Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 11:53

1675Moutons

Voter, ce n’est pas seulement donner à un professionnel du discours politicien et à son parti la « légitimité » de contraindre, sans même avoir à respecter les promesses bidons de leur programme, toutes les populations d’un territoire. C’est aussi obliger toutes les personnes n’ayant pas donné leur accord pour se faire gouverner par cet élu (à savoir les gens ayant voté autre chose, mais aussi les abstentionnistes et non-inscrits), à nourrir cet élu et son parti. Eh oui, la « liberté d’expression » des partis se présentant aux élections… est financée par l’ensemble des contribuables.
La Nouvelle République rappelle aujourd’hui cet enjeu essentiel des élections législatives : le pognon.
« Des voix qui rapportent gros. Tous les cinq ans c’est la même chose. On s’esbaudit devant le nombre toujours élevé de candidats aux législatives. Il y a pourtant une explication très simple à cet embouteillage. Le financement public des mouvements politiques est basé sur le nombre de voix récoltées au premier tour de cette élection, et au nombre d’élus. Au premier tour, chaque voix rapporte environ 1,70 euro au parti qui présente le candidat (à condition de faire plus de 1 % des suffrages dans au moins 50 circonscriptions). On comprend mieux pourquoi tous les partis ont intérêt à présenter un maximum de candidats. On comprend mieux pourquoi, aussi, certains ne font parler d’eux qu’à la veille des élections législatives. Un exemple au hasard : connaissez-vous le Trèfle Nehna (Nouveaux écologistes, hommes, nature et animaux) ? Voilà un mouvement qui a présenté des candidats en 2007 (deux dans la Vienne) et qui, sur cette base, a reçu chaque année un peu plus de 150 000 euros (163 339,38 en 2011) dans le cadre du financement de la vie politique. »


Bref, c’est à tout le monde qu’il revient de financer les politicards pour voir s’étaler leurs prétentions grotesques à « représenter » les populations, dans l’espace public et médiatique.
Cette disposition de 2003 (à laquelle il faudrait ajouter que le versement a lieu chaque année, pendant cinq ans) est complétée par une somme de plusieurs dizaines de millions d’euros (40 millions en 2007), répartie proportionnellement entre les députés se déclarant au parti concerné.


Une fois élus, ces députés vivent grassement aux crochets des populations : 7 100,15 euros brut par mois, dont une indemnité de fonction non imposable (1 420,03 euros), soit la bagatelle de 5 189,27 euros net par mois.
À cette somme rondelette s’ajoute une « indemnité représentative de frais de mandat », avec 6 412 euros brut par mois, pour les diverses dépenses « liées au mandat » : bagnole, loyer, frais de réception, d’habillement… il convient en effet, lorsqu’on vit de l’esbroufe consistant à prétendre « incarner la nation toute entière », de ne pas vivre comme de vulgaires prolétaires.
C’est aussi compter sans les avantages : pas moins de 9 138 euros brut par mois pour la rémunération des collaborateurs. Accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF (en première classe), déplacements gratuits à Paris en voiture de l’assemblée ou en taxi (toujours dans le cadre des missions du parlementaire, bien évidemment et nul n’en doute), carte de métro gratuite, remboursement des forfaits de cinq lignes téléphoniques et d’un abonnement internet…
Le président de l’Assemblée nationale perçoit, quant à lui, une indemnité propre de plus de 14 000 euros, et bénéficie d’un luxueux logement de fonction : l’hôtel de Lassay, avec des domestiques.


On pourrait aussi évoquer le fait qu’un mandat (de cinq ans donc) donne à un parlementaire le droit à une retraite de près de 1 200 euros. Soit quasiment la pension médiane de la retraite perçue par les gens ayant bossé quarante ans. Et ce, sans décote.


Un député peut par ailleurs cumuler son indemnité parlementaire avec celles d’autres mandats électifs, dans la limite d’une fois et demie le montant brut de l’indemnité parlementaire de base, soit 2 757,34 euros au titre de ses mandats locaux.


Ajoutons à cela les affaires politico-financières qui continuent de faire florès au sein de la « vie politique », à travers les réseaux d’élus : emplois fictifs, surfacturations lors de contrats publics, rétrocommissions diverses, dons aussi généreux qu’intéressés de riches amis…
Le plus sidérant dans tout ce système « démocratique », dont le rôle essentiel et historique est de donner un semblant de légitimité au capitalisme et de garantir sa défense armée, judiciaire et médiatique… c’est qu’il y ait encore des gens qui votent.

Jeanine, groupe Pavillon noir de la Fédération anarchiste


Extrait du Monde libertaire n°1675 (31 mai-6 juin 2012)

 

En complément à cet article, on lira avec intérêt celui de l'Observatoire des inégalités, publié sur Rennes Infos :

De quel milieu social viennent les députés ?

A quand la parité sociale ? Alors que les employés et les ouvriers représentent plus de la moitié de la population active, seul 1% des députés proviennent de leurs rangs. Et encore, certains élus ont quitté leur profession d’origine depuis de longues années. A l’inverse, les cadres et professions intellectuelles supérieures représentent 59 % de l’ensemble. Avec les professions libérales, ils forment les trois quarts des députés.

(Lire la suite)

Partager cet article

Repost 0
Published by anars56 - dans Anarchisme
commenter cet article

commentaires

cristel 02/06/2012 16:15

les ecolos sont nazzzz broques comme dirait mon fils de 6 ans! les Bobos c has been!!! il y a d'autres batailles! j'aime pas le femminisme c un outrage a la femme mais c koi ce bordel meme plus de
loi contre le cuissage! viva la france! sourire

cristel 02/06/2012 16:03

je recherche un insurgé de saint avé 56 ki c'etait publié sur badoo (site de merde!!!)! Mais j'ai pris un kawa avec lui sur le port et tres sympa! et j'aimerais avoir de c nouvelles!
Cristel

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er lundi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été. Pas de permanence lundi 2 octobre 2017.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
Notre prochain rendez-vous public :
 
Jeudi 16 novembre - Vannes - Manifestation contre les Ordonnances Macron (cf. appel de l'intersyndicale du Morbihan) et contre l'état d'urgence devenu droit commun. 10h30 la Rabine (esplanade du Port)
 
 
 
 
 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tout novembre (du 1er au 30 !) - Le mois du documentaire 2017, 17ème édition. 113 séances en Bretagne

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 16 novembre - 10h30 Grève et manifestations contre la casse sociale orchestrée par le gouvernement à la solde du patronat - Lorient (Bld Cosmao-Dumanoir), Vannes (esplanade du port), Belle-Ile (port Le Palais).

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 7 décembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "Migrants. Témoignage de sympathisants sur leur expérience à Calais en soutien à la lutte des migrants", par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements