Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 23:14

Salut,

Après une pause estivale, cette lettre d'infos se met à nouveau au service de... la Sociale. Espérons que la rentrée le sera aussi : celle des luttes sociales !
Peut-être se croisera-t-on à l'un ou l'autre de ces événements et peut-être même se rejoindra-t-on ?!

Durant l'été, nous avons mis en ligne la lutte trop méconnue contre le projet de méga décharge industrielle à Plouray (56 - centre Bretagne) : http://anars56.over-blog.org/article-non-au-projet-de-mega-decharge-industrielle-a-plouray-56-55508007.html

La ville d'Auray vient de s'équiper de 2 caméras de vidéo-surveillance au stade Ty Coat, voici le communiqué que nous avons adressé à la presse pour le dénoncer : http://anars56.over-blog.org/article-communique-contre-la-videosurveillance-a-auray-56258269.html

Radio libertaire est toujours écoutable en ligne ou en podcast : http://rl.federation-anarchiste.org/
Plein d'infos pour toute la Bretagne sur Nantes indymedia : https://nantes.indymedia.org/colonne_centrale

 

Comme d'hab', le groupe libertaire et FA 56 ne se reconnaît pas obligatoirement dans tout ce qui est présenté dans cet agenda.

 

Anarchas salutations.
Organisons-nous ! (go get organized !) comme on disait chez les syndicalistes révolutionnaires américains des IWW.

Le groupe libertaire Lochu Ferrer et la fédération anarchiste 56
 

---------------------------------------------

Depuis dimanche 29 août et jusque dimanche 5 septembre - Bannalec (Finistère sud) - Rencontres à la ferme de Quimerc’h : S’organiser collectivement pour rompre avec le diktat économique. Programme (films, débats, chantiers...) : http://utoplib.blogspot.com/2010/01/du-29-aout-au-5-septembre-rencontres-la.html

---------------------------------------------

Samedi 4 septembre - Contre la xénophobie d'Etat - Rassemblements & manifs à 11h dans le Morbihan - Vannes : Préfecture du Morbihan, place du Général de Gaulle / Lorient  : de la place Aristide Briand à la Sous-Préfecture, quai De Rohan / Pontivy : Sous-Préfecture, place Aristide Briand
Un tract anar est consultable ici : http://anars56.over-blog.org/article-samedi-4-septembre-contre-la-xenophobie-d-etat-manifs-a-brest-nantes-rennes-55862612.html
Il existe un appel républicain, dont nous ne sommes pas signataires, qui pose problème avec sa référence à la Troisième République française. Ici, une critique / analyse de l'Organisation communiste libertaire à propos de ce texte : http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article814
Dans le même genre, un autre article paru sur Bellaciao remet les pendules à l'heure : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article105696

---------------------------------------------

Lundi 6 Septembre - Nantes - Procès d'Henri, Faucheur Volontaire, ayant participé au fauchage de Poinville en 2007. Son procès, qui a été repoussé plusieurs fois depuis 3 ans, va avoir lieu quelques semaines avant sa majorité. Tribunal, quai François Mitterrand, à partir de 10H. Détails : https://nantes.indymedia.org/article/21489

---------------------------------------------

Mardi 7 septembre (à partir de ?) - un peu partout ! - Grève, manifs sociales et syndicales pour le retrait du plan retraites du gouvernement - Tract ici : http://anars56.over-blog.org/article-retraites-pour-gagner-bloquons-tout-a-partir-du-7-septembre-2010-55014599.html

---------------------------------------------

Samedi 11 et dimanche 12 septembre - Soulvache (44) - La fête de la Grée 2010 (écolieu où le collectif y vivant vise l’autonomie comme dynamique sociale en harmonie avec la nature) : nombreux spectacles, débats, animations enfants, écologie, en soutien à l’achat collectif d’une ferme biologique. Le Samedi de 14h à minuit, le Dimanche de 11h à 20 h. http://lagree.cc/spip.php?article56

---------------------------------------------

Lundi 13 septembre - Vannes - réunion publique sur l'aéroport Notre Dame des Landes avec l'ACIPA http://acipa.free.fr/

---------------------------------------------

Vendredi 17 et samedi 18 septembre - Le Relecq Keruhon (29) - Brest la Rouge festival anarcho punk rock et Hip hop révolutionnaire en soutien à Anarchists against the wall (AATW - collectif israélien qui s'oppose à la construction du mur en Palestine). Manifestation à 11h, samedi 18. Projection gratuite du film AATW à 15h et débat à 16h. Strictement antifasciste. 8 euros par soir, 15 euros le pass 2 jours. A l'Astrolabe. Affiche et programme : http://brestlarouge.aceboard.fr/251369-2134-3501-0-BREST-ROUGE-FESTIVAL-SEPTEMBRE.htm

---------------------------------------------

Mercredi 15 septembre - Muzillac -  20h30 Réunion publique d’information avec diaporama sur l'aéroport de Notre Dame des Landes : historique et pertinence du projet d'aéroport ainsi que les alternatives possibles. Salle du cinéma Jeanne d’Arc. Participation de l'ACIPA et de Solidarités Ecologie. Organisation Terre En Vie

---------------------------------------------

Samedi 18 septembre - Etel -  20h30 - Cinéma La Rivière - Soirée "le vélo comme art de vivre" : Film   "Live Bicycle - le vélo comme art de vivre" Italie 2006, 55mn (VOST) : un film sur les voitures, la circulation, les gens, et l’idée d’une nouvelle façon de vivre appelée : vélo (et sur le rassemblement international Masse critique de 2006 à Rome). Echange sur  les rassemblements "Masse critique" (juillet 2010 à Paris) et l'Altertour avec des membres de Vélomotive et Vél'Orient. Entrée libre.

---------------------------------------------

Dimanche 19 septembre - Vannes - PIQUE-NIQUE VÉGÉTARIEN - ChacunE apporte un plat végétal. Nappe de presse : droits des animaux, aspects sociaux et environnementaux, recettes... Déjà végétarien ou curieux, bienvenue à la (re-)découverte du végétarisme. Butte de Kérino. 12h. Infos : veg56@voila.fr

---------------------------------------------

Vendredi 1er octobre - Rennes - Concert anarcho punk rock "dispac'h" organisé par l'asso General Strike (grève générale) avec  HEAVEN SUCKS, SKUDS AND PANIC PEOPLE, TROUZ AN NOZ, CARTOUCHE. Au JARDIN MODERNE. 6 €. 19h30

---------------------------------------------

Samedi 2 octobre - Rochefort en Terre - Café de la Pente - SOLIDARITE ET SOUTIEN AUX ANTIFASCISTES RUSSES - 15h : Projection vidéos sur les antifas russes (sous titrées en français) et rencontre avec des membres du collectif de soutien aux antifascistes russes http://antifasrusses.samizdat.net/ 19h30 : Concert anarcho punk rock avec CARTOUCHE, MAUVAISE GRAINE, BAKOUNINE, DEATH OR GLORY. 5 euros. Organisé par LE POINT D'EBULLITION http://www.ebullition.lautre.net/

---------------------------------------------

Depuis le mardi 26 juin jusque fin octobre 2010 - Rennes - Exposition de dessins extraits du Monde Libertaire (hebdo de la fédération anarchiste) - Local anarchiste La Commune, 17 rue Châteaudun.

---------------------------------------------

Repost 0
Published by anars56 - dans Actus
commenter cet article
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 10:40

 

« Ceux qui abandonnent une liberté essentielle pour une sécurité minime et temporaire ne méritent ni la liberté, ni la sécurité. »
Benjamin FRANKLIN.

 

 

Souriez-vous-etes-filmes.jpgConcernant la mise en place de la vidéosurveillance à Auray, le groupe libertaire Lochu-Ferrer (fédération anarchiste Vannes Lorient) souhaite faire entendre son point de vue.

Nous constations que la la mairie d'Auray avait jusqu'à présent su ne pas se plier aux pressions de la Préfecture pour l'installation de caméras de vidéosurveillance à Auray.

 

Effectivement, le marché de la sécurité privée est en pleine expansion ces dernières années. Il exerce un lobbying constant auprès des collectivités locales et de l'Etat et permet à des entreprises commerciales de capter de l'argent public. Son influence sur les politiques publiques est d'ailleurs croissante.

 

Pourtant, les études scientifiques menées jusqu'à présent montrent le peu d'effet des caméras sur la délinquance, en tout cas rien qui ne pourrait justifier les sommes engagées.

 

Pour se justifier, Monsieur le Maire, utilise le terme « vidéo protection », créé pourtant par la novlangue du Ministère de l'intérieur et des entreprises du secteur de la sécurité. Ainsi, bien qu'il assure s'en démarquer, on ne peut que constater que la logique sécuritaire et autoritaire a commencé à conquérir les esprits. On ne sera pas surpris que l'opposition municipale, par la voix de Monsieur Bienvenu, soit totalement acquise à ses thèses et en demande l'extension. Thèses qui consistent à confier à un gadget technologique de donner un semblant de réponse, mais néanmoins faux, à des problèmes sociaux autrement complexes à résoudre.

 

Les actes considérés comme anti sociaux, comme les dégradations, trouvent largement leur origine dans les frustrations générées par la société capitaliste : la richesse qui côtoie la pauvreté avec son lot d'injustice sociale, mais aussi les valeurs futiles et le désir de possession que procure la société de consommation.

 

Par conséquent pas plus les caméras que le déploiement humain policier (solution préconisée par la gauche) ne sauront résoudre les dérives provoquées par le système. Ils ne s'occupent que des effets et non des causes.


Aussi convient-il de prendre de la distance avec ces peurs pour dénoncer le système qui les génère et pour réfléchir à d'autres modes d'organisation sociale favorisant l'entraide et l'émancipation de l'individu. Et effectivement, la présence humaine est nécessaire pour retisser des liens de solidarité. Mais pourrait-on reconstruire et faire vivre pleinement les dites valeurs de solidarité et de responsabilité si l'on reste dans une société de classes et de subordination ?

 

Pour les anarchistes, la véritable insécurité trouve sa source dans des rapports sociaux de plus en plus tendus : chômage, précarité, fins de mois difficiles et misère, exploitation et souffrances au travail ; problème d'accès au logement, pollutions environnementales ; politiques de santé centrées sur la suppression du nombre de postes et des hôpitaux de proximité, déremboursements des médicaments, fichages multiples… Les risques pour la vie et la santé de chacun sont en jeu. Même si les conséquences sont plus silencieuses, les dégâts sont bien plus pernicieux et dévastateurs.

 

Il y a un peu plus de deux siècles, Benjamin Franklin débarquaient au port de Saint Goustan. Réputé pour ses pensées pertinentes, il nous a laissé celle-ci qu'il conviendrait de méditer : « Ceux qui abandonnent une liberté essentielle pour une sécurité minime et temporaire ne méritent ni la liberté, ni la sécurité. » Et la liberté de se déplacer sans être épié n'est-elle pas essentielle ?

A Auray, il ne convient donc pas seulement de sauver le quai Franklin mais également quelques réflexions de cet homme qui ont traversé les siècles.

Dans cette logique et compte tenu de tous ces éléments, en particulier l'aspect liberticide de la vidéosurveillance, le groupe libertaire Lochu – Ferrer demande le retrait des caméras récemment installées et s'opposera à tout projet d'extension.

 

 

Repost 0
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 23:05

Vannes : 11h - Préfecture du Morbihan - Place du Général de Gaulle
Lorient  : 11h - De la place Aristide Briand à la Sous-Préfecture (Quai De Rohan)
Pontivy : 11h - Sous-Préfecture - Place Aristide Briand

Brest : 10h30 - Place de la Liberté

Carhaix : 11h -  place des droits de l'homme (à coté des halles)

Nantes : 15h - Place du Commerce

Saint-Nazaire : 15h - Esplanade des droits de l’Homme, centre République

Rennes : 14h - Place de la mairie

Saint-Brieuc : 11h - en haut de la rue Saint Guillaume, près du manège

Pour info : texte de l'appel républicain "Face à la xénophobie et à la politique du pilori : liberté, égalité, fraternité" et une critique par rapport à cet appel : "ne soyons pas amnésiques" effectuée par l'Organisation Communiste Libertaire.

tract-4-sept-Roms-image.jpg

 

 

 

tract-4-sept-Roms.jpg

Repost 0
Published by anars56 - dans Anti nationalisme
commenter cet article
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 20:39

Cette lutte a démarré il y a plus de 2 ans. C'est l'association NPCB (Nature et patrimoine en Centre Bretagne) qui la mène et dont nous reproduisons une partie de l'argumentaire ci-dessous.

Le site de NPCB est très complet et régulièrement mis à jour.

L'industriel GDE/GED a déposé une demande de permis d'aménager le 5 Juillet 2010 en mairie de Plouray (Morbihan - centre Bretagne) mais il est toujours possible de l'arrêter !

 

 


projet de décharge industrielle à Plouray (56) Extrait du 19/20 de France 3 Bretagne du 17/05/2008 (merci à la contributrice qui l'a mise en ligne sur Dailymotion)

 

--------------------------------------------------------------------------

 

LE PROJET DE MEGA DECHARGE A PLOURAY

EN QUELQUES MAUX

 


Nature et Patrimoine Centre Bretagne (NPCB) est une association Loi 1901 dont le but est de participer à la préservation de l’environnement.


Créée en 1998, elle s’est préoccupée de plusieurs problèmes environnementaux sur la commune de Plouray. Actuellement, un projet privé de stockage et enfouissement de déchets industriels porté par le groupe GDE (Guy Dauphin Environnement) est le centre de ses préoccupations.


Cette société, dont la réputation de pollueurs notoires n’est plus à faire et sans cesse illustrée, a acquis 165 hectares de terres agricoles sur la commune de Plouray, à proximité du bourg.

Dans ce lieu, très vallonné, coule le Stanven, un affluent de l’Ellé, rivière à saumons très prisée par les pêcheurs qui alimente en eau de nombreuses communes.


L’installation d’une telle mégadécharge, serait, si elle devait se réaliser, une énorme catastrophe écologique pour tout le centre Bretagne et induirait une pollution inéluctable de tout le bassin Ellé-Laïta.


Tous les exemples déjà existants, à une plus petite échelle, montrent que sur ce genre de site, les problèmes sont nombreux et récurrents, les pollutions multiples : atmosphériques, visuelles, sonores, aquatiques etc...

 


Présentation des enjeux sous forme de questions-réponses

 

 

Question – Qui sera responsable du fonctionnement du site si le projet se réalise ?

Réponse - G.D.E. (Guy Dauphin Environnement). Ils font partie d'un grand groupe très complexe, comprenant beaucoup de sociétés différentes parmi lesquelles GDE, GED (qui a acheté les terres à Plouray), Trafigura, etc.

 

Question – Quelle est l'étendue du site à Plouray ?

Réponse - 152 hectares.

 

Question – Que sait-on au sujet de l'achat des terres à Plouray ?

Réponse – Très peu de choses, à part que 2 fermes et quelques chemins ruraux ont été achetés dans le plus grand secret à des prix mirobolants. Et, contrairement à la pratique courante concernant la vente de terres cultivables, les agriculteurs n’ont pas été informés de la vente par la SAFER, et n’ont pas pu se porter candidats à l’achat.

 

Question – Si GDE affirme qu'ils comptent utiliser environ 68 hectares, pour quelle raison ont-ils acheté plus, alors qu'une seule ferme aurait suffi ?

Réponse – Bonne question ! Auraient-ils l'intention d’utiliser le reste plus tard ?

 

Question – Est-ce que GDE possède d'autres sites en France ?

Réponse – Oui, Ils ont plus de 50 sites partout en France, y compris en Bretagne et en Normandie, mais celui-ci et celui de Guemene-Penfao sont leur premiers sites d'enfouissement, leur compétence dans ce domaine peut-être mise en question.

PLOURAY SERA L'UN DES PLUS GRANDS SITES D'ENFOUISSEMENT DE FRANCE.

 

Question – Quelle est la réputation de GDE concernant leurs sites actuels ?

Réponse – Il est prouvé qu'ils ne respectent pas les réglementations applicables à leurs sites en ce qui concerne la pollution des sols, de l'eau et de l'air. Des « incendies accidentels » se déclenchent fréquemment sur leurs sites, qui provoquent des pollutions sur des kilomètres alentours. Il s’avère qu’ils ont enfoui illégalement des déchets dangereux – voir par exemple les reportages au sujet des sites illégaux en Normandie sur le site internet www.npcb.info. Et, pendant que vous y êtes, regardez à droite de votre écran et cliquez sur « Nouvelles de Versainville ». Ensuite sous « Archives » où vous trouverez des vidéos sur quelques-uns des sites actuels de GDE. Cela vous choquera peut-être assez pour vous inciter à vous joindre aux efforts pour que cela ne puisse se produire à Plouray. Vous pouvez ensuite visiter «Informations et Sites amis » en cliquant sur « Association AREU » ainsi que sur « OREEAT ».

 

Question – Quelle activité GDE prévoit-elle sur le site de Plouray ?

Réponse – D’après leurs documents, il y aura une « plateforme environnementale » (un site industriel associant plusieurs processus) sur 49 hectares et une « zone de stockage potentielle » sur 19 hectares. Il y aurait donc une unité de tri et un site d’enfouissement sur 49 hectares et une zone de stockage potentielle sur 19 hectares.

Le site de Plouray doit remplacer des sites illégaux actuels de GDE dont certains contiennent 7 à 10 mètres d’épaisseur de refus de broyage automobile sur un hectare et demi. On redoute de voir se produire ici ce qui a été découvert en Normandie où un liquide noir et visqueux, contenant d’énormes quantités de déchets de raffinerie (des résidus boueux de pétrole) a été mis en évidence lors d’excavations récentes. Il est d’ores et déjà établi qu’il contient des résidus d’acides, de plomb, de PCB, d’autres métaux lourds, tous hautement toxiques. Et, bien évidemment, ce liquide contamine le sous-sol avant d’atteindre la nappe phréatique qui est la source d'eau potable.

 

Question – Quel genre de déchets GDE recevra-t-il sur le site de Plouray ?

Réponse – Ils annoncent du papier, carton, produits plastiques et du bois générés par l’artisanat (pour le recyclage), plus des déchets industriels, dont des équipements électroniques, ordinateurs, cartes mères (contenant des métaux et des produits chimiques très toxiques), batteries, métaux ferreux et non-ferreux, appareils électriques, machines à laver, réfrigérateurs, congélateurs, etc, et des déchets industriels et résidus de voitures broyées (pour enfouissement).


NOTEZ QUE BIEN QUE CERTAINS DECHETS NE SOIENT PAS DANGEREUX OU TOXIQUES QUAND ILS ARRIVENT SUR LE SITE, UNE FOIS QUE LES VOITURES, REFRIGERATEURS, CONGELATEURS, ORDINATEURS, ETC. SONT BROYES ET QUE LES RESIDUS SONT MELANGES AVEC D'AUTRES DECHETS, DU DIESEL OU DE L’ESSENCE DES RESERVOIRS, DE L'HUILE DE MOTEURS ET DE BOITES DE VITESSE, DE L'ACIDE DE BATTERIES, DU LIQUIDE DE FREINAGE ET DES FLUIDES HYDRAULIQUES, PLUS LES GAS LIQUIDES DES REFRIGERATEURS ET CONGELATEURS, CE MELANGE DE PRODUITS (METAUX, PLASTIQUES, ETC.) FORME UN COCKTAIL EXTRÊMEMENT DANGEREUX QUI DEVIENT UNE BOMBE A RETARDEMENT POTENTIELLE.

 

Question – Quel volume de déchets prévoit-on à Plouray ?

Réponse – Environ 150.000 tonnes par an, pendant 20 ans. Cela veut dire plus de 100 camions qui feront l'aller-retour par jour. GDE dit que les camions arriveront à Plouray par la D790 sans préciser d’où ils viendront. Les déchets arriveront de tout l'ouest de la France, VONT ILS TRAVERSER VOTRE COMMUNE OU PASSER DEVANT VOTRE PORTE ?

 

Question – Pourquoi tant d'inquiétude concernant le site de Plouray ?

Réponse - Parce que ce site est situé en amont d'une vallée à travers laquelle coule le Stanven, un ruisseau qui se déverse dans la rivière Ellé qui fournit l'eau potable de plusieurs communes, dont Le Faouët, Gourin et Quimperlé, ce qui concerne plus de 100.000 personnes et entreprises. La pollution de cette eau est très probable, particulièrement si un cocktail de liquides et métaux est enfoui dans le sol, comme cela s’est vu en Normandie et probablement dans plusieurs autres lieux. Ce site est très prés du bourg (seulement 1 Km) et il y a des maisons et des fermes encore plus proches.

 

Question – Les risques potentiels pour la santé sont ils élevés ?

Réponse – Naturellement. Pollution de l’eau, pollution toxique des dioxines générées par les incendies « accidentels ». Les dioxines proviennent de l'oxydation des métaux enfouis ; avec les métaux lourds, il est établi qu’elles augmentent les risques de cancer, asthme, eczémas, malformations congénitales, etc. etc. Il faut y ajouter la pollution des camions, le stress causé par le bruit des camions sur la route et pendant qu'ils déposent leur chargement, le bruit des pelleteuses sans oublier les odeurs infectes.

 

Question – Y a-t-il d'autres inquiétudes concernant ce projet ?

Réponse – Oui, il y aura inévitablement un fort impact sur l'agriculture dans une grande partie du Centre Bretagne. Toute production de qualité sera impossible et les agriculteurs ne pourront plus obtenir d’agréments pour la culture biologique. Ils ne pourront plus vendre leurs récoltes, bovins, lait, volaille, etc. du fait du risque de pollution par l’air ou l’eau. On connaît l’exemple de la région de Redon en 2007, où 500 km2 furent contaminés par des dioxines. Plus de 1000 vaches contaminées durent être abattues et incinérées à Guer (libérant et propageant à nouveau des dioxines) et 6 millions de litres de lait durent être détruits. Ceci n'est pas un cas exceptionnel.

Le tourisme sera affecté – Qui voudra passer ses vacances dans une région parcourue par d’énormes camions, séjourner à proximité d’u site bruyant et malodorant qui pose un grave risque pour la santé, et où il est risqué de boire l'eau ? Les gîtes, les hôtels, les chambres d’hôtes, la restauration, les commerces, etc. etc., tous en pâtiront.

Les prix immobiliers sont déjà affectés (et pas seulement par la situation économique mais aussi et durablement à cause du projet de méga décharge). Les agriculteurs et ceux qui vivent du tourisme ne pourront plus vendre leurs produits ou leurs services et probablement pas davantage leurs propriétés ou leurs terres.

Et qu’adviendra-t-il de l'héritage que nous laissons à nos enfants ? Pollution, problèmes de santé et des propriétés quasiment sans aucune valeur…

 

Une Pétition a été mise place (valable jusqu'au 01/11/2010).

 

 

Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
6 août 2010 5 06 /08 /août /2010 11:46

Les rendez-vous et les parcours prévus :


- Lorient : 10h, Maison des Syndicats (place Cosmao Dumanoir) puis cours Chazelles, Cours de la Bove, Sous préfecture, place la mairie.

- Vannes : 10h, La Rabine puis rue Hoche, Palais des arts, rue des Fontaines, Préfecture, rue du Menuet, Mairie

- Pontivy : 10h, La Plaine puis salle des fêtes, château, rond point de Mur de Bretagne, la plaine

- Belle-Ile-en-Mer : 10h, Le Port

- Ploërmel : 10h, Maison des syndicats

 

 

 

Notre précédent tract aborde différemment la question et peut être consulté ici.

Tract-retraites-FA-GGV-1.jpg

 

Tract-retraites-FA-GGV-2.jpg

Repost 0
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 17:05

(extrait de la brochure "l'anarchisme aujourd'hui" de l'Union régionale Rhônes-Alpes de la fédération anarchiste parue en 1996)

 

 

La liberté

Que veut dire être libre ? Concrètement, la liberté est un pouvoir : celui d’agir ou de ne pas agir. Nous sommes libres quand personne ne nous empêche de faire de notre vie ce que nous voulons et quand personne ne nous impose sa volonté (par la force ou la manipulation). La liberté est d’emblée un rapport social (elle n’existe pas dans la nature mais est une création humaine). Nous ne pouvons être libres là où existe une hiérarchie de commandement et des pouvoirs de coercition : lorsqu’un État nous contraint à effectuer un service national (militaire ou civil) ou lorsque nous sommes à la merci des patrons qui ont tout pouvoir de nous embaucher ou de nous licencier, nous sommes bien entendu toujours “libres” de nous révolter, mais nous ne sommes pas libres, socialement parlant.

 

Selon la fameuse formule “la liberté des uns s’arrête où commence celle des autres”, on nous présente la liberté comme quelque chose dont on doit se garder. Elle serait même extrêmement dangereuse car synonyme de “faire tout et n’importe quoi” : “S’ils étaient totalement libres de faire ce qui leur plaît, les humains s’entre-déchireraient dans un chaos généralisé et la vie en société deviendrait impossible... ! Ce discours n’est pas désintéressé, il permet de justifier le principe de l’Autorité et de transformer la liberté en un “idéal inaccessible”. Elle n’est plus qu’un sujet d’incantation, réservé pour les effets de manches des tribuns politiques. Dans les actes, seules sont tolérées des libertés partielles, cadrées par le Droit et la Loi. La constitution nous autorise la grève bien sage et le droit d’association, mais gare à celui ou celle qui ose s’insoumettre et se rebeller ! Bref, nous sommes tous en liberté surveillée !


En opposition à cette vision réductrice autant qu’hypocrite, les anarchistes ont développé une conception sociale de la liberté humaine. Quand, dans leurs révoltes et leurs luttes, les populations ont exigé la liberté, ce n’était pas une liberté abstraite et philosophique, mais bien une liberté associée au principe égalitaire. Pour nous, la liberté ne peut exister sans l’égalité économique et sociale. Liberté et Egalité sont indissociables. La liberté est pleine et entière quand l’individu, émancipé de toutes tutelles et de toute domination, a la possibilité de construire et d’entretenir des relations volontaires avec les autres. Si être tous libres signifie l’absence de domination, il faut, pour que je sois parfaitement libre, que les autres le soient aussi : la liberté de chacun est la condition de la liberté de tous et comme le disait Bakounine, “La liberté des autres étend la mienne à l’infini.


Par ailleurs, puisque les individus sont des êtres sociaux, la liberté n’est pas le refus de toutes les contraintes. Pour s’organiser avec les autres, l’individu doit prendre des engagements, établir des arrangements et les respecter. Il atteint sa complète liberté quand il peut choisir ses contrats et en négocier les termes. Enfin, toute censure nous est insupportable car elle suppose un pouvoir, une Autorité pour l’exercer. Si une opinion nous paraît dangereuse, dans ce qu’elle représente et laisse supposer comme actes à venir, on ne résout rien en l’interdisant. Prétendre qu’ "il ne faut pas laisser la parole aux ennemis de la liberté" est le meilleur moyen d’aller vers la dictature.

Repost 0
Published by anars56 - dans Anarchisme
commenter cet article
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 11:41



Le Camp Action Climat 2010 aura lieu du jeudi 22 juillet au dimanche 1er août près du Havre.
Il fait suite au Camp Action Climat de Notre-Dame-des-Landes de l'année dernière, point de convergence dans la préparation de Copenhague et dans la lutte contre le projet d'aéroport.
Depuis les puissants ont, sans surprise, fait savoir au monde entier qu'ils étaient incapables de trouver des solutions au changement climatique. Néanmoins le sommet de Copenhague a vu l'émergence d'une alliance contre les crimes climatiques. Des centaines de personnes se sont réunis en assemblée pour définir ensemble, par la voie du consensus, les actions et les messages du mouvement.
Le Camp Action Climat 2010 sera l'occasion de poursuivre la construction d’un mouvement mondial pour la justice climatique…
Le montage du camp se fera touTEs ensemble entre le 22 et le 24 juillet et lancera le début du processus d’autogestion et d’implication de chacunE dans le vie du camp. Le lieu du camp sera annoncé sur http://campclimat.org le 22 juillet où un terrain sera investi puis occupé.
Entre le 24 juillet et le 1er août, place aux actions, aux débats, aux ateliers, à la préparation de l’action de masse du 16 octobre : le bloquage de la raffinerie Total de Gonfreville l’Orcher !

Pour + d'infos :
Un Camp Action Climat céquoi ?
Comment fonctionne le Camp Action Climat ?
S’organiser pour venir / Site mis en place pour le covoiturage


L'appel du Camp Action Climat 2010 en vidéo :




Repost 0
Published by anars56 - dans écologie
commenter cet article
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 15:29

« Une société qui abolit l’aventure fait de l’abolition de cette société la seule aventure. »

Jerry Rubin


ML-HS-39-recto.gif
ML-HS-39-verso.gif

Sommaire

Affameurs, du balai ! par Fabrice, page 3


Régal des banquiers, par A. Somiador, page 4


Tue ton patron remixé par J.-P. Levaray, page 7


Affaiblissement syndical, par É. Vilain, page 10


Droit opposable, par O. Tarda, page 15


Sociétés contre l’État, par É. Noir, page 19


Désobéissance civile généralisée, par A. Bernard, page 21


L’idéologie catastrophique, par P. Pelletier, page 23


La fresque des dessinateurs du Monde lib’, page 24


Le pouvoir patriarcal, par T. Lancelot et S. Gérardin, page 28


La démocratie participative, par J.-P. Garnier, page 31


L’apprentissage du non-pouvoir sur sa vie, par L. Ott, page 34


L’expert et le citoyen, par P. Mignard, page 36


Nouvelle sylvestre, par T. Perissé, page 37


Ce que je pense savoir du pouvoir, par N. Baillargeon, page 39


Imagination et pouvoir, par R. Dadoun, page 41


Liste des groupes de la Fédération anarchiste, page 45


La grille de la Radio, page 47

Repost 0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 19:26

Le procès de ce vendredi 9 juillet dura de 18H jusqu'à plus de 4H du matin !
Le juge a pris le temps d'écouter chaque partie ; et la thèse de l'agression de policiers par des jeunes "anarchistes" s'est bien émoussée. La version parlant au contraire de violences policières et de répression d'idées politiques a pu s'exprimer. Au final, Adrien est libéré de sa rétention en préventive.
Le verdict est attendu pour le 29 juillet prochain.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Déclaration des 6 jointe au dossier d'instruction


"Nous, les six inculpés du 21 juin, souhaitons donner un ton tout autre à ce procès, qui, sans les quelques précisions suivantes sur la situation, ne serait que l’arbre cachant la forêt.
Vous n’êtes pas sans savoir, Monsieur le Président, que la situation politique se trouve à un point de tension bien particulier. Malheureusement, ce point de tension n’a pas comme qualité la tentative de dépassement de la crise sociale actuelle mais plutôt comme objet une chasse aux sorcières avouée contre tout ce qui s’apparenterait à une hypothétique « mouvance anarchiste », un fourre-tout bien pratique pour des forces de l’ordre qui n’ont peut être pas tout compris, à l’image de ce policier qui nous définissait la mouvance anarchiste comme « la mouvance des ultras ».
L’histoire nous a appris que le processus de construction d’une représentation barbare d’un mouvement, d’une tendance ou encore d’une dynamique n’était qu’un préalable, pour le pouvoir en place, à une tentative d’isolement de ce même mouvement dans le seul et unique but de cibler la répression sur un espace restreint et permettre l’étouffement de nos expressions dans un mélange de propagande subtile et de brut enfermement. L’intention de cette déclaration n’est pas, nous le précisons, de définir nos positionnements politiques, de nous cerner dans un mot ou une pseudo mouvance, mais bien de relater les différents faits et situation qui nous portent à croire que ce présent procès n’est pas celui de simples jeunes mais bien celui d’individus qui, par leurs positions, interventions et actes dérangent le pouvoir en place, toute prétention gardée.
Il y a maintenant environ 3 ans que les affrontements oraux, physiques et judiciaires perdurent entre les personnes actives des mouvements socio-politiques poitevins et le commissariat de la ville de Poitiers, soutenu par la Préfecture et la Mairie. Ces affrontements fréquents traduisent une proximité qui nous est affreuse.
Nous dénonçons le littéral passage à tabac que nous avons subi ce soir du 21 juin 2010.
Nous dénonçons la systématique de nos notifications de garde à vue, de leur prolongement et de nos déferrements au Parquet.
De manière plus générale, nous dénonçons l’attitude des forces de l’ordre qui ne ratent jamais l’occasion de nous interpeller oralement dans la rue par nos prénoms, de nous provoquer lors de manifestations ou encore de nous harceler lors d’événements publics comme celui de la fête de la musique.
Nous ne reviendrons pas sur l’intégralité des faits, la liste étant trop longue et notre temps à tous bien trop précieux, à concentrer évidemment sur ce procès.
Mais, il nous paraît important de relier cette affaire à son contexte pour la distinguer de ce dit fait divers où une rixe se serait produite entre un groupe anodin de jeunes alcoolisés et excités et des policiers en patrouille victimes d’un guet-apens.
Entre les affaires de tags, d’occupation, de dégradations, d’outrages, de violences contre la police, en réunion comme à l’accoutumée, appuyées par des certificats médicaux hallucinants, les forces de l’ordre nous livrent une guerre au grand jour, avec ses victoires et ses défaites.
Des victoires comme nos différentes condamnations où le seul témoignage assermenté réussit à balayer une ribambelle de contradictions, comme l’obligation pour certaines des personnes ciblées de fuir la ville de Poitiers ou encore, plus récemment, comme la mise en détention provisoire de cinq personnes, une vengeance publique qui, à notre avis, les laisse sur leur faim.
Des défaites irréversibles, comme leur impunité qui se fragilise au fil de leurs coups d’éclats, comme le fait que chacun d’entre nous persistera à lutter, malgré la répression et qu’avant tout, nous ne sommes pas les seuls.
Pourquoi parlons-nous de vengeance ?
Prononçons la date interdite du 10 octobre 2009.
Une manifestation anti-carcérale, un procès sous tension, un placement en détention pour trois personnes et finalement un certain bide judiciaire en vue des premières ambitions du Ministère de l’Intérieur. Et voilà que la frénésie sécuritaire s’amplifie. On parle d’une liste de 28 noms qui traînerait entre les bureaux de la Sûreté Départementale, de la Mairie et de la Préfecture.
28 noms dans le fourre-tout de la « mouvance anarchiste » et des forces de l’ordre sur les dents, bien décidées à faire baver « ces petits cons » comme ils nous appellent tendrement.
Et nous voilà rendus à la fête de la musique édition 2010.
Des policiers qui nous collent aux pattes toute la soirée, une histoire d’insultes, une course poursuite pédestre, une interpellation plus que musclée puis un matraquage en règle contre toute forme de contestation, à l’extérieur mais aussi à l’intérieur du commissariat, cachés de tous y compris de la réglementation. Des forces de l’ordre en surnombre et 12 policiers victimes de violences sur le papier, le Préfet les appuie sans aucune hésitation.Nous sommes six à comparaître devant vous aujourd’hui.
Nous ne sommes pas les seuls à constater l’accroissement de ce genre d’affaires.
Les violences policières reviennent constamment à l’ordre des discussions de promenade. La B.A.C. a une lourde réputation. La seule chose que nous sachions, c’est que nos blessures parlent bien plus que n’importe quelle assermentation.
Et à ceux qui jugeront que nous fabulons, que cet état de droit garantit un espace de liberté suffisant, nous leur répondrons que nous n’avons pas la même définition du mot « liberté » comme celle du mot « anarchiste ».
Pour finir, nous lancerons une modeste réflexion, illustrant à merveille ce procès : « La police nous protège, mais qui nous protège de la police ».
Les inculpés du 21 juin 2010."

Repost 0
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 20:48

L’égalité économique et sociale

(extrait de la brochure "l'anarchisme aujourd'hui" de l'Union régionale Rhônes-Alpes de la fédération anarchiste parue en 1996)

 

Les aristocrates de l’Ancien Régime justifiaient leurs positions sociales en se référant au divin et à leur “sang bleu”. Aujourd’hui encore l’inégalité fondamentale entre les êtres humains continue d’être proclamée : des talents inégalement répartis “dès la naissance” condamneraient une fraction de l’humanité à la “médiocrité” tandis que l’autre (composée de riches hommes d’affaires et de grandes personnalités politiques...) serait naturellement appelée à dominer. N’est-ce pas cela qu’on tente de nous apprendre dans les livres scolaires, au travers des biographies de ces grands bourgeois et chefs d’État “qui font l’Histoire” ?...


Ces discours simplistes se retrouvent dans des conversations quotidiennes et des réflexions "anodines”. Combien de fois a-t-on pu entendre : “Cette personne a du talent, un don, il est normal qu’elle gagne plus ” ? C’est bel et bien à un véritable consensus inégalitaire que nous sommes confrontés. Contre de telles idées reçues, nous affirmons que les “différences de potentialités innées” (à supposer qu’elles existent réellement, ce qui sur le plan scientifique fait encore l’objet de nombreuses polémiques) sont négligeables par rapport à l’influence du milieu social. Les fameux “niveaux de compétences”, sur lesquels les hiérarchies prétendent s’établir ne sont que le produit d’une éducation et plus globalement d’un système de classes qui conditionnent notre vie dès le plus jeune âge. Lorsqu’on est ouvrier dans une usine, ce n’est pas parce qu’on “n’est bon qu’à cela”, c’est parce que rien ne nous a permis ou “incité” à faire autre chose ! Il est évident qu’en règle générale, on poursuit des études longues seulement si on peut bénéficier d’un appui familial (sur le plan financier et/ou culturel)... Bien entendu, il existera toujours des différences : égal ne doit pas être confondu avec identique. Les individus ne sont pas comparables à des “feuilles blanches” sur lesquelles l’environnement social écrirait l’intégralité du texte. Les personnalités existent et heureusement ! Par contre, dans un contexte favorable, chaque personne, en fonction de ses centres d’intérêts et de ses envies, devient capable de développer des connaissances et des aptitudes à des activités complexes. Pour l’unE, ce sera dans l’art, pour l’autre dans un domaine scientifique ; pour unE troisième, dans un méfier requérant un fort sens pratique ou des dispositions particulières pour le dialogue, etc.


Notre égalitarisme va donc s’opposer à la “méritocratie. Comme son nom l’indique, ce principe consiste à fonder les hiérarchies sur le mérite. Ainsi, pour les démocrates, la justice sociale se limite à garantir une égalité des “chances” et des “droits”, sans faire une seule seconde le procès de la compétition et de ses conséquences. C’est une façon de nous dire : “Vous aurez, au départ, les mêmes atouts, et il n’y aura qu’une seule et unique règle du jeu ; au bout du compte, les meilleurs devront être récompensés de leurs efforts, de leur sens de la responsabilité et de l’initiative”... Dans ce système, les privilèges de la naissance sont officiellement abolis : qu’on soit né dans une famille riche ou pauvre ne change rien... En théorie, n’importe lequel d’entre nous est autorisé à devenir ingénieur ou haut fonctionnaire ! Et on nous donne en modèle ce fils d’ouvrier, ce “self-made man” qui par son “courage”, sa “ténacité” et son “habileté”, a fait fortune ! Bref, on veut nous persuader que les possibilités d’ascension sociale sont égales pour tous et toutes... Quelle absurdité ! On ne peut oser soutenir que chacun peut s’élever socialement alors que le système hiérarchique établit, par définition, des “gagnants” et des “perdants” ! Dans la réalité, nous savons ce qu’il en est : les “réussites” spectaculaires de personnes issues de classes populaires restent de rares exceptions et la classe bourgeoise n’a aucun mal à préserver ses prérogatives, ne serait-ce que par l’héritage.


Pour prévenir le risque de cette réflexion subversive sur l’égalité, la propagande libérale a continuellement joué sur la peur de l’uniformisation, du nivellement par le bas. Mais pourquoi l’égalité empêcherait-elle la diversité des cultures et des mœurs ? Pourquoi rendrait-elle impossible de consommer et de travailler selon ses goûts personnels ? Pourquoi signifierait-elle un appauvrissement généralisé alors que nous vivons tous et toutes pour la plupart au dessous du salaire et du revenu moyen ? L’égalité économique entraînerait au contraire l’amélioration du niveau de vie pour l’immense majorité ! Plus que cela, elle est une condition incontournable à l’émancipation et à l’épanouissement de chacun et de chacune, en permettant des relations humaines sans domination.

L’inégalité, c’est aussi pratiquer des discriminations ou légiférer en fonction de la couleur de peau, du sexe, des préférences sexuelles, de l’âge...

Repost 0
Published by anars56 - dans Anarchisme
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de anars 56
  • Le blog de anars 56
  • : Le blog du groupe libertaire René Lochu (Vannes)
  • Contact

Pour nous contacter, ne pas passer par la page "contact" du blog. Ecrire à : groupe.lochu(a)riseup.net

Vous pouvez aussi vous abonner à la feuille d'infos "Anars 56" (par mail, en texte brut, deux ou trois fois par mois).
Il suffit de nous le demander par mail à l'adresse ci-dessus.

Pour nous rencontrer : le 1er lundi de chaque mois, nous tenons une permanence de 19h15 à 21h00 à la maison des associations, 31 rue Guillaume Le Bartz, à Vannes. Tables de presse, tracts... Attention : pas de permanence durant l'été. Pas de permanence lundi 2 octobre 2017.

 

Depuis quelques temps, des publicités intempestives (et insupportables par définition) apparaissent sur le blog, sans qu'on ait moyen de les empêcher. Nous vous recommandons de télécharger un bloqueur de publicités qui les neutralisera.

Recherche

Agenda de la semaine

Une bonne partie de ces infos paraît déjà dans les pages "actus anars 56", mais sont aussi retranscrits ici des rendez-vous arrivés entre deux envois. A noter que le groupe libertaire René Lochu ne se reconnaît pas obligatoirement intégralement dans chacun de ces événements.
 
Notre prochaine soirée publique :
 
 
 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tout novembre (du 1er au 30 !) - Le mois du documentaire 2017, 17ème édition. 113 séances en Bretagne

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 2 novembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "La question démographique et ses implications politiques", avec Jean-Pierre Tertrais, par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 10 novembre - Vannes - Soirée débat du groupe Lochu. Nous accueillons Alain Leduc pour son ouvrage "Octave Mirbeau, le gentleman-vitrioleur"

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 7 décembre - Rennes, local "la Commune" - 20h30 Causerie populaire "Migrants. Témoignage de sympathisants sur leur expérience à Calais en soutien à la lutte des migrants", par le groupe la Sociale de la fédération anarchiste (FA)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concerts

Autres événements