Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 16:55

Ci-dessous l’appel de l’intersyndicale :


"Dans l’intérêt général des salariés, les organisations CFDT- FO- CGT- CFTC appellent à participer massivement au rassemblement le samedi 30 juin 2012 à 10h00 à Vannes à la Rabine avec prise de parole.
Vous, salariés, avec les syndicats, exigez :
     Le maintien de l’intégralité du groupe.
     La sauvegarde de tous les emplois, des outils de production.
     Des droits nouveaux pour les salariés et leurs organisations.
     La reconnaissance des salariés qui ont créé la richesse de l’entreprise.
   Les salariés ne sont en rien responsables de la situation, toutes les responsabilités incombent à la stratégie du groupe Doux.
Ensemble dans l’unité la plus large, luttons pour notre avenir.
Présence indispensable de tous les salariés.
Venez nombreux à Vannes (salariés, amis, voisins, retraités…etc...)
NON AU DEMANTELEMENT DU GROUPE"

Nous n'avons pas participé à cette manifestation à l'appel de l'intersyndicale. Non parce que nous voudrions que les salarié-e-s se retrouvent au chômage... car nous sommes solidaires avec les exploité-e-s mais, justement, pour des raisons à la fois sociales, écologiques et de santé publique.

Raisons sociales :
  

   Chômage ici...
Doux est un élément clé de l'agriculture industrielle bretonne. Par son implantation au Brésil, il était même une multinationale qui n'a pas hésité à délocaliser avec tous les travers de ce type d'entreprises (exploiteurs de la main-d'oeuvre, mauvaise paye, dégâts environnementaux...).
Contrairement à ce que laisse entendre le patronat de l'agroalimentaire en Bretagne et ailleurs, cette "modernisation" du système agricole détruit plus d'emplois qu'elle n'en crée... et elle continue dans cette voie. En effet, pour répondre aux impératifs de productivité et de marge de profits, il a fallu agrandir les exploitations, les équiper (en matériel, en produits chimiques dits phyto sanitaires et en médicaments - antibiotiques, vaccins... -)... et réduire le nombre de paysans. Cette élimination planifiée de la petite paysannerie, avec l'appui des pouvoirs publics (Etat et Union Européenne), n'a pas été sans conséquences : désertification rurale, mise au chômage, suicides, dépression, et prolétarisation vers les usines de l'agro alimentaire, d'autant que celles-ci ont largement recours au personnel intérimaire. Sur les 50 dernières années, le bilan en termes d'emplois créés dans l'agro par rapport à l'élimination des petits paysans (et des emplois qui étaient attachés à une vie rurale plus intense) est évidemment déficitaire (en Bretagne, de 169 000 exploitations agricoles en 1969, on tombe à 33 000 en 2009 alors que, parallèlement, le nombre de salariés de l'agroalimentaire était de 69 000 au 31 décembre 2009, et ce avec une population bretonne qui a augmenté...).

La réorganisation de l'agriculture capitaliste n'est pas encore achevée et de nombreux agriculteurs et éleveurs vont encore mettre la clé sous la porte et revendre leurs terres aux grosses exploitations.
Soutenir le système Doux (notamment ce qu'on appelle les élevages intégrés, soit disant indépendants parce que non salariés mais, en réalité, complètement enchaînés à l'industriel), c'est soutenir l'élimination de la petite paysannerie, c'est-à-dire l'accroissement du chômage !

    ...et chômage là-bas

Dans les usines Doux, du poulet "bas de gamme" est produit à destination du marché africain. Ses exportations, souvent subventionnées, cassent le marché des petits producteurs locaux de volailles... lesquels se retrouvent au chômage et migrent souvent désoeuvrés vers les (bidon)-villes... et parfois plus loin. L’appel intersyndical ne bat-il pas de l'aile (si l'on ose dire) avec de telles revendications ? Où est passé l’internationalisme syndicaliste ? Plonger des prolétaires dans la misère, ici ou là-bas, est pour nous tout aussi révoltant.


De même, il est de notoriété publique (confirmée par des études) que le travail dans les usines telles celles de Doux développent des maladies professionnelles (troubles musculo squelettiques) et un taux d'accidents du travail plus élevé que la moyenne. Lire l'article de bastamag " les forçats de la volaille". Extrait : "Sur le site « Père Dodu » (Doux) à Quimper, « Le taux de fréquence des accidents de travail est de 98,88 % ! Cela signifie que l’ensemble des salariés du site ont été victimes d’un accident de travail dans l’année, ou que certains ont été plusieurs fois en arrêt de travail suite à un accident (chutes, heurts, coupures…) », détaillait Raymond Gouiffès, délégué syndical de la CGT, chez Doux. Est-ce rendre service aux travailleurs et travailleuses de vouloir les faire retourner dans ces lieux d'exploitation et qui leur ruinent la santé ?


Raisons écologiques :


D'autres ont déjà effectué le bilan de l'élevage intensif et de l'agroalimentaire (dont Doux) qui lui est lié : pollution des cours d'eau, pollution de l'air (particules de pesticides en divagation), algues vertes, déforestation en Amazonie (pour la culture de soja fourrager, souvent Ogm, destiné aux animaux d'élevage européens, entre autres), émission de gaz à effet de serre (CO2, méthane, protoxyde d'azote...), utilisation de carburant pour l'importation d'aliments d'élevage et exportation des produits finis... De même, les productions animales, du début à la fin de la filière, consomment énormément d'eau potable.

Raisons de santé publique :


Les élevages concentrationnaires impliquent l'utilisation massive d'antibiotiques pour une double raison : d'une part faire face aux multiples germes qui peuvent pulluler, d'autre part accélérer la croissance des animaux. Ce recours fréquent aux antibiotiques génère une résistance des bactéries à ce type de médicaments... et rend toute la population humaine plus vulnérable. Des résidus de vaccins se retrouvent aussi dans la chair des animaux et ce qu'on appelle les sous-produits (lait et ses dérivés, oeufs...).

Déliquescence du syndicalisme ?


Les termes de l'appel intersyndical posent question. Il semble témoigner d'une vue étroite et à court terme. Il est bien peu offensif et vraisemblablement pas à la hauteur des enjeux. Si l'on se focalise uniquement sur l'aspect "emplois" comme le font les organisations syndicales signataires de cet appel, au nom du pragmatisme, d'une réponse immédiate à apporter aux salariés menacés par le chômage, le calcul est quand même faux, comme on l'a vu. Répétons le : l'agroalimentaire détruit plus d'emplois (ici et dans les pays vers où les produits sont exportés) qu'il n'en crée et désorganise par sa concentration l'aménagement du territoire, accélérant l'exode rural. Nulle part l'appel inter syndical n'évoque une reconversion des usines Doux et de ses fournisseurs... pas plus que l’Etat d’ailleurs. Ce dernier est bien dans son rôle de défense de l'exploitation capitaliste... contrairement au syndicalisme en principe.


Pourtant, compte tenu des considérations (anti) sociales, écologiques et sanitaires relatées ci-dessus, il n'est pas exagéré de qualifier l'outil de production Doux, comme un outil de destruction des travailleurs, des animaux et de l'environnement. Le groupe Doux, et particulièrement la famille Doux, a fait fructifier son capital sur le dos des travailleurs et de l'environnement, n'hésitant pas à délocaliser quand ses intérêts le commandaient. C'est le travail, disons même l'exploitation des salariés, qui a fait la richesse de ce capitaliste. Il a réussi à bénéficier de nombreuses aides publiques, notamment les dizaines de millions d'euros de subventions européennes dans le cadre de la PAC (politique agricole commune) : "depuis 1995, Doux a ainsi empoché plus de 1 milliard d'euros d'aides" (Canard enchaîné du 6 juin 2012). Sa fortune s'est considérablement accrue (+ de 18 % entre 2010 et 2011). La famille Doux est ainsi devenue la 146ème fortune de France.

Reconversion et autogestion


Aussi, pour notre part, nous ne soutenons pas le maintien de l'outil Doux. En revanche, car ce sont les salariés les premiers concernés, nous revendiquons que la fortune de Doux soit récupérée par les travailleuses et travailleurs qui l'ont construite de leur sueur, de leur labeur... et de leur douleur ! Doux doit leur verser à chacune et à chacun une très forte indemnité, leur permettant d'échapper (au moins un temps) au travail salarié : le repos, ils et elles l'ont bien mérité ! Nous militons pour l'expropriation de Doux. Nous voulons aussi que sa fortune serve dans un premier temps à financer la reconversion des élevages en petites unités de production biologique, réparties sur l’ensemble du territoire, assurant un maillage au plus près des consommateurs et consommatrices, pour favoriser les circuits courts. Il nous semble aussi pertinent d’axer ces productions davantage vers l'alimentation végétale, car celle-ci a la plus faible empreinte écologique et rend moins dépendante les productions animales aux importations (fussent-elles de grains biologiques). C'est une logique de souveraineté alimentaire et une prise en compte de la condition animale.


Ceci dit, la reconversion des salariés et des éleveurs vers d'autres activités plus intéressantes d'un point de vue écologique, social et sanitaire n'est pas une garantie pérenne. Le système agricole mondial est globalisé, une rude concurrence sévit en son sein... Il est un concentré de ce qu'est le capitalisme, n'hésitant pas à plonger dans la misère des millions de travailleurs, et à provoquer des famines... alors que la production végétale va au delà des besoins mondiaux (selon Jean Ziegler, ancien rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation, la production de céréales annuelles pourrait satisfaire une population de près de 12 milliards d'humains sans la spéculation, sans le détournement de nourriture vers la production de viandes et d'agrocarburants).


Pour autant, une nouvelle production "alternative" risque de se heurter aux contraintes capitalistes et à sa logique de compétition et de concentration. Soit le concurrent est éliminé, soit c'est sa propre entreprise qui disparaît. Il y a toujours des perdants dans une telle configuration. Aussi n'y a-t-il pas de solutions au sein du système ! Les rapports d'exploitation perdurent car telle est sa fonction. C'est bien ce système qui est à démanteler et de nouvelles formes de sociétés humaines à reconstruire. Combinée avec la socialisation (collectivisation) des moyens de production et des terres, l'autogestion, qui n'est pas une solution clé en main, mais une méthode d'organisation et un but à atteindre, nous semble la réponse la plus appropriée car non dogmatique et adaptée aux populations qui s'en emparent...

Partager cet article

Repost 0
Published by anars56 - dans anticapitalisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er jeudi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog. Nous vous recommandons de télécharger adblock qui les neutralisera. Adblock, logiciel gratuit, fonctionne pour Mozilla, Internet explorer, etc...

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
 

--------------------------------------------------------------------------

Jeudi 27 avril - Ciné Roch à Guéméné sur Scorff (56) -19h45 Projection du documentaire sur la transition écologique "Qu'est-ce qu'on attend ?" de Marie-Monique Robin

--------------------------------------------------------------------------

Du vendredi 28 au dimanche 30 avril - Lorient et Ploemeur (56) - Rencontres internationales des résistances aux OGM, avec des représentant-e-s des 5 continents. Ateliers (sur inscription), conférences... Organisées par Ingalan

--------------------------------------------------------------------------

Vendredi 28 avril - Rennes - 19h « La parole des femmes sur la question animale », conférence organisée par Sentience Rennes et le CRPEA (Collectif rennais pour l'égalité animale), présentée par Élise Désaulniers. Campus Villejean, bâtiment L. Entrée libre

--------------------------------------------------------------------------

Du samedi 29 au dimanche 30 avril - Trégunc (29) - Festival Grains de sable : foire alternative et bio, plus de 100 exposants, producteurs, artisans. Conférences, débats, films, spectacles pour petits et grands, ateliers... De 10h à 19h (spectacle/concert 20h30 samedi). 3 euros la journée. Halle des sports

--------------------------------------------------------------------------

Lundi 1er mai - Hennebont (56) et partout dans le monde - Manifestation de solidarité internationale contre l'exploitation et l'aliénation au travail, pour l'émancipation des travailleurs et travailleuses (avec ou sans activité).

--------------------------------------------------------------------------

Lundi 1er Mai - Rennes (35) - A l’issue de la manifestation de classe des travailleurs (départ 10h30 place de la mairie), la Fédération Anarchiste organisera un Meeting de rue orienté sur le lien entre la grève du vote et les luttes sociales. « Tu es exploité, voter n’y changera rien, Abstention et luttes sociales ». Rdv sur le lieu de dislocation de la manif (vraisemblablement autour de 12h30 place du général de Gaulle). Les prises de parole FA devraient s’articuler autour de 2 grands thèmes : l’inadéquation du système électoral comme outil d’émancipation sociale et la capacité des luttes sociales à construire collectivement un autre futur. De plus, en lien et en accord avec l’organisation du meeting, le collectif à Table  (cantine mobile pour nourrir les luttes) organise un banquet pour la fin de la manif, comptant fournir 4 à 500 repas, avec le soutien d’étudiants et / ou des jeunes de la conf paysanne. Des collectifs de soutien aux luttes en cours (à Babacar,  Guyane, NDDL, Rennes ingouvernable) pourraient être amenés à intervenir, ès qualité, à l’issue des prises de paroles de la FA. Le micro sera ensuite ouvert au public

--------------------------------------------------------------------------

Lundi 1er mai - Brech (56) - Apéro-concert avec Les Fées Minées (folk, punk aux chouettes textes). A Calan, ferme Mange-tout. 18h

--------------------------------------------------------------------------

Vendredi 12 mai - Guichen (35) - 19h30 Concert "Keep the rage, live session 1" avec 2 groupes à tendance punk engagé : Coin locker babies et Cave ne cadas. Au bar l'Accueil breton.

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 13 mai - Rochefort en Terre (56), café de la Pente - 21h Concert de soutien à la caisse anti-répression 56, organisé par le collectif ZAD de Questembert et son infokiosque. Avec 3 groupes punk rock : Les Scotchés, The Attendants, 70 Pornographix men. Prix libre.

--------------------------------------------------------------------------

Vendredi 19 mai - Vannes - 20h30 Projection de courtes vidéos puis débat sur la décroissance avec Jean-Pierre Tertrais (auteur de plusieurs ouvrages sur la question). Maison des associations (rue G. Le Bartz). Organisé par le groupe libertaire René Lochu.

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 20 Mai - Lorient - Mobilisation contre Bayer-Monsanto de 10h à 21h. Animations, marché de producteurs, stands, pique-nique, restauration bio, marche (départ 14h), prises de paroles, buvettes, musiques. Rdv Quai des Indes

--------------------------------------------------------------------------

Du vendredi 26 au dimanche 28 mai - Lorient - Festival Unies sont nos cultures (contre-culture autogérée). 8ème édition. Jam Graffiti, concerts, sound-systems, sk8board, tables de presse, expos, performances... Rue Florian Laporte

--------------------------------------------------------------------------

Concerts

 

 

Autres événements