Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 20:20

Programme complet en cliquant sur l'affiche

 

fsl-2013-affiche-copie-1

Vendredi 25 janvier - Vannes - Conférence gesticulée "Clito : un p'tit nom qui en dit long" - Palais des arts - 20h - Spectacle gratuit

 

------------------------------------------------------

 

Samedi 26 janvier - Séné - de 10h à 24h - Edition 2013 du Forum social local : cycle de conférences débats sur 3 thèmes : droit et femmes, droit et travail, droit et alimentation - Install party. Le groupe libertaire Lochu y tiendra une table de presse : venez nous rencontrer et découvrir de chouettes revues et bouquins ! - Restauration bio à prix libre - Bar - Concert le soir avec Céline Bardin (sur une base jazz, elle chante les femmes) et Altam (rock électro)

 
 
----------------------------------------------------- 


Dimanche 27 janvier - Séné - de 10h à 17h - Forum ouvert sur la transition (énergétique, villes en transition...) où chacun-e propose et choisit un atelier + à 10h : Projection du documentaire "Fukushima, une population sacrifiée" suivie d'une conférence-débat avec Stop nucléaire 56 Trawalc'h + Toute la journée : zone de gratuité ou magasin gratuit proposé par le SEL du Golfe (Système d'échange local)

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 11:40

  Compte-rendu effectué par R. (militant au collectif anti-aéroport de NDDL du Pays de Vannes) que nous reprenons (merci à R. qui nous épargne d'en rédiger un nous-mêmes ;-))

 

"Sur une idée du collectif NDDL de Ploërmel, proposant que les collectifs du Morbihan unissent occasionnellement leurs forces pour une action ponctuelle chez l'un ou l'autre, nous étions hier 80 à Vannes pour l'action nationale PAS UN SOU POUR VINCI, représentant les collectifs de Lorient, Vannes, Questembert, VHF, Sarzeau, Ploërmel, Redon.

Arrivés  sur le parking Vinci en milieu de matinée nous avons mis en place une opération parking gratuit avec banderoles et panneaux explicatifs sur les grands projets inutiles, celui de l'aéroport bien sûr mais aussi le tunnel de Kérino.

 Autour de la caisse de paiement, avant la sortie, l'information sur l'action avec distribution de tracts a permis de nombreuses discussions. C'est là que nous avons recueilli le maximum de signatures de la pétition contre le projet d'aéroport et collecté quelques adresses mail de personnes souhaitant rejoindre un collectif. Les quelques pro aéroport qui tenaient absolument à payer leur parking ont pu le faire.

Aux barrières d'entrée l'information sur notre action était le plus souvent bien accueillie et permettait aux automobilistes de se préparer pour la suite.

 Près de la barrière principale avait été installée la cuisine en plein air, où se préparait la soupe de légumes de saison, qui a été très appréciée par ce froid glacial. Quelques instruments de musique en tous genres  nous avaient déjà réchauffés. Un groupe est allé avec une brouette pleine de légumes arpenter joyeusement le bitume du marché voisin en distribuant des tracts. Au retour nous avons eu droit à une aubade de chants miltants par la chorale de Questembert. Des journalistes ont pris des photos. L'un d'entre nous a filmé quelques moments forts.

Après le repas nous nous sommes réunis à une quinzaine, représentant tous les collectifs, pour un bilan de la matinée qui s'avère trés positif et nous donne envie de renouveler l'expérience d'une action commune ailleurs. Lorient aura peut être quelque chose à nous proposer au printemps.

 

Si la détermination et l'inventivité de tous les collectifs de France sont à la mesure des nôtres, Vinci a du souci à se faire pour son projet d'aéroport. La lutte continue."   

 

R.

 

----------------------------------------------------------------------------------------

 

Selon Ouest-France du samedi 19 janvier 2013

Vannes. Les militants anti-aéroport ne désarment pas

Environnement 

Vannes est à plus de 80 km de Notre-Dame-des-Landes. Et pourtant, samedi matin, le débat sur le projet d'aéroport s'est à nouveau invité au coeur de la ville préfecture du Morbihan. C'est devant un lieu symbolique qu'une trentaine de manifestants ont donné de la voix.

 

Devant le parking Vinci

Postés devant le parking République géré par Vinci, concessionnaire également du futur aéroport, ils ont dénoncé un « projet dépassé alors que l’on peut encore améliorer l’aéroport de Nantes et augmenter son trafic ».

«Le Premier ministre fait le sourd»

Et de regretter « l’attitude du Premier ministre qui reste sourd à nos revendications et veut passer en force en détruisant les champs et la biodiversité de Notre-Dame-des-Landes », regrette Marie-Josée Thouvenel, membre du tout nouveau collectif de la presqu’île de Rhuys. Les opposants ont étalé de la paille au sol et fait déguster de la soupe aux passants.

 

Note Anars 56 : Pour notre part, pour des raisons écologiques, mais aussi contre une certaine forme de tourisme, nous sommes opposé-e-s à l'augmentation du trafic aérien où qu'il soit... et même favorables à sa forte décroissance. D'autant que l'accroissement actuel de celui de Nantes Atlantique est surtout dû aux compagnies dites "low cost" avec tous les inconvénients liés à ce type de compagnies (cf. émission Là-bas si j'y suis du 04/11/2010 sur France Inter, ou cet article du Monde diplomatique d'octobre 2008 "Du « low cost » qui coûte cher. Payer les passagers pour voyager")

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Selon Le Télégramme du 19 janvier 2013

Vannes. Manif anti Notre-Dame-des-Landes... avec une soupe chaude

Envoyer l'article à un ami

Une trentaine de personnes manifestent ce matin contre le projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes. Devant le parking Vinci de la Poste, ils ont installé foin, tables, chaudron et légumes pour préparer une soupe qu'ils comptent distribuer aux passants. Un message à déguster bien chaud signifiant qu'il vaut mieux "cultiver des terres que du bitume". Les manifestants, qui font partie des collectifs morbihannais contre le projet, s'amusent à faire courir la rumeur que l'aéroport pourrait finalement se faire près de Vannes....

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Selon le Mensuel du Golfe du Morbihan du 19 janvier 2013 (Cliquez sur le lien pour accéder aux photos du Mensuel du Golfe)


Notre-Dame-des-Landes : les anti mobilisés à Vannes
Une quarantaine d'opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes a manifesté ce samedi sur le marché vannetais et place de la République.

De la paille étalée au sol, de larges banderoles accrochées sur les murs, la place de la République de Vannes a été relookée ce samedi matin. Une quarantaine d'opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes y a mené une opération "parking gratuit". Dans le collimateur des militants : l'entreprise Vinci. La société exploitant le parking souterrain vannetais a aussi obtenu la concession du futur aéroport du grand Ouest. "Nous avons bloqué les barrières pour laisser entrer les voitures librement, et empêchons l'accès à la caisse pour les automobilistes", explique ce manifestant. Dans l'ensemble, les usagers ont accepté volontiers la démarche.

Les opposants ont aussi défilé sur le marché, place des Lices, en entonnant des chansons. Et ils ont distribué gratuitement de la soupe de légumes. Ces militants sont issus de sept collectifs morbihannais. Des membres de la Confédération paysanne et d'Europe Ecologie Les Verts participaient également à cette opération. "Même si le projet se situe en Loire-Atlantique, il s'agit d'un combat universel qui dépasse les frontières. On ne veut pas voir des terres agricoles saccagées. C'est notre alimentation qui est en jeu", déclare Adélaïde, membre du collectif VHF (Votre homme des forêts).

 

Note Anars 56 : nous étions bien près de 80 mais réparti-e-s aux 2 entrées du parking et dans la manif...

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 16:51

fest noz Nddl

Neulliac se trouve au nord de Pontivy !

Plusieurs personnes (un zadiste, un pilote opposé au projet,...) seront là. Ils feront une courte prise de parole entre chaque groupe de musique et seront présents au stand d'information pour répondre aux questions - Organisé par le collectif NDDL de Centre-Bretagne - Salle des fêtes - 21h - Tarif libre (bénéfices pour l'ACIPA)

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

Pas de sous pour vinci copie

 

APPEL NATIONAL A TOUS LES COMITÉS DE SOUTIEN CONTRE LE PROJET D’AÉROPORT DE NOTRE DAME DES LANDES

APPEL A MOBILISATION JOYEUSE ET FESTIVE SAMEDI 19 JANVIER A VANNES dans le cadre des 2 jours d'actions contre Vinci

Pour les comités du Morbihan RDV 9h45 sur l'Esplanade (le port) pour le rassemblement initial

Et à partir de 10H DEVANT LA POSTE DU CENTRE VILLE DE VANNES

Nous préparerons et servirons ensemble une soupe populaire, alors ramenez des légumes, nous nous occupons du matériel et des gamelles !! Venez aussi déguisé-es en gaulois-es !!! Et si possible, ramenez de la paille et de la terre !! Des idées d'actions instantanées vous seront proposées sur place ! alors avis aux curieux-ses !!! Nous pourrons chanter, danser, échanger avec les passant-es sur ce monstre bétonneur... et faire de l'aéroport un projet imaginaire... Pique-nique en fête

14h30 : Discussion inter-comités du 56 (échanges d'expériences et préparation des actions à venir !). Alors venez nombreux-ses !!! Merci de diffuser cet appel au sein de vos réseaux de comités de soutien du 56 !

Des militantes et militants du groupe Lochu - Ferrer seront de la partie !

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 21:47

Dans le supplément gratuit n°23 du Monde Libertaire (20 décembre 2012), page 3, se trouve un article signé par Roger Dadoun "La psychanalyse est une anarchie".

 

Commentaires :

 

Je ne m'arrête qu'au titre, cependant j'ai un peu de bon sens et de logique...
La psychanalyse est, rappelons-le, une technique psychothérapeutique qui vise à réduire des troubles névrotiques, trouvés au travers d'une investigation des processus psychiques de la personne humaine. Elle se dit scientifique et médicale.
C'est donc logiquement qu'elle est utilisée par le système judiciaire et étatique pour étiqueter les individus et leur accorder, ou leur retirer, leur droit d'être responsables de leur vie et de leur choix de vie.
Cela est loin de l'idée de l'anarchie ; et si on pousse le sens des pratiques de la psychanalyse qui étiquette tout ce qui sort d'un normal établi, comme une déviance à soigner... eh bien on doit craindre que la psychanalyse aie tendance à lobotomiser ou électrochoquer tous ces anarchistes déviants de la société....
Quand on met les personnes dans des boites, et qu'on essaye de les remettre dans la norme, quand on décide ce que la vie de l'autre doit être, comment la psychanalyse peut être une anarchie ?

Si l'on voit que la psychanalyse s'est majoritairement faite l'alliée de la classe dominante, il existe pourtant un courant subversif.
A propos du doute cartésien, je rappelle que Descartes (1596 – 1650) disait douter de tout, sauf d'un dieu unique, de la religion et de la nécessité d'un roi ! En outre, il se permettait de douter de ce qui le gênait dans ses raisonnements, y compris les choses les plus réelles, pour leur substituer des idées ; par exemple, ce penseur, lâche devant les puissants, cruel envers les faibles, n'hésite pas à déclarer (sans examen critique) que les animaux ne sont que des machines incapables de souffrir et de penser. Quand on prône la critique radicale, on ne fait pas référence à ce faussaire de la liberté de penser. Le curé Meslier (1664 – 1729) serait mieux venu dans un journal anarchiste. Ce curé en effet, se déclara athée, contre les riches, et critiqua le sort que l'on faisait aux animaux. Il n'hésita pas, lui, à soumettre à l'examen critique les religions et les hiérarchies sociales.
    En passant, je note que l'étymologie de transgression est fausse : ce n'est pas la trans-agression, mais la trans (au travers) gression (marche sur, terme guerrier chez les Romains) ; donc, la transgression est bien le franchissement violent d'une limite...
    Mais, le meilleur du pire arrive : c'est de décider que Eros et Thanatos, deux inventions de Freud, sont anarchistes. Pas-du-tout ! Wilhelm Reich, élève de Freud, a largement montré dans ses écrits que la pulsion de mort permettait à Freud de donner une base biologique, donc naturelle, inévitable, aux luttes des humains, et donc d'écarter les théories de luttes de classes. Dernièrement encore, un petit chef d'Etat en France, prétendait que la criminalité était dans les gènes de certains... Thanatos serait donc dans les gènes des humains !...
    En fait, si l'anarchisme peut détourner la psychanalyse, ce n'est pas aux dernières théories de Freud, mais plutôt au contenu subversif qu'en a dégagé Wilhelm Reich qu'il faut emprunter. C'est ainsi que nous le ressentions en 68, et il est lamentable de voir que un demi-siècle plus tard, une presse anarchiste fasse un tel recul dans la critique radicale de la société de classes.
    Je relève au passage, la référence au rationalisme, qui est à la critique radicale ce que le laïcisme est à l'athéisme...
    Enfin, une attaque masquée contre le livre de Michel Onfray sur Freud, montre que Roger Dadoun défend la psychanalyse officielle, celle même qui a dénoncé Wilhelm Reich aux nazis !

La psychanalyse dominante, érige en principe une fantomatique pulsion de mort appelée Thanatos, afin de réaffirmer son allégeance à la "civilisation". Tout révolutionnaire doit donc savoir que le sadisme (thanatos, pulsion de mort, etc, etc...) n'est qu'une forme réactionnelle à la répression libidinale que la classe dominante impose aux enfants afin d'en faire des esclaves.

 

A et JJ

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 15:25

Renault. 7 500 postes supprimés en France d’ici 2016

PSA : 5 000 postes supprimés

Etc, etc...

 

« Créer de nouvelles voies de circulation sur les autoroutes pour régler les problèmes d'embouteillage revient à desserrer sa ceinture pour lutter contre l'obésité » Lewis Mumford

Soumise à des restructurations, des alliances, des fusions dans le cadre d'un essoufflement de l'économie mondiale, d'une crise écologique et de reculs sociaux, le secteur automobile subit un sérieux revers (il n'est évidemment pas le seul puisqu'en France le cap des trois millions de chômeurs vient d'être franchi). Les suppressions de postes et les plans sociaux se multipliant, avec les drames humains, les souffrances qui les accompagnent, c'est évidemment la défense de l'emploi qui apparaît comme la préoccupation la plus urgente. D'où l'impératif de mobiliser, de faire converger les luttes en ne comptant que sur nos propres forces. Mais si cette « crise » ne débouche pas sur une profonde réflexion concernant la place démesurée occupée par la voiture, le doute instauré par un progrès technique incontrôlé, la finalité oubliée de la production, les contraintes incontournables de l'écologie, elle préparera des bouleversements plus terribles encore.

Une industrie en sortie de route

Malgré tous les subterfuges élaborés pour le doper, le marché de l'automobile est saturé. Et ce n'est pas une nouveauté : en France, c'est en 2005 que la circulation a diminué pour la première fois. Les voitures neuves se vendent mal ; des usines ne tournent qu'à 75 % de leurs capacités – et la plupart des constructeurs et des pays sont concernés (la production automobile en France est passée en sept ans de 3,7 millions à 2,3 millions). Avec des répercussions considérables chez les équipementiers et les sous-traitants. Par ailleurs, le parc automobile mondial atteint aujourd'hui un milliard d'unités (100 000 nouveaux véhicules par jour !!) ; l'industrie automobile représente douze millions d'emplois au sein de l'Union européenne, environ 10 % de la richesse nationale créée. La moitié des ressources mondiales sont consacrées à la voiture. Fallait-il imaginer que la logique du capitalisme mondialisé puisse assurer une expansion continue pour des millénaires ? Un système fondé sur la croissance, l'endettement, le déni de la réalité, la fuite en avant finit un jour par se heurter au problème des limites.

L'avènement du « tout-bagnole »

Depuis les premières automobiles construites le long d'une chaîne de montage, c'est-à-dire depuis l'œuvre de Henry Ford, dont Hitler disait : « Je considère H. Ford comme mon inspiration » (Detroit News, 31 décembre 1931), tout est mis en œuvre pour assurer l'expansion illimitée de l'automobile : elle doit devenir incontournable. Dès 1900, la presse automobile compte en France 25 publications. Les clips publicitaires envahissent rapidement les moyens de communication en exaltant la puissance, la virilité (en 2009-2010, Renault investissait 426 millions d'euros). La voiture est synonyme de plaisir, de liberté, d'aventure, d'évasion, d'où le fétichisme autour de cet objet d'adoration, vécu comme extension du domicile individuel, voire comme partie intégrante de l'individu lui-même. La mobilité devient signe d'émancipation (même quand on roule à 20 km/h... ou à 200 km/h sur une route à 110 ? ) ; le mouvement est érigé comme une valeur en soi, d'où le développement d'un tourisme prédateur. L'évolution de l'urbanisme contribue à éloigner les lieux de travail des lieux de vie (123 millions de déplacements quotidiens motorisés en France). L'essor du commerce mondial provoque l'acheminement de milliers de tonnes de marchandises sur des dizaines de milliers de km (car la critique ne se limite pas au « tout-bagnole », mais s'étend au « tout-camion » et à l'avion). L'organisation du travail permet que des pièces soient fabriquées, assemblées, emballées dans des pays éloignés. Les courses automobiles et autres rallyes sont autant de vitrines à la gloire de cette industrie. Aux Ėtats-Unis et en Europe, on a même détruit délibérément des réseaux locaux de tramways, supprimé des milliers de km de voies ferrées et des petites gares pour assurer le triomphe de la technologie la plus ruineuse. C'est bien l'automobile qui a acculé à la faillite les réseaux ferroviaires et métropolitains.

La ville « moderne » a été conçue, non pour l'humain-e, mais pour la voiture. Et celle-ci a rendu la grande ville puante, bruyante, asphyxiante, inhabitable. D'où la nécessité de toujours plus de voitures pour fuir l'enfer du macadam. Impeccable circularité, comme dirait André Gorz, qui rappelait que l'humain-e et l'espace ont subi la même fragmentation (éclatement de l'espace urbain et saucissonnage de l'individu en différentes fonctions, compartimentation entre les diverses dimensions de l'existence). Désintégration de l'humain-e amorcée avec la division du travail.

Un bilan hallucinant

stress automobileSans nier les services rendus au quotidien par la voiture, les conséquences de son emprise planétaire peuvent être qualifiées de désastreuses :

° chaque année, plus d'un million de personnes meurent et 50 millions se blessent (souvent gravement) dans des accidents de la route (on peut ajouter au nombre des victimes la main-d'œuvre à bon marché nécessaire à l'extraction de diverses matières premières et à sa construction, et largement située dans le « tiers-monde ») ;

° l'utilisation des carburants multiplie les maladies respiratoires et les cancers (au moins 400 000 personnes mourraient prématurément par inhalation de particules fines chaque année en Europe) ; par ailleurs, une voiture absorbe annuellement plus d'une tonne d'oxygène ;

° des milliards d'heures sont perdues annuellement par les utilisateurs dans les embouteillages ou les transports inutiles ; les nuisances sonores liées au trafic peuvent engendrer perturbations du sommeil, stress, manifestations d'angoisse, voire lésions auditives ;

° des surfaces considérables de bonnes terres agricoles disparaissent définitivement sous l'asphalte (plus de 90 000 ha de ces terres sont artificialisées chaque année en France) ;

° les différents milieux « naturels » subissent une dégradation et une fragmentation qui portent atteinte à la stabilité des écosystèmes et à la biodiversité ; 300 000 litres d'eau sont nécessaires pour produire un seul véhicule, et chaque véhicule requiert plus de vingt fois son poids en matières premières ; 25 millions de barils de pétrole sont déversés volontairement ou accidentellement chaque année dans le monde ; en France, deux millions de véhicules légers sont jetés chaque année, soit 280 000 tonnes de vieux pneus, 30 000 tonnes de résidus de batteries (plomb, cadmium hautement nocifs), 400 000 tonnes de déchets industriels spéciaux.

° régulièrement, des guerres meurtrières (dont les deux « guerres mondiales ») sont conduites pour l'appropriation d'une ressource finie, le pétrole, déstabilisant l'ensemble de la géopolitique mondiale (rappelons aussi que certains constructeurs, comme Citroën, avaient commencé leur carrière dans l'industrie de guerre) ;

° la circulation automobile est un des facteurs principaux des émissions de gaz à effet de serre, c'est-à-dire des perturbations climatiques dont les conséquences sont incalculables.

Le tout, en engloutissant des sommes gigantesques d'argent public (les nuisances dues à l'automobile absorbent près de 10 % du PIB européen). En outre, la voiture contribue à accroître les inégalités sociales. Si la marche maintient une égalité relative entre individus, toute accélération, s'appuyant sur des infrastructures souvent gigantesques, s'effectue au détriment des plus faibles. Les riches sont ceux qui peuvent bouger le plus, aller où bon leur semble, s'arrêter s'ils le veulent. La vitesse est bien trop chère pour être réellement partagée ; sa limitation est donc un garde-fou égalitaire. Par ailleurs, la voiture précipite la dissolution du collectif, des solidarités essentielles, accompagnant une idéologie qui façonne nos comportements vers l'individualisme, l'agressivité, la compétition, la haine de l'autre. La mobilité est un droit, mais la voiture privée n'est pas le bon outil pour le garantir.

Sauver le système...

Face aux difficultés auxquelles se heurte l'industrie automobile, c'est la crispation générale. On peut faire confiance à la puissance du lobby : il est hors de question de laisser sombrer une « filière d'excellence », quitte à obtenir la caution de quelques scientifiques pour désamorcer les critiques portées contre l'automobile. Soucieux de rémunérer leurs actionnaires, les constructeurs profitent de l'aubaine pour accélérer la casse sociale (des dizaines de milliers d'emplois supprimés) et pour promouvoir de fausses alternatives technologiques (agrocarburants, voiture électrique, hybride, hydrogène...). Or il faut répéter qu'il n'existe pas de voiture propre : une voiture ne se limite pas à une tonne de matériaux, mais induit un système fondamentalement destructeur, un univers déshumanisé, celui des autoroutes, des rocades, des stations-service, des super-pétroliers, des usines et des grandes surfaces. Les politiciens s'obstinent à renflouer le secteur, et passent de la prime à la casse à l'aide à la voiture « écologique »... en programmant la construction de milliers de km de nouvelles voies autoroutières ! Adeptes de la croissance économique, les syndicats s'arc-boutent sur la seule défense de l'emploi et du pouvoir d'achat.

Et la majorité de la population, pratiquant la politique de l'autruche, refuse la remise en cause d'un « outil » dont les conséquences négatives surpassent largement les bienfaits. A ceux qui s'acharnent à préserver, coûte que coûte, la filière automobile au nom de l'emploi (et de la liberté de circulation ?), il faut rappeler que le détournement des terres agricoles pour produire le carburant des riches accroît la pénurie de nourriture chez les pauvres, et que 88 % de la population mondiale n'utilise pas de voiture ! Peut-on combattre efficacement le capitalisme en s'acharnant à sauvegarder son plus beau fleuron ? A propos, il serait profitable de méditer ces propos, qui ne sont pas d'un obscurantiste aigri, mais d'Aurelio Peccei, ancien dirigeant de Fiat et l'un des créateurs du Club de Rome : « Il est indubitable que l'automobile individuelle, que nous utilisons deux ou trois heures par jour, qui occupe de l'espace et pollue les zones géographiques dans lesquelles nous passons la plus grande partie de notre vie, est un anachronisme » (Preuves, n°6 -1971).

...ou changer de société

Et pourtant, cette « crise » fournit l'occasion rêvée d'engager un questionnement, une réflexion sur le type de société susceptible de concilier l'émancipation de l'humain-e et la gestion des écosystèmes sur le long terme. Parce que, non seulement l'automobile ne conduit pas à l'émancipation des classes laborieuses, non seulement elle n'est pas un moteur de l'économie (elle asphyxie plutôt les finances publiques), mais elle accélère la raréfaction du pétrole et des matières premières (depuis l'exploitation du premier puits de pétrole, plus de 1000 milliards de barils ont été extraits des sous-sols, et on consomme quatre fois plus de pétrole que l'on ne découvre de nouveaux gisements). Notre dépendance extrême à l'égard d'un pétrole dont l'ère s'achève bientôt nous contraint à repenser radicalement notre façon d'appréhender l'espace, à résister à cette mode du « bougisme ». Et surtout à envisager le problème de l'emploi, non sous l'angle d'une paix sociale, mais sous celui d'une production socialement utile et écologiquement respectueuse.

routeLa centralité de l'automobile est désormais caduque ; la culture asservie à la voiture a vécu. L'alternative à la voiture ne peut être que globale : pas seulement technique, mais essentiellement culturelle, philosophique, politique, civilisationnelle. Pour mettre en œuvre cette transformation, de nombreuses pistes s'offrent à nous :

° Redéfinir nos besoins réels en termes de déplacements utiles : l'hypermobilité tant glorifiée ne contribue en rien à l'épanouissement de l'humain-e. L'objectif est donc de réduire l'utilisation de la voiture et ses « dommages collatéraux », modérer la vitesse, l'encombrement, développer le covoiturage, le partage ou la location... Encore faudrait-il que l'individu sorte de son statut de « consommateur-automobiliste-téléspectateur ».

° Promouvoir les modes de déplacement « doux » (un trajet sur deux s'effectue sur moins de trois km) : marche, vélo, patins à roulettes, et les transports en commun (à plusieurs conditions : la gratuité, le faible impact écologique...).

° Multiplier les actions de désobéissance civile ou d'obstruction juridique lors de la construction ou de l'extension d'une autoroute, d'une rocade, d'un parking.

° Restaurer, à travers les quartiers, les communes, un cadre de vie à échelle humaine où règnent la convivialité, l'unité de la vie (habiter, travailler, s'instruire, se détendre, communiquer...).

Mais un tel « programme » nécessite une sortie du capitalisme, une (ré)appropriation, non seulement de la rue, mais de l'ensemble de l'outil de production, des moyens d'existence. La colère ne suffira pas. Vous avez dit « révolution » ?

 

Jean-Pierre TERTRAIS

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 22:18

Fédération Anti-nucléaire Bretagne : fan-bretagne(a)laposte.net - Tel : 06 65 72 31 66

 

Communiqué du 13 janvier 2013

 

AREVA ne fera la loi ni en Bretagne, ni en France, ni au Niger ni ailleurs !

 

En Bretagne, en juillet 2008, Sortir du nucléaire Cornouaille avec l’appui scientifique de la CRIIRAD, pointait des pollutions radioactives inadmissibles dues à l’exploitation de l’uranium dans plus de 20 sites miniers d’AREVA. Des chemins de randonnée présentaient un niveau radioactif 20 fois plus élevé que le niveau naturel. 4 ans plus tard, le pollueur AREVA n’a pas entrepris une seule action de décontamination ou de radioprotection vis-à-vis de la population malgré la relance constante de l’association Rozglas (Morbihan).

En France, la situation intolérable des 200 anciennes mines a fait se regrouper cet été, les associations locales concernées ainsi que l’association AGHIR IN MAN du Niger en un Collectif Mines Uranium afin qu’AREVA ne fasse la loi ni en France ni au Niger ni ailleurs.

Et pourtant c’est bien ce que compte faire AREVA en assignant en justice l’Observatoire du nucléaire, le 1er février au TGI de Paris. Dans un communiqué du 11 décembre 2012, l’Observatoire du nucléaire dénonçait le « curieux don » de l’industriel français AREVA avec le versement de 26 millions d’euros dont la majeure partie affectée à l’achat d’un avion au président nigérien. Ce 7 janvier 2013, l’Observatoire du nucléaire a interpellé à travers des lettres ouvertes, le président de la République française, François Hollande, le premier ministre Jean-Marc Ayrault et le ministre chargé du développement Pascal Canfin. A ce jour, aucune explication n’a été donnée sur les agissements d’AREVA. A cela s’ajoutent le fonctionnement opaque et stérile des Observatoires de santé au Niger et au Gabon, la violation de la réglementation pour le gisement d’Imouraren au Niger, l’affaire surpayée URAMIN visant à faire acheter des EPR par l’Afrique du Sud, des pratiques douteuses pour acheter la complicité de villageois de PINEHOUSE situé dans les grandes mines d’uranium au nord de la province de Saskatchewan au Canada. Et cette liste n’est qu’un petit aperçu des faits récents.

Aussi la Fédération anti-nucléaire Bretagne demande que cesse l’impunité d’AREVA. L’extraction scandaleuse de l’uranium qui ne laisse qu’un héritage empoisonné aux générations actuelles et futures, doit aussi cesser. Elle salue l’action courageuse de l’Observatoire du nucléaire et lui apporte son entier soutien.

La Fédération Anti-nucléaire Bretagne appelle tous les citoyens épris de transparence, de justice et de démocratie à exprimer leur solidarité en se rassemblant, bâillonnés, devant les préfectures et sous-préfectures de Bretagne le Vendredi 1er Février, 18h, jour de l’assignation à comparaître de l’ « Observatoire du nucléaire ».


La Fédération Anti-nucléaire Bretagne a été constituée le 27 octobre 2012 à Pontivy. Elle a pour but de structurer et d’amplifier l’action régionale du mouvement anti‑nucléaire breton, et d’agir pour l’arrêt immédiat du nucléaire.

Plateforme disponible sur les sites http://www.stop-nucleaire56.org et http://www.sortirdunucleairecornouaille.org

 

Le groupe Lochu est membre actif de la FAN Bretagne.

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 22:29
Salut,

2013-00552.jpg1ère feuille d'infos 2013 !
Pour bien la démarrer, on peut voir un chouette tag à Nantes dédié à tou-te-s les révolté-e-s d'ici et d'ailleurs.

Ca se confirme que ça va être chaud tant l'agenda est rempli : peut-être est-ce Bakounine qui a rempli la hotte ? Pour ce qui est du soutien à la ZAD et à l'opposition à l'aéroport de ND des Landes et son monde, seules les initiatives du Morbihan sont ici relayées
(et encore celles qui sont publiques... ;-)). Pour connaître les RDV dans les autres départements, consultez les sites de la ZAD ou de l'ACIPA.

Le prochain RDV public concocté par nos soins, c'est bien le vendredi 8 février, à Vannes pour une projection débat de
"Les escadrons de la mort ; l'école française" de Marie-Monique Robin... qui montre bien comment un Etat organise sa domination. Un cinémanar bon cru qui s'annonce et on espère vous y retrouver !

Toujours plein d'initiatives et réflexions chez nos ami-e-s d'Indymedia Nantes et Rennes Infos.

Le Blog anars 56 s'enrichit encore et encore d'articles, on vous laisse les découvrir. Plusieurs sont en préparation : sur le grand contrat décroché pour les chantiers navals de Saint-Nazaire, sur le travail le dimanche à Vannes... etc.

Allez, un p'tit dessin animé de 3 minutes, intitulé Man.

Le groupe libertaire ne se reconnaît pas obligatoirement ni intégralement dans chaque RDV proposé ci-dessous. Et n'oubliez pas qu'entre chaque envoi, l'agenda de la semaine sur le blog est nourri en permanence (il arrive qu'une info nous parvienne peu après l'envoi de cette lettre d'infos...) parfois pour des RDV du jour au lendemain...

Salutations libertaires.
 

 

--------------------------------------------------- 
 
Lundi 7 janvier - Vannes - Réunion du groupe libertaire Lochu (actualités militantes et culturelles locales, préparation des RDV à venir, presse @nare...) - Maison des associations, 6 rue Tannerie - De 18h15 à 20h15

 

---------------------------------------------------

 

Lundi 7 janvier - Vannes - Réunion du collectif du Pays de Vannes opposé au projet d'aéroport de NDDLandes (dans lequel s'implique le groupe Lochu) - 20h30 - Café l'Eloge de la lenteur (16 rue Chateaubriand)

 

---------------------------------------------------

 

Vendredi 11 janvier - Vannes - Campagne : Monoprix, les oeufs de poules en batterie, ça suffit ! Signatures de pétition par les clients du magasin - RDV devant Monoprix, Place Joseph Le Brix de 17h à 19h - organisée par l'asso NEA

 

  ---------------------------------------------------

Vendredi 11 janvier - Vannes - Conférence-débat sur le projet de construction de l"'aéroport grand ouest" (NDDL)  à l’initiative de 2 collectifs « anti-aéroport Notre Dame des Landes », (Pays de Vannes et Trawalc’h / Ras le Bol), avec 4 intervenant-e-s dont 2 géographes - 20h - Palais des Arts

---------------------------------------------------

Vendredi 11 janvier - Rezé (44) - Concert de soutien organisé par la coordination des opposants au projet de Notre Dame des Landes avec Gilles Servat, précédé de Les génisses dans l'maïs invitent Stabul - 20h - Tarif libre, minimum 5 € - A la Trocardière

---------------------------------------------------

Samedi 12 janvier - Pontivy (56) - Rassemblement contre le projet d'aéroport à NDDL et en soutien à la ZAD - 10h30 - La Plaine - Initié par le collectif centre-Bretagne contre l'aéroport NDDL

---------------------------------------------------
   
Mardi 15 janvier - Lorient - Soirée Information (diaporama) - débat sur le projet d'aéroport de NDDL, avec plusieurs intervenants (dont des élus favorables à l'aéroport) - 20h - Par le collectif NDDL Pays de Lorient - cité Allende salle A2 

---------------------------------------------------

Vendredi 18 janvier - Neulliac (56) - Fest-noz contre l'aéroport de NDDLandes avec 7 groupes. Plusieurs personnes (un zadiste, un pilote opposé au projet,...) seront là. Ils feront une courte prise de parole entre chaque groupe de musique et seront présents au stand d'information pour répondre aux questions - Organisé par le collectif NDDL de Centre-Bretagne - Salle des fêtes - 21h - Tarif libre (bénéfices pour l'ACIPA)

---------------------------------------------------


Vendredi 18 janvier - Auray (56) - Projection du documentaire : « Tous cobayes ? » de Jean-Paul Jaud, suivie d'un débat avec Béatrice Jaud - Organisé par l'association Grains de sable (Presqu'île de Rhuys) dans le cadre de l'édition 2013 du Forum social local - 20h30 - Cinéma Les Arcades

---------------------------------------------------

Vendredi 18 janvier - Férel (56) - Soirée-débat projection du film "NDDL : Au coeur de la lutte" - 20h – Salle du pressoir - par le collectif citoyen

---------------------------------------------------
 
Dimanche 20 janvier - Sérent (56) - Projection du documentaire "La Domination masculine", suivie d'un débat sur le thème : “égalité homme/femme aujourd'hui” : échange animé et enregistré par Plum'FM 102.1 - Organisée par Les passeurs d'images et de sons - 15h Salle de spectacle (Place Saint-Pierre) - Entrée libre

---------------------------------------------------

Dimanche 20 janvier - Sarzeau - Théâtre "On ne paie pas, on ne paie pas !", une pièce de  Dario Fo, interprétée par le Théâtre Icare. Farce politique du subversif dramaturge italien d’une brûlante actualité : face à la crise, des femmes s'emparent gratuitement de denrées dans un supermarché et tentent d'échapper à la police... - 17h - Durée : 2 h - Tarif de 10 à 18 euros - Espace culturel l'Hermine -

---------------------------------------------------

Dimanche 20 janvier - Guéméné sur Scorff (56) - Projection du documentaire "L'appétit vient en militant" (sur des communautés au Brésil qui s'organisent pour travailler et en Bretagne sur le soutien à l'installation de jeunes agriculteurs et contre l'agrandissement et la concentration des exploitations) - Cinéma Roch

---------------------------------------------------

Vendredi 25 janvier - Saint Nolff (56) -  Soirée Infos/débat, projection du film "Notre Dame des Landes : Au coeur de la lutte" 20h30 - Centre culturel, rue de la Duchesse Anne

---------------------------------------------------


Vendredi 25 janvier - Arzano (5 min de Quimperlé) - Soirée Hip Hop Rock alternatif avec Première Ligne (Paris), L'Alerte Rouge (Brest), Trouz an Noz (St-Brieuc), Dihuner (Quimperlé)  Pour l'édition 2013 "Libre et Autonome" du Festival Taol Kurun - Prix libre - Salle Louis Yhuel - 21h - Co-organisé par Taol Kurun et Harz

---------------------------------------------------

Vendredi 25 janvier - Vannes - Conférence gesticulée "Clito : un p'tit nom qui en dit long" par la scop Le Pavé et l'asso féministe rennais Questions d'égalité, (Plaisir et politique au pays de la sexualité féminine, dans un contexte social d'inégalités femmes-hommes et d'homophobie) - Dans le cadre de l'édition 2013 du Forum social local - Palais des arts - 20h - Spectacle gratuit

---------------------------------------------------

Samedi 26 janvier - Séné - de 10h à 24h - Edition 2013 du Forum social local : cycle de conférences débats sur 3 thèmes : droit et femmes (intégrer le genre dans les actions de solidarité internationale / autonomie des femmes par l'éducation), droit et travail (revenu de base / syndicalisme / souffrance au travail), droit et alimentation (les labels / l'agroécologie, un outil de transformation sociale / Un paysan breton chez les paysans palestiniens / Agriculteurs, paysans ou exploités agricoles) - Install party. Le groupe libertaire Lochu y tiendra une table de presse : venez nous rencontrer et découvrir de chouettes revues et bouquins ! - Restauration bio - Bar - Concert le soir avec Céline Bardin (sur une base jazz, elle chante les femmes) et Altam (rock électro) - Prix libre
 
---------------------------------------------------

Dimanche 27 janvier - Séné - de 10h à 17h - Edition 2013 du Forum social local. Forum ouvert sur la transition (énergétique, villes en transition...) où chacun-e propose et choisit un atelier + à 10h : Projection du documentaire "Fukushima, une population sacrifiée" suivie d'une conférence-débat avec Stop nucléaire 56 Trawalc'h + Toute la journée : zone de gratuité ou magasin gratuit proposé par le SEL du Golfe

---------------------------------------------------

Lundi 28 janvier - Baud (56) - Projection du documentaire "L'appétit vient en militant" (sur des communautés au Brésil qui s'organisent pour travailler et en Bretagne sur le soutien à l'installation de jeunes agriculteurs et contre l'agrandissement et la concentration des exploitations) suivie d'un débat avec le réalisateur - 20h Cinéma le Celtic - Entrée libre

---------------------------------------------------

Mardi 12 Février - Locminé (56) - Projection du documentaire "L'appétit vient en militant" (sur des communautés au Brésil qui s'organisent pour travailler et en Bretagne sur le soutien à l'installation de jeunes agriculteurs et contre l'agrandissement et la concentration des exploitations) suivie d'un débat avec le réalisateur - 20h Cinéma le Club - Entrée libre

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 11:55

Texte repris volontiers au blog Les contrées magnifiques animé par Serge Quadruppani

 

On notera avec intérêt (et satisfaction) l'encart à propos d'une révolte d'élèves du collège des jésuites de Vannes au... XVIIIème siècle !!

Bientôt, des enfants, par milliers, à Notre Dame des Landes

Des fugueuses et des fugueurs de (beaucoup) moins de 18 ans en 1911

Et la Mère, fermant le livre du devoir,
S'en allait satisfaite et très fière, sans voir,
Dans les yeux bleus et sous le front plein d'éminences,
L'âme de son enfant livrée aux répugnances.
Rimbaud, « Les poètes de 7 ans » 

On était partagé entre la rage et l'hilarité en tombant par hasard à la télé sur le feuilleton de fin d'année, cette invraisemblable mobilisation des médias avec envoyé spécial en direct de Notre Dame des Landes, racontant aux téléspectateurs une histoire de fugue avec parents affolés. Ces géniteurs peu avisés se comportaient comme si leurs filles avaient été enlevées par une secte, alors qu'elles avaient décidé, plutôt que d'aller traîner en boîte ou de se tripoter le portable, de mener à bien un excellent projet de formation politique et culturelle en se rendant sur la ZAD. Et les commentaires les plus crasseux de traîner sur internet, invoquant un fantômatique détournement de mineures sans aucun fondement juridique ou daubant la présumée étourderie de ces jeunes filles alors que leur détermination raisonnée a été reconnue par le procureur lui-même, … Notons au passage que la forêt de Rohanne et alentours, c'est sûrement, pour des jeunes filles, un des lieux les plus sûrs existant à l'heure actuelle sur le territoire français, tant y sont peu tolérés, par principe, les comportements sexistes et machistes. La rage l'a emporté quand on a entendu, sans que personne n'y trouve apparemment à redire, que la jeune fille de 17 ans (à un an de la majorité, donc !) a eu droit, à la demande de la justice, à un transport à l'hôpital, à un entretien avec un psychiatre et à un interrogatoire par la police judiciaire. Manquait plus que le test de virginité. Pour finir, les médias ont mis une sourdine quand Valls a avoué que "ce serait dangereux pour les gendarmes d'essayer d'aller chercher" la demoiselle de 16 ans qui n'a pas voulu se soumettre à l'ordre parental.
Pour calmer la colère et la garder pour des jours plus propices, on a commencé à rêver: et s'il en venait de plus en plus, des "fugueurs" et des "fugueuses", et de plus en plus jeunes ?
Et si Notre Dame des Landes était l'occasion de renouer avec une histoire qui va des croisades des enfants et des pastoureaux aux manifs lycéennes d'aujourd'hui en passant par celles des lycéens au XIXe siècle (plus de 200 mutineries en France dans ce siècle-là) et celle des écoliers anglais en 1911* ? Imaginons : des centaines, bientôt des milliers d'enfants sortant des établissements scolaires, parcourant le pays, et convergeant vers le bocage nantais pour y construire une autre vie… Les vieux de 20 ans bientôt dépassés et ravis… Les zéros du gouvernement s'arrachant ce qui leur reste de cheveux… 
…le beau slogan du Front de Libération de la Jeunesse de 1970 réapparaissant sur les banderoles entre les arbres:

Nous ne sommes pas contre les vieux mais contre ce qui les a fait vieillir
A vous d'imaginer la suite…
———————
* Voir le superbe article de Danièle Rancière ici

"Libérer les enfants ? Mais ce serait plus beau que d'ouvrir les cabanons !"
Roger Gilbert-Lecomte

Publié par Quadruppani

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 18:21

ManiFestiZAD !

Départ en car depuis Auray, Vannes, Muzillac le dimanche 6 janvier, pour vous inscrire : cliquez ici.

 

Manifestation Festive en soutien à la la ZAD les 4/5/6 janvier 2013

Une baffe pour tout les Ayrault, Vinci et autres aménageurs de nos vies : Prenez ZAD dans la gueule !!

 

Que notre volonté soit fête !


Pendant 3 jours, nous proposons d’exprimer de manière festive notre rage contre toutes celles et ceux qui décident de nos futurs loin de nous. Contre toutes celles et ceux qui, pour leurs seuls intérêts personnels, sont prêts à foutre en l’air des milliers d’hectares de notre héritage le plus précieux. Le monde de l’aéroport est un monde de guerres, de pauvreté et de misère, d’aliénation des populations et de destruction de l’environnement. Un monde d’ennui, un monde de mort ! Si justement, il y a un mal contre lequel la Fête Libre est souveraine, c’est bien l’ennui. Dans sa forme mentale, policière, policée, forcée ou consommée, peu importe. La Fête Libre et la Lutte Radicale s’entremêlent en un flot de créativité qui répand les germes de la subversion. La Fête Libre c’est la vie. Et la vie ce n’est pas cet aéroport !

Nous n’attendrons pas demain pour vivre ! Le grand soir, c’est ce soir, demain matin et demain soir. (Lire la suite)

 

 

 

festizad 2

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 19:10

Patrick Clémence, de Pont-Scorff (56), un copain anar, est décédé le 26 octobre 2012. Voici la vidéo qui lui rend hommage.

 

 

 

 

Les copains et copines du groupe libertaire Francisco Ferrer (Lorient) avaient rencontré Patrick lors du mouvement social interprofessionnel de novembre-décembre 1995, contre le Plan Juppé de "réforme" (comprendre "hold-up" !) de la Sécurité Sociale et des régimes de retraites. Patrick, imprimeur à Pont-Scorff nous avait filé un coup de main pour tirer nos tracts et affiches pendant la lutte.
Nous avons ensuite partagé quelques moments d'anarchie à plusieurs reprises :
- "Souhaitons la malvenue au Pape" en 1996. Il nous avait en outre présenté le chanteur Armand avec qui nous partageâmes son amitié...
- contre le racisme et la xénophobie un certain 11 novembre 1997, "contre tous les enfants de Pétain"...
Patrick avait de multiples talents, lesquels nous sont restés trop peu connus : auteur, nous avions pu lire ces 2 romans ("Lopes et rats de Kernec", "Kernec, tout le monde descend") ; amateur de chansons françaises "à textes", jamais simple spectateur, toujours acteur, il était même compositeur et interprète (en particulier de Brassens, il faisait d'ailleurs partie "des amis de Georges"). Il était aussi peintre. A Pont-Scorff, il y a quelques années, nous avions pu apprécier les toiles aux multiples couleurs qu'il avait consacrées à Léo Ferré. Au fait des techniques nouvelles, il avait créé une chaîne de clips musicaux sur You tube (plus de 300 !) : PC56620. Parmi d'autres excellents, il en avait d'ailleurs réalisé un bien chouette avec une interview de René Lochu .

Salut l'ami, trop peu vu finalement. Nos pensées les plus chaleureuses vont pour tous tes proches, en particulier ta compagne Annie et tes fils Mathieu et Bernard avec qui nous avions partagé ces quelques moments d'amitié.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse suivante : groupe.lochu(a)riseup.net

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 2 octobre - Angers - 14h Rassemblement de soutien à Vincenzo devant la Cour d'appel (rue Waldeck Rousseau). Pour sa totale liberté. Pour des covoiturages, contactez le comité de soutien.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 3 octobre - Auray, cinéma Ti Hanok - 19h Ciné-débat "Numéro 387" de Madeleine Royer suivi d'un échange avec SOS Méditerranée. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 3 octobre - Lorient, café Komment ksé ? - 19h30-22h00 Conférence gesticulée "Burnout.com Le management à contresens" par Arthur MOLVEAU – 19h30 – 22h

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lundi 5 octobre - Etel, cinéma la Rivière - 20h30 Ciné-rencontre "Je veux vivre avec vous" (sur l'immigration) avec la réalisatrice Kristell Menez.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi 6 octobre - Vannes, cinéma La Garenne - 20h Ciné-rencontre "Le char et l'olivier. Une autre histoire de la Palestine", documentaire de Roland Nurier. Projection en sa présence. Organisé par l'AFPS Vannes (Association France Palestine Solidarité)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 7 octobre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Le char et l'olivier. Une autre histoire de la Palestine", documentaire de Roland Nurier. Projection en sa présence. Organisé par l'AFPS Vannes (Association France Palestine Solidarité). Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 10 octobre - Rochefort en Terre, café de la Pente - 20h30 Soirée concert du Planning familial. Dans le cadre de son week-end annuel la Fédération de Bretagne du Planning Familial vous propose une soirée festive avec des artistes militantes ! Rouge Feu (Slam), Ratur (Rap), DJ Set Lysistrata (set féministe). L’entrée est à prix libre pour financer la caisse IVG hors délai du Planning 35

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 10 et dimanche 11 octobre - Melrand - Week-end festif et solidaire sur la question des exilé.e.s, Organisé par HAPAX, RESF Pontivy - Soutien aux familles exilées et KerOchap. Conférences gesticulées, spectacles, concerts, tables rondes, repas... Réservation obligatoire : 07 66 09 06 90. Prix libre

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dimanche 11 octobre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-rencontre "Je veux vivre avec vous" (sur l'immigration) avec la réalisatrice Kristell Menez. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi 13 octobre - Questembert, cinéma Iris - 20h30 En partenariat avec Cinéphare, ciné-rencontre "La nuit venue" (polar social, quasi documentaire) avec le co-scénariste Frédéric Farrucci

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 15 octobre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Un pays qui se tient sage" de David Dufresnes (sur les violences policières), avec Gwendal Le Roy, éborgné lors d'une manifestation à Rennes. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 17 octobre - Lorient - 14h30 Place de la Mairie - Rassemblement "Notre assiette pour demain" organisé par le collectif lorientais contre Bayer Monsanto

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 17 Octobre - Rennes - 14h : Débat - Animation et exposition sur l’amiante, avec Virginie Dupeyroux, auteure et animatrice de http://amiante-et-mensonge-notre-perpetuite.com/ au local la commune, 17 rue de Châteaudun, Rennes. Par le groupe la Sociale de la Fédération anarchiste

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lundi 19 octobre - Quimperlé (29), cinéma la Bobine. - 20h30 Proposé par l'association Chlorofilm, ciné-rencontre "Antigone" (sur une famille d'immigré.e.s algérien.ne.s au Canada) de Sophie Deraspe, en présence du producteur Marc Daigle

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 27 Octobre - Rennes - 20h. Réunion publique : « Les résistances paysannes : une autre conception du progrès » avec Silvia Pérez-Vitoria (universitaire, auteure de « La riposte des paysans » et « Manifeste pour un XXIème siècle paysan », elle collabore aux revues « L’Ecologiste » et « Nature et Progrès »…). - Salle 12 Maison des associations 6 Cours des Alliés. Par le groupe la Sociale de la Fédération anarchiste

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 12 novembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h45 Ciné-débat "La cravate" (sur le parcours d'un militant d'extrême-droite), en présence du co-réalisateur Etienne Chaillou. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 10 décembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Autonomes" (documentaire de François Bégaudeau), en présence de Benjamin Constant, présent dans le film. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements