Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 18:44

La douleur est-elle différente lorsque ressentie par une femme ?

Des anarchistes US et la porno-torture
par Ben Barker *
 

Les soi-disant radicaux et l'industrie de l'exploitation sexuelle sont de plus en plus étroitement liés. J'aimerais pouvoir dire que j'ai été surpris lorsque j'ai appris aujourd’hui que l’édition 2013 de la Foire du Livre Anarchiste du Bay Area (San Francisco/Oakland, en Californie) va être organisée au Centre communautaire de l’Armurerie, qui appartient au producteur de porno-torture Kink.com.

Kink.com est tristement célèbre pour ses images de femmes « écartelées sur des chevalets, ligotées, à qui on pisse dans la bouche ou qu’on suspend par les pieds en les connectant à des électrodes, y compris dans le vagin » explique la militante féministe Gail Dines, qui soutient que ce site Web de pornographie contrevient de façon flagrante à la Convention contre la torture des Nations Unies.

Si vous vous méfiez de ce qu’en dit une féministe, laissons parler Kink.com lui-même. Sur le site, nous apprenons que ce projet a pris naissance lorsque son fondateur a décidé de « consacrer sa vie à soumettre de belles femmes volontaires à du ligotage strict ».

Ze shit hits ze fan

Évidemment, des féministes ont immédiatement sonné l'alarme et exigé des réponses et des changements des organisateurs du Salon du livre. Évidemment, on s’est contenté de les ignorer ou de les attaquer.

En toute équité, il faut reconnaître qu’une déclaration traitant des « préoccupations concernant le choix du site » a été presque immédiatement affichée sur le site du Salon. Sans surprise, cette déclaration a tenté de justifier leur décision, en parlant presque exclusivement d’un budget serré. Quant aux quelques lignes d’allusion aux protestations féministes, elles ont éludé toute responsabilité en affirmant qu' « il existe une critique politique valable de chaque lieu potentiellement disponible », parce que « nous vivons dans une société capitaliste, et jusqu'à ce que nous ayons créé une infrastructure explicitement anarchiste qui puisse prendre en charge ce type d'événement, de telles contradictions et compromis sont inévitables ».

Cul et collusion

Cela donnerait à croire que les organisateurs du Salon du livre anarchiste 2013 du Bay Area n’ont peu ou pas de liens avec Kink.com ou leur salle, et qu’ils s’imposent effectivement un certain compromis en se résignant à y tenir leur Salon, faute d’alternative. Mais la suite du texte démontre à quel point ils sont conscients des enjeux en cause. Les organisateurs écrivent: « Nous reconnaissons que la pornographie et la prostitution sont des questions controversées dans la communauté anarchiste. Le choix du Centre communautaire de l’Armurerie n'est pas une déclaration politique, et le comité exécutif du Salon du Livre Anarchiste n’adopte aucune position politique en ce qui concerne la pornographie. Nous acceptons que les membres de la communauté (et même des membres de notre comité) ont des opinions différentes sur cette question. Nous organiserons un débat sur les perspectives anarchistes en matière de pornographie lors du Salon du Livre, et si ce sujet vous intéresse, nous espérons que vous y assisterez.»

Et si c’étaient des Blacks ?

Le pattern devient familier: un grand événement à caractère politique est organisé dans un lieu controversé, ce qui suscite des dénonciations publiques. Cela ressemble assez à un autre incident, survenu le mois dernier, lorsqu’une bande de Républicains du Congrès américain ont réservé pour leur colloque annuel d'hiver une ancienne plantation esclavagiste à Williamsburg (Virginie) où, comme pour retourner le fer dans la plaie, ils ont prévu de discuter de « communication réussie avec les minorités et les femmes »...

Mais voici la différence entre les deux événements : Quand les Républicains ont annoncé le site de leur rassemblement, la gauche s’est manifestée avec vigueur pour les dénoncer comme racistes et insensibles à la réalité historique de l'esclavage. Lorsque les anarchistes ont annoncé le site de leur rassemblement, la gauche s’est manifestée avec vigueur… pour dénoncer les objectrices (et objecteurs) féministes comme étant puritain-es, moralistes et «anti-sexe».

Imaginez si les Républicains du Congrès avaient publié une déclaration similaire à celle des organisateurs du Salon du Livre Anarchiste 2013 du Bay Area. Ils auraient pu écrire: « Nous reconnaissons que la suprématie blanche et l'esclavage ont été des questions controversées au sein de la communauté Républicaine. Le choix de cette ancienne plantation esclavagiste ne constitue pas une déclaration politique, et le Comité républicain du Congrès n’adopte aucune position politique en ce qui concerne la suprématie blanche. Nous acceptons que les membres de la communauté (et même des membres du présent Comité) ont des opinions différentes sur cette question. Nous organiserons un débat sur les perspectives Républicaines en matière de suprématie blanche lors de ce colloque, et si ce sujet vous intéresse, nous espérons que vous y assisterez. »

Pensez-vous que cela aurait suffi à apaiser l'indignation de la gauche ?

Je prie les organisateurs du Salon du livre, et les anarchistes en général, de me répondre concernant cette seule question : La douleur est-elle différente lorsque ressentie par une femme ?
 

* Ben Barker est écrivain et organisateur communautaire à West Bend, au Wisconsin. Il est membre de l’organisation Deep Green Resistance et écrit actuellement un livre sur les propriétés toxiques des sous-cultures radicales et sur la nécessité de bâtir une vibrante culture de résistance.

Post-scriptum : Pour ne rien arranger, le propriétaire de Kink.com vient d’être arrêté pour possession de cocaïne à la suite de la mise en ligne d’un document Youtube alléguant l’existence d’une galerie illégale de tir au sous-sol de son Armurerie (http://gaw.kr/12HvsWB).

Texte transmis par Yly

Partager cet article
Repost0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 22:11

   Travaille... et tais-toi !

    Le 11 janvier, les négociations nationales dites de « sécurisation de l’emploi » ont abouti, pour les salariés, à un recul extrêmement significatif et alarmant de leurs droits. François Hollande les avait revendiquées dans sa demande de compromis historique. La CFDT, la CGC et la CFTC, dans leur tradition de collaboration de classes, en décidant de le parapher, portent un coup ignoble au droit du travail.
   Cet accord concerne tous et toutes les salarié-e-s du privé et prétend mettre en place tout ce dont le Medef a toujours rêvé et qu’il n’avait jusqu’alors jamais réussi à imposer.
   À l’heure où, chaque jour, on compte plus de 1 500 nouveaux chômeurs, à l’heure où les ruptures conventionnelles (dont 80 % sont imposées aux salarié-e-s) et les plans de « départs volontaires » explosent, le patronat prétend qu’il serait difficile de licencier et que le droit du travail serait trop rigide !
   En réalité, son choix de société est clair : pour travailler, nous devrions accepter sans broncher de perdre tous nos droits.

 

 

FLEXIBILISATION ET MOBILITÉ FORCÉE

L’accord signé en janvier établit une mobilité interne forcée, d’un site à l’autre, sans limite garantie nationalement, en temps et en distance supplémentaire de trajet. Et celui ou celle qui viendrait à la refuser pourra être licencié-e pour motif personnel. Autrement dit, si vous souhaitez garder votre travail, vous n’avez pas d’autre choix que d’accepter la demande de votre patron de vous muter ailleurs.

 


SÉCURISATION DE LA DÉLINQUANCE PATRONALE

Demain, la possibilité pour tous les salarié-e-s de recourir aux prud’hommes pour obtenir reconnaissance de leurs droits sera réduite par une prescription de deux ans au lieu de cinq ans ans. L’accord met en place un barème indemnitaire avec un maximum selon l’ancienneté et interdit de remonter au début du préjudice. Au-delà des heures non déclarées ou des salaires non payés, les victimes de mauvaises conditions de travail, de harcèlement, de discriminations et celles de l’amiante apprécieront ce sens de la justice ! Et, en instaurant des indemnités « plafond », les employeurs seraient la seule catégorie justiciable en France échappant à la sanction proportionnelle au délit.



LÉGALISATION DU CHANTAGE À L'EMPLOI

Ce qui avait échoué sous la présidence de Sarkozy réussira-t-il à être imposé sous Hollande et des députés socialistes ? L’accord prévoit que les salaires puissent être baissés et les horaires modifiés ou modulés pendant deux ans. C’est toujours le même discours : si ça va mal, c’est de la faute des salarié-e-s, qui seraient « trop payé-e-s ». Par contre, rien sur une baisse « temporaire » des dividendes versés aux actionnaires.

 


OFFENSIVE CONTRE LE CDI

Le Medef n’a pas réussi à imposer son « CDI de projet », mais veut expérimenter pour des salarié-e-s des petites entreprises le contrat « intermittent », c’est-à-dire un contrat 100 % flexibilisé, empêchant toute vie régulière et toute construction d’avenir. Le Medef veut valider l’instauration d’un pseudo-CDI dit « CDI intérim » sur lequel les négociations de branche butaient depuis des mois.



LES LICENCIEMENTS SANS ENTRAVE

Aujourd’hui 3 % des nouveaux chômeurs et des nouvelles chômeuses ont pu « bénéficier » d’un plan social, c’est encore trop pour le Medef. Sa solution est radicale : décider de la procédure de licenciement et du contenu du plan social par un simple document de l’employeur homologué par la direction du travail. Il suffira à l’employeur de consulter le Comité d'Entreprise (un avis négatif suffit) et d’attendre trois semaines la réponse de l’administration. Sans réponse, le texte est homologué et le patron peut licencier. Le recours à l’expert est limité comme jamais, le juge est mis hors-jeu et tous les délais sont fixés à l’avance (par exemple, pour lourder 300 salariés, ça prendra quatre mois).
 

 

En « contrepartie » de ces reculs, des avancées négligeables pour plus tard peut-être, et pas pour tous.

 


UNE COMPLÉMENTAIRE POUR TOUS ?

Horizon 2016, les salariés des entreprises de moins de 50 salariés ne sont, pour la plupart, pas concernés. Financée à 50 % par les employeurs et à 50 % par les salariés, ce sont les employeurs qui choisiront l’assureur. Les sociétés d’assurances vont décrocher un pactole de 4 milliards d’euros.

 


DES DROITS RECHARGEABLES ?

Le Medef a accepté le principe des droits rechargeables, sous condition d’« une mesure d’équilibre financier », ce qui est impossible vu le nombre croissant de chômeurs, sauf à revoir à la baisse l’indemnisation du chômage (qui équivaut aujourd’hui à déjà seulement 57,4% de l’ancien salaire).

 


DES CONTRATS COURTS ENFIN TAXÉS ?

Le Medef a réussi à ce que cette mesure ne rapporte rien à l’Unedic, mais plus de 40 millions d’euros aux employeurs, puisqu’il est décidé d’exonérer de cotisations sociales patronales l’embauche de moins de 26 ans. Un nouveau pactole pour le patronat.



UN ENCADREMENT DU TRAVAIL À TEMPS PARTIEL ?

Le nombre d’heures hebdomadaires minimales de travail pour les contrats à temps partiel est fixé à vingt-quatre. Toutefois, si le ou la salarié-e le demande (et surtout si l’employeur lui conseille de demander), ce minimum peut être diminué. S’agissant des heures supplémentaires, un accord de branche pourra décider d’en supprimer la majoration, comme le revendiquaient récemment les patrons du nettoyage !

Aucune de ces contreparties ne s’applique tout de suite. Il va falloir que de nouvelles négociations s’ouvrent, en particulier dans les branches professionnelles. Le « nouveau modèle économique et social » que cet accord veut imposer n’a rien de neuf : c’est l’idée du « gré à gré » qui est mise en avant pour masquer la destruction des socles de garanties collectives, comme si le ou la salarié-e était à égalité face à son patron. Le Medef tient là une occasion d’agir comme il l’entend, seul ! Quant à la ratification de cet accord par la CFDT, la CGC et la CFTC, cela en dit long sur l’idée que se font ces organisations syndicales de la défense des salariés.

En réalité, depuis l’arrivée des socialistes au pouvoir, la CFDT n’aspire qu’à une chose : lui servir de marchepied pour devenir son partenaire social n° 1. Quant aux autres, elles essaient de sauver leur peau en tant qu’appareils sur la représentativité.

Cet accord pourri consacre la ruine de nos droits et de nos acquis : il ne doit pas être entériné. Les anarchistes n’ont aucune illusion quant au rôle des parlementaires, et c’est pourquoi la nécessité de se mobiliser par l’action directe – la grève – contre sa transposition en loi est urgente. D’autant que, à terme, dans le cadre des politiques d’austérité, les salariés du public sont également menacés. partout, l’État et le patronat avancent main dans la main contre nos conditions de travail et nos salaires, justifiant par la crise en cours les atteintes au Code du travail et, plus largement, à tous nos droits.

Leur ambition est simple et reste la même depuis toujours : sacrifier nos droits et nos acquis sur l’autel d’une rentabilité capitaliste au seul bénéfice des actionnaires, des patrons et des gouvernants. Toutefois, leurs désirs ne doivent pas être notre fatalité.

Mais, pour que les choses changent nous n’avons d’autre choix que de refuser la soumission dans nos entreprises et dans la rue et de construire ensemble, par la lutte, une société juste, libre et fraternelle.

Le 16 février 2013

COORDINATION SYNDICALISTE DE LA FÉDÉRATION ANARCHISTE

coordinationsyndicaliste@gmail.com

Partager cet article
Repost0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 17:37

«L’anti-pouvoir est dans la dignité de l’existence quotidienne. L’anti-pouvoir est dans les relations que nous tissons en permanence : amour, amitié, camaraderie, communauté, coopération, etc.»  John Holloway

Pour trouver le Monde libertaire près de chez vous, cliquer ici.

 

Attention, le prochain numéro de votre hebdomadaire (n° 1698) ne paraîtra que le jeudi 7 mars. D’ici-là vous aurez tout loisir de lire Le Monde libertaire hors-série n° 48, disponible en kiosques à compter du vendredi 22 février.


ML-1697-recto.jpgML-1697-verso.jpgActualité

Le FMI se plante, par N. Baillargeon, page 3

Les syndicats dans le brouillard, par P. Mignard, p 4

L’État retire son faux nez, par G. Goutte, page 5

La météo syndicale de J.-P. Germain, page 6

Les culs-bénits prennent le frais, par P. Schindler, page 7

La chronique néphrétique de Rodkol, page 8

PSA en direct, par S. Larios, p9

Arguments

La chronique de l’obscurantisme du Furet, p 10

À quand la fermeture des prisons, par J. Lesage de La Haye, page 11

Aimable bourdieuserie, par N. Potkine, page 14

Un Robinson capitaliste, par J. Langlois, page 15

International
De l’art d’encaisser, par S. Taden, page 17

Expressions

Une histoire de pigeons, par Venetza, page 18

L’horreur se vend bien, par P. Sommermeyer, page 19

Mouvement

Imprévisibles ouvriers, par Alexis, page 21

Vie du mouvement, page 22

L’agenda des anars, page 23

Illustrations
Aurelio, Kalem, Krokaga, Jhano, La Sala, Nemo

Partager cet article
Repost0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 22:18

Fest_noz_NDDL.JPG

 

 

Augan (56) (entre Ploërmel et Plélan le Grand), samedi 16 février 

Organisé par le comité de soutien du pays de Ploërmel. Prix Libre. Galettes pas chères et buvettes assurées sur place

18h débat public sur notre lutte

20h fest-noz

1h : chant dans la danse toute la nuit ! A bon entendeur : concours de pilé-menu militant !

Programmation : Capitaine/Faucheur/Le Mouël Dour/Le Pottier Quartet Giulia/Axel/Simon/Loïg Jan-Maï et Thomas Le Normand/Gargam Mike James et Yves Leblanc ROBERT Ronan An Tri Dipop Aranel

 

"Nous vous invitons à une belle soirée où nous pourrons nous serrer les coudes au son des bombardes et du kan-ha-diskan. Mais aussi faire la fête, tout simplement ! Ce nous, ce sont des habitant-e-s du pays de Ploërmel (au sens large : de Concoret par Maure de Bretagne jusqu’à Carentoir). Nous venons tous d’horizons différents, avec chacun son propre parcours personnel et politique. Pourtant nous nous retrouvons tous autour d’une idée simple : nous ne voulons pas du projet d’aéroport à Notre-Dame des Landes que les gouvernements successifs ont porté sans broncher depuis les années 70 et malgré une contestation populaire qui reprend du poil de la bête depuis quelque temps.

 

Ces derniers mois, dans beaucoup de localités en France, se regroupent ainsi des personnes qui choisissent de s’organiser en comité pour soutenir cette lutte. Nul besoin d’aller jusqu’en Loire-Atlantique pour réfléchir et agir ; nous pouvons le faire là où nous vivons. Cette lutte en a plus que besoin ! Nous ne voulons pas de cet aéroport, mais au fond, ce qui est en train de se passer à Notre-Dame, et dans l’éclosion de ces comités locaux, c’est une façon de reprendre en main le politique face à des gouvernements qui n’ont de cesse de l’abandonner à la loi du profit. Et donc, par la même occasion, une façon de redécouvrir en nous ce qu’il faut bien appeler un certain « sens commun ». C’est-à-dire une manière de discuter, de réfléchir et de vivre-ensemble qui s’oppose clairement au libéralisme. Mais aussi, plus concrètement, aux projets du groupe Vinci et consorts, qui ne voient pas ce qu’il peut y avoir de problématique dans le fait de remplacer les bocages par du béton. Le temps de cette soirée, et d’autres on l’espère, retrouvons l’usage historique du fest-noz : toutes les occasions sont bonnes pour nous unir dans le chant et dans la danse ! Ne soyons pas des andouilles, ayons des tripes !"

Partager cet article
Repost0
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 21:57
Mardi 12 février 2013 : Camille à couettes et Camille à barbe sont convoquées à 14h au tribunal de Saint-Nazaire. Elles espèrent votre soutien. Covoiturage depuis Vannes, prendre contact ici.
INFOS & SOUTIEN : http://kamyas1naz.free.fr & https://zad.nadir.org/spip.php?article999

Soutien à Camille, à couettes, à barbe, pour tou-te-s les Camille...
Soutien à Camille, à couettes, à barbe, pour tou-te-s les Camille...

 

Historique :

Samedi 17 novembre : Elise et Erwan se rencontrent lors du rassemblement de réoccupation où sont venues plus de 30 000 personnes.

Lundi 19 novembre : Elise et Erwan, ou Camille à couettes et Camille à barbe, envisagent de se mettre nues devant les barricades pour tenter d'empêcher les gendarmes d'attaquer.

Vendredi 23 novembre : plus de 500 gendarmes tentent de vider la zone. Camille à couettes et Camille à barbe qui ne sont pas arrivées suffisamment tôt ce jour là avancent tant qu'elles le peuvent. Lorsqu'elles sont bloquées par le cordon que forment les gendarmes, elles se déshabillent et essayent tranquillement de passer. Elles sont alors embarquées. Les gendarmes enregistrent leur identité et leur remet une convocation.

Samedi 24 novembre : Camille à couettes et Camille à barbe trouvent d'autres Camille prêtes à essayer d'avancer à quatre pattes presque nues vers les gendarmes pour rendre clairement visible la violence disproportionnée dont ils font usage. Elles s'en vont ensuite à Nantes où elles se montrent torses nus avec l'inscription "ESPECE MENACEE".

Lundi 26 novembre : Camille à couettes et Camille à barbe répondent à la convocation qui leur a été adressée par les gendarmes. Ils veulent les inculper pour exhibitionnisme sexuel. Camille à couettes se laisse prendre au piège et accepte même le prélèvement d'ADN puisqu'elle sera alors considérée et fichée comme délinquante sexuelle. Camille à barbe oppose son refus.

Mercredi 28 novembre : Camille à couettes et Camille à barbe répondent une nouvelle fois à la convocation qui leur a été adressée. Le procureur a choisi d'abandonner les poursuites pour exhibitionnisme mais cherche à qualifier les faits en outrage. Camille à couettes et Camille à barbe refusent.

Du 25 janvier au 11 février : Camille à barbe participe aux rencontres organisées un peu partout autour de Saint-Nazaire.

Mardi 12 février : Camille à couettes et Camille à barbe sont convoquées à 14h au tribunal de Saint-Nazaire. Elles espèrent votre soutien.
NB : Ce jour là, Camille à couettes fêtera son anniversaire.

Vidéo de leurs actions : https://www.youtube.com/watch?v=5Csjf-yLPPM

Partager cet article
Repost0
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 11:23

Le Monde libertaire est partenaire officiel du film "Cinq caméras brisées", un documentaire sur les luttes d'un village palestinien contre le mur imposé par l'armée d'Israël, qui sort en salles de cinéma le 20 février. Plus d'infos ici.

cameras-brisees.JPG

Partager cet article
Repost0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 20:31

Une bonne trentaine de personnes ont participé à la projection, organisée par nos soins (= cinémanar !), de "Les escadrons de la mort, l'école française" à Vannes ce vendredi 8 février.


Si vous l'avez manqué, ce film d'une heure peut aussi être visionné sur le net en 7 parties sur you tube. Sur la version Dvd, il y a 70 minutes de documents en plus (le dvd et le livre sont disponibles dans certaines médiathèques).


Nous avons choisi ce film pour plusieurs raisons :


- ce pan de l'Histoire de France est peu connu dans le grand public, comprendre volontairement maintenu opaque...


- l'enquête de Marie-Monique Robin montre, selon nous, jusqu'à quelles extrémités les Etats (y compris ceux qui se parent d'être démocratiques, vertueux question droits de l'Homme, donneurs de leçon même...), leurs polices, leurs armées et leur services secrets, peuvent aller pour garantir leur ordre oppressif, qui un joug colonial, qui une dictature, qui une volonté impérialiste... et comment les dirigeants des appareils d'Etat peuvent s'entraider pour combattre ce qu'ils appellent la subversion (le combat pour la liberté et l'égalité) partout où elle existe.
Pour nous, ce n'est pas une dérive de quelques hommes, une excroissance anormale de l'Etat mais bien l'aboutissement de la logique de tout Etat, "le plus froid des monstres froids".


- il révèle le rôle idéologique des réseaux intégristes catholiques (Cité catholique) pour justifier l'usage de tous moyens... au nom de lutte contre le communisme et contre la baisse de l'influence chrétienne dans la société.

Assurément, visionner ce documentaire pèse lourd. Aussi n'y a-t-il pas eu de débat contradictoire (qui pourrait justifier l'usage de la torture ? à part les gens de Pouvoir qui l'ont pratiquée ou commanditée ?) mais des échanges sur le rôle des médias, sur l'horreur que l'on ressent devant ces militaires gradés qui assument avoir torturé, fait disparaître des opposants et opposantes... (par milliers) ; il a aussi été question du génocide au Rwanda en 1994 où l'armée française a joué un rôle moteur. La solidarité avec les personnes qui résistent a été mise en avant comme moyen de lutte. Quelqu'un a fait une proposition originale (et drôle compte tenu du contexte un peu désespérant que montre la folie extrémiste des Etats) : vu que le film "la bataille d'Alger" réalisé pour dénoncer les exactions des militaires français durant la Guerre d'Algérie a servi paradoxalement de modèle ensuite (tant il était réaliste) pour enseigner les méthodes de la guerre anti subversive, n'y a-t-il pas une oeuvre du Pouvoir que nous pourrions nous-mêmes détourner contre lui ?


Dans la dédicace que Marie-Monique Robin nous a écrite sur son livre, elle déclare "J'ai mené cette enquête pour que le passé puisse illuminer le présent, car la mémoire c'est la vie..."

 

Dans le prolongement de cette soirée, il est instructif de lire l'interview du sociologue Mathieu Rigouste, parue dans les Inrocks, qui fait le lien avec ce qui se passe actuellement dans les quartiers populaires français et cette logique de guerre anti subversive...

 

 

Partager cet article
Repost0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 11:34


«Faire de la publicité, c’est agiter un bâton dans l’auge à cochons.» George Orwell

Pour trouver le Monde libertaire près de chez vous, cliquer ici.


ML-1696-recto.jpgActualité

Des nouvelles des Peugeot et des Virgin, par G. Goutte, p 3

Miasmes polluants à gogo, par J.-P. Levaray, page 5

Une froide météo syndicale, par J.-P. Germain, page 6

Arguments

Retour sur 1962, par M. Topé, page 7

La Chronique néphrétique de Rodkol, page 8

Les vrais visages de l’impôt, par L. Delille, page 9

Où y’a du zen, y’a pas forcément de plaisir, par N. Potkine, page 14

International
ML-1696-verso.jpg
Encore de l’indignation, par R. Pino, page 11


On roule les paysans grévistes au Cap, par S. Hatting page 15

Expressions

Père et fils, par F. Gomez, p 19

Un pied-noir écartelé, par T. Guilabert, page 20

L’énigme Cipriano Mera, par T. Ibañez, page 21

Mouvement

Communiqué, Radio libertaire, page 22

L’agenda anar, page 23

Illustrations

Aurelio, Kalem, Krokaga, La Sala, Nemo.

Partager cet article
Repost0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 13:32

dvd escadrons

Affiche cine anar escadrons

 

 

 

 

 

Vannes

Soirée cinémanar. "Les escadrons de la mort, l'école française". Projection et débat proposée par le groupe libertaire Lochu. Fruit d'une enquête de 2 ans, ce documentaire (prix du « meilleur documentaire politique de l'année » en 2004) de Marie-Monique Robin ("Le monde selon Monsanto", "Notre poison quotidien", "Les moissons du futur"...) révèle l'implication directe de militaires français dans les guerres sales d'Amérique du Sud. Il montre comment et pourquoi les méthodes utilisées durant la guerre d'Algérie (torture, élimination de prisonniers...) ont été enseignées et propagées ensuite à travers le monde jusqu'à aujourd'hui... Démocratie ?


 Vendredi 8 février, à 20 h 30, Palais des arts et des congrès, Place de Bretagne, Vannes. Entrée gratuite (en accord avec l'auteure : Marie-Monique Robin).

 

------------------------------------------------------------------------

 


Dans les années 1970 et 1980, les dictatures militaires du Cône sud de l'Amérique latine ont férocement réprimé leurs opposants, utilisant à grande échelle les techniques de la « guerre sale » (rafles, torture, exécutions, escadrons de la mort...). C'est en enquêtant sur l'organisation transnationale dont s'étaient dotées ces dictatures -- le fameux « Plan Condor » -- que Marie-Monique Robin a découvert le rôle majeur joué secrètement par des militaires français dans la formation à ces méthodes de leurs homologues latino-américains. Dès la fin des années 1950, les méthodes de la « Bataille d'Alger » sont enseignées à l'École supérieure de guerre de Paris, puis en Argentine, où s'installe une « mission militaire permanente française » constituée d'anciens d'Algérie. De même, en 1960, des experts français en lutte antisubversive, dont le général Paul Aussaresses, formeront les officiers américains aux techniques de la « guerre moderne », qu'ils appliqueront au Sud-Viêtnam.
Des dessous encore méconnus des guerres françaises en Indochine et en Algérie, jusqu'à la collaboration politique secrète établie par le gouvernement de Valéry Giscard d'Estaing avec les dictatures de Pinochet et de Videla, le livre -- fruit d'une enquête de deux ans, en Amérique latine et en Europe -- dévoile une page occulte de l'histoire de France, où se croisent aussi des anciens de l'OAS, des fascistes européens ou des « moines soldats » agissant pour le compte de l'organisation intégriste la Cité catholique...

Partager cet article
Repost0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 18:27

Fédération Anti-nucléaire Bretagne

6 rue de la Tannerie – 56000 VANNES

Email : fan-bretagne@laposte.net - Tel : 06 65 72 31 66

 

La Fédération Anti-Nucléaire Bretagne (FAN) a été créée le 27 octobre 2012 à Pontivy (Morbihan) par des associations antinucléaires, des organisations * et des individu-e-s souhaitant refonder leur action au niveau local.

Elle se veut une plate-forme de communication et de luttes destinée à structurer et à pérenniser la dimension régionale du mouvement antinucléaire breton, ainsi qu’à l’amplifier.

Son objectif principal est d’obtenir l’arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire, moralement et socialement inacceptables.  Il faut en finir maintenant, avant la catastrophe. L’arrêt immédiat du nucléaire exige : l’arrêt des exportations, l’arrêt des usines de combustible, de l'extraction du plutonium (retraitement),… l’utilisation de tous les moyens de production disponibles, la mise en place d’une politique radicale d’économie de l’énergie électrique, le développement massif et rapide de toutes les sources d’énergie renouvelables.

Vous trouverez dans le document joint le détail des objectifs et des moyens que nous nous fixons, ainsi que les cibles d’actions que nous avons définies.


Si vous vous inscrivez aussi dans ces perspectives, nous vous invitons à rejoindre la FAN Bretagne.

La FAN Bretagne se réunit actuellement environ une fois par mois. Notre prochaine réunion aura lieu : Samedi 9 mars à 14 heures, au Palais des congrès de Pontivy, salle des moutons blancs.

Vous y êtes les bienvenu-e-s que vous souhaitiez devenir membre de la FAN ou venir en simple observateur-trice.

Plusieurs actions sont prévues pour les mois à venir :

 

Skritell-EMVOD-PONDISamedi 16 mars (à 16 h) : Actions de commémoration de l’accident nucléaire de Fukushima (Japon) dans plusieurs communes de Bretagne, en solidarité avec le peuple japonais. Elles consisteront en des "die-in" et des distributions de tracts d’information.

Samedi 13 avril (en journée) : Actions de blocage d’un transport de déchets nucléaires partant de la centrale nucléaire de Brennilis à destination du Bugey (est de la France).

D imanche 28 avril : Action de commémoration de l’accident nucléaire de Tchernobyl avec un rassemblement régional à Brennillis.

 

* Le groupe libertaire Lochu (Vannes) est membres actif de cette FAN Bretagne.

 


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse suivante : groupe.lochu(a)riseup.net

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi 10 novembre - Vannes, Lorient et Pontivy - Appel unitaire à la grève. Rassemblements (autorisés) des personnels de l’Éducation Nationale (écoles, collèges, lycées) pour l'amélioration des conditions sanitaires, pour l'allègement des effectifs et le recrutement de personnels (ceux des listes complémentaires etc...) . 10h30 Vannes, devant la DSDEN (3, Allée du Général Le Troadec), 10h30 Lorient devant la sous-préfecture, 10h30 à Pontivy à La Plaine. A l'appel des syndicats de l’Éducation Cgt, Fo, Fsu et Sud

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 10 décembre - Auray, cinéma Ti Hanok - 20h30 Ciné-débat "Autonomes" (documentaire de François Bégaudeau), en présence de Benjamin Constant, présent dans le film. Tarifs habituels

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements