Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 21:55

Salut,

 

Rdv ce vendredi à Lorient avec Stop nucléaire 56 trawalc'h (dont le groupe Lochu est membre) pour une projection, conférence débat "Actualité et mémoire du mouvement anti-nucléaire. Erdeven 1975, Plogoff 1980, Flamanville 2016" http://www.stop-nucleaire56.org/

 

Le mouvement anti-nucléaire s’est engagé depuis les années 1970 contre la construction de centrales nucléaires et le nucléaire militaire, en portant une réflexion politique sur les rapports de l’homme et de l’environnement, sur les limites de la planète, et la manière de mettre en place une société plus juste, citoyenne et à échelle humaine. La situation en France est spécifique, puisque l’atome se situe au cœur de la politique énergétique et de la politique de défense.

 

Qui sont les anti-nucléaires ? Comment le mouvement dans son hétérogénéité depuis les années 1970 s’est-il attaché à défendre des principes et des solutions aujourd’hui toujours d’actualité dans les débats du développement durable et du changement climatique ?

 

Si le mouvement anti-nucléaire s’est d’abord développé en Allemagne (Kalkar, Gorleben), sur la vallée du Rhin (Whyl, Fessenheim), aux Pays-Bas,… avec notamment la création de la coordination internationale Wyse, c’est en 1974 qu’il prend réellement son essor en France avec l’annonce du plan Messmer. La création du CRIN d’Erdeven initie un mouvement national de résistance. Les CRIN se multiplient, en Bretagne et ailleurs, jusqu’à la victoire de Plogoff en 80. Seuls 58 réacteurs seront construits sur les 200 prévus, mais le mouvement n’a pas réussi à empêcher la France de devenir le champion du nucléaire, avec tous les risques qui y affèrent. Aujourd’hui, Le mouvement anti-nucléaire saura-t-il faire face à la mise en service de l’EPR,  au rafistolage des vieux réacteurs, au projet d’enfouissement des déchets radioactifs en grande profondeur à Bure,…

 

Pour répondre à toutes ces questions, Stop nucléaire 56 Trawalc’h organise une réunion publique à Lorient, cité Allende, 12 rue Colbert, le 25 septembre à 20h avec Gilles Simon, chercheur à l’université de Rennes 1, auteur d’une thèse sur le mouvement anti-nucléaire en Bretagne et du livre « Plogoff, mémoire d’une lutte », et des militants du CRIN d’Erdeven et de Stop nucléaire 56 Trawalc’h.

 

20h : projection du film Erdeven 75

20h 30 : conférence de Gilles Simon

21h 30 : témoignages et échanges avec la salle

22h 30 : pot et dédicace par Gilles Simon de son ouvrage « Plogoff, mémoire d’une lutte ».

 

Covoiturage depuis Vannes possible en contactant Stop nucléaire 56 trawalc'h : contact(a)stop-nucleaire56.org ou en appelant le 06 65 72 31 66"

 

L'automne sera bien occupé ! Le dimanche 25 octobre, Rdv à Pont de Buis (29) pour réclamer le désarmement de la police, le mercredi 28 octobre pour notre cinémanar "Je lutte donc je suis " http://jeluttedoncjesuis.net/ avec le réalisateur Yannis Youlountas, sur les résistances sociales et quartiers autogérés en Espagne et en Grèce. En attendant on lira avec intérêt l'interview que Yannis Y. a donnée au Monde libertaire au printemps dernier : http://blogs.mediapart.fr/blog/le-monde-libertaire/240115/definir-la-revolution-rencontre-avec-yannis-youlountas

 

Copinage : le groupe J. Déjacque de la fédération anarchiste Nantes édite une feuille mensuelle "Sales défaites" lisible sur leur blog : http://fa-nantes.over-blog.com/

 

Copinage bis : Une intéressante et motivante interview de Enrico, chanteur du groupe de ska punk italien engagé dans les luttes (antifascisme, droits des animaux et bien d'autres...), peut être écoutée sur Radio laser (Guichen, 35) dans l'émission Keep the rage : http://www.radiolaser.fr/Keep-The-Rage-141-vendredi-18-septembre-Interview-de-Los-Fastidios-Punk-Ska-Italie_a15233.html

 

Copinage ter (eh oui : on a plein de copains et copines ! :-)) : d'autres initiatives et réflexions sont consultables auprès des ami-e-s de Rennes Infos http://rennes-info.org/, Indymedia Nantes https://nantes.indymedia.org/, Luttes à Brest et alentours http://brestluttes.noblogs.org/, Zad NDDL http://zad.nadir.org/

 

Voici donc l'agenda riche en Rdv variés (avec lesquels le groupe Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement). Les nouveautés par rapport au précédent envoi débutent par *.

 

@narchas salutations.
 


---------------------------------------------------------------------------------------------

 

* Mercredi 23 septembre - 18h30 Rassemblements de soutien à la résistance burkinabè, pour la souveraineté populaire au Burkina Faso, en Afrique et partout ailleurs. Auray (place de la République), Vannes (devant la mairie), Questembert (sous les halles), Redon (place de la mairie), Rennes (place de la mairie), Nantes (place de la mairie), Morlaix (place des Otages). Organisé par l'association Ingalan. https://www.facebook.com/events/1477497635887746/

 

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

Vendredi 25 septembre - Lorient - Conférence, projection, débat "Edeven 75, Plogoff 80, Flamanville 2016 : mémoire et actualité du mouvement anti-nucléaire". 20h. Cité Allende. Organisée par Stop nucléaire 56 trawalc'h . http://www.stop-nucleaire56.org/2015/09/25-septembre-2015-soiree-debat-a-lorient/

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Du vendredi 25 au dimanche 27 septembre - 20e Foire Biologique "Terre en vie" à Muzillac (56). Stands, conférences, concerts, animation enfants, table ronde (agriculture, climat...). http://terreenvie.com/

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

* Samedi 26 septembre - Augan (56) - Le café coopératif Le champ commun fête ses 5 ans.Concerts, spectacles, animations, marchés de producteurs. Dès 14h. http://lechampcommun.fr/

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Du samedi 26 septembre au dimanche 27 septembre - Lorient - Village Alternatiba (faire vivre des alternatives face aux défis du changement climatique). Stands, films, animations… Parc du Bois du château https://www.facebook.com/Alternatiba.paysdelorient

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Samedi 26 septembre - Rennes - Manifestation pour l’accueil de tous les migrant-e-s qui arrivent en Europe et contre les murs qui les tuent… 15 h. Place de la Mairie. Organisée par le Collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes – sp35.org

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

* Dimanche 27 septembre - Moëlan Sur Mer (29) - Rassemblement contre le projet de cultures marines (algues et coquillages) intensives, aux incidences catastrophiques aussi bien économiques, qu'environnementales, sanitaires et sociétales. Organisé par le Collectif Pour la Sauvegarde du Littoral. Parking de la plage de Trénez. 16h00.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

* Dimanche 4 octobre - Trébrivan (22) - Fest deiz "Halte aux fermes-usines et à l'agro bizness. Pour une agriculture paysanne". Salle polyvalente 15 h. Organisé par l'asso « Sous le vent, les pieds sur terre » 6 euros. http://www.tamm-kreiz.bzh/evenement/40101/Fest+Deiz+le+4+10+2015+%C3%A0+Tr%C3%A9brivan

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Samedi 17 octobre - Auray (56) - Village Alternatiba. Stands, animations...

 

----------------------------------------------------------------------------------------------


* Samedi 24 Octobre - Croisty (56) -  Soirée projection  : "Attention ! Danger : travail !", http://www.homme-moderne.org/rienfoutre/attention/ film de Pierre Carles et concert rap avec l'1consolable http://www.l1consolable.com/. La Taverne.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Dimanche 25 octobre - Pont de Buis (29) - Actions contre l’armement de la police, contre l’usine Nobelsport fabricant entre autres de grenades lacrymogènes et de balles de défense. Covoiturage possible entre Vannes et Lorient. http://desarmonslapolice.noblogs.org/

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Mardi 27 octobre - Lorient - Projection du film "Je lutte donc je suis" en présence du réalisateur Yannis Youlountas. Plus d'infos bientôt.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Mercredi 28 octobre - Vannes - Projection du film "Je lutte donc je suis" en présence du réalisateur Yannis Youlountas. Palais des Arts. 20h00. organisée par le groupe libertaire Lochu. Entrée libre

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

* Mercredi 28 octobre - Guémené sur Scorff (56) - Projection du documentaire "Les messagers" en présence de la réalisatrice Hélène Crouzillat, au cinéroch. Bande-annonce : https://vimeo.com/107571334 (Résumé "Du Sahara à Melilla, des témoins racontent la façon dont ils ont frôlé la mort, qui a emporté leurs compagnons de route, migrants littéralement et symboliquement engloutis dans la frontière. « Ils sont où tous les gens partis et jamais arrivés ? »  Les Messagers se poste sur la frêle limite qui sépare les migrants vivants des migrants morts. Cette focalisation sur les morts sans sépulture interroge la part fantôme de l’Europe. » )

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

* Mercredi 18 novembre - Rennes - Débat public et analyse anarchiste sur la réforme territoriale de l'Etat en cours avec Paul Boino (géographe). organisée par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

Repost 0
Published by anars56
commenter cet article
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 23:05

(Article extrait du site Reporterre, reproduit avec l'autorisation de l'auteure Isabelle R. Merci !)

 

A Bure, le camp estival a élargi la lutte contre les déchets nucléaires

10 septembre 2015 / Isabelle Rimbert (Reporterre)
 

En août, entre 250 et 800 personnes chaque jour ont participé à un camp anti-capitaliste et anti-autoritaire à quelques kilomètres du méga projet d’enfouissement de déchets radioactifs. Objectif : renforcer le combat local, et favoriser l’émulation entre différentes composantes des luttes anti-capitalistes. Récit au cœur du camp, par 35°C dans la campagne meusienne.


- Bure (Meuse), reportage

Il faut voir un poids lourd de légumes déchargé collectivement en trois minutes par une chenille humaine spontanée pour avoir une idée de l’organisation du camp. Rien d’étonnant alors à voir sortir de terre en quelques jours : quatre cantines opérationnelles, des points d’eau potable, deux chapiteaux, des yourtes et structures légères, des toilettes sèches et douches solaires faites maison, un point accueil, un atelier vélos, des panneaux solaires et une éolienne, une boulangerie mobile, un atelier de bricolage, un lieu dédié à l’automédia avec une radio (active), une infirmerie, des bibliothèques, etc. La transformation d’un no man’s land de 7,5 hectares au cœur de la campagne meusienne en une zone autonome temporaire ne doit cependant rien au hasard. Du 1 au 10 août, s’est tenu à Bure ce camp pas comme les autres

Jess*, la cinquantaine pétillante, a longtemps travaillé sur la question de la surveillance généralisée avant de s’investir dans l’organisation en amont du camp d’été. Une organisation montée par le collectif VMC, comme Vladimir, Martine and co, qui doit son nom à Vladimir Martinenko, le conducteur de la déneigeuse qui a percuté, le 20 octobre 2014, l’avion qui transportait Christophe de Margerie, patron du groupe Total.

Jess raconte : « VMC a démarré sur une ligne entre Nancy, Bure, Paris et la Bretagne, croisant une résistance historique contre le nucléaire à celle des comités de soutien à Notre-Dame-des-Landes réunis autour d’idées anti-capitalistes et anti-autoritaires. VMC se veut un trait d’union entre différentes luttes de territoire comme Notre-Dame-des-Landes, No Tav (TGV Lyon-Turin), Roybon, Sivens, Hambach et bien d’autres. Depuis 2014, il y a eu des réunions inter-régionales et inter-comités puis des rencontres régulières à Bure à partir de janvier."

S’inscrire dans une lutte déjà ancrée

Forte de l’expérience de Sivens où l’Etat a pu, avec l’aide de milices pro-barrages, monter la population contre les opposants au projet imposé, la stratégie de VMC était de s’inscrire dans l’histoire d’une lutte déjà ancienne, avec les personnes concernées directement par l’annexion nucléaire du territoire. Et c’est en faisant du porte à porte que se sont faites les présentations.

Fernande*, 26 ans, est venue de Paris armée de son énergie et de ses bombes de peinture. La graffeuse a redécoré l’extérieur de l’ancienne gare de Luméville-en-Barrois, un bâtiment en cours de rénovation en plein cœur du campement. "J’avais entendu parler de Bure par le biais de mes activités militantes auprès des migrants à Paris. Grâce à des rencontres, j’ai eu envie de participer aux chantiers collectifs de préparation de camp. On est allé à la rencontre des habitants des villages alentours. Ils étaient plutôt ouverts à la discussion, souvent heureux de pouvoir parler d’un sujet qui divise." Et si les nouveaux venus ont été globalement bien reçus et souvent aidés, John, cheville ouvrière du mouvement, reconnait avoir rencontré "pas mal de résignation et de fatalisme".

Mais pour les opposants déclarés à Cigéo, le projet d’enfouissement des déchets nucléaires, cet apport de sang neuf est vu comme un espoir. Claude Kaiser, de l’association La Graine, est un "historique" de la lutte à Bure. "Ça fait vingt ans qu’on se bat contre ce projet. Pour les vieux militants que nous sommes, ce renouveau représente un grand bol d’air frais et beaucoup d’émotion. Toutes les horreurs du capitalisme sont concentrées dans ce méga projet d’enfouissement. Le seul moyen de s’en sortir est d’instaurer un réel rapport de force, et il recommence à se structurer, aussi grâce à ce camp qui mobilise bien au-delà de notre territoire."

Pour Corinne, de l’association Bure Stop 55 : "Depuis le boycott du débat public en 2013, la mobilisation locale se réveille, avec l’action de dizaines d’associations qui travaillent ensemble. Les paysans sont mécontents, et les opposants comme VMC sont bien acceptés."

Et la prise du ciment des liens se fait dans les deux sens : "On se sent d’autant plus impliqués dans une lutte et ses enjeux qu’on a la possibilité de les découvrir sur place", souligne John. Un préalable qui lui semble "nécessaire afin d’ancrer un fort soutien à la lutte, ici, dans les mois et les années à venir". Car les graines semées à Bure ont vocation à faire naitre des racines, même s’il n’y a pas lieu de parler de ZAD, n’en déplaise aux médias locaux et nationaux qui ont focalisé à l’unisson sur cette question.

Lors de l’AG (assemblée générale) d’ouverture, une personne présentant les objectifs du camp le soulignait : "Chaque lutte est singulière. Il ne s’agit pas d’une stratégie d’occupation [le camp est d’ailleurs sur un terrain privé, Ndlr], car si c’était le cas il faudrait occuper l’ensemble des départements de Meuse et de Haute-Marne où les installations nucléaires se multiplient. Il s’agit de réfléchir autrement, et c’est là un des enjeux de ces dix jours."

Questionner et enrichir les pratiques

Une réflexion menée à travers un intense programme autour de Cigéo : la présentation du contexte et des enjeux a ainsi réuni plus de 200 personnes sous chapiteau, et les ballades quotidiennes dans les environs de l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs), à pied ou à vélo, par 36°C quelquefois, ont permis à chacun de découvrir le territoire et une partie de l’ampleur du projet nucléaire.

Le camp s’est délocalisé à plusieurs reprises, avec la tenue de picnics dans les communes alentours, ainsi qu’une discussion organisée à Bonnet, un village voisin, sur la question du foncier, avec des agriculteurs du collectif COPAIN 44 (Collectif des Organisations Professionnelles Agricoles INdignées par le projet d’aéroport) de NDDL. Et l’assemblée antinucléaire en fin de semaine a permis de rappeler, par la voix d’un militant excédé, que "les malfaiteurs en bande organisée sont bien les lobbies qui créent ces projets mortifères. Il faut remettre les choses à leur juste place, porter haut et fort notre message et notre action."

Agir sur le transport des matières radioactives, les flux ou encore les sous-traitants dont dépendent des structures comme l’ANDRA ? Si ces idées émises semblaient faire consensus, elles n’ont cependant pas suffi à dépasser les éternelles dissensions autour des différences de mode d’action. Ni de parer à un "manque de stratégie générale et collective sur le nucléaire", déploré lors de cette même AG.

Ces dix jours avaient également pour but de permettre aux activistes de questionner leurs pratiques et de les enrichir, à travers une grande diversité d’ateliers, comme cette initiation à l’escalade militante, proposée par Cécile. Si la pétulante jeune femme est experte en blocages de convois de matières radioactives, elle aime aussi se suspendre à 80 mètres du sol pour poser une banderole revendicative comme à Francfort lors de l’inauguration de la BCE : "J’habite à Luneburg en Allemagne. Je pratique la grimpe depuis quinze ans, et c’est un moyen simple mais très efficace pour des blocages de routes, de rails, d’entrées d’entreprises, de lieux de pouvoir. Ces formes d’actions directes permettent facilement de faire passer un message politique, avec un certain aspect ludique. Dans ce camp comme dans d’autres, j’essaie de transmettre mon savoir et le virus de l’escalade." Une démonstration a ainsi pu être faite lors de l’installation d’une banderole devant un bâtiment de l’Andra ou de drapeaux antinucléaires posés au sommet de lampadaires rutilants dans le village de Bonnet.

Mais l’enjeu des débats et discussions était aussi de dépasser les lisières des luttes locales, pour s’ouvrir sur les mobilisations internationales, comme sur la question des frontières et des réfugiés, ou sur la très prochaine Cop 21, "au cours de laquelle on vise à réintroduire une dimension sociale qui a été complètement éludée au profit de la dimension environnementale", se désole John.

Ces questions, et bien d’autres, développées lors d’assemblées quotidiennes, ont permis de faire émerger certaines thématiques transversales comme notamment la pratique de l’occupation ou les violences policières. Une présence des force de l’ordre somme toute assez discrète lors de ce camp, malgré quelques coups de pression et une surveillance aérienne assidue nourrissant des banques de données sensibles à usage répressif. Le paradoxe et le danger de cette répression façon "miroir sans tain", qui voit mais n’est pas vue : une prise de pouvoir via des projections mentales qui ne sont que des suppositions mais peuvent conduire à une forme d’autocensure collective, comme on a pu le voir lors de certaines actions menées à Bure.

"Ni côte de bœuf, ni bottes de keufs"

Créer du commun aux croisements de luttes anti-capitalistes ? Un défi ambitieux, en partie relevé grâce la gestion collective du quotidien. L’autogestion à l’épreuve de la réalité, c’est une sorte de grouillement ordonné par une organisation drastique qui se veut horizontale. Chaque matin, tous les participants, invités à se rassembler en groupes tournants ("l’assemblée des barrios"), se répartissaient les tâches : ravitaillement en eau potable, composition des équipes vaisselle, entretien des toilettes sèches, gestion des déchets, affichage d’informations... Pas moins d’une vingtaine de commissions (déchets, équipe juridique, automédia, électricité, traduction, sérénité, etc.), permettaient à chacun de s’investir tout au long du camp selon ses envies ou compétences.

Quatre cantines végétariennes et véganes à prix libre se sont relayées pour assurer une joyeuse pitance quotidienne. En provenance de Notre-Dame-des-Landes, la cantine itinérante (rebaptisée pour l’occasion "Pic Nik le Nuk") a déjà deux ans d’existence. Pour Mat, écumoire géante à la main, "la nourriture, c’est un besoin de base, et les cantines militantes, c’est une façon de faire vivre nos luttes, au propre comme au figuré". "Ici, le principe, c’est ni côte de bœuf, ni botte de keuf" (comprendre : végétalien et auto organisé), résume un certain "Jean-Boulghour", de la cantine rennaise de la Grande Ourse, et pour qui "assurer la subsistance de 300 à 800 personnes pendant dix jours sur un territoire vierge de toute infrastructure, ça développe la capacité d’organisation !"

Si le camp a créé des complicités et de jolis moments d’action collective (notamment une promenade nocturne aux flambeaux autour du site de l’Andra ou la mise en scène d’une simulation d’accident nucléaire dans le village de Voix-Vacon), il n’aura en revanche pas forcément permis de sortir d’un certain "entre-soi" militant.

Par ailleurs, le camp étant clairement posé comme anti-autoritaire, certains comportements discriminants (sexistes, racistes, homophobes etc.) ont donné lieu à des discussions animées, et à la création, par exemple, d’un "mur du sexisme", affiché sur l’un des chapiteaux en milieu de semaine et garni quotidiennement de situations discriminantes vues et entendues sur le camp.

Pour l’heure, le collectif VMC "se dissout", pour mieux renaître dans un autre espace-temps. Le camp de cet été ? "Il s’agissait de poser les bases d’un mouvement social et politique permettant de remettre en cause le système capitaliste. Pas un aboutissement, mais plutôt un temps préliminaire à la résistance." Une résistance à fronts multiples, que le camp de cet été a permis d’ancrer un peu plus du côté de Bure, mais aussi en direction du Bourget cet hiver en vue de la COP 21, ou de nombreux fronts de lutte qui se sont croisés cet été.

* Les prénoms suivis d’un astérisque ont été modifiés.


Lire aussi : ZAD ou pas ZAD, les luttes se fédèrent à Bure contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires


Source : Isabelle Rimbert pour Reporterre

Photos : © Isabelle Rimbert/Reporterre

 

Repost 0
Published by anars56
commenter cet article
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 23:00

Salut,
Une partie d'entre nous sera au rassemblement ce samedi 12 septembre à Vannes en soutien aux réfugié-e-s et migrant-e-s de tous pays.


Le 28 octobre, nous accueillerons à Vannes Yannis Youlountas pour son nouveau film sur les résistances sociales et les quartiers autogérés en Grèce et en Espagne "Je lutte donc je suis" http://jeluttedoncjesuis.net/spip.php?rubrique2, qui se veut "une arme contre la résignation" : on prend !


Voilà, entre autres, pour notre actualité.


Copinage : on lira avec intérêt ce compte-rendu du camp antinucléaire, anticapitaliste et antiautoritaire qui s'est déroulé à Bure (dans la Meuse) cet été : http://www.reporterre.net/A-Bure-le-camp-estival-a-elargi-la-lutte-contre-les-dechets-nucleaires


Il sera aussi possible de nous croiser, ici ou là, à l'un ou l'autre des rendez-vous ci-dessous. Ce qui ne signifie pas que le groupe libertaire Lochu et la liaison Vannes de la fédération anarchiste se reconnaissent obligatoirement dans chacune de ces propositions. Cela va sans dire... mais ça va toujours mieux en le disant :-)
Et c'est reparti !

 

@narchas salutations.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Du vendredi 11 (18h) au samedi 12 septembre  (01h) -  Landeleau  (29) - Festival autour du veganisme. Ateliers cuisines, sérigraphie, cosmétique et bien d'autres. Concerts, brunch et cantine, projection. Prix libre. Organisé par le Collectif antispéciste BMO http://www.infosvegan-bmo.fr/ Rdv à Le stang

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Samedi 12 septembre - Vannes - 12h, esplanade du port. Pique-nique, rassemblement de soutien aux réfugié-e-s et migrant-e-s, pour un véritable accueil.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Du samedi 12 au dimanche 13 septembre - Mûr de Bretagne (22) - 30eme foire biologique "Biozone". Stands, conférences, ateliers, projections, débats, restauration... Programme : http://foire-biozone.org/index.php?option=com_content&view=article&id=12&Itemid=9

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Mardi 15 septembre - Lorient - 18h00 rassemblement de soutien aux réfugié-e-s et migrant-e-s (situation humanitaire, convention internationale pour les réfugiés, ouverture de places d'urgence, nécessaire solidarité des collectivités locales...). Place Rose.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Samedi 19 septembre - Josselin (56) - 3ème Fête de la transition. Animation assurée par Plum’FM. 14h-18h : Forum associatif autour de la décroissance. Projection de film. Démonstration d'auto-construction d'un four solaire. Espace de gratuité. Atelier “Soupe au caillou”. Animation ludique écoresponsable pour les enfants. 19h Repas partagé et dégustation de la “Soupe au caillou”. 20h30 Conférence de Benoit Thévard, chercheur diplômé de l'Ecole des Mines : “Un avenir sans pétrole ? Comprendre les enjeux énergie-climat pour mieux engager la transition”. Buvette locale/bio/équitable. Participation libre. Centre Culturel l'Écusson

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Samedi 19 septembre - Hennebont (56) - Marche pour la Paix. 10h30 de la Place de la Mairie avec animation et fanfare. Arrivée à 11h30 au Centre culturel Jean Ferrat avec l’inauguration de l’exposition « Femmes en résistance » de Marie Rameau. Forum de 14h30 à 19h. 14h30 conférence « Quel avenir pour les peuples kurdes » avec André Métayer. 16h exposition et intervention d’Amnesty International. 16h45, conférence « Que penser du désarmement nucléaire en 2015 ? » avec Dominique Lalanne. Partenaires : Mouvement de la Paix Morbihan, Association France Palestine Solidarité du Pays de Lorient, CRISLA, Amnesty International Lorient Quimperlé, Cinéma le Vulcain.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Dimanche 20 septembre - Vannes - Pique-nique végétalien, avec table de presse (droits des animaux, aspects sociaux, envrionnementaux et sanitaires de l aproduction / consommation de chair animale, recettes... etc.). Midi, à Conleau près de "la piscine". organisé par la délégation vannetaise de l'Association végétarienne de France

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Vendredi 25 septembre - Lorient - Conférence, projection, débat "Edeven 75, Plogoff 80, Flamanville 2016 : mémoire et actualité du mouvement anti-nucléaire". 20h. Cité Allende. Organisée par Stop nucléaire 56 trawalc'h . Lire le communiqué et le programme : http://fsl56.org/agenda/debut?id=agenda:stopnucleaire:edeven_75_plogoff_80_flamanville_2016_memoire_et_actualite_du_mouvement_anti-nucleaire

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Du vendredi 25 au dimanche 27 septembre - 20e Foire Biologique à Muzillac (56). Stands, conférences, concerts, animation enfants, table ronde (agriculture, climat...). Infos : http://www.terreenvie.com/

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Du samedi 26 septembre au dimanche 27 septembre - Lorient - Village Alternatiba (faire vivre des alternatives face aux défis du changement climatique). Stands, films, animations… Parc du Bois du château

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Samedi 26 septembre - Rennes - Manifestation pour l’accueil de tous les migrant-e-s qui arrivent en Europe et contre les murs qui les tuent… 15 h. Place de la Mairie. Organisée par le Collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes – sp35.org

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Samedi 17 octobre - Auray (56) - Village Alternatiba. Stands, animations...

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Mardi 27 octobre - Lorient - Projection du film "Je lutte donc je suis" en présence du réalisateur Yannis Youlountas. Plus d'infos bientôt.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Mercredi 28 octobre - Vannes - Projection du film "Je lutte donc je suis" en présence du réalisateur Yannis Youlountas. Palais des Arts. 20h00. organisée par le groupe libertaire Lochu. Entrée libre

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

Repost 0
Published by anars56
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 19:39

Salut,


avec les défilés au pas et en uniformes du 14 juillet, la sentence d'Albert Einstein s'est une nouvelle fois vérifiée : "Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement.


Et hop, voici un petit agenda local pour s'aérer de toute cette engeance militariste... Car la révolution, au lieu de la fêter, ne ferait-on pas mieux de la faire ?


Déjà, l'ambiance était bien plus stimulante et sympathique le week-end dernier à Vigneux-de-Bretagne (44) pour le grand rassemblement estival contre l'aéroport de Notre-Dame Des Landes.

 

2 grands événements (à nos yeux) à venir :

 

1. du 1er au 10 août, à Bure, dans la Meuse, le camp antiautoritaire et anticapitaliste contre le projet de poubelle nucléaire. Infos : https://campvmc.noblogs.org/

 

2. le 25 octobre, à Pont de Buis (29), 1 an pile après la mort de Rémi Fraisse, tué par un gendarme lors de la mobilisation contre le barrage de Sivens dans le Tarn, grande mobilisation "désarmons la police" pour bloquer l'usine  Nobelsport, fabricante d'armes de répression. Infos : https://desarmonslapolice.noblogs.org/ Le groupe Lochu sera de la partie !

 

Attention, le pique-nique du groupe Lochu, auquel vous êtes chaleureusement  (c'est de saison !) convié-e-s est décalé du 16 au 23 août à Auray. Lieu pas encore complètement déterminé. Réservez votre après-midi :-)

 

C'est l'été, profitons aussi des soirées au Café de la Pente à Rochefort en Terre http://www.lepotcommun.com/ ou au Champ commun à Augan http://lechampcommun.fr/

 

Les émissions de Radio libertaire peuvent être réécoutées là : http://media.radio-libertaire.org/

 

Pour d’autres rendez-vous plus ou moins locaux et/ou réflexions se référer à Indymedia Nantes https://nantes.indymedia.org/, Rennes infos http://rennes-info.org/, Zad Nadir https://zad.nadir.org/?lang=fr et Luttes à Brest http://brestluttes.noblogs.org/.

 

Rappelons que le groupe Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement dans tout ce qui est rapporté dans cet agenda.

 

@narchas salutations.

----------------------------------------------------------

 

Vendredi 17 et samedi 18 juillet - Lorient - Représentation au Théâtre de la Chimère "Paroles de plateau". Critique sociale. 21h00. Cité Allende.

 

----------------------------------------------------------

 

Du lundi 20 au mardi 21 juillet - Sarzeau (56) - Journées de rencontres et d'échanges HALEM autour des modes d'habitat légers et "non ordinaires". http://www.halemfrance.org/ Ateliers et conférences de 9h à 18h. Lundi : prévoir sa nourriture en autonomie. Inscription : halembreizh56@gmail.com. Mardi : appel à rassemblement. Repas sur réservation : infranomade@gmail.com. Infos et programme spectacle : http://aumarchedebellevue.blogspot.fr/p/programmation-ete-2013.html

 

----------------------------------------------------------

 

Mercredi 22 Juillet - Augan (56) au café le Champ commun. 20h : Projections sur des initiatives sociales originales. 8 reportages de 5 min proposés par Side ways http://side-ways.net/. Petite restauration sur place. Entrée libre.

 

----------------------------------------------------------

 

Samedi 25 juillet - Vannes -  Pique-nique 100% végétal. A partir de 12h. Chacun-e apporte et partage un plat végétalien. Organisé par la délégation vannetaise de l'Association Végétarienne de France. Table de presse : droits des animaux, impacts écologiques, sociaux et sanitaires de la production de chair animale, livrets de recettes...  Derrière la Cathédrale, au Jardin éphémère, Place brûlée près de la Porte prison.

 

----------------------------------------------------------

 

Samedi 25 juillet - Vannes - Zone de gratuité, gratiféria de 10h à 17h au jardin éphémère « nourriture à partager », place général de Gaulle. Chacun-e donne ou pas, prend ou pas des objets présents. Aucune obligation. Organisé par les Incroyables comestibles de Vannes https://incroyablescomestiblesvannes.wordpress.com/2015/07/11/1ere-gratiferia-dete/

 

----------------------------------------------------------

 

Du 19 au 23 août - Ile de Groix (56) - Festival international du film insulaire. Thème "les Philippines. Nusantao". Documentaires, fictions, expositions, débats, concerts. Infos et programme : http://www.filminsulaire.com/

 

----------------------------------------------------------

 

Du 21 au 29 août - Douarnenez (29) - Festival de cinéma. Thèmes "peuples des Andes" + dissidence intersexe. Infos et programme : http://www.festival-douarnenez.com/fr/

 

----------------------------------------------------------

 

Du 29 au 30 août - Hennebont (56) - Festival d'arts à prix libre "The show must go art". Infos : https://www.facebook.com/pages/The-Show-Must-Go-Art/1406730182985009?fref=ts

 

----------------------------------------------------------

 

Repost 0
Published by anars56
commenter cet article
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 23:00

Salut,
chouette : un actus anars 56 !

 

L'exposition (portraits), la conférence et le débat sur les femmes pacifistes de 1914 - 1918 (en France), avec Didier Giraud, c'est ce jeudi 18 juin à Vannes, au Palais des Arts, à partir de 20h00. Entrée libre !

 

Parmi d'autres, voici deux citations de ces femmes engagées :
Séverine, journaliste : « Pacifiste, oui. On l’a été avant la guerre, on l’est pendant, on le sera après. »

 

Madeleine Pelletier, médecin, féministe, antimilitariste, socialiste libertaire : « Les soldats qui croient se battre pour leur pays se battent et meurent pour du charbon, du pétrole du fer et quelques millions d’hommes tombent pour le profit de quelques industriels qui sortent de l’aventure couverts d’argent et d’honneurs. »

 

On écoutera avec intérêt en préambule cette intervention de Guillaume Davranche qui présente son bouquin "Trop jeunes pour mourir – Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914)", sorti fin 2014. http://soundcloud.com/guillaume-davranche-1/sets/trop-jeunes-pour-mourir-presentation Voir aussi le blog de l'auteur : http://tropjeunespourmourir.com/

 

Compte-rendu du rassemblement pour Clément Méric à Vannes, samedi 6 juin : http://anars56.over-blog.org/2015/06/a-vannes-pour-clement-meric.html

 

Au cinéma actuellement, si vous en avez l'occasion, ne loupez pas "Howard Zinn - Une histoire populaire américaine", le film documentaire des Mutins de Pangée, 1ère partie intitulée "du pain et des roses", nom d'une chanson revendicative d'ouvrières grévistes aux USA dans les années 1910. C'est une vraie petite pépite ! Le mouvement anarchiste y est d'ailleurs correctement présenté. Bande-annonce et présentation : http://www.lesmutins.org/howard-zinn-une-histoire-populaire-50

 

Tout un tas de textes anars (récents ou plus anciens) parus en langues étrangères font l'objet de traduction par le Collectif Anarchiste de Traduction et de Scannerisation (CATS) de Caen (et d'ailleurs...), librement téléchargeables et diffusables. http://ablogm.com/cats/

 

Autre ressource riche en textes : https://infokiosques.net/

 

Voici une toute nouvelle revue "Micrurus. Contre la médecine et son monde" rédigée par le collectif Médecine libertaire : http://www.sous-la-cendre.info/wp-content/files/Micrurus_0_bd.pdf

 

Compte-rendu du procès d'un copain, militant anti aéroport de NDDL et son monde, pour refus de prélèvement Adn, qui s'est déroulé au tribunal de Nantes, mercredi 10 juin : https://nantes.indymedia.org/articles/31660

 

Des articles du Monde libertaire peuvent être lus ici : http://www.monde-libertaire.fr/ Les émissions de Radio libertaire peuvent être réécoutées là : http://media.radio-libertaire.org/

 

Allez, comme d’hab’, précisons que le groupe Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement dans tout ce qui est rapporté dans cet agenda.

 

Pour d’autres rendez-vous plus ou moins locaux et/ou réflexions se référer à Indymedia Nantes https://nantes.indymedia.org/, Rennes infos http://rennes-info.org/, Zad Nadir https://zad.nadir.org/?lang=fr et Luttes à Brest http://brestluttes.noblogs.org/

 

@narchas salutations.

 

-----------------------------------------------------------------


Mercredi 17 juin - Quimper (29) - Le documentaire de Hazem "Acta Non Verba - Du renouveau de l'antifascisme à travers les luttes" sera projeté à 20h, il sera suivi d'un débat. La projo sera précédée, à partir de 18h30, d'une exposition en pop-up (livres animés) sur le thème "*Les termes racistes du quotidien*". Soirée à l'initiative du CRABES, elle sera aussi l'occaz d'une réunion pour le tout nouveau Collectif Antifasciste du Pays de Quimper. MJC de Kerfeunteun, 4 Rue Teilhard de Chardin.


-----------------------------------------------------------------


Mercredi 17 juin - Rennes (35) - 20h - Réunion pour échanger et s'organiser contre la suppression des milliers de postes d'EVS dans l’Éducation nationale. Au local la Commune, 17 rue Chateaudun. Par le groupe la Sociale (fédération anarchiste). http://lasocialefederationanarchiste.blogspot.fr/


-----------------------------------------------------------------


Jeudi 18 juin - Vannes - Les femmes pacifistes en 1914 - 1918, avec Didier Giraud. Expo, conférence et débat. 20h00. Palais des arts. Orga : groupe libertaire Lochu. http://anars56.over-blog.org/2015/06/les-femmes-opposees-a-la-guerre-en-1914-1918-conference-debat-et-exposition-par-didier-giraud-jeudi-18-juin-palais-des-arts-20h00-va


-----------------------------------------------------------------


Vendredi 19 juin - Auray (56) - Réunion du collectif Stop nucléaire 56 trawalc'h (projets en cours...) - 20h30 salle Louis Massé, 14 rue du Penher. Ouverte aux personnes voulant s'impliquer dans la lutte antinucléaire. http://www.stop-nucleaire56.org/


-----------------------------------------------------------------


Samedi 20 juin - Larmor Baden (56) - 13h - Pique-nique végétarien à l'île de Berder. Suivra une balade guidée historique sur l'île de Berder avec Line Cheutin. Participation libre. Chacun apporte son pique-nique, ses lunettes et son chapeau. Organisé par Association Végétarienne de France. Table de presse (informations sur le végétarisme, sur la cause animale, sur l'impact de la production de chair animale...).


-----------------------------------------------------------------    

 
Du 9 au 17 juillet - Locquémeau (22) - Semaine de l'Émancipation (revue et tendance intersyndicale révolutionnaire et pédagogique dans le milieu enseignant) : comme chaque année une semaine de débats sur la situation politique et syndicale, les questions nationales et internationales, les luttes syndicales, féministes, antiracistes… Ouvert à tout le monde, sauf l'AG du 16 juillet. Programme, infos et inscription : er@emancipation.fr Ou demander le programme au groupe Lochu qui vous le fera suivre.


-----------------------------------------------------------------


Du samedi 11 au dimanche 12 juillet - La Pâquelais, Vigneux-de-Bretagne (44) - "Chauffe la lutte, pas le climat !" : grand rassemblement estival contre le projet d'aéroport à NDDL. Débats, concerts, stands... A l'initiative de la Coordination des opposant-e-s à l'aéroport. https://zad.nadir.org/spip.php?article2993


-----------------------------------------------------------------


Dimanche 16 août - Auray (56) - Pique-nique du groupe Lochu, ouvert aux sympathisant-e-s. Parc du mausolée de Cadoudal (personnage qui n'était assurément pas un camarade !). A partir de midi.

Repost 0
Published by anars56
commenter cet article
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 22:53
Trop jeunes pour mourir – Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914)

Toujours pour vous donner un avant goût de la soirée "femmes pacifistes en 1914 - 1918", animée par Didier Giraud, ce jeudi 18 juin à Vannes, voici deux chroniques (merci à leurs auteur-e-s !) du livre de Guillaume Davranche "Trop jeunes pour mourir – Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914)", éditions L'Insomniaque / Libertalia (2015).

 

Blog de l'auteur : http://tropjeunespourmourir.com/

 

Chronique rédigée par Patsy


Certains livres d'histoire se lisent comme des romans, vous happent, littéralement. C'est le cas avec « Trop jeunes pour mourir - Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre » de Guillaume Davranche. Dans ce livre imposant et dense de plus de 500 pages, ce militant libertaire passionné d'histoire nous entraîne avec un beau talent d'écriture dans la France de la Belle Epoque agonisante, de l'année 1909 à l'éclatement du premier conflit mondial, à l'été 1914 ; période courte mais fondamentale pour comprendre comment des militants et des organisations ont pu jeter par dessus bord l'internationalisme prolétarien qu'ils professaient depuis des années et se rallier, queue basse ou verbe haut, à l'Union sacrée.

 

Courte, fondamentale et somme toute assez peu travaillée par les historiens qui ont préféré porter leur regard sur la période allant de la création de la CGT en 1895 à l'adoption de la célèbre Charte d'Amiens de 1906, bref sur les « temps héroïques » du syndicat1, plutôt que sur ces quelques années marquées du stigmate du reflux de la contestation sociale radicale de masse.

(Lire la suite...)

 

-------------------------------------------------------

 

Chronique de Agnès Pavlowsky et Hugues Lenoir, parue dans le Monde libertaire n°1760 (8-14 janvier 2015)

 

L’ouvrage de Guillaume Davranche, bouquin volumineux de plus de 500 pages, relate l’histoire du mouvement ouvrier de 1909 à 1914 et celle du mouvement libertaire de l’époque.


Le lecteur est invité à déambuler dans les espaces militants de l’époque, en y rencontrant des personnages connus ou ignorés aujourd’hui, à travers leur parcours, leurs combats, leurs qualités et leurs travers : nous découvrons certaines figures sous des aspects nouveaux.
Guillaume Davranche, au cours d’un long récit chronologique, nous imprègne des ambiances des réunions, des congrès, des grèves, des échanges entre militants ; nous approchons ainsi des enjeux politiques de ce temps-là.


L’auteur nous propose deux manières d’aborder son ouvrage : « On peut le suivre de façon linéaire, chapitre par chapitre, année après année […]. On peut aussi le lire dans le désordre, le pénétrer à un endroit ou un autre, au gré de ses centres d’intérêts : le syndicalisme, le féminisme, l’anticolonialisme, l’anarchisme, les travailleurs migrants… » (p. 8).


Grâce à un long travail de recherche dans des archives et les journaux, une foule de détails nous est livrée sur les débats, les divergences, les conflits, les passions, les questions qui se posent à tous ces militants. De petites luttes en grandes luttes est croqué un tableau riche en couleurs des personnalités syndicalistes et anarchistes d’alors. De même, sont dessinées les différentes sensibilités des anarchistes impliqués ou non dans le mouvement syndicaliste ; on rapproche les passerelles entre les unes et les autres.

 

(Lire la suite...)

 

Repost 0
Published by anars56
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 12:48

En prélude à notre soirée de jeudi 18 juin, à Vannes, sur  "les femmes opposées à la guerre en 1914 - 1918", animée par Didier Giraud, voici un texte intéressant repris au blog Entre les lignes, entre les mots.

 

Affinité socialement construite entre masculinité et militarisme

9782843032523Dans sa préface Arielle Denis revient sur les racines des guerres et du militarisme. Elle indique « A ces causes, Cynthia Cockburn propose d’ajouter la dimension de genre. Sa démonstration est particulièrement limpide et a enthousiasmé la militante pacifiste que je suis. J’ai pris un immense plaisir à découvrir ses analyses, à reconnaître mes propres questions et les débats que nous avons eus entre femmes ou avec nos camarades masculins », et parle de la logique violente enraciné dans le patriarcat, de la place des femmes dans les organisations pacifistes, de la syndicaliste Hélène Brion, d’Andrée Michel, de mille visages « Femmes en noir palestiniennes et israéliennes, amies de Belgrade et de Sarajevo, courageuses militantes d’Irak, sœurs d’Algérie, combattantes de la non-violence de Colombie, ou enfants-soldates rescapées des guerre d’Afrique ». Elle ajoute, entre autres, « Dans les guerres d’aujourd’hui, les civils représentent 80% des victimes, et le viol est une arme de guerre généralisée. On viole pour anéantir un peuple au travers du corps des femmes, doublement dépossédées d’elles-mêmes et souvent condamnées ensuite à la répudiation » (Lire sur ce sujet : Sandrine Ricci : Avant de tuer les femmes, vous devez les violer ! Rwanda : rapports de sexe et génocide des Tutsi : lennemi-femme-apparait-toujours-different-de-lennemi-tout-court/)

 

Dans son introduction, Cynthia Cockburn parle des activités des femmes qui ne sont « en rien spécifique à chacune de nous », de point de vue situé (standpoint), du collectif « Femmes contre la guerre du Golfe » devenu « Femmes contre les crimes de guerre » puis « Femmes en Noir contre la guerre », des expériences d’un « patriarcat militarisé », d’analyse féministe singulière et précieuse, d’affinité entre la masculinité et la violence.

 

L’auteure indique à propos des articles composant ce livre : « J’en ai choisi un qui revient sur l’histoire de l’antimilitarisme féministe en Grande-Bretagne, un qui étudie de près un groupe féministe antimilitariste – en particulier en Serbie -, et un qui propose une théorie féministe de la guerre »

 

Dans le premier chapitre « Trouver une voix : les femmes dans l’histoire du militantisme pacifiste en Grande-Bretagne », Cynthia Cockburn parle du réaménagement de la domination des hommes sur les femmes, (voir le livre de Carole Pateman, cité par l’auteure : Le contrat sexuel, le-contrat-sexuel-est-une-dimension-refoulee-de-la-theorie-du-contrat/), de la restructuration de la famille, du recul des droits des femmes au XVIIIème siècle, de l’interdiction des clubs féminins, de conscription et d’engagement de force, des « hommes-citoyens-soldats », de la réduction drastique « des marges de manœuvres » des femmes et des filles (voir le livre de Leonore Davidoff et Catherine Hall, cité par l’auteure : Family Fortunes. Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise 1780-1850, sur-la-grande-scene-de-la-classe-et-du-genre/)…

 

L’auteure souligne les impacts du nationalisme militant et de l’impérialisme économique, des guerres d’autodétermination nationale au sein des empires, de la guerre de Sécession aux Etats-Unis, des incursions de l’Empire Britannique au Proche et Moyen Orient et la faiblesse du mouvement pacifiste…

 

J’ai notamment été intéressé par les analyses de « La Grande Guerre », la centralité de la masculinité dans la définition de la nation, « la masculinité normative dans la propagande nationaliste », les débats dans le mouvement suffragiste, les mobilisations de femmes, le Congrès international des femmes à La Haye, l’engagement des femmes pour la paix…

 

Cynthia Cockburn souligne la volonté des Etats de rétablir la normalité en matière de genre « Seules des femmes redomestiquées seraient effectivement en mesure de repeupler des sociétés que les tueries avaient rendues exsangues ». L’après guerre fut bien un ordre nouveau « dans la mesure où les idées de masculinité d’une part, de nation et de citoyenneté d’autre part, étaient et sont inextricables »

 

Seconde guerre mondiale, armes nucléaires, « le massacre instantané et arbitraire de plus de cent mille civils japonais par les Alliés ». L’auteure parle d’internationalisme, de combats antinucléaires, de combats pour la paix, d’actions directes et de non-mixité, du Campement des femmes pour la paix de Greenham Commun et de ses particularités, « pour saper les rapports de domination liés au genre, le meilleur moyen est que les femmes s’organisent seules et de façon autonome ».

 

L’article se termine sur « Vers une analyse holistique de la guerre ». L’auteure y note, entre autres, la rareté des hommes « à reconnaître l’oppression subie par les femmes, à changer leurs propres pratiques en fonction de cela, à laisser une place aux féministes dans les instances dirigeantes, à soutenir la libération des femmes et à poursuivre cet objectif au même titre que les autres but de l’organisation », constat restant valable pour toutes les organisations mixtes… Elle parle de double militantisme « à la fois avec les hommes et contre eux », des liens entre féminisme et socialisme, de l’importance de la non-mixité, du féminisme, « Car oui, les femmes qui s’organisent dans des groupes anti-guerre non mixtes mettent assurément en avant l’idée, issue de la théorisation féministe du pouvoir patriarcal, qu’il y a une affinité socialement construite entre la masculinité et le militarisme ».

 

Agir contre le militarisme, les violences, la guerre. Les analyses et les exemples donnés dans le second chapitre « Les Femmes en Noir traîtres à la nation et à l’Etat serbes » souligne l’action, entre autres, de Zene u Crnom, après l’écroulement de la Yougoslavie, les projets nationalistes en concurrence des Serbes et des Croates, l’expansionnisme vers la Bosnie-Herzegovine, le projet insensé d’états-nations « ethniquement purs », les viols comme arme au service des nettoyages ethniques…

 

Femmes en Noir contre la guerre ou Zene u Crnom protiv Rata, critique du nationalisme patriarcal et du militarisme, opposition première « aux meurtriers de son propre pays », désobéissance civile et révolte à l’encontre de l’Etat nationaliste… L’auteure parle des « ethnicités réinventées », et pour les groupes ayant subi le nettoyage ethnique, des identités choisies comme source de fierté, « chaque femme entretient une relation singulière avec les marqueurs identitaires que sont la race, la nation, l’ethnicité et la religion », des identités complexes et imprévisibles, des liens entre violences domestiques et viols, « le viol des femmes en temps de guerre n’est qu’un moyen pour un groupe d’hommes de s’adresser à un autre groupe d’hommes pour l’insulter et l’humilier ».

 

Au « le personnel est politique », des femmes soulignent que « le personnel est international » et l’auteure montre l’importance des contacts et des coopérations internationales, des actions transfrontalières, des processus d’enracinement et de déplacement…

 

Cynthia Cockburn parle aussi de culpabilité et de responsabilité, de non hiérarchisation des victimes, de rétablissement de liens et de recherche « des fondements politiques à partir desquels il était possible de concevoir une solidarité renouvelée », ce qui n’est pas la même chose qu’un « se réconcilier », de reconnaissance des crimes commis « en notre nom »…

 

Dans le dernier chapitre « Le genre fait la guerre : un point de vue féministe sur le militarisme », l’auteure résume des analyses féministes de la guerre, « analyses sans pareil en ce qu’elles émanent directement de l’expérience des conflits armés et d’un positionnement social tout à fait spécifique : celui des femmes dont l’engagement militant a été provoqué par la guerre ».

 

Rapports sociaux de sexe à prendre en compte dans l’analyse, savoirs situés, enquête réflexive, vision du pouvoir qui va au-delà de la seule question du travail et des modes de production, lien entre résurgence du militarisme et du nationalisme et résurgence du patriarcat, historicité de la domination masculine, guerre comme culture, complexe militaro-industriel, système et continuum, institutionnalisation de la violence, fabrique de l’autre, masculinité et régime patriarcal…

 

Parler de la guerre sans parler des rapports sociaux de sexe, du système de genre, c’est volontairement se taire sur des réalités qui concernent plus de la moitié de l’humanité, c’est masquer une part de la construction même de violence… Les analyses du militarisme et des guerres doivent être soumises au prisme du genre, c’est ce que fait ici Cynthia Cockburn.

 

En complément possible :

« Aux féministes, aux femmes », appel d’Hélène Brion contre la guerre en juillet 1914, paru dans la Bataille syndicaliste (Cgt) : aux-feministes-aux-femmes-appel-dhelene-brion-contre-la-guerre-en-juillet-1914/

 

Andrée Michel : Féminisme et antimilitarisme : le-systeme-militaro-industriel-pratique-une-politique-de-genre-dynamique/

 

Jules Falquet : Préface au livre de Pinar SELEK, Devenir homme en rampant : jules-falquet-2013-preface-au-livre-de-pinar-selek-devenir-homme-en-rampant-paris-lharmattan/

 

Marieme Helie Lucas : Le Tribunal des Femmes en ex-Yougoslavie : le-tribunal-des-femmes-en-ex-yougoslavie/

 

et des textes de Joelle Palmieri.

Cynthia Cockburn : Des femmes contre le militarisme et la guerre

Traduit de l’anglais par Séverine Denis

La Dispute Legenredumonde, Paris 2015, 170 pages, 14 euros

 

Didier Epsztajn

Repost 0
Published by anars56
commenter cet article
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 20:24
Vannes "Les femmes opposées à la guerre en 1914-1918"

Les femmes opposées à la guerre en 1914-1918.
Conférence débat et exposition par Didier Giraud.
Jeudi 18 juin, Palais des Arts, 20h00. Vannes.

 

Si la grande boucherie de 1914-1918 a fait des millions de morts et de mutilés, dans chaque camp, peu se sont opposés à cette guerre industrielle. Contaminée par le virus nationaliste, ne voyant plus qu'il s'agissait d'un affrontement entre blocs capitalistes pour redynamiser et redistribuer les marchés, même une trop grande partie des forces révolutionnaires de l'époque (socialistes, syndicalistes, anarchistes...) a rejoint l'Union sacrée. Ce qui a fait dire à Anatole France "On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels".


Pourtant, dans chaque pays, il y a eu des résistants et des résistantes à ce grand massacre, à la folie militaire des États. Si aujourd'hui l'Histoire officielle accepte de reconnaître les fusillés pour l'exemple, on ne parle du rôle des femmes que comme travailleuses participant à l'effort de guerre. Or, il y a eu des femmes qui se sont opposées dès le début et qui l'ont payé cher, notamment en perdant leur travail et en se faisant emprisonnées.

 

Cette soirée se propose de présenter ces femmes pacifistes, internationalistes, souvent oubliées de l'Histoire. Quelles ont été leurs actions ? Comment se sont-elles organisées ? Didier Giraud, historien, vient nous présenter leurs combats.

 

Et peut-être leurs luttes peuvent-elles nous éclairer pour relancer aujourd'hui l'opposition à la guerre et au commerce des armes effectués au nom de la lutte contre le terrorisme ? Pour que vive l'idée de paix et de fraternité universelles.

 

Entrée libre.

Organisation : Groupe libertaire Lochu (Vannes)
 

Repost 0
Published by anars56
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 22:10

Mercredi 10 juin à 13h00

Devant le tribunal de grande instance de Nantes

 

"Je passe pour la troisième fois en procès pour refus de prélèvement ADN. Face au harcèlement de la justice je refuse de faire don de mon A D N. Mon ADN m'appartient il n'est la propriété ni de la science, ni de la police,ni de la justice.

 

Contre le fichage généralisé de la population, je vous invite à venir le mercredi 10 juin à 13h au tribunal de grande instance lors du procès et par là même dire votre refus de fichage ADN.

 

Contre l'aéroport et son monde faisons des pas de côtés." RB, un opposant à l'aéroport de NDDL  et son monde (Pour connaître l'historique, lire Il n'y a pas de bon fichage, il n'y a que de belles résistances... et [Vannes] Lundi 2 décembre 2013. Rassemblement contre le fichage ADN et anti aéroport NDDL)

 

 

La veille, ce sera le procès au Tribunal correctionnel de Nancy de 3 (H)Activist-e-s de anonymous pour leurs actions contre les GPII (grands projets inutiles imposés). Plus d'infos ici

 

Lire aussi le texte suivant d'Isabelle Rimbert, paru sur Reporterre :

Une cyberaction pour protester contre le meurtre de Rémi Fraisse pourrait mener des Anonymous en prison

 

Trois militants du collectif Anonymous sont appelés le 9 juin devant le tribunal correctionnel de Nancy. En cause : des attaques informatiques contre des sites institutionnels qui entendaient dénoncer la politique d’enfouissement de déchets nucléaires et le meurtre de Rémi Fraisse à Sivens. Ils encourent jusqu’à 10 ans de prison et/ou 150 000 euros d’amende.

 

(Lire la suite)

Repost 0
Published by anars56
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 16:53

A Vannes, face le port, sur la même place qu'il y a 2 ans (cf. notre article), nous nous sommes retrouvé-e-s à une bonne quinzaine en mémoire de Clément Méric. Pas de drapeaux cette fois-ci, mais trois prises de parole publiques. Pour notre part, nous avons relu le texte "Noire est notre peine, rouge est notre colère", à quelques aménagements près, rédigé à l'époque, et distribué ce samedi sous forme de tracts. Gardant le cap de la lutte contre le fascisme, nous avions élargi l'appel contre l'autoritarisme et le racisme croissant dans la société, entre autres de la part de la police, en constatant le nombre de blessés et de tués dans les quartiers et les manifestations (Cf. ce site intitulé Urgence notre police assassine qui les recense). A aussi été lue la "Lettre ouverte à la mère de Rémi" (Fraisse) adressée en novembre 2014 par Farid El Yamni, frère de Wissam - assassiné par la police le 1er janvier 2012

 

Des membres de la famille de Clément étaient présentes, ce qui nous a beaucoup touché et nous a confirmé qu'il fallait faire ce rassemblement. Dans le portrait que nous avions rédigé de Clément, il nous a été dit d'ajouter qu'il était aussi très attaché à l'anticolonialisme, que ce sujet l'intéressait fortement, notamment parce qu'un ami proche de la famille était algérien et avec qui il échangeait régulièrement. Sa tante a pris la parole pour rappeler qui était Clément, les idées généreuses pour lesquelles il se battait, mais aussi la violence des groupes fascistes qu'il ne fallait pas laisser se banaliser, et la différence, selon elle, entre l'extrême gauche qui se situe sur le terrain des idées alors que l'extrême droite n'hésite pas à s'en prendre aux personnes.

 

Un site breton de propagande d'extrême-droite, tenu par un militant d'Adsav, nous a fait l'honneur de (tenter de) railler notre initiative... Vaine tentative car nous continuerons à nous opposer aux thèses et aux méthodes de tous les autoritaires et xénophobes !

 

Les compte-rendus de la presse locale :

 

Selon Ouest-France : lire "Vannes. Clément Méric est mort, ils clament la tolérance"

 

Selon le Télégramme : lire "Clément Méric. Sa famille témoigne"

Repost 0
Published by anars56

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er jeudi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog. Nous vous recommandons de télécharger adblock qui les neutralisera. Adblock, logiciel gratuit, fonctionne pour Mozilla, Internet explorer, etc...

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
 

--------------------------------------------------------------------------

Mercredi 19 avril - Café Le champ commun à Augan (56) - 19h30 Conférence gesticulée de Corinne Lepage (rien à voir avec la politicienne écolo capitaliste) « Militantisme, mon amour ! » du collage au décollage

--------------------------------------------------------------------------

Jeudi 20 avril - Brest (29) - 19h Ciné-débat "Attention ! Danger travail" de Pierres Carles, Stéphane Goxe et Christophe Coello. Apporter qqch à manger et à partager. Au Patronage laïque Guérin (rue Ribot)

--------------------------------------------------------------------------

Vendredi 21 avril - Rochefort en Terre (56), café de la Pente - 20h30 Discussions autour des contraceptions testiculaires avec le collectif finistérien Thomas Bouloù : projection, discussions en groupes, présentation technique, fin de soirée « sauvage et informelle »

--------------------------------------------------------------------------

Du samedi 22 au dimanche 23 avril - Paris - Salon du livre libertaire (stands de maisons d'éditions, d'auteur-e-s, des débats, Radio libertaire sur place, etc.) à l'espace des Blancs-Manteaux (Paris IV) en pleine élection pour la monarchie présidentielle ! Entrée à prix libre

--------------------------------------------------------------------------

Dimanche 23 avril - Rochefort en Terre (56), café de la Pente - 16h Ciné-débat autour de l'éducation populaire. Avec plusieurs courts-métrages ou extraits de conférences autour de la thématique de l'éducation populaire : définition(s ?), enjeux, expérimentations puis goûter popote. Avec le soutien des Cemea Bretagne

--------------------------------------------------------------------------

Jeudi 27 avril - Ciné Roch à Guéméné sur Scorff (56) -19h45 Projection du documentaire sur la transition écologique "Qu'est-ce qu'on attend ?" de Marie-Monique Robin

--------------------------------------------------------------------------

Du vendredi 28 au dimanche 30 avril - Lorient et Ploemeur (56) - Rencontres internationales des résistances aux OGM, avec des représentant-e-s des 5 continents. Ateliers (sur inscription), conférences... Organisées par Ingalan

--------------------------------------------------------------------------

Vendredi 28 avril - Rennes - 19h « La parole des femmes sur la question animale », conférence organisée par Sentience Rennes et le CRPEA (Collectif rennais pour l'égalité animale), présentée par Élise Désaulniers. Campus Villejean, bâtiment L. Entrée libre

--------------------------------------------------------------------------

Du samedi 29 au dimanche 30 avril - Trégunc (29) - Festival Grains de sable : foire alternative et bio, plus de 100 exposants, producteurs, artisans. Conférences, débats, films, spectacles pour petits et grands, ateliers... De 10h à 19h (spectacle/concert 20h30 samedi). 3 euros la journée. Halle des sports

--------------------------------------------------------------------------

Lundi 1er mai - Hennebont (56) et partout dans le monde - Manifestation de solidarité internationale contre l'exploitation et l'aliénation au travail, pour l'émancipation des travailleurs et travailleuses (avec ou sans activité)

--------------------------------------------------------------------------

Lundi 1er mai - Pays d'Auray (56), lieu à préciser - Concert avec Les Fées Minées (folk, punk aux chouettes textes)

--------------------------------------------------------------------------

Vendredi 12 mai - Guichen (35) - 19h30 Concert "Keep the rage, live session 1" avec 2 groupes à tendance punk engagé : Coin locker babies et Cave ne cadas. Au bar l'Accueil breton.

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 13 mai - Rochefort en Terre (56), café de la Pente - 21h Concert de soutien à la caisse anti-répression 56, organisé par le collectif ZAD de Questembert et son infokiosque. Avec 3 groupes punk rock : Les Scotchés, The Attendants, 70 Pornographix men. Prix libre.

--------------------------------------------------------------------------

Vendredi 19 mai - Vannes - 20h30 Projection de courtes vidéos puis débat sur la décroissance avec Jean-Pierre Tertrais (auteur de plusieurs ouvrages sur la question). Maison des associations (rue G. Le Bartz). Organisé par le groupe libertaire René Lochu.

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 20 Mai - Lorient - Mobilisation contre Bayer-Monsanto de 10h à 21h. Animations, marché de producteurs, stands, pique-nique, restauration bio, marche (départ 14h), prises de paroles, buvettes, musiques. Rdv Quai des Indes

--------------------------------------------------------------------------

Du vendredi 26 au dimanche 28 mai - Lorient - Festival Unies sont nos cultures (contre-culture autogérée). 8ème édition. Jam Graffiti, concerts, sound-systems, sk8board, tables de presse, expos, performances... Rue Florian Laporte

--------------------------------------------------------------------------

Concerts

 

 

Autres événements