pas confondre la cause et le symptôme.

 

Le prestige national et la folie des grandeurs, la volonté de puissance et le désir de paraître, les projets pharaoniques au bénéfice d'une minorité, le pouvoir décisionnel confisqué par une caste d' « experts », la corruption et le cynisme des Vinci, Eiffage, Bouygues et consorts, la mégalomanie des politiciens, la marchandisation de la nature et de ses ressources, la confiance aveugle dans un modèle d'ores et déjà à la dérive, la monstrueuse froideur de ceux qui ne voient dans un lambeau de forêt qu'un lamentable anachronisme, CA SUFFIT !! Qu'il s'agisse d'alimentation, de santé, de culture ou d'urbanisme, l'avenir passe par la reprise en main par les « citoyens » des choix qui les concernent, c'est-à-dire effectués collectivement, horizontalement, à échelle humaine. Le refus de l'autogestion se paiera toujours d'une exploitation. Qui pourrait se compléter par un désastre écologique si la réaction tardait trop.

 

Merci à Jean-Pierre Tertrais pour cette contribution !

 

------------------------------------------------------------------

 

2ème Forum contre les Grands Projets Inutiles Imposés à La Paquelais (44)
fresque2012-5beb7.jpg
 
Ce matin, dimanche 8 juillet, une nouvelle grande fresque humaine, composée de 3000 personnes a écrit sur le bocage de Notre-Dame-des-Landes un message à portée internationale :
SAVE THE PLANET
GPII STOP !
GPII, pour Grands Projets Inutiles Imposés, sigle qui devrait rester comme un label pour qualifier tous ces projets d’infrastructure pharaoniques et destructeurs.
(Avec de (très) bonnes lunettes, vous pourrez discerner des membres du groupe Lochu dans ces lettres !!)
Lire ici le communiqué intégral de la Coordination des opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Partager cet article
Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 17:57

Un festival autogéré, à prix libre. 2 jours de fête, de concerts, d’ateliers : Sérigraphie "chezelle" - teinture végétale - fabrication d’arc et lance pierres - combat médiéval - Jeux de palets, Molky,... - fabrication de masques - Danses et encore plein d’autres ateliers !

 

Ramenez vos fesses, votre énergie, votre atelier, vos boissons... Ca se passera à La Pointe, sur la D15 à la sortie du Temple de Bretagne en direction de Fay.

 

Programme complet en cliquant sur l'affiche !

 

zadfestexterieurprint04c93

 


Partager cet article
Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 22:41

Cyclo anti THT en prélude au week-end de la résistance du Chefresne (Cotentin)

Une ligne THT (Très Haute Tension) est prévue pour évacuer l'électricité du futur EPR, afin de noyer l'Europe du Sud et la Méditerranée par l'énergie nucléaire, et chasser les autres sources d'énergie, en maintenant les populations sous ce joug centralisé. Une lutte passée, en Catalogne, concernait un autre tronçon de cette autoroute d'énergie nucléaire... Cet équipement s'accompagne d'expulsion et de répression par une administration dictatoriale directement aux ordres de RTE (Réseau transport d'électricité, filiale d'EDF).
Le cyclo anti-THT est initié par un groupe informel de jeunes anarchistes rennais et mayennais ; il veut soutenir les opposants à la ligne THT, sensibiliser les gens à cette lutte par des inscriptions (tags), des débats, des projections, des distributions de tracts et des échanges le long du parcours ; le vélo en fût le moyen (très) pratique, convivial et symbolique. Nous étions en autonomie ( tentes, nourriture, etc, etc...).
L'appel au rassemblement du Chefresne fut le but principal de notre manifestation.
Le samedi 17 Juin, rendez-vous à Beaulieu-sur-Oudon, en Mayenne, pour le départ du cyclo anti-THT. Nous sommes 7, accueillis chez des opposants à la ligne THT.
Le lendemain, de nombreux cyclistes nous accompagnent, en plus des voitures de gendarmerie et de son hélicoptère : comme quoi le nucléaire n'est pas neutre en CO2 !
Les jours suivants, nous roulions à environ une quinzaine de cyclistes, toujours escortés par la gendarmerie ! Je passe sur les péripéties qui furent notre vie quotidienne passionnante. Je note le peu d'engagement pratique actuel des gens, en-dehors des opposants déclarés ; mais, l'encouragement et l'approbation que nous reçûmes tout au long du parcours devrait inquiéter les nucléocrates.
Nous arrivâmes au camp le jeudi 21 en fin d'après-midi. Le camp était déjà installé. La gendarmerie aussi.
Le lendemain, le cyclo anti-THT se dissout dans les différentes activités du camp.

En voiture jusqu'au Chefresne, samedi 22 juin

Arrivés sur le coup de midi au "bourg" de Chefresne samedi 22 juin, à chercher où se trouve le camp, nous croisons une camionnette avec des militants et militante anti aéroport de Notre-dame-des-landes. On se suit jusqu'au bois occupé par les opposants, avec les cabanes dans les arbres... par où doit passer la ligne à Très haute tension... ce qui signifie que le bois sera rasé. Les 400 000 volts prévus d'être transportés par la ligne venant du réacteur nucléaire EPR (si ce projet ruineux et dangereux aboutit...) dégageront un rayonnement électrique néfaste aux espèces animales (y compris aux humains donc) à proximité.
On reprend la route jusqu'au camp. Premier contrôle policier : identité et papiers du véhicule. A l'intersection suivante : second contrôle (des fois que leurs collègues auraient mal fait leur travail peut-être ?)... Le récipissé, remis par la police pour limiter les contrôles systématiques, annoncé par le gouvernement, n'est pas encore en place vraisemblablement... Il semble qu'un policier nous filme durant toute l'opération...

 

La vie dans le camp de la résistance


L'arrivée au camp de la résistance est beaucoup plus sympatique. Nous sommes accueillis avec le sourire, on nous indique où nous garer, l'organisation spatiale du camp, on nous remet un petit document informatif avec des conseils pratiques pour bien réussir une manifestation.
Coup de bol, il reste à manger auprès de la cantine schmrutz : repas bio vegan succulent (comme à chaque fois !) à prix libre. A chacun sa vaisselle ensuite, dans l'esprit d'autogestion. Tout le week-end, nos cuisinières, cuisiniers et boulangers assureront de quoi nous sustenter du petit déjeuner au dîner, à la mode 100 % végétale !
Outre l'espace cuisine, sur ce camp de grandes tentes ou chapiteaux permettent aux gens de se rassembler : sont installés un espace lecture avec de nombreuses brochures (à prix libre toujours), une buvette à petits prix (pas mauvais le cidre et le jus de pommes normands !), la tente de l'équipe médicale (medical team), un lieu où se ressourcer en cas de coup de blues... et les toilettes sèches habilement placées.
Un tableau donne la chronologie des rendez-vous du week-end, les heures des discussions débats. (Voir le programme sur ce site http://valognesstopcastor.noblogs.org/1087).
Près d'un demi millier de personnes vivent sur ce camp. Les discussions et rencontres spontanées ou organisées s'enchaînent.
L'après-midi du samedi a pour thème "la convergence des luttes" (anti nucléaire, anti aéroport, anti lignes à grande vitesse... etc.). Comment défendre un territoire, lieu de vie, face aux projets délirants de l'Etat et du capitalisme qui n'ont en pensée que le développement (de leur puissance) faisant fi des conséquences sociales et écologiques ? Quels liens les militant-e-s peuvent construire avec les populations locales ? Comment poser les problèmes en termes de société à reconstruire sur de nouvelles bases ? Quels moyens donnés à la lutte ? etc... Beaucoup de questions qui cherchent encore des réponses. Pour certains, une catastrophe nucléaire étant sans commune mesure par son pouvoir de dévastation et d'implications sanitaires, sociales et écologiques, par rapport à tous les autres risques industriels, la priorité est d'arrêter au plus vite ("immédiatement") cette horreur. D'autres estiment que pour s'en sortir, il faut remettre en cause la société (société capitaliste de croissance) qui a permis l'élaboration de telles industries...
D'autres réunions permettent de préparer les manifs du lendemain, jour des actions contre les pylônes de la future ligne THT...
Régulièrement, à proximité du camp, passent une fourgonnette de la police ou de la gendarmerie. Un hélicoptère survole le camp, filmant et photographiant tout ce qu'il peut. Les fichiers vont pouvoir être mis à jour... Même la nuit, ce moustique géant tournera au-dessus du camp à trois reprises... Les réserves de fioul de l'Etat doivent être bien remplies...

 

Banderole-antinuke.jpg

 

Le dimanche, les manifestations... et la répression

 

Dimanche, réveil sous la pluie. Elle ne cessera pas de la journée ! Grrrmmmlll... Une grande assemblée générale accorde les objectifs et fonctionnements de chaque groupe de manifestant-e-s.
Nous étions dans le groupe 1, avec en banderole de tête "nucléaire : arrêt immédiat". Les cirés et les bottes sont de sortie... Des flics filment le défilé... Au bout d'1 km, notre liberté de circuler et de manifester est entravée par un barrage de police. Nous progressons lentement, certain-e-s particulièrement dangereux (!) chantent des chansons antinucléaires (souvent des détournements de morceaux existants)... et, sans sommation, une première salve de lacrymogènes nous arrête ! Après la dispersion des fumées, nous reprenons la marche, nouveaux tirs de lacrymos. Nous nous interrogeons sur la marche à suivre. Au loin, résonnent des détonations où nous savons que les copines et les copains doivent se rendre. On pense à eux et elles avec un certain effroi... Un appel du camp nous informe que ça sent le roussi et qu'il est préférable de rentrer. Nous laissons une voiture de pompiers passer récupérer des blessés. On se demande ce qu'il se passe. De retour au camp, on nous raconte la violence des flics lors de l'affrontement, blessant une personne grièvement à l'oeil. Au mépris de toute considération pour le blessé, la maréchaussée ne voulait même pas laisser passer le véhicule de secours des pompiers ! Il a fallu l'intervention d'une journaliste allemande pour que cela se résolve.
On voit donc déjà le changement : après la Sarkozie, place à la Hollandie ! Le donneur d'ordre, c'est bien l'Etat, Manuel Valls encore une fois a mis ses bottes de Guéant !

Témoignage sur le cortège pylônes :

Le cortège composé de jeunes et de quelques moins jeunes a aussi quitté le camp à 10 h en prenant la direction opposée à la manif vers le pylône 220 sur le haut de la butte. Après avoir fait 200 mètres, illes étaient visibles du camp à 100 mètres. Face à eux une douzaine de flics les ont immédiatement arrosés de grenades lacrymogènes. Le vent était à ce moment favorable mais malgré la pluie fine les gaz s'élevaient. Le cortège s'est regroupé et a de nouveau essuyé des tirs de lacrymos avec un vent qui était défavorable.
Plusieurs grenades assourdissantes ont été envoyées par les "chiens policiers".
Ca commençait à ressembler à un champ de bataille...
Après un deuxième regroupement, le cortège est reparti en courant sur le groupe de tireurs. L'affrontement fut bref et d'une violence extrême. Le cortège voulant absolument passer pour aller au pylône. C'est là que furent blessés 6 activistes dont deux aux yeux... Le repli vers le camp se déroula de façon très ordonnée. Les blessés furent pris immédiatement en charge par l'équipe médicale... "Les chiens policiers" vinrent aux abords immédiats du camp. Le face à face était très tendu. Il est clair que si les flics étaient entrés dans le camp la situation aurait basculé. La mission des flics était d'empêcher toute jonction entre les différents groupes situés plus loin au bois du Chefresne et plus loin au village (les habitants et habitantes et des soutiens).
A noter que les pompiers furent bloqués par les flics qui voulaient les accompagner dans le camp...
Des instants précieux furent ainsi perdus...
Ce mardi un activiste blessé aux yeux était toujours à l'hôpital.
La conclusion, c'est que ce cortège a fait preuve d'une bravoure face à la violence policière. Les maîtres ont changé, Hollande a remplacé Sarkozy, et Valls a remplacé Guéant. Les chiens policiers sont les mêmes, le pli sarkoziste est pris. Les méthodes ne changeront pas mais la répression ne nous fera pas céder.

 

La Préfecture de la Manche s'est exprimée brillament à propos de ce week-end :
"Quand on regarde les plaques d'immatriculation on voit que beaucoup de voitures ne viennent pas de la région, ce qui laisse penser que les gens viennent "dans le but de déstabiliser les forces de l'ordre et de lutter peut-être pas contre la THT mais contre l'ordre établi" :

Sans doute ignore-t-elle que le nucléaire est un danger planétaire dont les effets sanitaires traversent frontières et océans. Ainsi, par définition, tout le monde étant concerné, tout opposant est donc à part entière un "local" face au péril nucléaire, fondé à s'exprimer et manifester...

    
Nous, groupe libertaire Lochu - Ferrer et fédération anarchiste 56, tenons à dénoncer fermement la violence de l'Etat et à exprimer toute notre solidarité avec les victimes des violences policières (certains, "légèrement blessés", ont reçu des éclats de grenades dans les jambes !) et avec toutes et tous les résistant-e-s à la ligne THT.
 

 

Hormis cette répression, le camp peut être vu comme une étape de la lutte antinucléaire. Il a permis des rencontres, renforcé des liens.
Au retour : deux contrôles de police à nouveau avec (mini) fouille du véhicule pour savoir si nous ne transportions pas d'explosifs ! Les flics ont de l'imagination... Il faut bien qu'ils se justifient leur fonction pour sauver leur conscience de défenseurs de l'ordre inique établi, que l'on peut qualifier, du point de vue de la justice sociale et écologique, comme un grand désordre !

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 09:28

Le groupe libertaire Lochu - Ferrer (fédération anarchiste Vannes - Lorient) appelle volontiers à cette mobilisation antinucléaire ! Empêcher la construction de cette ligne à très Haute tension, c'est un des principaux leviers pour stopper la relance du programme nucléaire français, via le coûteux réacteur EPR  de Flamanville (Manche).

Pour un co-voiturage depuis le Morbihan, nous contacter ou envoyez un message à Stop nucléaire 56 trawalc'h (stop-nucleaire56(a)laposte.net -  Tél : 06 67 67 27 74) avec qui nous fonctionnons en coopération.

 

Vidéo de présentation des enjeux (en 10 minutes !), cliquez ici !

 

epr2

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 22:33

A quelque chose, malheur est bon. Un aspect positif de la nucléarisation du monde réside dans l’essor d’un secteur prospère de l’édition, consacré à sa critique. Des milliers de livres publiés et re-publiés afin que nul ne puisse dire qu’il ne savait pas, quand on lui avait bien dit. Le crime accompli, ces milliers de livres restent utiles à sa compréhension ; qui sont les criminels, les coupables, les complices, les témoins passifs, plus ou moins, les victimes ; ce que les nucléocrates nous ont à jamais imposé et comment ; ce qui reste encore à faire, sachant que contrairement à une escroquerie répandue par des manipulateurs "associatifs et citoyens", il n’est désormais plus possible de "sortir du nucléaire".

Près de 250 000 tonnes d’ordures radioactives pour 10 ou 100 000 ans. Leur volume, leur létalité et leur péril croissent chaque jour. Il faudrait au moins alerter nos éventuels descendants de l’effroyable héritage qui leur est légué sans possibilité de refus. Impossible aussi, comme l’explique Marion Lantoine dans "L’indicible éternité de la mort nucléaire" (à télécharger ci-dessous). Les fossoyeurs qui nous enfouissent sous leurs montagnes de poison doivent s’avouer incapables de créer les signaux de danger adéquats, à l’usage des "générations futures". A quoi bon, dira-t-on, ces constats catastrophistes : Le nucléaire ni la mort ne se peuvent regarder fixement. Sans doute, mais quand leur rayonnement nous éblouirait, nous garderions sur les regards fuyants des faux aveugles l’avantage des yeux ouverts. Travaillons-donc à bien regarder. Voilà le principe de la résistance.

 

(Lire la suite)

Partager cet article
Repost0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 20:05
Co-voiturage au départ de Vannes 9h30 place de la Libération

Le 26 avril 1986 à Tchernobyl, un réacteur nucléaire explosait et précipitait plus d’un million de victimes (dont 800 000 «liquidateurs») vers la mort, le handicap et la maladie. Sur des centaines de kilomètres carrés, l’eau, l’air, le sol sont durablement contaminés par la radioactivité. Plus de 10 000 enfants par an sont toujours soignés au seul hôpital de Gomel (Bélarus) pour des malformations du cœur, du système cardio-vasculaire, du tube digestif, des reins,… sans compter les cataractes, cancers et baisse d’immunité.

 

Le 11 mars 2011, une nouvelle catastrophe nucléaire frappait Fukushima au Japon, entraînant la contamination de plus de 30 000 km² et de plusieurs millions d’habitants. Ici encore, ce seront des milliers d’enfants qui vont subir la mort, le handicap, la maladie nucléaire dans les années à venir.

 

Les Japonais ont tiré la seule conséquence logique de ce drame : l’arrêt de leurs 54 réacteurs nucléaires en à peine plus d’un an. En France, pourquoi attendre qu’un accident survienne ? Etes-vous prêt à ce que vos enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants,… soient victimes de la radioactivité ?


Depuis la création en 1945 du Commissariat à l’Énergie Atomique, une oligarchie confisque les décisions relatives à la politique énergétique, cultive le mensonge, la dissimulation, l’opacité, nous impose des contaminations régulières (mines, usines, réacteurs, entrepôts), un déploiement policier constant, des cibles potentielles explosives, des dépenses publiques abyssales, une gabegie énergétique (socialement indécente) par le chauffage électrique, des déchets hautement dangereux pour très longtemps, un risque permanent de catastrophe qui menace la vie au-delà des frontières administratives.


Pour toutes ces raisons, nous exigeons :

  • l’arrêt immédiat du programme électronucléaire français ;
  • l’arrêt de la construction de l’EPR à Flamanville ;
  • le démantèlement inconditionnel des armes atomiques et l'arrêt des recherches militaires ;
  • l’affectation des finances publiques et privées vers une ambitieuse et participative politique énergétique, tournée vers la sobriété, l’efficacité, les énergies renouvelables.

 

STOP NUCLÉAIRE 56 / TRAWALC’H !

6 rue de la Tannerie 56000 VANNES – http://stop-nucleaire56.org

Partager cet article
Repost0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 17:30

* La ZAD, c’est pour les aménageurs la Zone d’Aménagement Différé ; pour nous une Zone À Défendre : un bout de campagne à quelques kilomètres de Nantes (Bretagne) qui devrait, pour les décideurs, laisser place à un aéroport international. (+ d'infos...)

 

 

En novembre, un journaliste de France Culture est venu sur la ZAD avec ses micros, ses questions et ses motivations. Des quatre rushes enregistrés, le comité central de la propagande de la radio publique en a fait une émission de 45 minutes. Celle-ci s’est focalisée sur le mode de vie des occupant-e-s, sur l’alternative, sur les trajectoires de vie, etc. Plus rien sur Vinci, plus rien sur notre rejet des médias…

Ces rushes, on les a récupérés, et avec la même matière nous avons monté un nouveau monstre, un nouveau savoir sur la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, sur le mouvement d’occupation de la ZAD, sur notre opposition à l’aéroport et son monde.

Il faut écouter ce son en considérant qu’il a été sciemment monté dans l’intention de nuire à la société spectaculaire.

Bonne écoute !

1re partie : Notre rejet des médias mainstream, notre intérêt pour l’automedia ;

2e partie : De l’autonomie, ce n’est pas seulement manger les poubelles du Super U ;

3e partie : Une Zone en lutte contre un projet d’aéroport.

ZAD, 19 avril 2012

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse suivante : groupe.lochu(a)riseup.net

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi 10 novembre - Vannes, Lorient et Pontivy - Appel unitaire à la grève. Rassemblements (autorisés) des personnels de l’Éducation Nationale (écoles, collèges, lycées) pour l'amélioration des conditions sanitaires, pour l'allègement des effectifs et le recrutement de personnels (ceux des listes complémentaires etc...) . 10h30 Vannes, devant la DSDEN (3, Allée du Général Le Troadec), 10h30 Lorient devant la sous-préfecture, 10h30 à Pontivy à La Plaine. A l'appel des syndicats de l’Éducation Cgt, Fo, Fsu et Sud

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 10 décembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Autonomes" (documentaire de François Bégaudeau), en présence de Benjamin Constant, présent dans le film. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements