Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 10:02

A4 VANNES couleurs Veloruti

 

 

Stop-nucléaire 56 Trawalc'h

 

Communiqué du 18 décembre 2013.

Vélorution anti-nucléaire : « la voiture électrique n'est pas une solution au problème énergétique ».

Samedi 21 décembre 2013 auront lieu plusieurs manifestations dans le Morbihan pour dénoncer le greenwashing (écoblanchiment) dont bénéficie la voiture électrique en France. A Vannes (esplanade du port) et à Lorient (Hôtel de ville), des cyclistes s'élanceront à 11 heures pour exprimer leur joie de se déplacer sans lithium et sans nucléaire.

Les voitures de Bolloré et Renault ne sont pas "propres" : prétendre le contraire, c'est nier que cette production représente un coût énergétique et écologique conséquent. Écrire que la voiture électrique « ne consomme aucun combustible fossile, ne provoque aucune pollution directe et contribue ainsi à préserver notre environnement » c'est faire croire qu'en roulant dans cette "fabuleuse" voiture, nous luttons contre le réchauffement climatique. Mais si elle ne brûle pas d'hydrocarbures pour avancer, la « Bluecar » (nom de la voiture de Bolloré) en consomme pour être fabriquée, de même que la pollution chimique due en particulier aux batteries est bien réelle. L'extraction du lithium contenu dans la fameuse batterie LMP (Lithium Métal Polymère) représente un grave danger pour l'environnement. Surtout, le chargement de ces batteries nécessite un approvisionnement électrique extrêmement polluant puisque 80% de la production électrique est d'origine nucléaire en France. Or, accepter l'industrie nucléaire, c’est penser qu’une “gestion” de la catastrophe serait possible. C'est accepter le port de dosimètres pour nos enfants. C’est accepter de vivre en territoire contaminé comme une alternative envisageable. La voiture électrique est une fuite en avant vers le nucléaire et ne lutte pas contre le réchauffement climatique, elle n'est pas une solution au problème énergétique !

Il faut arrêter le nucléaire. Immédiatement. Toute discussion sur la transition énergétique reste vaine sans cette volonté politique. Comment accepter de fermer les centrales sur 10, 20, 30 ans alors qu'une catastrophe nucléaire est imminente ? Il est possible d'arrêter 37 réacteurs dès demain. Le Japon après la catastrophe de Fukushima en mars 2011, a arrêté ses 54 réacteurs nucléaires en 2012... Soit en 14 mois ! Dès demain matin, selon le scénario proposé par Sylvain Houpert, la France peut fonctionner avec seulement 1 réacteur nucléaire sur 3. Il est possible d'arrêter 65 % de la production électrique d'origine nucléaire sans provoquer de coupure d'électricité. Il faut l'arrêt immédiat puisque chaque jour nous rapproche de la catastrophe écrivent Pierre Lucot et Jean-Luc Pasquinet (« Nucléaire arrêt immédiat : le scénario qui refuse la catastrophe »).

Prenons nos vélos pour dire oui à la vie. Faisons la vélorution !

Une vélorution (jeu de mots mêlant vélo et révolution) est une balade manifestive pour promouvoir des transports personnels non polluants (vélos, planches à roulettes etc). Elle entend aussi par ce biais ouvrir le débat sur toute la problématique environnementale induite par les transports, l'aménagement du territoire et leurs conséquences sur le climat. Au transport individuel polluant, nous opposons la gratuité des transports collectifs. A la voiture qui est une des causes de l'effet de serre, nous revendiquons la réhabilitation du réseau ferré breton. Ni nucléaire, ni effet de serre !

Non au nucléaire, civil et militaire !

Arrêt immédiat !

 

(avec la participation de membres du groupe Lochu )

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 17:41

 

 Rassemblements, la veille des procès,

Jeudi 19 décembre 2013 à 18h
devant la Préfecture de Vannes

et la sous-Préfecture de Lorient.


A l’appel de la Fédération Anti-nucléaire Bretagne, Stop nucléaire 56 :

 

 - apporte son soutien à l’Observatoire du nucléaire et son directeur Stéphane Lhomme lors du procès qui se tiendra vendredi 20 décembre 2013 à 13h30 au Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris l’opposant à la multinationale de l’atome, AREVA. Un rassemblement est prévu aussi à partir de 12h30 devant le TGI. Dans un communiqué du 11 décembre 2012, l’Observatoire du nucléaire dénonçait des manœuvres corruptives de la part d’AREVA envers le président du Niger suite à un « curieux don » de plusieurs dizaines de millions.    

 

- apporte son soutien aux associations du Cantal  : « nos enfants et leur sécurité » et « pour notre qualité de vie à Saint Pierre » lors du procès du 19 et 20 décembre 2013 au TGI d’Aurillac. Elles accusent AREVA de pollution des eaux et abandon de déchets radioactifs dans les anciennes mines d’uranium du Cantal. La Bretagne rencontre une situation semblable dans ses anciennes mines d’uranium. Sortir du nucléaire Cornouaille a dénoncé cette situation publiquement dès juillet 2008 et 5 ans plus tard, le pollueur AREVA n’a effectué aucune action de décontamination ou de radioprotection vis-à-vis de la population malgré la relance constante de l’association Rozglas.

  

- dénonce la multiplication des interventions françaises dans les conflits africains notamment celui de la guerre au Mali qui a pour but inavoué de protéger l’approvisionnement en uranium de la France dont la majeure partie vient du Niger. La dernière mine française a fermé en 2001.

 

- s’inquiète de l’utilisation probable dans ces conflits de munitions à  l’uranium appauvri qui pollue durablement les territoires, et expose la population à de graves conséquences cancérigènes et mutagènes.

 

Stop nucléaire 56

(dont le groupe Lochu est membre et nous serons présent-e-s au rassemblement de Vannes)

Repost 0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 18:47

Le 07/ 12/ 2013, à Lorient.


Collectif des Faucheurs volontaires d'OGM


    Lettre ouverte à

    Mme la Ministre de la Justice et Garde des Sceaux,
    Mr le Ministre de l'Intérieur,
    Mr le Ministre de l'Agriculture,
    Mr le Ministre délégué de l’agroalimentaire
    Mr le Préfet de la région Bretagne,
    Mr le Sous-préfet de Lorient
    Mr le Président de la Région Bretagne,
    Mr le Président de l'association Nutrinoé (*)

   
    Nous, Faucheurs et Faucheuses volontaires d’OGM, souhaitons vous interpeller publiquement au sujet de la question des OGM en France et de leur traitement par les pouvoirs publics que vous représentez.

    Le 23 novembre 2012, nous avons neutralisé et rendu impropre à la consommation environ 3500 tonnes de soja transgénique stockées au port de Lorient, (vidéo ici) soit l'équivalent de 1200 hectares de cultures.
    Cette opération de désobéissance civile faisait suite à de nombreuses actions menées les années précédentes : occupations de coopératives agro-alimentaires stockant du soja OGM (CECAB, Glon Sanders, Lorca) en 2011 et 2013, des ports de transit d'OGM de Lorient en 2005 et 2009, de Saint-Nazaire en 2007, de Brest en 2008 et de Sète en 2010, fauchages répétés de maïs et de tournesol.

    A travers ces actions non violentes, nous souhaitons dénoncer l’importation massive de soja OGM, souvent issu d’Amérique du Sud, de par ses conséquences néfastes sur l’environnement, la santé, la société et l'économie, ici comme dans les pays exportateurs.
    Ce type d'importation cautionne notamment ici un modèle agricole productiviste hors-sol, rend des éleveurs dépendants de cet apport en protéines et engendre le développement de la monoculture dans les pays exportateurs au détriment de l'agriculture vivrière des petits paysans, chassés de leurs terres. C'est pourquoi nous revendiquons une relocalisation des cultures de plantes protéagineuses en France.
    Par ailleurs, nous demandons un étiquetage des denrées issues d'animaux nourris aux OGM.
   
    D'autre part, nous tenons à signaler que, dans le cadre de la désobéissance civile, nous revendiquons et assumons pleinement nos actes. Ainsi, nos actions sont systématiquement constatées par un huissier de la partie civile et nos identités transmises aux forces de l'ordre sur les lieux de nos opérations.

    Comment se fait-il enfin que dans un Etat de droit, la justice française ne soit pas intervenue suite aux actions pénalement répréhensibles citées précédemment, dont la première étant dite de destruction de bien en réunion ?
   
    Devant l'inertie des pouvoirs publics français à s'opposer aux OGM et devant l’entrain de la filière agro-alimentaire française à s’enrichir au détriment des populations et de l’environnement, nous invitons celles et ceux qui se reconnaissent dans nos revendications à nous rejoindre pour de prochaines actions contre les OGM.
   
    Nous vous prions d’agréer Madame, Messieurs, nos sincères salutations.


Le collectif des Faucheurs volontaires d'OGM.


(*) : anciennement AFAB, Association Française d'Aliments du Bétail

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:37
Déroulement du procès du 03 décembre.
Refus de fichage ADN – Rody
Le 03 Décembre dernier se déroulait à la cour d'appel de Rennes mon procès pour deux refus de prélèvements ADN et violence (imaginaire) sur le fonctionnaire de police Xavier Loridan.

Dès le début de l'audience la cour a montré son hostilité à toutes argumentations en faveur du refus de prélèvement ADN. Le juge prétextant que je n'avais pas à faire de politique dans ce tribunal n'a pas voulu entendre mes propos qui tentaient de lui faire part des raisons de mon refus et de mon inquiétude face à l'extension du fichier génétique.

Mon seul et unique témoin, Jérôme Thorel, auteur d'un livre sur l'ordre sécuritaire, qui venait apporter des éléments de reflexion au sujet du fichage génétique s'est vu rabrouer par le président du tribunal. Il lui a été reproché qu'il ne venait parler ni des faits, ni de « la personnalité du prévenu »,  pourtant dans ma personnalité la part politique tient une place importante !

Durant toute l'audience, j'ai dû rester offensif face au magistrat pour lui faire comprendre que je ne serai pas soumis à ses injonctions de m'asseoir et de me taire et que j'avais le droit de me défendre par des arguments politiques ou non. Et que jusqu'à preuve du contraire lui même ne fait qu'appliquer des lois issues du politique.
Mon avocat, Stéphane Vallée, lui a clairement rappelé le droit qui dans cette affaire est bafoué. Par sa fonction il aura exprimé de manière détaillée ce que moi-même et mon témoin n'avons pu dire tant nous étions entravés dans notre liberté de parole.

Dans sa réquisition l'avocat général a demandé que soit conservée la peine de première instance, soit un mois de prison avec sursis pour refus de prélèvement ADN. Pour l'affaire de Xavier Loridan, la peine plancher de 12 mois avec sursis en 1ère instance est ramenée à 800 euros d'amende et 90 jours de TIG. L'avocat général, dans sa plaidoirie a admis que c'était parole contre parole à la différence que le fonctionnaire de police est assermenté ce qui fait que ma parole vaut moins que la sienne. Par ailleurs et ça c'est la cerise sur le gâteau, je suis présenté par l'avocat général comme un anti-tout, un farouche anti-système qui manque de reconnaissance envers les services de l'état  qui accordent généreusement, à moi et ma famille, un RSA pour vivre. Sic et resic. (Il n'a pas parlé de la prime de nöel avec laquelle on achètera du caviar pour le bouffer sur le dos des riches.) La réaction d'indignation fut immédiate dans la salle, suivie des menaces du président du tribunal de faire évacuer la salle.

Moralité de ce procès : il n'y en a aucune. La justice est bien une justice de classe. On en a eu encore la confirmation. Rendu du procès le 28 Janvier 2014.

Je remercie toutes les personnes qui se sont mobilisées de près ou de loin autour de ce procès. Je reste persuadé de la nécessité de refuser le fichage ADN et d'organiser une résistance massive afin de porter un coup fatal à l'existence du FNAEG. J'appelle toute les personnes qui comme moi désirent créer un véritable mouvement de refus du fichage, et notamment, génétique à riposter par diverses tactiques avec la rage, la joie et la créativité que nous portons en nous.

Nous devons ensemble informer la population de la malfaisancedu fichage en général et de ce fichier génétique en particulier et multiplier nos actes de résistances sans quoi la machine sécuritaire continuera de faire de nous ses proies.

Il n'y a pas de bon fichage, il n'y a que de belles résistances...

Je vous donne rendez-vous le mardi 28 Janvier 2014 pour le rendu de justice et pour dire massivement notre refus du fichage ADN.
Je vous tiendrai au courant de la forme que la mobilisation pourra prendre.
Rody
Repost 0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 23:32

 

vannes-011213.JPG

 

En ce début de soirée, dans le centre-ville de Vannes, règne de l'automobile et de ses parkings saturés (et payants), nous fûmes une quarantaine de personnes à nous rassembler devant le tribunal de grande Instance de Vannes. Pour affirmer notre soutien à R., militant anti-aéroport ND des Landes, en procès (Cour d'appel) à Rennes ce mardi pour refus de prélèvement ADN, des pancartes "contre le fichage et son monde", "Nddl, ni aéroport, ni fichage Adn", "Fiché = fichu", etc... et une banderole spécifique, dénonçant à la fois le fichage et le projet d'aéroport, ont été brandies dans l'espace public. Un texte de la Ligue des droits de l'Homme et du Syndicat de la Magistrature recensant leurs inquiétudes à l'égard du fichage génétique a été lu à l'assemblée présente, par un militant du collectif de Vannes contre l'aéroport. Les policiers présents n'ont pas perdu leur temps : nous avons été pris en photos à plusieurs reprises... Pas déstabilisé-e-s pour autant, nous avons ensuite déambulé jusque la place de la République, nous plaçant volontairement devant le parking géré par la multinationale Vinci, celle qui bénéficie du Partenariat public-privé pour l'aéroport NDDL et pour le tunnel de Kérino (gouffre financier de + de 90 millions d'euros, endettant lourdement la ville de Vannes pour 28 ans). La lettre ouverte du copain en procès à propos du fichage génétique a été lue publiquement par une militante du groupe libertaire Lochu. Une militante anti-aéroport a rappelé que la résistance à l'aéroport ne devrait pas constituer un délit.
Un automobiliste, au volant de son 4 X 4 (16 fois plus polluant), a asséné un "vive l'aéroport", ainsi qu'un piéton passablement ivre, soucieux, a-t-il postillonné, d'une "Bretagne dynamique"... laquelle est bien barrée avec de tels énergumènes. Celles et ceux qui ne bougent pas, ne sentent pas le poids de leurs chaînes... nous avait déjà averti Rosa Luxembourg.

 

Ici, le compte-rendu de Ouest-France.

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 23:50

 

Lundi 2 décembre - Vannes - 18h Rassemblement devant le Tribunal de Grande Instance (22 place République) en soutien à R. (militant anti aéroport NDDL) qui passe en procès à Rennes mardi 3 décembre, pour refus de fichage Adn, dans le cadre de la lutte anti aéroport Notre-Dame-Des-Landes. A l’appel du groupe Lochu et du collectif NDDL Vannes.

 

Infos complémentaires et historique des procès de R. : http://nantes.indymedia.org/events/28400#comment-268129

Campagne contre le fichage ADN : https://zad.nadir.org/spip.php?article1981

 

 


 

Communiqué de presse du groupe Lochu


Lundi 2 décembre, Vannes, 18h : Rassemblement devant le Tribunal d’Instance en soutien à Rody (militant anti aéroport Notre-Dame-des-Landes) qui passe en procès (en appel) à Rennes le lendemain, mardi 3 décembre, pour refus de fichage Adn, dans le cadre de la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes.

 

Le groupe libertaire Lochu qui participe à cet appel de solidarité entend dénoncer le Fichier automatisé des empreintes génétiques (FNAEG). A son origine (1998), limité aux meurtres et délits sexuels, ce fichier s’est largement étendu ensuite car, à ce jour, plus de 2 millions de personnes sont fichées, avec plus de 30 000 nouvelles empreintes par mois ! Cela permet notamment aux policiers d’avoir les empreintes ADN de nombreux militants pendant leur garde à vue. Beaucoup refusent et sont poursuivis pour ce refus, risquant 1 an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende : des « faucheurs volontaires d’OGM », Francois Vaillant, déboulonneur de publicité, Xavier Mathieu, syndicaliste de Continental, Xavier Renou des « Désobéissants »…

 

Xavier Renou : « Je considère que le fichage biologique est beaucoup trop dangereux pour être ainsi banalisé. Je n’oublie pas que c’est la République qui a commencé, dans les années Trente, à ficher ses étrangers et ses opposants, et que lorsque Pétain est arrivé au pouvoir, tout était prêt pour la machine totalitaire. Parce que l’on n’est jamais sûr de l’avenir, et que je suis inquiet de l’évolution actuelle de notre société, je refuse de donner mon ADN et encourage tous les militants de la liberté à faire de même, afin de rendre inapplicable cette loi scélérate. »

 

Ce fichage est d’autant plus inquiétant qu’il existe un accord entre Etats de l’Union Européenne pour échanger ces fichiers. Comment être sûr qu’aucun gouvernement de l’UE ne deviendra totalitaire ?

 

La personne poursuivie a adressé récemment à ce sujet une lettre ouverte à la Garde des Sceaux et Ministre de la Justice, Madame Christiane TAUBIRA.

 


 

Communiqué pour le collectif de Vannes NDDL


Le Collectif du Pays de Vannes opposé à l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes s’affirme solidaire du militant anti-aéroport qui passe en procès en appel à Rennes mardi 2 décembre pour refus de prélèvement ADN. Ce militant, impliqué depuis de nombreuses années, a été poursuivi à deux reprises dans le cadre d’actions collectives non violentes contre le projet d’aéroport. Pour exprimer son soutien, le collectif de Vannes appelle ainsi à se mobiliser lundi 2 décembre, à Vannes devant le Tribunal d’Instance, à partir de 18h. Le collectif rappelle que l’aéroport de NDDL est un projet dépassé, inutile, ruineux, destructeur de terres nourricières et de biodiversité.

 


 

LETTRE OUVERTE de R. à l’attention de la ministre de la justice Mme Taubira, qui porte sur la nécessité de supprimer le fichage ADN.

 

Madame la Ministre,

 

Le 03 Décembre 2013, je comparais devant la cour d’appel de Rennes pour refus de prélèvement ADN. J’ai été condamné dans le cadre d’une résistance collective au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes.

 

A travers ce courrier mon intention n’est pas d’invoquer votre clémence mais de vous faire part de ma forte inquiétude au sujet de la dangerosité du fichage ADN de la population et du climat sécuritaire qui règne en France.

 

Un nombre grandissant de personnes françaises ou non, refuse aujourd’hui dans notre pays les prélèvements génétiques lors de leur garde à vue. Ce refus qui se généralise n’est pas anodin et indique que cela ne va pas de soi, de faire don de son ADN.

 

Pour ma part, le refus de fichage ADN repose sur les usages et dérives possibles du FNAEG* ainsi qu’une opposition à une conception du monde qui n’est pas en accord avec le droit humain.

 

Si 30 000 personnes de plus figurent chaque mois dans ce gigantesque fichier c’est bien qu’il y a une volonté d’atteindre l’objectif de stocker les gènes du plus grand nombre possible d’individus. Déjà en 2009, le Syndicat de la Magistrature, par la voix de son secrétaire général M. Bonduelle, indiquait que « personne ne prône le fichage généralisé mais, de fait, on est en train de l’effectuer. »

 

Beaucoup de gens s’indignent que le refus de prélèvement ADN soit un droit converti immédiatement en délit. La présomption d’innocence est transformée quant à elle en présomption de culpabilité.

 

Le refus de fichage ADN est considéré comme un délit que nulle peine, même effectuée ne vient éteindre.


Outre ce lamentable constat on est en droit de se demander ce que font les 80 % de gens seulement mis en cause dont l’ADN est stocké durant 25 ans. Toute tentative de désinscription de la part des fiché-e-s est complexe et décourageante.

 

Pour les autres c’est l’assurance de rester prisonniers et prisonnières dans le fichier pendant 40 ans, descendances comprises ; car on sait aujourd’hui que l’ADN est bavard.

 

En plus de l’identification il informe sur nos origines, nos pathologies, nos prédispositions médicales. Cette intrusion dans l’intimité la plus secrète est une atteinte à la vie privée.

 

Pour aller plus loin, un important laboratoire l’IGNA** propose depuis 2003 aux juges d’instructions un test intitulé TOGG. Il consiste à déterminer « l’origine ancestrale » ou « géographique » d’un échantillon ADN. A savoir si elle est de nature « caucasienne », « afrique sub-saharienne », « asie de l’est », « afrique méditerranéenne » ou «  indienne » selon les termes d’un document interne à l’IGNA. En clair, de couleur ou pas et de quelle couleur exactement. Avec ces méthodes nous avançons doucement vers une dérive racialiste.

 

On nous affirme que le FNAEG est un fichier ultra sécurisé ou nulle information ne peut fuir. J’ai peine à y croire et je ne suis pas le seul ou la seule. Depuis Janvier 2007, 27 pays de l’Union Européenne ont donné leur accord de principe pour inscrire dans la législation européenne le libre accès pour chacun des Etats membres aux fichiers ADN des autres pays. Accord qui a fait dire à M Estrosi, que « les citoyens seraient mieux protégés si leurs données ADN étaient recueillies dès leur naissance. »

 

On peut aisément penser désormais qu’un régime politique, peu démocratique, arrive au pouvoir d’un des 27 pays de l’Union Européenne et utilise les données des fiché-e-s ADN à des fins peu recommandables.

 

Des entreprises privées (banques, assurances, employeurs divers) convoitent déjà ces fichiers qui risqueraient de discriminer un peu plus des populations entières par une utilisation frauduleuse.

 

Aussi, présenter l’ADN comme une preuve infaillible est une attitude dangereuse. Certains scientifiques démontrent que les probabilités de mauvaises interprétations sont élevées. L’erreur est donc possible.

 

Plus de 2 millions de personnes sont fichées au FNAEG depuis sa création en 1998. Arrêtons ce système de fichage de type extensif, ne pré-mâchons pas le travail de ceux qui voudraient rendre la France plus blanche.

 

Une surenchère sécuritaire a gagné ce pays animé par des marchands de peur avides de pouvoir et d’argent, mais nous devons comprendre que la sécurité n’est que le corollaire de la liberté et non le contraire.

 

Mes gènes m’appartiennent ils ne sont la propriété ni de la justice, ni de la police, ni de la science. Et puisque mon refus est un délit, puisque ce délit veut me priver de ma liberté je deviens, un délinquant de la liberté.

 

Votre fonction doit vous amener à porter une réflexion nationale sur ce fichier et sa dangerosité ce qui entraînera, j’en suis sûr, la nécessaire suppression du FNAEG au nom de la défense de nos libertés fondamentales.

 

En osant la paraphrase de vos propos : je regrette qu’il n’y ait pas de belle et haute voix qui se lève pour alerter sur la dérive sécuritaire de la société française. Je souhaite qu’il y ait un réveil des consciences pour que l’on arrête ce processus mortifère.

 

Refuser le fichage ADN est plus qu’un acte citoyen, c’est un acte humain primordial.

 

Recevez, Madame la Ministre, mes respectueuses considérations.

 

R. B

 

* Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques

** Institut Génétique Nantes Atlantique

Repost 0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 14:02


« En travaillant cinq à quatre heures par jour jusqu’à l’âge de 45 à 52 ans, l’homme pourra produire aisément tout ce qui est nécessaire pour garantir l’aisance à la société. » Pierre Kropotkine

Pour trouver le Monde libertaire près de chez vous, cliquez ici.


ML-1722-recto.jpgActualité

L’État se fait taper sur les doigts, par Juanito, page 3

Planing familial saboté, par L. Barbésois et R. Pélagie, page 4

L’offensive de la Filpac-CGT, par G. Goutte, page 5

Météo syndicale, par J.-P. Germain, page 6

Main basse sur le Mas d’Azil, par J.-M. Raynaud, page 7

Hollande, le fromager, par Justhom, page 8



International

Sortie de crise en Espagne ?, par R. Pino, page 9

Entretien avec Isbel Díaz, p. 10


ML-1722-verso.jpg
Arguments

Le nouveau stade de la rue, par S. Rüppelli, page 12

Comment enrichir son employeur, par N. Potkine, page 15



Histoire
4 novembre 1936: Durruti parle, par A. Guillamón, p. 16



À lire, à voir

Des principes d’identité, par A. Fernandes, page 19

Avant, c’était mieux, par P. Schindler, page 20

Kahlo : un ruban autour d’une bombe, par M. Joffrin, page 21



Illustrations
Aurélio, Jhano, Kalem, Krokaga, Manolo Prolo, Yann

Repost 0
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 19:51

Entre Halloween et Noël, c'est un peu la période des déguisements. Le déguisement est aussi le symbole du carnaval. Or nombre de fêtes populaires, à l'instar des carnavals, revêtent désormais un aspect commercial prédominant alors qu'elles bousculaient - peu ou prou - l'ordre en place. Pourtant, cette récupération ne fonctionne pas encore partout. Des carnavals, ancrés dans une culture populaire, font de la résistance et font vivre une forme de subversion vivace et stimulante, tout en s'inscrivant dans la société actuelle.
Le carnaval de Cayenne est de ceux-là.
Zoom !

 

Dispositifs scénographiques des touloulou sales (carnaval de Cayenne) :
performance urbaine et émancipation sociale


par notre camarade Blodwenn Mauffret, docteure en Études théâtrales / Laboratoire SeFeA (scènes francophones et écritures de l'altérité)– Paris 3 – Sorbonne et membre du groupe libertaire Lochu ! 

 

Introduction :

Cette présente analyse s'inscrit au sein d'un travail de doctorat en Études Théâtrales qui aborde le carnaval de Cayenne à travers sa dramaticité. Cette recherche s'ancre à partir de plusieurs travaux de terrain où nous nous sommes positionnées en observatrices mais aussi en carnavalières. La problématique majeure de notre étude doctorale interroge la relation qu'entretiennent l'esthétique et la subversion à travers l'histoire du carnaval de Cayenne, de la colonisation à l'époque contemporaine. Elle interroge les mécanismes d'ajustement qui ont amené esclaves et « gens de couleur libres » à retourner une fête religieuse, au service d'une coercition imposée par l'ordre colonial et esclavagiste, en une pratique subversive contre l'ordre imposé. L'histoire du carnaval, des premiers temps de la colonie jusqu'à la période contemporaine, est constituée d'esthétiques originales qui rendent possible des subversions de tout type. La tradition dramatique carnavalesque est fortement marquée par la pratique du Détour pouvant se définir par l'exacerbation du caractère dérisoire de l'être créole. Le grotesque européen mêlé à la dérision militante créole, offrent-ils un héritage théâtral permettant d'exprimer une digne rage, une humanité perdue, une utopie nouvelle ?
Ce présent article questionne une pratique carnavalesque contemporaine, les touloulou sales, qui s'inscrit dans cette tradition dramatique du Détour et du grotesque. Pour cela, nous interrogerons non pas tant les discours produits par les représentations carnavalesques des touloulou sales mais, plutôt, les dispositifs scénographiques propres à leur performance. En quoi et comment les matériaux concrets et préalables à la représentation, à la mise en place d'un discours, narrent-ils le politique, bousculent-ils l'ordre en place au profit d'une émancipation sociale ?

Lire la suite de ce très intéressant texte (20 pages en pdf)


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

bebe.jpg

 

 

Blodwenn Mauffret a soutenu sa thèse «  Le carnaval de Cayenne : esthétique et subversion – Histoire d'un phénomène festif issu du fait colonial » sous la direction de Mme Sylvie Chalaye le 5 décembre 2012 à Paris 3 et a obtenu la mention très honorable et les félicitations du jury. Elle est l'auteure de nombreux articles scientifiques sur le carnaval et d'un ouvrage Le carnaval de Cayenne. Le jeu carnavalesque : une esthétique de proximité, Matoury : Éditions Ibis Rouge, 2005.

 

Résumé :

 

Touloulou sale désigne dans le carnaval de Cayenne toute personne qui se déguise à peu de frais et défile sans musiques ni chorégraphies préétablies à la différence des groupes à thème organisés et régis en association loi 1901. Les touloulou sales vont à l'encontre du carnaval-parade, du carnaval-spectacle, mis en place depuis les années 1970. Ils sont l'expression d'une culture populaire qui affirme sa pauvreté et bouscule l'ordre établi. Les matériaux préalables à la performativité carnavalesque et visibles au sein des dispositifs scénographiques manifestent l'esthétique grotesque bakhtinienne qui permet au carnavalier de s'affranchir des points de vue prédominants sur le monde et de mettre en place une utopisation du monde.

 

Mots clés : carnaval, Guyane française, grotesque, matérialité, subversion

 

Abstract :

Dirty touloulou is the name of the people who disguise themselves at little cost in the Cayenne carnival. The dirty touloulou parade without a rehearsed choreography or music contrary to the organised carnival bands. Their aesthetics are poles apart. The dirty touloulou band are in opposition to the carnival-parade, the carnival-show, a new aesthetic beginning in the 1970's. They are the manifestation of the people's culture. They assert their poverty. They contest the social order.  The materials required for carnival performance and apparent in the scene setting, are the expression of the European grotesque. This aesthetic was clearly defined by M. Bakthine. The grotesque enables dirty touloulou to free themselves from prevailing opinions about the world and to produce a new utopia.


Keywords : carnival, French Guiana, grotesque, materiality, subversion.

 

(traduction Alexandra Evain)

Repost 0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 11:12
  • Café repaire à Lomiquélic (56) au café Mamm Kounifl (2 rue Léon Blum)

  • vendredi 15 novembre 2013

    à partir de 20h30

    Projection / débat

    "La domination masculine"

    Féminisme / antisexime

      "Affiche provocante et thème sujet à polémique. Voici le nouveau film de Patric Jean. Interrogations enfantines sur l’identité féminine, remise en cause du principe d’égalité sexuelle, allongement du pénis et virilité exaltée. Tel est le portrait de la société contemporaine. Pour reprendre les termes de Pierre Bourdieu (dont le réalisateur  s’est totalement inspiré pour le titre de son film), « La domination masculine est tellement ancrée dans nos inconscients que nous ne l’apercevons plus, tellement accordée à nos attentes que nous avons du mal à la remettre en question ». Les stéréotypes ont la peau dure. Qu’auront nos enfants pour Noël ? La réponse est des plus simples : une poupée Barbie pour les filles, une voiture électrique pour les garçons. «Je veux que les spectateurs se disputent en sortant de la salle» disait Patric Jean. Espérons que ce sera chose faite." (Planetecampus).

    Et nous, si on en discutait ? Chiche ?

    BANDE-ANNONCE

     



     

Repost 0
Published by anars56 - dans Anti patriarcat
commenter cet article
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 11:58

Le 2ème livre chez Bambule :

CONTRE LE MASCULINISME – guide d’autodéfense intellectuelle.

 

Par le collectif Stop masculinisme


couv.jpgDes hommes divorcés, perchés en haut d’une grue, qui se disent lésés par une justice qui  leur confisquerait leurs enfants ; des associations défendant les hommes battus et criant à la manipulation des chiffres sur les violences conjugales ; des groupes de parole destinés à des hommes en perte de repères et en quête d’une nouvelle identité masculine.

 

« Droits des pères », « violences et discriminations à l’encontre des hommes », « crise de la masculinité », tels sont les thèmes chers aux masculinistes. Associations, psychologues, militants, figures médiatiques ou simples quidams, ils sont un certain nombre à affirmer qu’aujourd’hui ce sont les hommes qui souffrent, qu’ils sont victimes des femmes qui auraient pris le pouvoir, des féministes qui seraient allées trop loin, bref d’une société « matriarcale ».

 

Adeptes de la victimisation et de l’inversion des rôles, les masculinistes militent pour la défense de l’ordre patriarcal et des privilèges masculins. Leur idéologie s’inscrit dans un contexte politique réactionnaire où l’on voit se renouveler les formes de la domination masculine. 


Ce livre a été conçu comme un outil pour analyser et contrer ce mouvement.

Format 13×18,5 * 160 pages * ISBN : 978-2-9543237-1-8 * Prix librairie : 8 €

Repost 0
Published by anars56 - dans Anti patriarcat
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er jeudi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog. Nous vous recommandons de télécharger adblock qui les neutralisera. Adblock, logiciel gratuit, fonctionne pour Mozilla, Internet explorer, etc...

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
 

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 10 juin - Vannes - 10h30 Rassemblement en mémoire de Clément Méric, antifasciste, tué par des néo-nazis. Clément, Brestois d’origine, militant anti-fasciste, anti-capitaliste et de la cause animale, a été assassiné le 5 juin 2013 par des néo-nazis à Paris. L’actualité nous confirme que ses combats sont toujours nécessaires. Programme : lecture publique de textes et chants de lutte, puis pique-nique. Le Kiosque, esplanade du port, la Rabine. Proposé par le groupe libertaire René Lochu

--------------------------------------------------------------------------

Dimanche 11 juin - Augan (56), café Le champ commun - 17h : 150 années de luttes à travers les chants italiens avec "Le chant des grenouilles", "Senti le rane che cantano…" Dans ce spectacle mêlant récits, chants et musique, nous vous ferons entendre d’autres voix : celles, orgueilleuses et enragées, des brigands méridionaux et de leur guerre désespérée contre le nouvel État ; celles des paysans et des ouvriers agricoles, dont les luttes pour une existence meilleures seront sans relâche ; celles des travailleurs des carrières de marbre de Toscane, des mineurs de soufre de Sicile ; les voix fières et impertinentes des mondines ; celles des émigrés qui, après des décennies de défaites, allaient poursuivre leur rêve de justice dans d’autres terres. Entrée libre. Petite restauration sur place

--------------------------------------------------------------------------

Mardi 13 juin - Inzinzac-Lochrist (56), cinéma le Vulcain - 20h30 Projection de "Bienvenus", comédie sur un centre d'accueil pour réfugié-e-s en Norvège. Débat avec Amnesty international

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 8 juillet - Hennebont (56) - 12h Pique-nique végétarien et végétalien. Chacun-e apporte un plat et on partage. Table de presse : droit des animaux, impacts sanitaires, sociaux, éthiques, écologiques de l'alimentation, de la production / consommation carnée et ovo lactée. Rdv à la bergerie, le long du Blavet sur le halage. Organisé par le collectif veg@net-c.fr

--------------------------------------------------------------------------

Samedi 8 et dimanche 9 juillet - Notre-dame-des-landes (44) - De nos terres à la Terre : Résister, agir, vivre... Rassemblement annuel organisé par la Coordination des opposant-e-s. Plus d'infos : http://notredamedeslandes2017.org

--------------------------------------------------------------------------

 

Concerts

Autres événements