Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 21:33

A Vannes, presque 18 000 personnes ont à nouveau manifesté pour le retrait de la réforme des retraites (mais aussi contre tout un tas d'autres attaques du Pouvoir). Pour une fois, le parcours marquait une volonté de sortir du cadre des manifs-promenades... Telle était la volonté du collectif de lutte Résistance 56, soutenu par FO et par Solidaires (dans lequel on retrouve tout aussi bien des militants et militantes Cgt, Fsu, Unsa et des non syndiquéEs). Les membres du groupe libertaire Lochu (& FA) ont aussi choisi de s'investir dans ce collectif.

 

Emmené par la Cgt, le cortège s'est arrêté au rond-point Pompidou qui donnait sur la voie express. La Police nationale empêchait d'aller plus loin. Sans même avoir amorcé une tentative de passage, la voiture sono de la Cgt n'a pas tardé à partir vers la gare, entraînant une bonne part de ses troupes et celles de la Cfdt, pour rejoindre le parcours "normal" (= la promenade !) de la manif qui plaît tant à la Préfecture, car il ne dérange pas grand chose et sur une très courte durée. Le Capital n'en tremble pas beaucoup.

 

C'était sans compter sur la détermination de Résistance 56, des jeunes et de bien d'autres ! Car on sait que si aujourd'hui on ne fait rien de plus, le gouvernement pourra continuer à détruire les conquêtes sociales. Donc ? On bloque !

Un face à face paisible a d'abord lieu avec les flics. A partir d'un moment, les manifestantEs tentent d'avancer : un robocop, un peu nerveux, envoie une bonne giclée de gazeuse ! Beaucoup suffoquent, tout le monde est surpris. La colère monte. Fusent les slogans : "Police nationale : milice du capital", "police partout : justice nulle part". On se tâte sur ce qu'il 1087893 violencesfaut faire : passer en force ? nous diriger vers un temple de la marchandise : le carrefour market comme convenu initialement ? suivre les autres ? Il y a une certaine confusion et plusieurs reprennent la marche vers la gare.

 

A un demi millier, on finit par filer vers Carrouf', emmenés par un groupe de percussions qui donne une bonne pêche. La circulation devient soudainement moins fluide à Vannes. Devant l'hypermarché, une haie de condés barre l'accès. On aurait bien fait un apéro géant offert généreusement par le Carrefour mais, non, on décide de passer notre chemin ! On défile ainsi devant les flics tous surpris et, ni une, ni deux, on accède à la voie express.

Eh bien, voilà, à Vannes, on bloque les flux de marchandises, les flux de travailleurs, les flux de consommateurs. Au bout d'un certain temps, on remonte la voie express vers la prochaine sortie, suivis de près par les bagnoles de flics. On fait une pause avant de quitter la voie express... et voilà que les forces de l'ordre étatique nous balancent moults lacrymos. On s'éloigne, non sans tousser et les larmes aux yeux. En guise de riposte, quelques pierres sont projetées. Il est fait remarquer aux flics qu'ils sont aussi soumis à cette réforme des retraites qui les fera "travailler" plus longtemps. Au lieu de tirer sur les travailleurs & les jeunes, ils seraient bien inspirés de lâcher les gaz sur toute leur ligne de commandement... surtout en haut-lieu. Une invitation à la démission, à la désobéissance, à la désertion leur a même été suggérée. En vain ! Chez ces gens là, pense-t-on ?

Sorti de la voie express, le cortège se reforme pour se rendre à la Préfecture.

Une étape importante a été franchie à Vannes : du jamais vu, selon quelques anciens ! Maintenant quelles suites ?

Assemblée générale du collectif de lutte Résistance 56 au Palais des Arts de Vannes à partir de midi.

 

 

Grève. 400 manifestants bloquent la RN 165 [Vidéos+diapo]
La manifestation s'annonçait tranquille. Mais un itinéraire changé à la dernière minute et des affrontements ont eu raison de l'unité syndicale. La RN 165 bloquée et des dispersions à la lacrymo, le face-à-face avec la police a été tendu.

10h. Les manifestants se sont massés tranquillement sur la Rabine. Les lycéens scandent des slogans anti-sarkozystes. «À force de se mobiliser et de ne pas voir les choses bouger, on se pose des questions sur le mouvement. L'espoir est toujours là, mais on aimerait que tout le monde se mobilise, les élèves, les profs et les parents d'élèves», clame Hugo, 17 ans, qui dort devant le lycée Lesage depuis une semaine.

10h30. Le cortège s'ébranle peinardement. Mais l'itinéraire a été changé au dernier moment. Les 11.000 manifestants remontent la rue Thiers, puis la rue Hoche. Au lieu de descendre le boulevard de la Paix, ils filent vers le rond-point Pompidou, où ils organisent un sit-in.

11h30. Tandis qu'une grosse partie du cortège part vers la mairie via la rue des Grandes-Muraille, on assiste aux premiers heurts devant les cordons de policiers. Le collectif Résistance 56, des lycéens et des anarchistes font face un bon quart d'heure. La situation se tend lorsqu'un pompier avance en poussant un petit camion. Les manifestants lui emboîtent le pas, ce qui déclenche l'assaut: tir de grenades lacrymogènes, et quelques coups de matraque. Les cris et les insultes fusent. Les syndicats (FO et Sud) ainsi que les élus présents tentent de calmer le jeu.

12h30. Entre tâtonnements et tergiversations, un groupe de 400personnes finit par se diriger vers Carrefour, «symboles des dérives économiques actuelles», selon Lydie Loyer, de FO. Lycéen à Lesage, Jean-Pierre se prend à rêver d'un nouveau Mai-68. Les premières salves de lacrymo semblent trahir chez certains une envie de durcir le ton.

13h15. Au pas de charge les lycéens mènent la troupe. Sur le rond-point, certains posent leurs fesses par terre pour faire une pause, d'autres pressent le pas vers la grande surface. Un cordon de police se dresse à l'entrée du parking sans doute pour les empêcher de pénétrer dans l'hypermarché. Mais les forces de l'ordre sont dépassées par des lycéens qui courent en direction de la voie express pour bloquer la circulation. «La prise de la Bastille aura été longue à se dessiner», jubile un manifestant arborant le drapeau noir des anarchistes. Le trafic sera paralysé pendant près d'une heure et demi: 3km de bouchons dans chaque sens!

14h. Après la prise de parole et une Internationale entonnée par les responsables syndicaux, la décision est prise de défiler jusqu'à la prochaine sortie Vannes-Ménimur. Une marche d'une demi-heure ponctuée de sit-in et de pourparlers.

14h45. La sortie de la quatre voies se fait sous la pression des forces de l'ordre qui délogent les manifestants à coup de lacrymo. Ils répliquent par des jets de pierres. Le cortège prend bon gré mal gré la direction du centre-ville dans un nuage de gaz et bifurque vers la préfecture où a lieu la dislocation. Il est 15h30.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er lundi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été. Pas de permanence lundi 2 octobre 2017.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
Notre prochaine soirée publique :
 
 
 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tout novembre (du 1er au 30 !) - Le mois du documentaire 2017, 17ème édition. 113 séances en Bretagne

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 2 novembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "La question démographique et ses implications politiques", avec Jean-Pierre Tertrais, par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 10 novembre - Vannes - Soirée débat du groupe Lochu. Nous accueillons Alain Leduc pour son ouvrage "Octave Mirbeau, le gentleman-vitrioleur"

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 7 décembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "Migrants. Témoignage de sympathisants sur leur expérience à Calais en soutien à la lutte des migrants", par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements